Le Deal du moment : -37%
Disque Dur Externe – WD Elements™ – ...
Voir le deal
49.99 €

Daeron Azuran
Nationalité :
Amethienne
Messages :
89
Date d'inscription :
12/10/2017
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
le Dim 10 Fév 2019 - 17:39
«Par la toute puissance d’Ameth, Madame, votre courage vous honore et votre détermination aussi. Mais je ne peux vous permettre de risquer votre vie, quelque puisse être le danger. »

Daeron ne peut accepter de la voir descendre, ni même prendre le risque de sa vie. L’incident diplomatique que cela pourrait causer avec Ambrosia est de trop grosse envergure. Sans parler de la mauvaise publicité pour les Amethiens. Ceci ne le dérange pas réellement, mais pour le reste, il ne peut mettre la vie d’une femme innocente en danger. En se rapprochant de la ministre, Daeron retire de ses mains l’arme qu’elle a pu prendre. Son entraînement lui donne l’aisance de ne pas avoir besoin d’arme. « Restez avec mes frères, ils sauront vous protéger en cas de danger, il sera préférable que vous partiez. »

Il n’attend pas son approbation que déjà deux serviteurs d’Ameth s’avance pour l’emmener plus loin. L’idée de descendre n’enchante pas le protecteur de la Foi mais il ne peut se résoudre à l’ignorer. Elle est peut-être une païenne, mais cela ne l’empêche pas d’être bienveillant à son encontre. Maintenant il se demande ce que le garde du corps de la ministre a bien pu avoir par la tête pour descendre vers cet endroit, probablement quelque chose d’idiot, en sachant ce qui s’est tramé, décidé à le savoir au plus vite.

S’apprêtant à descendre, l’inquisiteur pousse rapidement la porte condamnée et se saisit de la lanterne que tient la Ministre, il s’apprête à descendre, son chapelet serré à la main, soufflant quelques paroles adressés à ameth pour guider ses pas.


Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval] - Page 2 9cn74vy
Anonymous
Invité
Invité
le Lun 4 Mar 2019 - 16:16
Mélusine savait très bien que sa place n'était pas au cœur du danger, comme l'avait si bien souligné Richard, elle n'était faite que pour signer la paperasse au Ministère. Mais elle ne pouvait tolérer de rester passive dans une telle situation. Puisque l'Impératrice l'avait chargé de la représenter en ces lieux maudits et qu'il y avait visiblement quelque chose de louche au sous sol, comment pouvait-elle rester les bras croiser pendant que le Protecteur descendait seul en bas ?

Les mains des Amethiens qui tentaient de la retenir la rendait encore plus nerveuse, et elle s'en débarrassa à coups de coudes et de regards noirs qui en disait long. Elle ne supportait pas qu'on la touche et qu'on la retienne ainsi. Elle se tourna donc vers Daeron, en y imposant son autorité naturelle dans sa voix.

- Daeron, je ne peux vous laisser descendre seul. Comme vous avez dit, Ameth et Ambrosia sont ensembles ici et maintenant. Il se peut qu'il n'y ait rien en bas, mais il est hors de question que je vous laisse seul.

Ainsi la Ministre de l'Education emboîta le pas derrière le Protecteur et rien ne pouvait lui faire changer d'avis. Les Amethiens étaient peut être des gens têtus, mais face à sa détermination personne ne pouvait la concurrencer. Et la curiosité était bien plus forte.

- Soyons prudents et aux aguets, chuchota-t-elle à Daeron.

Puis elle se retourna une dernière fois sur les Amethiens.

- Si jamais je donne l'alerte, prévenez immédiatement les autorités.

C'est ainsi que Mélusine descendit les escaliers menant au sous-sol à la suite du Protecteur. Les yeux fixés sur la lueur de la lanterne, tous les sens en éveil, son cœur battant toujours la chamade dans sa poitrine et elle espérait ne pas y trouver une mauvaise surprise.

Ce qu'elle n'arrivait cependant pas à comprendre, c'était pourquoi Alfred se trouvait là dessous. Quelqu'un l'y avait-il entraîné ? Voulait-il stocker les cartons de nourriture et vêtements en bas ? Ou avait-il entendu quelque chose ? Toutes ces questions restaient sans réponses. Alors le mieux était d'aller vérifier par elle-même.
Daeron Azuran
Nationalité :
Amethienne
Messages :
89
Date d'inscription :
12/10/2017
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
le Ven 22 Mar 2019 - 17:39
Daeron avait affronté des impies diaboliques, dévoués et sans âme, mais il aurait certainement préféré se trouver devant l’un d’eux plutôt qu’avec la dame de glace. Elle paraissait déterminée à l’accompagner et son insistance prouvait sa piété. Il aurait été impossible aux hommes d’Ameth de toutes façons de l’empêcher, c’était le rôle de la gendarmerie au pire des cas et pas un n’était là. Si les hommes du protectorat avait emmené de force la Ministre, qui sait ce que cela aurait causé comme incident diplomatique. Il choisit alors de concéder dans un mouvement de tête. Par précaution cependant, il passa premier vers l’antre de la bête.

Il ignorait ce qu’il allait trouver, ou ce qui allait les trouver, mais il se devait de faire corps pour que la dame Duval soit protégée. Quoi qu’il se passe, il retiendrait les ennemis pour qu’elle ait temps de retrouver les protecteurs ou de hurler suffisamment pour les faire descendre. Il s’avançait en l’ayant invité à se taire, l’index sur les lèvres. La dame Duval restait protégé par un bras puissant, qui barrait le devant de sa route, sans la toucher, mais qui serait suffisant pour la saisir et la protéger.

Les sous-sol n’étaient pas sinueux, ils étaient simple, un couloir et une grande pièce au bout, Daeron ne put s’empecher de réciter à voix haute une prière à son Dieu. C’était des paroles bienveillantes, qui lui donnaient force et courage. Il parvint enfin à la hauteur de la porte, et la franchis. Son souffle fut retenu quelques instants, écoutant les petits bruits qui auraient pu trahir, il y eut un grattement, un bruit de petit cailloux qui tombe et un bon gros rat fila entre leurs pieds. Il retrouva sa respiration.

La silhouette qui se tenait devant eux était celle d’Alfred, il l’appela, une première fois et l’homme finit par se tourner vers eux, aussi livide que terrifié. Daeron se rapprocha et pu enfin voir ce que la silhouette dissimulée. Des larges traces de sang ornait le sol dans une langue inconnue, c’était du sang qui en faisait la peinture. Daeron saisit les épaules de l’homme et lui ordonna.

«Avez-vous vu quelqu’un ? » Il eut un mouvement de recul, quand il réalisa que l’homme se tenait le ventre, blème, le sang au sol, était visiblement le sien.


Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval] - Page 2 9cn74vy
Anonymous
Invité
Invité
le Lun 15 Avr 2019 - 15:09
Pendant le temps de la descente, Mélusine restait prudemment derrière le Protecteur. Elle n'avait pas insisté pour passer la première, mais elle évoluait derrière lui au même rythme, en prenant soin de bien inspecter chaque recoin que la lanterne éclairait.

L'Amethien lui avait fait le geste de rester silencieux, mais cela ne l'empêcha pas de réciter une prière à voix haute lorsqu'ils avancèrent dans le couloir. La Ministre avait beau être croyante et vénérer Aernia, pourtant aucune prière de lui vint à ce moment en mémoire. Elle était trop préoccupée pour ce concentrer des paroles qui pouvaient apaiser la conscience.

Arrivés devant la porte au bout du couloir, Mélusine n'eut qu'un petit sursaut de surprise au moment où le rat lui filait entre les jambes. D'habitude, elle n'avait aucune peur des animaux et des rongeurs. Ce n'était guère étonnant d'ailleurs de voir ce genre de bestiole dans un tel endroit. Mais tous ses sens en éveil, le moindre bruit lui provoquait une réaction.

La Ministre reconnut sans trop de difficulté la silhouette de son garde du corps. Dans ce court instant, elle fut soulagée de le voir debout, même de dos. Mais lorsque celui-ci se retourna, Mélusine compris qu'il y avait un problème. Elle n'avait jamais vu un tel regard et une telle expression sur son visage. Malgré l'obscurité et la faible lueur de la lanterne, elle s'aperçut qu'il était très pâle comme s'il avait vu un fantôme ou quelque chose qui l'avait terrorisé.

- Alfred ? Qu'y a-t-il ?

Elle s'approcha de lui en même temps que Daeron, et son regard descendit sur le ventre du garde, sa main ensanglantée posée dessus, et tout le sang qu'il y avait autour d'eux semblant former une écriture incompréhensible. Mélusine fut prise de panique.

- Alfred ! Oh mon dieu !

La Ministre se précipita sur son garde de corps, en serrant sa taille d'un bras et posant sa main sur celle dont il se tenait le ventre. La vue du liquide rougeâtre qui semblait de pas arrêter de couler lui donnait la nausée, mais elle essayait d'appuyer sur la plaie pour ne pas qu'il en perde plus, le plus important était de venir en aide à Alfred.

- Allongez-vous ! Doucement ! Il faut appeler un médecin ! Vite ! hurla-t-elle en jetant un bref regard à Daeron.

La main de la Ministre était déjà recouverte du sang d'Alfred, et elle tentait tant bien que mal d'arrêter l'hémorragie. Son cœur tambourinant dans sa poitrine, Mélusine se sentait mal, les larmes aux bords des yeux. Tout ce qui lui importait à cet instant, c'était de sauver son garde du corps.
Daeron Azuran
Nationalité :
Amethienne
Messages :
89
Date d'inscription :
12/10/2017
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
le Ven 19 Avr 2019 - 6:26
Les païens ne récitaient jamais de prière, l’Améthien, dont la vie était voué au puissant et bienveillant Ameth veillait toujours à en offrir. Il était important que cela se passe ainsi, important que les choses se fassent ainsi. Pour amener au Dieu, la force nécessaire dans le combat contre l'Innommable. Il ne saisissait pas pourquoi les ambrosiens, et tout autre croyant païen, ne saisissait pas l’importance des prières, c’était Elles, qui avaient permis, après tout, de chasser la tempête. Que leurs âmes ne soient pas dévorées pour leur ignorance. Il continua de prier durant la descente.

Ils se retrouvaient maintenant près du garde et Daeron s’avança avec précipitation à la suite de la dame, essayant de soutenir l’homme qui avait le ventre percé, la Ministre était en danger, il savait qu’il n’aurait pas dû la laisser descendre et il lui fallut un peu de temps pour prendre conscience de ce qu’il devait faire. L’homme ne pouvait donner de réponse, les blessures au ventre étaient vicieuses, elles étaient inarrêtables.

“Je ne vous laisserais pas seule ici!”

Elle pouvait utiliser son rang de ministre, il ne répondait pas de son autorité et il le lui rappellerait forcément, sa priorité, à lui était de savoir, mais le garde du corps essayait de parler en vain, l’air rentrait dans sa bouche sans en ressortir et Daeron se redressa vivement, à l’entente d’un nouveau bruit, d’une ombre bien plus grosse qu’un rat qui le poussa à se remettre debout, prêt à être un bouclier humain. Le garde du corps ne pourrait être sauvé, ni ne pourrait dire quoi que ce soit, c’était l’évidence, il saisit le bras de la ministre et la força à se lever, sans humanité dirait certain, si elle se débattait, il la coincerait par dessus son épaule, quitte à presser un point stratégique de son cou pour la faire sombrer dans l’inconscience pour la ramener en haut.
Il ne craignait pas l’affrontement, mais Daeron n’avait pas la fierté de ne pas être effrayé, il se dressa de toute sa stature et l’ombre ne réapparut pas, mais le démon qui venait de filer, sans qu’il le sache, pouvait être là selon lui. Le garde avait le regard livide, déjà et il remonta alors, en appelant au final, courant presque avec celle qui n’aurait jamais dû se trouver là!


Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval] - Page 2 9cn74vy
Anonymous
Invité
Invité
le Mar 23 Juil 2019 - 16:01
La Ministre était en panique à la vue du sang qui n’arrêtait pas de couler. Sa robe déjà était tâchée de ce liquide rougeâtre et ses mains tenant fermement la plaie également. Ce qui lui importait c’était de sauver la vie de son garde du corps, mais il perdait beaucoup trop de sang.
Puisque l’Amethien ne semblait pas vouloir la laisser seule, elle se mit alors à crier pour que les autres au-dessus puissent l’entendre.

- A l’aide ! Un médecin ! Vite !

Elle criait le plus fort qu’elle pouvait, sachant qu’à une telle distance de la porte qui menait au sous-sol, les autres prêtres ne pouvaient peut être pas discerner ce qu’elle disait. Puis, elle se concentra sur Alfred en essayant de le rassurer comme elle pouvait.

- Quelqu’un va venir Alfred, on va vous aider. Ne bougez pas ! Tout va bien...

Mais tandis qu’elle achevait sa phrase, elle fut brusquement tirée par le bras par Daeron. Il semblait qu’il avait vu quelque chose et essayait de la sortir de la pièce. Elle ne se débattit pas mais la peur l’envahie. S’accrochant de ses mains souillées sur le bras de l’homme, elle jeta un dernier regard en arrière sur Alfred. Il ne pouvait rester là tout seul mais que faire d’autre ? L’instinct de survie était plus fort.

- Que… qu’avez-vous vu ? Qu'y a-t-il ? Dit-elle entre deux hoquets.

C’était dans la confusion la plus totale qu’elle suivait l’Amethien, essayant de ne pas traîner et garder son rythme de course. Il était primordial de sortir de là, et le plus vite possible.

- Daeron, on ne peut pas le laisser là !

Alfred était-il déjà condamné ? Y avait-il ne serait-ce qu’une lueur d’espoir pour le sauver ? Mélusine se retourna encore une fois pour voir si quelqu’un les suivait. Elle ne comprenait pas ce que l’homme avait vu dans la pièce pour fuir ainsi. La Ministre n'avait jamais été aussi paniqué de sa vie.
Daeron Azuran
Nationalité :
Amethienne
Messages :
89
Date d'inscription :
12/10/2017
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
le Lun 12 Aoû 2019 - 18:52
Il n’écoutait pas la ministre, le garde du corps avait pris un coup à l’abdomen, à la position, il ne pourrait que faire une hémorragie avant que quoi que ce soit n’arrive, la mort faisant partie du cycle de la vie, il ne pouvait vouloir sauver une vie que Ameth destiné à la fin. Et il fallait mieux mettre en sécurité la ministre, ainsi, sans réponse à lui donner il l’entraîna. Si par malheur, elle résistait, elle finirait par-dessus son épaule. De grands pas, de grandes enjambées, le front craint, Daeron entraina la ministre.

Parvenu à l’étage, il parla rapidement aux autres prêtres et demanda l’évacuation discrète de la ministre, le cœur lourd, il dévisagea les réfugiés, ils ne pouvaient les foutre dehors et son cœur exhorta tout simplement que le temple d’Ameth puisse réceptionner la foule. Les autres temples feraient bien ce qu’ils veulent, mais par souci de discrétion, il murmura à tous ceux qui pouvaient être concerné.

« Je voudrais éviter un mouvement de foule, ou une émeute, malheureusement les choses vont être difficile, le garde a été poignardé, la ministre doit être mise en sécurité et évacuer discrètement, cet endroit n’est sûr pour personne, il faut appeler le ministre. »

Il continua ses paroles, l’autorité de la ministre ne pouvait réellement s’exprimer parmi les amethiens qui paraissaient savoir mieux que quiconque le réel combat, enfin, ça, ils l’estimaient, c’est donc pour cela que Daeron pris le choix de protéger la ministre et contre toute attente, la fit mettre dans un fiacre et la raccompagna jusqu’à ses appartements, le temps que police fasse son ouvrage. Ce n’était pas dans ses attributions, mais il ne pouvait la laisser. Ambrosia et le Protectorat étaient unis et le seraient fort longtemps…

« Je suis désolé Madame… »

Dit-il penaud.


Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval] - Page 2 9cn74vy
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum