-22%
Le deal à ne pas rater :
Siège Gaming Steelplay SG01 (noir et vert)
179.99 € 229.99 €
Voir le deal

Valerian d'Andressy
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
484
Date d'inscription :
11/04/2017
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
le Sam 2 Fév 2019 - 6:52
Une grimace agita mes lèvres, ce n'était pas tout à fait exquis en vérité de savoir que sa batisse avait été le théatre des impies. J'avais beau être un voleur et une ombre, cette race là me fichait froid dans le dos, comme une ombre, elle rôdait sur la capitale et cela me fichait froid dans le dos. Je n'aimais pas ces gens là, enfin, je n'étais pas un impie, cela devait y jouer et je prenais nouvelle sur le sujet car je m'inquiétais. Mes pupilles la fixèrent intensément, oui, je savais ce que cela voulait dire, le feu. Les amethiens et les puristes réglaient toujours cela par le feu, comme si cela était nécessaire. Cette demeure pouvait trouver preneur, si elle était remise en état et habitée par des croyants, Aernia y veillerait...enfin, je pouvais y veiller pour Aernia.

-Où donc allez-vous reloger ? je m'en inquiétais, il fallait qu'elle se trouve un endroit satisfaisant, pour elle, pour sa petite vie, je m'en inquiétais. Parce que je l'appréciais, oui, j'avais l'humeur ainsi, je m'attachais rapidement ou jamais ! Ainsi donc, je me faisais quelques soucis à son encontre. J'avais une idée, qu'elle n'accepterait probablement jamais. Des biens en Ambrosia, je n'en avais pas, ma richesse aurait pu être intéressante dans les biens immobiliers mais...hélas. Ce n'était pas sécuritaire. Ceci dit, dans l'immeuble de mon identité s...ah non, Lampré était mon identité secrète. Dans l'immeuble de Valérian, il y avait des petits appartements, un peu cher pour sa bourse je suppose, il fallait que j'y réfléchisse...

je trinquais et je souriais, j'adorais sa candeur qui prenait vite le dessus, c'était rafrâichissant et cela me ravissait. J'en avais tant assez de ces idiots qui maudissait ciel et terre pour un rien, ou n'était que négativité.

-Oh les journaux, ils sont fans, que voulez-vous, je suis le sujet le plus intéressant de cette ville faut-il croire, mais je pense que cela détourne parfois des vrais sujets. Ce qui m'arrange, cela permet de faire des donnations...comment dire...discrètement, pour la reconstruction d'Ambrosia par exemple, ou pour aider des familles délogées. Je réfléchis à quel coup peut couvrir autre chose mais... Mon sourire se fit malicieux et mes pupilles pétillantes. Mon index trouva mes lèvres pour marquer un chut. C'est un secret entre nous.

Je ne cherchais pas à me faire mousser, je m'en moquais. Je reposais mon verre et inspirais. Ambrosia avait mal mais ambrosia survivrait...

-Voulez-vous voir ma dernière petite moquerie?

Mes lippes portaient un immense sourire et je me relevais, pour aller chercher l'écrin d'un grand coffret. Ah, ce bien, je l'avais ravis du cou de Madame Clark et cela me plaisait. La pauvre dame en serait toute retournée. Et j'adorais cette idée. La rivière de Sornar, parure de coup de rubis et de diamant, était désormais mien, je ne savais pas ce que j'allais en faire, comme tout bijou inestimable, il était au final, invendable, sauf dans un autre pays ou à un étranger, certains, je les connaissais tous, mais cela me faisait mal au cœur de voir le pays s'en défaire, il resterait donc probablement dans un coffre dissimulé...

-Madame Clark a probablement était fort fâchée...

Je venais ouvrir le coffret sous le nez de Beth, enfin, je le déposais sur la table pour qu'elle puisse l'ouvrir. Je lui aurais volontiers donner, mais c'était risquer la gendarmerie pour elle, voir pire et puis, quelle utilité pour un esprit comme le sien, elle devait bien s'en ficher, je pense, tout comme je ne l'imaginais pas avec, non, à mes yeux, un médaillon lui aurait été mieux été. Je me glissais dans son dos et posais mes mains sur ses épaules, en souriant.

 -Une parure trop lourde et probablement trop débordante, mais les femmes de palais, c'est ce qui leur plait. et entre mes lèvres, ce n'était clairement pas un compliment, c'est ainsi que dans mes mains de voleurs, enfin, de mes mains de voleur, glissa un petit pendentif, avec un médaillon d'argent, simple et discret que je fermais à sa nuque. Celle-ci est bien plus magnifique...à mon goût! Je retournais m'asseoir. Alors, comment allez-vous vous reloger ? Vous avez eu le temps de chercher ? Sinon, demain, une clé et une adresse vous attendrons quelques parts!

Et je ne plaisantais qu'à moitié !


Acte 3, scène 02 : le voleur et l'étudiante - Page 2 UnGAqdE
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum