Le Deal du moment : -32%
-32% sur le purificateur d’air Dyson Pure Cool ...
Voir le deal
229 

Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
149
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Jeu 25 Oct 2018 - 9:59
L’idée avait été lancée la dernière fois. Et je ne niais pas qu’elle avait un certain attrait. Oui, ce serait une belle occasion de travailler ensemble sur un projet intéressant… aussi, j’avais accepté et nous y voilà. Là voiture se stoppa devant la demeure des Clark et je descendais. J’avais rendez-vous avec une femme fort peu commune, et au final, une femme qui aurait mérité mieux que ce qu’elle avait. Si sa cousine avait eu plus de jugeotte, elle aurait sans doute trouvé un poste au gouvernement pour Amelia Clark. Et sans doute aurait-elle fait une ministre du commerce et de l’économie du feu de Soarnial ! C’étai une femme d’affaires qui avait su montrer tout son talent, et c’était presque du mépris que de la sous-estimer de la sorte ! Enfin bon, peut être que les cousines ne s’entendaient pas… je souris et sur invitation du valet de porte, je me débarrassais de la lourde veste fate pour endurer les froids du nord et qui, par conséquents, était trop chaude pour ici. Enfin bref. Je souris, et le remerciais, avant d’essuyer mes pieds. Puis, un homme – dont je ne connaissais pas le nom – vint me chercher, me signifiant que madame Clark m’attendait. Je le suivis sans hésitation. Il était vrai que nous avions rendez-vous, après tout.

Enfin, je fus laissé en présence de la dame de céans et je faisais une légère courbette polie, une semi-révérence dirions-nous. Je lui fis un sourire avant de finalement lui sourire plus chaleureusement, davantage comme une amie. Même si, en tout état de cause, aucune personne portant le nom ou le sang des De Choiseul ne pouvait ^être un ami. C’était un principe. Amelia était une sorte d’exception, mouton noir, clairement… je fis un sourire silencieux avant de finalement prendre la main qu’elle me tendait et y déposer un baisemain, des plus formels. Puis, je me détendis.

« Cela me fait plaisir de vous voir, Amelia, comment vous portez-vous ? »

Bien, je l’espérais. Je n’aborderai sans doute pas plus sa vie personnelle : elle n’apprécierait pas plus que moi les épanchements sur ce qui ne me regardait pas. Je n’étais pas de ce genre-là ! Je lui fis un sourire avant de finalement lui dire, sur un ton doux, attendant d’avoir été invité à m’asseoir pour le faire.

« Je suis ravi que nous puissions enfin nous retrouver pour une association… je suis venu un peu avant eux, mais puisque vous aviez parlé de venir avec nos meilleures têtes pendantes, je suis venu avec. J’ai mon œnologue, le meilleur du pays, et plusieurs autres spécialistes techniques. J’espère que cela ne vous dérangera pas trop. Oh, ils ne sont que trois. Mais ce sont de grands professionnels, et de fins spécialistes. Je pense que vous les apprécierez pour cela. Mais je me suis dit que nous aurions sans doute quelques mots entre dirigeants avant que nous ne travaillions avec eux. Ne pensez-vous pas ? »
Amélia Clark
Nationalité :
ambrosienne
Messages :
222
Date d'inscription :
08/02/2017
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
le Lun 15 Avr 2019 - 13:59
Les enfants étaient chez leur père, partageant la liesse de pouvoir admirer leur nouveau frère, ou soeur, je ne sais pas. L’aîné se tenait dans un coin de la pièce, l’air calme et studieux. Consciente qu’il ne serait pas fâcheux de l’habituer aux affaires et surtout, de l’inciter à s’y intéresser, j’avais fais le choix de lui faire toucher à quelques vieux livres de comptabilité et de gestion, si cela l’intéressait, fort bien, sinon, et bien, j’espérais pour lui qu’il ne me décevrait pas. Ce n’était pas ma vie, c’était la sienne, il était en âge de déterminer ce qu’il souhaitait pour son avenir. Il m’avait d’ailleurs évoquer le fait que son père souhaitait le fiancer à la jeune demoiselle de Brisen, chose que je n’approuvais pas. Mon fils n’avait pas besoin de se marier déjà, de prime abord, de plus, je n’avais pas été consulté. Déjà que le mariage des jumeaux avec Brisendan avait été annulé, à cause du comportement indécent de l’héritier…

Quoi qu’il en soit, j’écoutais mon ainé qui s’excusait un instant, pour sortir de la pièce. Je restais à mon travail, Monsieur Beauregard ne saurait tarder à arriver. J’avais convié pour l’heure du rendez-vous, la plus vieille et talentueuse de mes conceptrices, une vieille femme infirme, presque aveugle et empestant le cigare. Mais personne n’avait son talent pour déterminer un produit phare, elle parlait peu, mais était intransigeante. C’était la seule que je souhaitait, mais j’avais ramené une de mes soeurs, qui n’étaient pas de ma qualité, mais qui, une fois sortie du contexte groupe de femelle, avait une certaine clairvoyance.

Bref.

On m’informa de l’arrivée de mon rendez-vous, je me redressais, portant une robe de saison d’un profond gris sombre. Rien d’extravagant, de déplacé ou d’inconvenant, cela restait pourtant la dernière mode quand à la coupe qui dévoilait les épaules discrètement sous une dentelle fine.
Je fus aussi cérémonial que je le devais et recevais son baise main, dans un sourire. Plus amicale que personne ne pouvait recevoir, peu m’importait la lignée familiale que j’avais, je ne pensais pas plus qu’au travail.

“De la meilleure forme qu’il soit Raimond, et vous même? Je vous en prie.”

Je l’invitais à siéger et donc à s’installer tout simplement. Je l’écoutais et approuvais.

“Fort bien,j’avoue que je n’en attendais pas moin de votre part. Mon fils est sorti un instant, mais je souhaiterais l’initier un peu aux esquisses de son future héritage, préférez-vous qu’ils nous rejoigne après?”

J’attendais sa réponse, et comme pour appuyer mes propos, mon fils frappa avant d’entrer et fut convié. Il possédait un air détaché et des yeux profondément sombre, comme ceux de son père, ainsi qu’une chevelure chatain qu’il coupait court. Sans attendre et distinguant que l’homme qui était arrivé durant sa légère absence, il s’inclina et profita que je le présente Lorn d’York, pour offrir une inclinaison de tête, et une semi-révérence, avant de présenter sa main. Il savait que je le jaugeais.


[CLOS]Collaboration et élaboration [PV] QMwFHDj
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
149
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Mar 28 Mai 2019 - 17:03
Je souris à la maitresse de maison, femme d’affaires talentueuses s’il en était. La seule mauvaise affaire qu’elle n’ait jamais faite était sans doute ce rapprochement avec Zénon de Lascelle, qui était aux affaires ce qu’était un ouragan à un bateau. Cet homme n’avait jamais réussi la moindre affaire. Alors certes, il avait le verbe haut, mais cela ne faisait pas tout ; quand j’avais appris son implication dans les affaires Clarke… sincèrement, j’avais lourdement hésité sur la suite à donner. J’étais heureux toutefois de voir qu’il n’était pas présent. Nous pourrions discuter en personnes de talent.

A son invitation, je m’installais, impérial dans le fauteuil qu’elle me laissait, qu’elle m’offrait, et je la regardais alors qu’elle approuvait ma démarche. Je n’en doutais pas, c’était une professionnelle. Et quelqu’un qui ne se fait pas à ses subordonnés compétents ne valait pas le coup ! Je lui fis un sourire et j’opinais du chef quand elle parla de son fils. Oui, je comprenais, c’était logique de mêler la nouvelle génération aux affaires…

« Je ne vois aucun inconvénient à l’attendre si vous préférez, c’est vrai qu’il est bon, que, quand il est possible, la nouvelle génération apprenne. Peut-être pourrions-nous d’ailleurs envisager un parrainage, pour qu’il apprenne le métier auprès d’un autre professionnel, qui serait sans rapport direct avec la famille ? »

L’important était la pérennité de nos affaires n’est-ce pas ? et la pérennité passait par la survie à notre décès, et donc, à la formation d’une nouvelle génération. Je lui fis un sourire et je restais un instant silencieux avant de finalement lui demander, réellement curieux, et non juste pour la forme.

« Pensez-vous qu’il tienne suffisamment de votre génie des affaires pour pouvoir, un jour, reprendre dignement le flambeau ? »

Oui, la question valait le détour, ainsi, je le mêlerais bien en apprenti à mes affaires, mais si sa mère ne le trouvait pas prometteur… je n’étais pas du genre à gâcher mon temps, pire encore, à gâcher mon argent ! Mais elle avait le jugement presque sûr, alors son avis sur la question pourrait s’avérer intéressant.

« Puis-je m’ouvrir à vous d’un problème qui m’a taraudé ces derniers temps ? Je vous ai toujours considérée comme une femme d’affaires talentueuse, avec un flair tout particulier pour savoir faire croitre et prospérer une affaire… jusqu’à apprendre que vous travailliez en collaboration avec monsieur le comte de Lascelle. Serait-ce déplacé que de vous dire que j’ai trouvé cette association quelque peu inquiétante ? »


[CLOS]Collaboration et élaboration [PV] BiYb2et
Amélia Clark
Nationalité :
ambrosienne
Messages :
222
Date d'inscription :
08/02/2017
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
le Ven 14 Juin 2019 - 18:07
« Vous m’ôtez les idées des lèvres Monsieur, à dire vrai, je pensais vous laisser le loisir de l’observer avant de vous proposer une telle chose. Il faut avouer que je n’ai pas assez de bienveillance pour énoncer une quelconque perfection de mon fils, disons qu’il me semble convenir pour suivre un apprentissage. Je préfère laisser à un œil moins sévère, enfin, je n’en suis pas certaine, de le jauger et d’envisager…de le prendre sous votre regard. »

Je n’étais pas mère bienveillante et encore moins femme à pouponner à l’excès. Mon fils convenait, il ne frôlait aucune perfection et je lui trouvais une retenue molle qu’il avait hérité de son père, mais qu’il savait pertinemment palier quand il voulait bien être un Clark. Ce qui lui arrivait de plus en plus.

« Il est le seul en qui je fonde quelques espoirs, les autres peuvent encore me surprendre, mais je doute de leurs qualités en la chose. Peut-être la plus vivace de mes dernières sauraient, mais sa jeunesse ne permet pas de jauger tout à fait ses capacités. »

Disons qu’elle était bonne manipulatrice et douée d’une invention extraordinnair,e je craignais qu’elle ne finisse par suivre une lignée impériale d’inventeur ou simplement de romancière. Je ne savais pas pourquoi, mais je le pensais. Je relevais mon visage sur le sieur princier et j’esquissais un sourire. Sa remarque sur le comte me laissa amusée, ils étaient nombreux à désapprouver. Mais cela ne regardait quiconque.

« Comme tout homme d’affaire qui souhaite séduire certain client, il est de nature à s’offrir une poule de luxe. La chose est basse, je le conçois, mais les plus fermés des eskrois, voir des Ambrosiens s’ouvrent comme des fleurs au soleil à l’approche d’un masculin de leurs rangs. Disons qu’il œuvre pour mon intérêt, et il n’est qu’à mon service. Rassurez-vous, vous n’aurez pas à faire à lui dans nos échanges. Ainsi donc, je saisis vos inquiétudes, mais elles n’ont pas de raison de réellement exister. »

Il n’était pas la peine ainsi, par cette réflexion, de s’y étaler. Je n’avais pas grand-chose à faire de ce genre de chose et je ne confiais rien à Zenon qui ne soit si important. Certes, il officiait pour moi et gérer quelques petites choses, mais…si je ne sentais pas les choses, je ne le suivrais pas les yeux fermés. Je connaissais son passif…

A la porte, l’on frappa et la servante demanda humblement ce que nous souhaitions, je demandais un café. Mon fils s’avança à la suite et se présenta avec perfection et étiquette au Prince avant de venir derrière moi et résuma la situation de nos affaires à ma demande, ce qu’il fit à la perfection. Bien…

« Prenez une place et soyez attnetif »…


[CLOS]Collaboration et élaboration [PV] QMwFHDj
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
149
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Lun 23 Sep 2019 - 14:42
Je ne comptais pas, bien sur, l’accepter sans conditions. qu’on le veuille ou non, et malgré toutes les grandes qualités de sa mère, il y avait des défauts dans son sang lui-même. c’était, quoiqu’il n’en portât pas le nom, un de Choiseul. Je lui fis un sourire entendu, toutefois. Nous nous comprenions un minimum, exception faite que je ne m’occuperais pas de lui directement. Bien sur, il rejoindrait les terres des Beauregard. Tercorail. Là bas, il apprendrait beaucoup. Il ne serait pas homme d’affaire acceptrable s'il ne connaissait pas ce qu’il gérait sur le bout des doigts. Moi, j’avais baigné là dedans depuis ma naissance, alors je n’avais pas besoin d’un tel apprentissage, lui par contre…

« Je préfère vous confier, madame, que je doute qu’il soit traité avec un œil moins sévère. Son sang le condamnera sans doute à être rabroué à la moindre forme d’échec. Que l’on le veuille ou non. Les vieilles rancunes sont tenaces, même si je sais en faire fi avec les bonnes personnes. s’il espère la moindre indulgence, il faudra qu’il la gagne par ses mérites, d’ici là, je ne doute pas qu’il s se sente particulièrement inapte. Et il vous serait renvoyé sur l’heure s’il commentait l’impair de trop. »

Oui, sachant que l’impair de trop serait sans doute le deuxième. On mettrait le premier sur la bêtise de la jeunesse, mais le deuxième… bref, ce serait sans doute bien plus sévère chez moi que chez madame Clarke enfin, cet avis n’engageait que moi… quant à son potentiel.

« Pour lui comme pour votre dernière, l’avenir nous le dira. Nous verrons bien ce qu’il nous réserve. Puissent les dieux vous offrir une relève nombreuse. Mais deux, ce serait déjà une bonne chose, sans doute… »

Oui, et étant donnée la fertilité de la mère, il était à espérer que l’une de ses filles ait la même profusion d’enfants. Je lui fis un sourire alors que, puisque nous parlions du loup, l’aîné arriva. Bien sur, je ne répondais pas au sujet de la « poule » de madame. Je me contentais d’opiner du chef, me concentrant sur le fils, qui avait l’air particulièrement guindé. En soi, je comprenais cette attitude. Une attitude qui aurait pu être altière s’il avait été un peu plus vieux. Mais là, ça avait un côté jeune impudent. Enfin bref.

Il résuma parfaitement la situation des affaires et je faisais un signe de tête approbateur sur le sujet ; enfin, je reportais mon regard sur la maîtresse de séant.

« Je suppose que votre fils a un peu réfléchi au projet. Peut être pourrait-il donner un avis sur la suite à donner à notre collaboration ? »


[CLOS]Collaboration et élaboration [PV] BiYb2et
Amélia Clark
Nationalité :
ambrosienne
Messages :
222
Date d'inscription :
08/02/2017
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
le Jeu 24 Oct 2019 - 14:50
« Son appartenance lui fait défaut, mais cela n’est qu’au mieux. S’il ne faisait pas les efforts nécessaires, ainsi, sait-il que je ne m’embêterais point à le former ! Je ne suis de Choiseul que par ma Mère, le sang Clark coule bien plus abondamment dans mes veines, je n’ai ni de fantaisie d’inventeur et encore moins de stupidité d’armée. Lui non plus. Mais croyez le ou non, ma sévérité est pire que les à priori sur son sang. »

On ne pouvait en douter, dans mon irrémédiable tenue, mon sang froid parfait et ma façon d’être, je ne portais rien de cette fratrie qui me pourrissait l’existence, je comptais exister par moi-même et c’était bien tout ce que j’avais fais depuis des années, maintenant, il n’y avait plus d’autre chose à dire, le fils devrait se montrer parfait, une erreur et son père le recevrait sans aucune autre forme de procès, je n’allais pas m’ennuyer avec un idiot. Exigeante ? C’était en vérité, tout un minimum que j’attendais de lui.

Nous continuâmes et je ne relevais point sur l’avenir et le nombre de descendant. Il suffisait que mes enfants me couvrent de petits enfants pour me tuer un rien de plus, enfin, je doute m’intéresser à eux, sauf si l’un d’eux venaient à me surprendre, mais c’est comme tout :je suis exigeante.

Le jeune enfant fut encouragé pour donner suite à la collaboration, en tous cas, son avis, je ne disais mot, puisque le seigneur Beauregard l’y encourageait, je laissais le jeune homme obéir, il ouvrit la bouche, garda contenance, et essaya de présenter ses pensées, comme il le pouvait. Il eut d’abord cette façon d’hésiter que peuvent avoir les ignorants, toutefois, il se lança alors dans quelques paroles, on sentait son inexpérience, sans que cela soit pour autant un frein, je le laissais faire, sans interrompre et sans regard.

Ce n’était pas parfait, je ne lui demandais pas cela, ainsi donc, je laissais venir le café et je saisissais ma tasse.


[CLOS]Collaboration et élaboration [PV] QMwFHDj
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
149
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Mar 12 Nov 2019 - 7:37
Je ne disais pas le fond de ma pensée, mais il était aisément perceptible ; eut-elle gardé le nom de son lignage maternel et cela aurait été beaucoup plus difficile de faire affaire avec elle. Je n’étais pas un homme se défaisant facilement de certains a priori. Bon sang ne saurait mentir, n’est-ce pas ? Fort heureusement, elle n’était pas trop imprégnée par le sang usurpateur. Je lui fis un sourire et je regardais son fils. Voyons-voir un peu s’il avait le quart de l’intelligence de sa mère. Je le fixais droit dans les yeux, sans plus sourire, restant sans rien dire et attendant, silencieux. Je ne disais rien et je le laissais commencer à hésiter, le transperçant de mes yeux, et l’intimidant suffisamment pour qu’il semble avoir du mal à trouver moyen de me répondre. Je n’avais pas grand-chose à dire, et, s’il oubliait beaucoup de choses, le fond était principalement bon.

« Eh bien ce n’est pas trop décevant… je ne vois pas de potentiel a priori, et pas forcément la perspicacité de sa mère, il ne faut pas rêver, mais je vais vous laisser le bénéfice du doute, jeune homme. La prochaine fois, par contre, n’essayez pas de meubler les vides en imitant les carpes. »

Je commençais alors à lui poser des questions, sur les produits de la famille Clark, sur les miens, parce qu’un partenariat se fondait sur la compréhension des affaires de chacun. Au moins, sur ce point, s’il ne répondit pas vite, automatiquement, il avait au moins de bonnes réponses… je ne pus qu’approuver et m’adresser à nouveau à mon hôte comme si le jeune homme n’était pas là.

« Oui, je pense qu’il y a peut-être quelque chose à en faire… »

Je portais à mes lèvres ma propre boisson, tranquillement, laissant le silence planer avant de reprendre.

« Notre collaboration pourrait être prometteuse… je me suis permis de mener avec moi une petite merveille olfactive, qui pourrait beaucoup y gagner, mélangé avec le fumet de vos cigares… tenez… »

Je sortis une petite flasque en verre entourée de cuir, qui tenait dans la paume. Je la lui tendais et je la laissais sentir la fragrance vive et puissante de cette ébauche d’alcool. 


[CLOS]Collaboration et élaboration [PV] BiYb2et
Amélia Clark
Nationalité :
ambrosienne
Messages :
222
Date d'inscription :
08/02/2017
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
le Sam 14 Déc 2019 - 8:55
Le fils me regarda, je ne laissais rien transparaitre, ni approbation, ni désaprobation, il le savait, je n'étais pas de ce genre à fournir ce qu'il fallait pour que l'on se sente bien, il n'avait pas besoin de cela et je n'étais pas de ce genre là. Il était compliqué d'agir et d'avancer quand on attendait d'un autre quelque chose, il devait apprendre à être satisfait en faisant ce qu'il estimait le mieux, là, je serais peut-être fière. C'était difficile, mais il ne vivait pas pour moi, mais pour lui-même ! Ainsi donc, je laissais le prince jugeait et je ne disais mot, préférant me concentrer sur l'alcool qu'il me présenta, je prenais temps d'inspirer et d'expirer avant de sentir.

Je portais à mon nez le parfum, mesurée et consciente de calculer les choses, j'aimais les tonalités vives, prenante, je les imaginais parfaitement s'allier avec les « Roserno », des cigares récent, un peu jeune pour certain mais qui sauraient parfaitement se marier, il y avait quelque chose à essayer, je fis signe au fils de sortir la boite trois.

« Les Rosernos vont s'allier avec, il faudrait tester, mais à l'odeur, le mariage serait subtil et prenant. »

De la boite, je sortais un cigare enfermait dans un étui, que je tendais à Raimond, c'était un des produits les plus intéressant de la lignée Clark, récent mais qui avait fait ses preuves, très prisé par les nobles de la cours ces derniers temps, il était fumé par le Premier Ministre même, ce qui donnait envie aux autres d'en faire de même, mais au delà, son goût était précis, il ne prenait pas trop de place.

« Pas sur la durée mais sur l'instant, c'est une bonne chose, beaucoup de personne n'apprécie pas quand cela reste, parce que ça peut donner mauvaises haleines, plusieurs de mes concurents s'étaient cassés le nez là dessus , permettant mon emprise sur le marché, ils avaient tous voulu utiliser des produits que j'avais évincé. Et c'est moi qu'on avait traité de folle. »

En y repensant, c'était...fort drôle.


[CLOS]Collaboration et élaboration [PV] QMwFHDj
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
149
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Jeu 26 Déc 2019 - 18:56

Je n’avais jamais été partisan de favoriser sa progéniture. Parce qu’on ne faisait aucun cadeau avec ce genre de méthodes. Quand j’en aurais, mes enfants seraient élevés comme je l’avais été : à la trique quand ça le méritait. Je lui fis un sourire poli, laissant le jeune homme continuer sur sa lancée. Je n’étais pas complètement d’accord avec ses propos, mais je n’en montrais rien, me contentant de le laisser exposer ses propos, Je finissais même par me désintéresser de lui, ne le regardant pas pour m’intéresser à la dégustation de la véritable collaboratrice. Je savais parfaitement comment ça pouvait fonctionner. Je voyais la scène, déjà, un coffret magnifiquement ouvragé, véritable écrin pour une bouteille d’un Don, et qui contenait aussi quelques cigares. Tout cela fonctionnerait parfaitement. Je restais sans rien dire avant de finalement entendre Amelia prendre la parole. Son fils avait fini depuis quelques instants déjà et il s’assit silencieusement. Qu’il en prenne de la graine.

Je prenais l’un des cigares de la boite et je le reniflais. Il avait une odeur délicieuse, quoiqu’il ne semblât pas complètement fait… sans doute un peu jeune. Je fronçais les sourcils et je le reposais… cela pouvait s’avérer intéressant. Et oui, le fumet pouvait avoir quelque chose de relativement doux et subtile. Mais ce n’était pas pareil quand on prenait le verre et le cigare. L’intérêt était de se faire quand même drôlement plaisir au travers d’une gorgée et d’une bouffée, ou même… j’avais une petite idée.

« Il existe, à Eskr, certaines pratiques qui consistent, avant de l’allumer, de tremper le cigare, ou du moins une partie de celui-ci dans l’alcool… peut être pourrions-nous nous arranger pour que cette coutume s’importe quelque peu à Ambrosia. Avec la bonne complémentarité entre votre cigare et la boisson dans lequel on le tremperait. Une manière de mettre non pas le Don mais vos ^produits en valeur. D’une certaine manière, mettre votre cigare comme base, et une sorte de complément offrant un nouveau mélange de saveur au travers d’un accompagnement par du Don. Qu’en dites-vous ? »

Elle était une femme qui savait prendre des risques, d’une certaine manière. Je lui fis un sourire avant de finalement lui lancer, d’une certaine manière.

« Dites-moi, serez-vous assez folle pour cette idée ? »


[CLOS]Collaboration et élaboration [PV] BiYb2et
Amélia Clark
Nationalité :
ambrosienne
Messages :
222
Date d'inscription :
08/02/2017
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
le Mer 8 Jan 2020 - 11:51
Ce n’était pas aisé d’être mon fils, ce n’était pas aisé non plus de faire face à Raimond Beauregard, mais je pensais que cela lui permettait d’envisager les choses. De voir que sa condition de marquis ne changeait rien, enfin, de futur marquis, il ne l’était pas encore. Nous finîmes par l’ignorer avec une facilité déconcertante, il n’avait pas besoin de félicitation, ce n’était pas ce qui était nécessaire dans la vie et comme ce n’était point nécessaire, alors…il était inutile de s’attarder ! Par ailleurs je préférais largement entendre l’idée du Prince à mon flanc, que de continuer dans l’aprentissage…

Délicieusement, il me tenta, en tout bien tout honneur et je l’observais délicatement, la pupille animée d’une lueur nouvelle. Connue de mes collaborateurs quand l’idée me séduisait, je regardais Raimond.

« Soyons fous…car l’idée me plait. Et vous savez comment on parvient à faire marcher quelque chose en Ambrosia, sans passer par l’impératrice ? Et bien, on en lance la mode lors de mes dîners. Et je crois que planifier cela pour le prochain, sera une merveilleuse idée. Je suppose aisément que vous n’avez aucune réelle envie de passer par ma Cousine n’est-ce pas ? »

Je ne taquinais pas, ce n’était pas mon genre, mais si je n’appréciais pas l’idée de passer par Lilith, ce qui aurait été facile, au vue de son plaisir pour les cigarillos, et les cigares lors de certaine soirée. Je souriais par ailleurs et je savais par avance qu’un succès serait au rendez-vous s’il était bien abordé. Chose aisée, il y aurait deux produits de luxe, dont un portait par un homme que les conservateurs adoraient.

« Nous allons devoir réfléchir à tous les détails, mais c’est ce que je préfère, et faire quelques essais en amont, je propose que nous pensions aux produits ensembles et que nous nous revoyons bientôt pour faire quelques essayages avec un panel de testeur, le siège de mes boutiques à cet étage sera idéal pour cela. »

Oui, je n’avais point patience de diverger, l’idée principal étant lancé, il fallait avancer , non ?


[CLOS]Collaboration et élaboration [PV] QMwFHDj
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum