Le Deal du moment : -50%
-50% sur les tongs Havaianas Brasil en noir
Voir le deal
11 €

Emily de Brez
Nationalité :
Eskroise
Messages :
277
Date d'inscription :
26/02/2017
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
le Dim 10 Fév 2019 - 18:40
Emily de Brez angoisse, la rumeur n’en est pas une, son mari ne saurait tarder à venir à la capitale, pour les jeux. Elle angoisse pour plusieurs raisons, jamais vraiment plaisantes, toutes un peu différentes. Revoir un homme qu’elle n’aime pas, montrer de quoi elle est capable, s’assurer de ne pas faire d’erreur, bref, beaucoup trop de chose qui ne l’aide pas. Son cœur comme son esprit sont bien trop agités, préoccupé pour prendre attention aux rumeurs des autres demoiselles de la cour. Emily a de toutes façons beaucoup d’autres choses à apprendre ou comprendre, surtout, pour réussir à faire quoi que ce soit. Les gens s’agitent beaucoup trop autours d’elle, ce qui lui donne déjà assez chaud en plus du temps plus que clément qui s’installe à la capitale.

Emily ne connait que des étés frais, agréable, où l’on porte une veste en fin de journée pour ne pas avoir froid, ici, le soleil vient brutalement chauffer la matinée de ses rayons et que dire du temps à midi. La cour parait apprécier ce changement qui les rends d’humeurs élégante, à moins que cela ne soit l’annonce des jeux qui arrivent, l’un ou l’autre, Emily se fond à peine dans le paysage et pense plutôt à tout ce qui va se tramer pour elle bientôt, de quoi occuper largement son esprit en plus des cours de politique, de maintien, de diction etc etc…entourée de jeune pupille s’exerçant à l’art de cour, eskroises de bonne famille, elle se sent un peu absente et mal à sa place, l’envie de partir et d’aller chevaucher ou bien se baigner lui est bien plus plaisant que tout le reste, et elle donnerait volontiers sa place à n’importe qui plutôt que de rester là.

Sortant de son absence, assez soudainement, elle observe une de ses « amies » qui semble avoir voulu attirer son attention, Emily sourit en coin, perplexe et hoche la tête sans savoir trop à quoi elle a répondu. Rien de bien important visiblement car les jeunes femmes se mettent à chuchoter à l’apparition d’une belle jeune femme à la maigreur affichée et aux beaux cheveux blonds. On marmone son surnom un peu comme une insulte et Emily fronce les sourcils. A vrai dire, elle ignore encore les rumeurs au sujet de la promesse d’épousailles avec son tuteur, elle ne sait pas qui est cette jeune femme, mais les moqueries ne sont pas de son humeur, et plutôt que de rester à cancaner comme une petite peste de pie, elle se relève et s’excuse. Prête à s’en aller, elle réalise connaître le nom de la dame pour une excellente raison, et quand cela lui vient, elle reste un peu hésitante avant de se décider…

D’un pas, Emily s’avance, dans sa robe « royale » au corsetage brun, elle sourit un peu maladroitement, mais finit par prendre son courage à deux mains. Elle se rappelle toutes les précisions de politesse d’approche de Nemrod, consciente de sa potentielle maladresse, elle parvient pour autant à se rapprocher de la dame.

«Mademoiselle Samabartel, il m’est fort agréable de croiser votre route. Permettez-moi de me présenter, sa majesté Emily de Brez. Je tenais à vous rencontrer, je suis, une grande amatrice de fourrure. »

Elle ne peut se revendiquer trop grossièrement dans la fourrure, elle est désormias une chichiteuse, mais la fourrure est fierté de son pays, non qu’elle soit commerçante, mais les fourrures de Thorm sont un produit de luxe. Et elle s’y connait un peu dans tout cela…


[CLOS]Ne pas aimer les petits ragots de courtisans [Daphnée] 3ebzLBS
Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
224
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Lun 18 Fév 2019 - 20:38
Les regards la dévisageaient quand les murmures chantaient sous ses pas. D’un couloir à l’autre, la jeune Raclusienne semblait tant découvrir la remarquable demeure impériale autant que les Serpents qui y vivaient. Et elle semblait être tombée dans un véritable panier de vipères, leur langue fourchue venant chatouiller ses joues blafardes que le soleil, jamais ne saurait teindre d’un doux hâle. Tâchant de rester droite, de les ignorer, elle entendait pourtant ce sobriquet qu’on lui offrait, détestable surnom morbide annonciateur de malheur plus grand. La Dame au Glas. Fermant ses paupières un court instant, elle retint un soupir qui trahirait l’atteinte que de tels mots pouvaient avoir sur elle.

Cela faisait maintenant une bonne dizaine de jours qu’elle était arrivée à Ambrosia. Chaque jour était une épreuve nouvelle où elle devait s’acclimater autant que tenir la place qui était la sienne. Fiancée. Le mot lui était étranger autant qu’il semblait lui être collé à la peau, le nombre de fois qu’elle ait pu le porter défiant bien des records. Pour la septième fois, elle se retrouvée l’obligée d’un homme qui, en plus d’être issu d’un rang bien supérieur au sien, avait une quarantaine d’années de plus qu’elle. Cette première rencontre avec celui qui, normalement, deviendrait son mari, c’était faite de manière bien protocolaire, respectant l’intégrité des deux partis, échangeant sur des choses tant banales qu’il semblait difficile à la jeune femme de s’aventurer dans des sujets divers avec un homme qui semblait ne rien avoir en commun avec elle. Son esprit se faisait d’aventures imaginaires quand lui était si terre-à-terre, tant à cheval sur sa position et son rôle politique. Comment pourraient-ils seulement s’entendre un jour ? Parleraient-ils encore seulement ensemble d’ici leurs noces ? Elle n’en avait pas la moindre idée et toutes ces questions lui faisaient peur.

La solitude l’enveloppait avec un égoïsme non caché, les âmes osant venir lui parler se faisant bien rares pour ne pas dire fantomatiques. Daphnée était seule, perdue, n’osant pas même s’approcher de quiconque, de peur de mal agir, d’avoir une parole déplacée qui ne saurait que lui porter préjudice et risquait de ternir sa réputation, qu’elle avait déjà bien mauvaise à cause de ces quelques rumeurs qui l’avaient accompagnée jusqu’à la capitale d’un autre royaume. Alors, elle jouait ce jeu. Reine de la Mort, elle serait s’il le lui demandait. Ayant renoncé à ses atours clairs, affichant l’innocence et la candeur de son être, elle s’était à nouveau vêtue de noir. Un bustier couvrait son torse, soulignant sa taille bien maigre, réhaussant la frêle poitrine d’un balconnet savamment inventé. Le tissu était beau, soigné. Le bas du bustier était orné de plumes, celles de corbeaux, permettant de fondre plus facilement la jupe tout aussi sombre, mousseline légère à demi transparente. La chaleur, elle ne la supportait pas, forçant ses vêtements à sembler bien léger contrairement à d’autres, mais c’était ainsi quand on venait d’un froid polaire. Des bottes en cuir noir, lacées tout le long, surélevées par un léger talon, faisait de chacun de ses pas un claquement léger, annonçant sa venue. Ses longs cheveux d’argent avaient été peignés avec soin, reposant sur ses épaules dans une cascade hypnotique, encadrant son visage de quelques mèches portées plus en avant. Un diadème prenait place dans ses cheveux, orné lui aussi d’un plus de corbeau qui reposait dans sa chevelure, comme posé là, au milieu de l’immaculée cascade.

Entrant dans une pièce plus large où les jeux se déroulaient habituellement, elle sentit un léger silence se faire sous sa simple présence. Pinçant délicatement les lèvres, les mains jointes devant son ventre, elle les dévisagea tous, autant qu’ils étaient, d’un air légèrement supérieur, les défiant presque de l’appeler par ce surnom terrible maintenant. Pourtant, nul ne vint à sa rencontre et les choses reprirent leur cours. Un instant, elle songea à quitter les lieux aussi rapidement qu’elle était venue, mais son regard fut attiré par une chevelure flamboyante. Une jeune femme semblait s’avancer vers elle et, Daphnée, décontenancée autant surprise, fit un léger pas en arrière, comme pour être sûre qu’il s’agissait bien d’elle qui était visée. Ses pupilles océanes se posèrent alors sur cette étrangère qui s’avança, n’ayant aucune peur quant aux présentations, à la prise de paroles. Emily de Brez. Le nom lui évoquait quelque chose, oui… Mais elle était incapable de se souvenir où elle avait pu l’entendre la première fois. Sa Majesté. Ah… Daphnée sentit son sang faire un tour, s’inclinant alors rapidement au-devant de la jeune femme avec le respect qu’elle devait à son rang. « Oh, votre Altesse, l’honneur de cette rencontre me revient, d’autant plus que vous semblez me connaître… Veuillez me pardonner cependant, je ne suis guère encore familière avec les noms de tous les membres de la Cour, même si le vôtre me semble familier… Si vous connaissez les fourrures qui ont fait la fierté de ma famille, peut-être êtes-vous une cliente de choix de mes parents… ? » La curiostié était un vilain défaut, quoiqu’il fallait être un âne pour ne pas voir la mine contrite de Daphnée, ses sourcils froncés s’interrogeant autant que ses iris vibrantes cherchaient à garder sous contrôle toute la situation. Ses doigts s’étaient refermés sur le tissu de la jupe, jouant nerveusement avec tandis que les regards se posaient un peu plus sur ces deux jeunes femmes, curieux d’une telle rencontre.


[CLOS]Ne pas aimer les petits ragots de courtisans [Daphnée] Fc3xBB3
Emily de Brez
Nationalité :
Eskroise
Messages :
277
Date d'inscription :
26/02/2017
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
le Ven 22 Mar 2019 - 16:56
«Nullement, mon petit bout de terre est un de vos concurrents diraient certains, moi je dirais plutôt, un complément. Thorm est spécialisée dans les fourrures aussi. Mais laissons là les propos commerciaux ! » Emily aurait adoré parlé fourrure, c’était un domaine qu’elle connaissait mais comme elle se doutait que la demoiselle trop raffinée ne pouvait avoir travailler la fourrure et parce que Nemrod aurait vu rouge, elle se ravisa.

Bien entendu elle avait répondu correctement à son salut et s’engageait à aller s’asseoir pour discuter. Au moins, les gens pourraient les zieuter, et ne chercheraient pas à les suivre pour écouter ou essayer. Avoir une floppée de courtisan à sa suite était une horreur que la princesse se garda bien de vivre. Elle prit place à un sofa reculé et sourit.

«Je suis l’épouse de Lowell, prince régent actuel de Eskr, vous connaissez probablement mon nom grâce au duché de l’oncle de mon époux. » Elle peaufina donc sa présentation avec une certaine modestie. Elle ne savait pas encore s’en complaire ouvertement, ainsi, resta-t-elle plus réservée qu’enjouée. Elle posa comme il faut ses mains sur ses cuisses et se tint bien droite pour présenter comme il le fallait à la cour.

« Je me suis dit qu’un peu de compagnie vous ferez plaisir. J’espère que la mienne vous sera agréable. »Emily voyait bien les courtisans lorgnaient vers elles, mais elle s’en fichait, préférant se concentrer sur la dame. « Êtes vous une habituée de la cour ambrosienne ? C’est la première fois que j’ai honneur de vous croiser ici, mais je ne suis pas arrivée depuis si longtemps que cela. »


[CLOS]Ne pas aimer les petits ragots de courtisans [Daphnée] 3ebzLBS
Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
224
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Jeu 25 Avr 2019 - 19:04
Concurrent. Daphnée avait doucement haussé les sourcils devant ce qualificatif peu valorisant. Et pourtant, très rapidement, elle comprit en quoi la rousse qui se tenait devant elle avait pu utiliser pareils mots. Le commerce de fourrure dans un monde tel que le leur n’était pas chose forcément courante et rares étaient ceux qui le pratiquaient. En Ligue Raclusienne, la famille Samabartel était d’ailleurs la seule à avoir su se faire un nom dans ce domaine, ce commerce se trouvant bien assez vite étouffé par la découverte des mines de cuivres sous les monts enneigés. Et pourtant, la renommée de la famille nordiste était telle que son nom résonnait dans les contrées les plus froides. Alors quand elle entendit celui de Thorm, elle sourit plus largement, les yeux brillants de cette connaissance commune qui les liait sans qu’elles ne se soient pour autant jamais rencontrées auparavant. « Mais bien sûr ! Je vous pris de m’excuser, c’est parce que vous ne portez plus ce nom que je n’ai pas immédiatement fait le rapprochement… » Elle sentit ses joues rougir, chaleur douce qui vint tinter sa peau de porcelaine. Et pourtant, la jeune femme qui se tenait devant elle avait coupé court à cette conversation bien peu enrichissante d’un certain point de vue.

Suivant docilement celle qui avait daigné accorder son attention à l’Etoile du Nord, la blonde prit place à ses côtés dans le sofa, sans réellement réfléchir. Posant ses mains sur ses genoux, elle ne laissa guère son dos se reposer sur le dossier, se tenant droite, assise de trois-quarts afin de mieux offrir son attention à son interlocutrice du moment. D’un sourire, la jeune femme reprit la parole, lui expliquant son rang, chose à laquelle Daphnée répondit d’un mince sourire, sans mot dire. Elle ne connaissait que peu de chose des Eskrois. Le seul qu’elle connaissait, en réalité, était Raimond Bauregard, ayant fait sa connaissance lors de son pupillat et ayant su garder un contact épistolaire avec lui. Le reste ne l’importait finalement que peu et ce fut avec politesse qu’elle ne releva ses lacunes, préférant simplement hocher doucement la tête, espérant que le sujet ne dévie bien assez vite dans une discussion qui lui permettrait davantage de prendre la parole. L’ignorance de Daphnée n’était due, en partie, qu’à son désintérêt à trouver parti, persuadée devoir finir ses vieux jours chez ses parents, à Virindrige.

Son sourire s’élargit de plus belle quand la jeune dame souligna la manière dont elle s’était imposée. « La solitude était ma seule amie entre ces murs aussi, je vous remercie d’avoir rompu cette dernière. Je crains effrayer bon nombre de ces gens pour qu’ils ne s’aventurent jusqu’à moi… » Ses yeux de givre se posèrent sur l’assemblée qui semblait les épier d’un air entendu, murmurant sur ces discussions que les deux jeunes femmes pouvaient bien avoir. Et devant l’interrogation de la jeune femme, elle hocha doucement la tête. « Non, je viens d’arriver… Ma présence était requise pour que mes fiançailles puissent s’officialiser. Rien n’a malheureusement été encore annoncé publiquement, je le crains mais… Les choses ne sauraient tarder, à moins d’un revirement politique de la situation. » Elle baissa les yeux, posant son regard azuré sur ses mains, pinçant délicatement les lèvres. Était-il flagrant qu’elle ne soit guère enjouée à l’idée de se marier ? Mais, essayant de relativiser, ce fut sur un ton plus léger qu’elle reprit. « Est-il indiscret de vous demander pour quelles raisons êtes-vous à Ambrosia ? Je n’ai guère l’habitude de converser avec bien des gens ici et vous avez précisé ne pas être ici depuis très longtemps… »


[CLOS]Ne pas aimer les petits ragots de courtisans [Daphnée] Fc3xBB3
Emily de Brez
Nationalité :
Eskroise
Messages :
277
Date d'inscription :
26/02/2017
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
le Ven 10 Mai 2019 - 15:30
Un grand sourire gagna le visage d’Emily qui avait sa nation pour fierté. Elle n’était pas tout à fait finaude sur les choses de la cour et manquait cruellement de confiance. Mais le fait que son petit monde puisse être reconnu comme cela dans la bouche de la jeune femme lui offrit le plus beau des pétillements. Ses prunelles brillèrent plus intensément que jamais et elle hocha la tête. «Ce n’est rien, le mariage prive toujours de bien des choses. » Comme de porter le nom de sa nation chérie. Elle aurait tant aimé le garder, mais c’était impossible. C’était trop compliqué. Lowell avait volé cela et elle lui en voudrait toujours. Comme elle ne pourrait jamais accepter d’être sa femme et que demain ou dans vingt ans, les choses finiraient mal pour lui. Parce qu’elle n’oublierait jamais.

Emily imita la position de la blonde qui lui paraissait bien plus à l’aise. Emily avait saisi qu’en cas d’inquiétude il fallait toujours observer la dame la plus élégante ou la plus précieuse de la cours, Daphnée Samabartel paraissait être celle-ci. Il fallait donc qu’elle se montre impeccable et presque à la hauteur. Ou en tous cas, avoir l’air de l’être.

«Ils font toujours cela, un peu comme une basse cours qui voit arrivée la….enfin… » Elle se racla la gorge, il ne valait mieux pas continuer la comparaison, ce n’était pas très noble. Elle sourit et ne continua pas. «Oh…je vois. Je…toutes mes félicitations ? »

Emily reconnu complètement cet air abattu d’une mariée qui n’avait pas envie. Après tout, elle avait bien le même air le plus souvent. Mais sa question chassa la compassion. «Je termine mon pupillat. Mon mari étant un rien possessif n’était pas très chaud à l’idée, mais j’ai su le convaincre ! Je suis sous le tutorat de Monsieur L’envers Nemrod, oncle de sa glorieuse majesté. Un homme vraiment sympathique et pas trop coincé du…enfin…pas trop strict. »

Voilà qu’Emily accumulait. Elle eut un instant un air bougon et réprobateur pour elle-même. Ce n’était pas bien,Nemrod le saurait et il désespérerait, mais Emily reprit du poil de la bête ! « Il aide ma personne d’ailleurs à s’améliorer un peu sur les usages de la cour, vous l’entendrez je suis considérée comme une pécore ici bas. C’est pour cela que beaucoup de regard sont tournés vers nous. Mais bon… » Haussa-t-elle les épaules.


[CLOS]Ne pas aimer les petits ragots de courtisans [Daphnée] 3ebzLBS
Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
224
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Jeu 1 Aoû 2019 - 18:18
La jeune rouquine entama une phrase qu’elle n’acheva guère, ce qui eut pour effet de hausser les sourcils parfaits de la Raclusienne. Une basse-cour ? Qui voit arriver la… Quoi ? Daphnée ne comprit pas réellement le but de son propos si ce n’est qu’il risquait d’être bien peu digne de leurs rangs respectifs. Elle fit mine de ne pas avoir entendu, se raclant la gorge avec délicatesse, replaçant une pèche immaculée derrière son oreille. Alors Daphnée put aborder les noces qui l’attendaient et Emily la félicita de ces dernières, avec une hésitation certaines. Le ton de la Samabartel n’avait guère permis à son vis-à-vis de se réjouir pour elle de cette nouvelle. Qui sait, peut-être même comprenait-elle son manque d’envie dans cet enchaînement potentiel à un homme au-devant des Dieux, l’ayant vécu par elle-même. La réflexion qu’elle avait eu sur les privations du mariage en disait long…

Puis, la blonde s’intéressa plus amplement à cette autre jeune femme, Emily. L’interrogeant sur les raisons de sa présence, elle sourit doucement à l’annonce du pupillat. La rousse semblait si vivante, si entière, qu’elle ne comprenait qu’à moitié ce mariage qui semblait l’enchaîner dans des propos assez pessimistes. Et pourtant, elle était plus vivante que jamais, comme Daphnée le fut à l’époque de son propre pupillat. Comme elle avait aimé la Capitale de vapeur, le temps d’adaptation à celle-ci ayant pourtant été long à cause du climat bien différent de la contrée d’où elle venait. La manière dont Emily parlait était déroutante et reflétait pourtant la fraîcheur d’une âme libre, ce qui eut le don de mettre Daphnée en joie… Jusqu’à l’annonce de son tuteur. Nemrod l’Envers. Le sourire de la blonde polaire s’effaça aussi rapidement que le rose qui avait su teinter ses joues dans une joie certaine. La surprise fut telle qu’elle eut un léger mouvement de recul, essayant de le contenir au mieux tandis que la rousse parlait de cet homme qu’elle allait épouser sans le moindre filtre. Finalement, voilà que le hasard lui faisait rencontrer la personne la plus à même de lui parler de son futur époux. Devait-elle mentionner ce détail ? Rien n’était acté et le secret devait être gardé le temps que l’Impératrice fasse son choix. Daphnée ne pourrait rien dire. Se mordillant délicatement la lèvre inférieure, elle chercha à garder contenance, à reconcentrer ses pensées sur cette interlocutrice inattendue mais qui risquait d’avoir beaucoup à lui apporter.

Qu’elle se rattrape à plusieurs reprises dans ses propos qui frôlaient parfois la vulgarité manqua de faire pouffer Daphnée. Il y avait quelque chose dans sa façon d’être qui rendait la rousse plus vraie que nature et cette vérité sous-jacente plaisait et séduisait Daphnée qui n’aurait aimé être abordée par personne d’autre qu’elle à cet instant. Cette légèreté dans les mots et l’esprit lui manquait depuis son arrivée à la cour, depuis cette pression qui était mise sur elle avec ce quasi titre de princesse. Quand Emily reprit, soulignant l’aide que lui apportait son tuteur dans son intégration sociale et dans les manières de cour, la réponse de Daphnée se fit presque au tac au tac. « Qu’est-ce qu’un homme pourrait avoir à apprendre à une femme sur les manières de cour ? » Evidemment, l’homme avait été empereur ou presque et le serait toujours s’il n’avait pas abdiqué, renoncé à son nom et ses droits. En revanche, que la seule personne ayant eu mérite de lui tendre une main ne se voit comme moins que rien ne la dérangeait. « Ne dites pas cela. Les manières d’un pays n’ont parfois rien à voir aux coutumes d’un autre… Et puis, tous doivent certainement nous fixer car ils se demandent quel est le malheureux prétendant qui se verra arracher la vie avant nos Noces… Ils murmurent tout autant dans mon dos, n’imaginez pas le contraire… » Pourtant, elle haussa les épaules, comme si cette cape de ragots était finalement portée avec légèreté. Revenant au sujet qui l’intéressait plus encore, elle eut un sourire doucement taquin. « Et si vous m’expliquiez plutôt en quoi votre tuteur n’a rien d’un coincé ? Je me souviens de mon pupillat et de tous ces instants terriblement longs où les convenances étaient de mise… J’aurais aimé avoir quelqu’un capable de détendre parfois une atmosphère bien pesante. »


[CLOS]Ne pas aimer les petits ragots de courtisans [Daphnée] Fc3xBB3
Emily de Brez
Nationalité :
Eskroise
Messages :
277
Date d'inscription :
26/02/2017
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
le Jeu 29 Aoû 2019 - 9:06
Emily devait faire attention à ses palabres, elle était en compagnie d’une vraie dame, et elle ne devait pas louper le coche. S’en foutait-elle un peu ? Elle aurait bien aimé en vérité, mais elle était incapable de s’en foutre tout à fait, parce qu’elle devait être digne pour Nemrod L’Envers, tuteur qui avait pris grand soin de dégrossir la pierre quelconque qu’elle était. il était fou de croire qu’un petit diamant puisse se cacher sous la pierre, mais bon…la pupille la félicita un peu avec hésitation, elle ne paraissait pas fort heureuse de se marier, partager son avis sur le mariage aurait été une bien mauvaise idée, Emily n’avait point de convenance et elle se sentait un rien stupide à côté de la délicate créature. C’était drôle comme l’on pouvait être toute banale comme elle et toute…aérienne comme la donzelle. Elle paraissait si distinguée, même avec la plus grande volonté, Emily ne saurait jamais avoir l’air d’une sylphide passant parmi les mortels. Elle aurait presque pu s’en vouloir de ne pas avoir la beauté si intangible….

Mais bon, elle continua de parler, révélant sa condition de pupille et son appartenance, pour le moment à l’oncle de sa majesté. La petite rouquine fit de grands yeux ronds à la jeune blonde et elle ne sut que répondre en vérité. «Bah heu…il a quand même l’habitude du bo…de l’endroit. » Ce fut un rien penaude que Emily déclara cela, se reprenant pour ne pas parler de bordel, elle faisait de nombreuse gaffe aujourd’hui, ce qui était probablement dû à son impression d’être une petite chose mal à sa place…

«Ah ? » S’étonna Emily qui laisse passer un air surprise, puis fâché. Son nez se plissant avec délicatesse alors qu’elle finit par hausser les yeux au ciel. «Ils sont un peu idiots pour rester polie. » Bien entendu, elle aurait volontiers fournis une autre appellation, mais ce n’était ni élégant, ni bien dans sa bouche, ainsi donc, elle se retint grandement et écouta avec attention Daphnée qui l’encouragea un peu sur le sujet de Monsieur l’Envers. Oh Emily aurait pu en parler pendant des heures, elle se contenta d’un sourire de gosse.

« Bah pour un noble, surtout de son acabit, il n’est ni péteux, ni mijaurée. En tous cas, pas en ma compagnie et je sais que je ne suis pas tout à fait l’élégance incarnée. Mais il est bienveillant, comme un Père je dirais, enfin, comme un oncle plutôt…Tant qu’on met de la bonne volonté…je craignais franchement de me retrouver auprès d’un être strict et fermé, mais bon Monsieur l’Envers est rassurant…oui, c’est ça, rassurant. »

Même si la jeune femme entretenait une relation plus qu’inappropriée au fond avec l’homme, elle le considérait d’abord comme un protecteur et les détails alentours ne venaient pas troubler son avis sur lui. Elle souriait avec des yeux pétillants, comme si elle confiait le plus grand des secrets à la jeune femme, telle une petite fille toute fière d’avoir un « parent » comme lui.

« Il faut dire que niveau bienveillance parentale, depuis la mort de mes parents, je n’en avais plus l’habitude, mon oncle est très très…comment je pourrais dire…ce n’est pas quelqu’un de bienveillant tout simplement. » Elle lâcha cette information avec simplicité. «Avec qui avez-vous fait votre pupillat si ce n’est pas indiscret ? » Demanda Emily pour continuer la conversation !



[CLOS]Ne pas aimer les petits ragots de courtisans [Daphnée] 3ebzLBS
Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
224
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Mar 17 Sep 2019 - 11:59
Les connexions synaptiques de la jeune femme se firent à retardement. Les paroles de son fiancé non-officiel lui revinrent doucement en mémoire. Ne lui avait-il pas parlé de sa pupille, jeune épouse du Prince régent d’Eskr ? Elle n’avait su faire le rapprochement avant que les mots ne sortent de la bouche de la rouquine. Peut-être était-ce parce que la description qu’il lui avait faite de cette douce enfant était bien différente de la manière dont elle la percevait ? La situation lui échappait doucement et elle se sentait comme bloquée sous une montagne de neige, drapée dans le froid et la noirceur d’un monde inconnu. Pourtant, elle garda la face du mieux qu’elle le pouvait, essayant de mieux comprendre cette jeune femme et surtout, de pêcher des informations sur l’homme qu’elle épouserait un jour. Dès lors qu’elle se trouvait en sa présence, elle devenait sage, contrôlant chaque geste, chaque parole, sachant quel poids pesait sur ses épaules de lui plaire. Ne pourrait-il pas reconduire leur engagement si elle faisait un faux pas ? Si lui n’en avait pas le pouvoir, sa nièce, l’Impératrice, s’en chargerait non sans mal et elle n’en serait qu’à ses septièmes fiançailles brisées. Il y avait bien des choses qu’elle n’oserait jamais lui demander, qu’importe la franchise qu’ils avaient tous deux invoquée.

Bien à l’écoute des dires de la pupille, elle resta de marbre, ses pupilles azurées accrochées au visage de l’autre jeune femme. Le monde qui les entourait n’avait plus aucune importance alors, seules les paroles de la rousse avaient valeur à ses yeux. Bienveillant comme un père. Les lèvres de Daphnée se pincèrent légèrement à cette mention, comprenant quelle importance Nemrod avait pour cette interlocutrice. Mais surtout, elle comprit qu’il risquait d’être bien difficile de construire une relation maritale s’il se montrait aussi bienveillant à son égard. La différence d’âge serait une difficulté à passer et si elle avait pu imaginer que ce serait dans le regard des autres qu’elle en souffrirait, elle réalisa que ce serait dans la relation qu’ils entretiendraient que cela risquait de se complexifier. Rassurant. Daphnée finit par baisser les yeux, découvrant sur la langue d’Emily un portrait qu’elle avait déjà su imaginer d’un homme à la vie bien remplie. Elle n’apprenait rien de plus si ce n’était que d’autres personnes proches de l’homme d’âge mûr parlaient de lui avec bonté. Le sourire radieux de l’Eskroise face à ces derniers mots finit par convaincre la Raclusienne que peut-être était-ce vrai et elle lui répondit en étirant doucement ses propres lèvres.

Devant l’annonce de la mort de ses parents, la blonde se sentit désolée d’être responsable de telles souvenirs émergeants. Mais la conversation en revint à elle, lui demandant qui avait été le tuteur de la Samabartel. « J’ai été accueillie par un dignitaire de la ville, monsieur Lorry. C’était un homme plutôt droit et fier. J’ignore comment il a pu construire sa fortune et pourtant, il ne faisait que se vanter de cette dernière. Mais mon seul vrai plaisir dans ce pupillat fut de me retrouver à Ambrosia. Découvrir la capitale de Vapeur, rencontrer foule de gens tous plus différents les uns que les autres… Evidemment, je garde quelques souvenirs plutôt rudes, notamment une gifle administrée après avoir su m’absenter pendant plusieurs heures pour mieux découvrir ce monde… Mais je n’ai pas à m’en plaindre quand je peux voir certains pupilles se retrouver avec de véritables tyrans. » Le seul tyran dans le cœur de Daphnée, c’était ce père qui s’obstinait à la fiancer, encore et encore. Reposant son regard sur la jeune femme, elle sourit doucement. « Monsieur Lorry est décédé peu de temps après mon passage chez lui. Je n’étais pas présente pour ses funérailles, étant rentrée en Ligue Raclusienne. Mais je garde un bon souvenir de cet homme, même si je n’ai jamais pu obtenir un lien aussi fort que celui que vous semblez entretenir avec votre propre tuteur. Je vous envie un peu… » Et elle rit légèrement, ne sachant que trop bien qu’elle baignait dans la solitude, que son propre sang l’avait envoyée en pâture ici pour des noces qui, dans son esprit, n’auraient jamais lieu car le sort s’acharnerait contre elle. Emily lui en voudrait-elle si Nemrod disparaissait à cause d’une malédiction qu’elle ne comprenait pas ? Certainement. Peut-être n’était-ce pas la bonne amie à se faire, dans de telles circonstances… « De quelle manière vous punit-il lorsque vous commettez un impair ? J’ignore si vous souhaitez en parler mais on entend tellement de choses sur les pupilles aujourd’hui que je ne peux que m’inquiéter de ce genre de châtiments… Tout homme, aussi bon soit-il, possède généralement quelques travers, n’est-ce pas ? »


[CLOS]Ne pas aimer les petits ragots de courtisans [Daphnée] Fc3xBB3
Emily de Brez
Nationalité :
Eskroise
Messages :
277
Date d'inscription :
26/02/2017
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
le Mer 2 Oct 2019 - 10:02
Emily parlait avec son cœur, comme à son habitude, sincérité facile qu’elle donnait. Parler de Nemrod l’Envers ne lui causait aucun souci et cela, même, si elle entretenait un peu d’indécence en sa compagnie. Elle aurait pu se trahir d’un rougissement, mais cela faisait partie de son apprentissage et puis, Emily n’était en rien une petite fille timide, elle connaissait les choses de la vie, puis quand on avait grandit en partie dans un monde sauvage, les chichis des gens de sang bleus…ce n’était pas sa tasse de thé. Ainsi donc, elle parla du comte sans se troubler, sincère et même avec un sourire satisfait. Elle souriait, ce qui fit sourire aussi la Racluesienne. L’eskroise était contente que les tensions entre leurs nations, qui n’avaient cependant jamais atteint sa contrée, ne venaient pas enquiquiner leur entretient. S’eut été casse pied, pour rester polie. Quoi qu’Emily ne pigeait pas tout à fait ce qui faisait l’éclat entre les deux pays, des histoires d’homme comme on pourrait dire, des histoires de grand soulignerait Emily dans ses pensées, ne comprenant pas tout l’intérêt politique des choses. Elle devrait toutefois mieux s’y intéresser mais elle avait déjà pas mal de chose à faire et à apprendre surtout.

Emily gardait son sourire, elle était orpheline, mais ce n’était pas un drame, cela n’en était plus un en toute vérité. Le temps avait fait son ouvrage et il ne restait que la vague mélancolique d’une petite fille. La mention de la gifla tira une mimique à Emily, sa bouche se contorsionna sur le côté et elle resta silencieuse. Les gifles ça faisaient mal, mais ça n’apprenaient pas toujours grand-chose. Elle hocha la tete, doucement, comme pour confirmer que certain était des tyrans, non qu’elle en eusse elle-même connaissance, mais c’était vrai.

«Oh, il ne faut pas, je suis de nature sociable, je crois…ou plutôt je m’attache rapidement quand on me parle ni mal, ni méchamment, ni comme à une pécore. Et puis, il est là pour m’instruire et il le fait bien. »

Enfin, elle le croyait, n’ayant aucune notion de comparaison. Elle eut un air intrigué pourtant quand la jeune femme parla de punition, Emily tordit sa bouche pour y réfléchir et avoua.

« Bah … j’ai jamais rien fait qui mérite une punition encore, mais il m’a promis que si je faisais des con…bétises, je serais punie de toutes sorties hors du palais et si jamais j’allais trop loin, je me retrouverais à attendre le temps qui passe, assise dans un coin, sans rien de plus que ma cab…mes pensées pour compagnie. De quoi me tuer quoi ! Je déteste ne rien faire. » Rien que l’idée lui causait des désagrément, Emily réalisa qu’elle se laissait un peu trop aller en parole et avait du se reprendre plusieurs fois pour ne pas donner des mots trop coutumier qui n’avait rien à faire à la cour. Au fond d’elle, un soupir imaginaire naquit, c’était chiant de devoir se mesurer pour parler comme une douce demoiselle. Elle rêvait de jurer un peu, et elle le ferait, intensément, dans sa chambre !

« Après ses travers, il travaille beaucoup, toute la journée et il est strict, mais bon, c’est sûrement le côté militaire. C’est gentil de vous inquiéter pour moi, mais il n’y a pas de raison, Monsieur l’Envers est un homme juste et bon. »

Elle renvoya un sourire solaire à la jeune femme, aussi naturel que campagnard, mais sincère. C’était adorable que cette étrangère se soucie des traitements que pouvait lui faire son tuteur, enfin, c’était probablement une inquiétude plus générale, mais Emily le prenait un peu pour elle et cette sollicitude était agréable. C’était rare.

« Cela vous plairait de venir prendre le thé dans mes appartements demain après-midi ? » Se lança-t-elle soudainement. Cela se faisait, et elle ne l’avait jamais fait. Etant une princesse et une potentielle reine de substitution elle devait bien se forcer à ce genre de chose, elle angoissait déjà. « J’ai un cours qui commence bientôt et je vais devoir vous fausser compagnie, mais je serais heureuse de partager un instant en votre compagnie Mademoiselle Samabartel. »

Elle vérifia discrètement l’œil de l’horloge, elle avait encore un peu de temps, mais elle devrait bien filer, avec politesse, ainsi donc, elle tenta et eut un fort joli sourire.


[CLOS]Ne pas aimer les petits ragots de courtisans [Daphnée] 3ebzLBS
Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
224
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Sam 19 Oct 2019 - 0:43
A l’entendre, Daphnée découvrait avec surprise un homme plus que bon moralement et physiquement avec cette pupille dont il devait s’occuper. Evidemment, si quelqu’un pouvait juger de la dureté de son caractère, c’était bien celle qui était à charge de son fiancé encore non-officiel pour la Cour. Elle avait donc tout fait pour orienter la conversation vers ce qui semblait être les vices les plus grands de ce cher monsieur l’Envers. S’il l’apprenait, peut-être lui en voudrait-il mais, d’un autre côté, c’était la curiosité de la blonde qui l’emportait et qui la poussait à s’intéresser un peu plus à lui. N’avait-il pas su lui prouver qu’il avait également enquêté sur son compte auparavant, lui servant des loukoums sans même chercher à lui dissimuler que ce n’était qu’une coïncidence. Mais ce qu’elle entendait lui plaisait doucement et venait confirmer l’idée qu’elle s’était, elle-même fait de l’homme qu’elle espérait revoir au possible afin de mieux apprendre à le connaître, de sa bouche et non de celle d’un étranger à peine rencontré.

Souriant, elle fut rassurée de savoir, surtout, qu’il ne se montrait ni violent, ni colérique. Evidemment, elle n’irait pas jusqu’à tester les limites de sa patience et de ce qu’il pouvait accepter. Daphnée avait déjà eu affaire à un fiancé violent, la voyant comme une marchandise qui lui permettait de réaliser une alliance de choix plutôt que comme l’être humain qu’elle était. Militaire, le Raclusien lui avait prouvé sa virulence en empoignant son poignet avec force alors qu’elle souhaitait prendre congé. Un homme juste et bon. Voilà qui contrastait largement avec ce qu’elle avait pu vivre par le passé et un instant, Daphnée s’interrogea en effet sur la volonté des Dieux concernant ces Noces. « Je suis heureuse et soulagée de l’apprendre… Si par malheur, cela devait changer, n’hésitez pas à venir m’en parler, je tâcherai de vous aider du mieux qu’il me sera possible de le faire. » Posant délicatement une main sur la sienne, elle se voulait rassurante. Emily était ce qui s’apparentait le plus à une amie et la franchise qui manquait de faire fourcher sa langue était un plaisir pour celle qui évitait l’hypocrisie autant qu’il lui était possible de le faire. D’ailleurs, elle s’en voulut un peu de cette petite manipulation pour extorquer des informations, étant dans l’incapacité de révéler qu’elle connaissait l’homme car elle était destinée à l’épouser. C’était interdit, elle le savait.

Surprise, elle haussa les sourcils devant ce qui ressemblait à une invitation des plus officielles. Flattée, la blonde venue des terres lointaines de la Ligue sourit plus largement, dévoilant ses dents blanches et parfaitement alignées. La rouquine devait prendre congé et à sa grande surprise, elle en était déçue. « J’en serais honorée, votre Altesse. Les invitations ne pleuvent guère dans mon agenda alors je suis toute disposée à vous plaire demain après-midi, si c’est ce que vous souhaitez. » Elle inclina la tête avec un respect certain. Et dire que, bientôt, ce serait aux autres de s’incliner devant elle…


[CLOS]Ne pas aimer les petits ragots de courtisans [Daphnée] Fc3xBB3
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum