-52%
Le deal à ne pas rater :
-52% sur l’outil de toilettage pour chiens FURMINATOR PREMIUM
23.89 € 49.99 €
Voir le deal

Nemrod L'Envers
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
188
Date d'inscription :
05/03/2017
Nemrod L'Envers
Maître espion
le Mar 12 Fév 2019 - 23:21
Le grand air faisait du bien et cela faisait des lustres que vous n’aviez pas pleinement chevauché. Malgré la douceur de l’allure et la placidité de la monture vous sauriez que vous auriez bon nombre de courbatures. Mais bon, cette chevauchée n’était pas irréfléchie et les conséquences… eh bien vous les assumeriez ! Parce que vous saviez que ce genre de choses allait devenir exceptionnellement rare pour elle, pour simple et bonne raison. Dans un mois, son mari arriverait… et dans cette situation, vous comptiez mêler l’utile à l’agréable. Vous l’aviez levée aux aurores et après la petite leçon quasiment quotidienne dans sa chambre, vous lui aviez dit de mettre une tenue de monte, puis vous aviez fait de même pour finalement l’emmener aux écuries impériales où quatre chevaux vous attendaient. Oui, pour vous et pour l’escorte réduite à son minimum, tout simplement. Les deux gardes étaient là, déjà prêt, et le minuscule cortège s’était mis en branle rapidement, pour descendre jusqu’aux portes de la cité avant de rejoindre la campagne vallonnée. Là, vous la laissâtes galoper à loisir si elle le désirait, tant que les gardes l’accompagnaient, vous la laissâtes profiter de cette liberté. Les chevauchées fantastiques, très peu pour vous.
Trop vieux pour ces conneries.

Oh, bien sûr, vous ne faisiez rien pour rien, aussi, cette sortie avait un but. Une discussion qu’elle n’allait sans doute pas apprécier. C’était quelque chose de clair. Mais bon, quand il le fallait… eh bien il le fallait. Donc autant lui faire plaisir par la même occasion, cela adoucirait quelque peu ce mauvais moment, n’est-ce pas ? Vous ne lui dites pas où nous allions, parce que la destination n’était qu’un prétexte, dans le fond. Vous cherchiez juste une petite chose bien précise, un coin tranquille, possiblement avec un petit ruisseau, où vous pourriez discuter paisiblement. Oui, ce serait parfait. Comme ça, les chevaux pourraient se désaltérer. Pendant que nous marcherions.

Vous finîtes par vous arrêter et démonter dans un coin tranquille, assez plat, on verrait quelqu’un arriver de loin, aussi, une éventuelle embuscade serait vite déjouée et un petit cours d’eau passait à proximité.  Vous vous agenouillâtes pour prendre en coupe de l’eau entre vos doigts et vous bûtes un peu, avant de finalement vous redresser sécher vos lèvres de votre manche et vous écarter un peu de la mince escorte que vous possédiez.

« Emily, faites quelques pas avec moi, je vous prie. »

Oui, voilà, vous l’entrainiez un peu à l’écart pour discuter, jusqu’à trouver une pierre assez large pour que vous puissiez y poser votre postérieur, puis vous la regardâtes.

« Alors, jeune femme. Vous l’avez appris je suppose. Votre mari arrivera dans un mois. »

Et vous supposiez que cela devait l’agacer, l’angoisser et sans doute un rien la perturber. Car elle l’avait fui et il la rejoignait… alors elle avait sans doute si ce n’était envie, au moins besoin d’en parler ! Vous restates coi avant de finalement lui dire.

« Donc je suppose que vous devez paniquer un peu et que je pourrais vous aider à y voir clair sur comment agir durant sa visite. Non ? » 


[CLOS]Un bol d'air pur [PV] R6LZXTx
Emily de Brez
Nationalité :
Eskroise
Messages :
291
Date d'inscription :
26/02/2017
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
le Ven 22 Mar 2019 - 17:17
La chaleur étouffait un peu Emily, elle était bien plus habituée aux températures fraîches de Eskr et surtout de Thorm. Mais cela n’était pas si dérangeant, Nemrod lui avait concédé une agréable matinée, qui avait commencé tôt, et qui l’avait emmené loin de la capitale. Elle se doutait étrangement que ce n’était pas que pour lui être agréable. Non, Emily avait fini par comprendre que les leçons étaient bien plus récurrentes que le plaisir. Quoi que…l’on mêlait parfois le plaisir à l’apprentissage. Très souvent tôt le matin d’ailleurs.

Emily pouffa à sa propre pensée alors qu’elle descendait enfin de cheval. L’animal l’avait essoufflé et elle lui flatta le col pour le remercier. Elle s’améliorait dans l’exercice et même, monter comme une dame…mais elle détestait cette position. Elle avait l’impression qu’elle allait se casser la figure en glissant comme une patate de la selle. Elle s’était toute fois entraînée malgré sa tenue de monte, sa robe de cavalière, son chapeau qui l’étouffait, elle retrouva le sol et libéra sa chevelure rousse qui n’était pas si extravagante que cela.

Accroupie à la rivière, une main en coupole, elle ramena de l’eau à sa bouche et se désaltéra, non sans mouiller son menton. La voix de Nemrod attira son attention et elle se rapprocha de lui d’un pas léger, s’essuyant du revers de la main. Elle gardait un grand sourire sur les traits et ne s’inquiétait pas trop. Il fallait dire que son humeur était bonne, ainsi que légère mais elle savait que s’il voulait s’éloigner de l’escort et rester un peu seule avec lui, ce n’était pas pour philosopher de rien. Elle tortilla sa bouche et se mit à sa hauteur, elle ne dit rien et resta debout quand le vieil homme s’assit. Il ne passa alors pas, par quatre chemin.

La demoiselle eskroise, pardon, la dame, croisa les bras dans son dos, un instant pensive. Allait-elle faire sa petite bouseuse et prétendre qu’elle ne voulait pas, parce que ci, parce que là…ou bien réagir comme une ambassadrice face à ses responsabilités. Mais le fait qu’il visa juste et l’air de femme soucieuse fut chassé par l’apparition de l’agitation adolescente.

«Mais qu’est-ce que je vais faire ? J’arrive même pas à imaginer les retrouvailles, ça va être tellement bizarre ! Et je vais dire quoi ? Mieux, il va vouloir dormir avec moi ? Non hein, je suis en pupillat, ça ne se fait pas. »

Bien entendu, Emily était agitée et perdit même son souffle à force de déballer toutes les stupidités qu’elle était capable de déblatérer. Mais c’est qu’elle n’arrivait même à envisager qu’elle allait le revoir. C’était comme un fait impossible et pourtant. Elle soupira pour s’arrêter et posa ses fesses sur un petit bout de la pierre à côté de Nemrod. Elle avait perdu sa grâce de princesse pour retrouver cette manière lourde de poser son cul, lasse. Elle posa ses coudes sur ses genoux et pris sa tête entre ses mains.


[CLOS]Un bol d'air pur [PV] 3ebzLBS
Nemrod L'Envers
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
188
Date d'inscription :
05/03/2017
Nemrod L'Envers
Maître espion
le Ven 29 Mar 2019 - 17:40
La dame disparut alors que vous parliez de ce qui risquait d’advenir, laissant place à la jeunesse qu’elle gardait. Et vous fûtes désolé pour elle, tout simplement parce que vous saviez que malgré les capacités de cette jeune femme à prendre sur elle, vous alliez lui en demander trop, au même titre que son mari, ou que les jeux de pouvoir auquel elle se retrouvait mêlée bien malgré elle. Au fond, elle n’était qu’une pécore ayant un peu de sang bleu, d’une part, et, dans le fond, ne cesserai jamais de l’être, malgré tous ses efforts. Elle ne serait jamais qu’une agnelle revêtant une peau de louve… cela ne lui ferai pas pousser les griffes ou les crocs… mais bon, que vouliez-vous, les choses étaient ainsi faites ! Vous attendîtes un peu de l’entendre parler, de la voir perdue, pour vous relever et venir vers elle, en passant une main sur ses épaules, et doucement, vous lui dites alors, au creux de l’oreille.

« Je sais… mais ce n’est pas réellement un choix qui vous est laissé. Jusqu’à preuve du contraire, il dirige une nation entière. Et s’il demande à ce que vous partagiez les mêmes appartements, ce n’est pas l’impératrice qui s’y opposera. Aucune règle du pupillat n’oblige un ou une pupille à vivre avec son tuteur ou sa tutrice. Ce n’est jamais qu’une convention tacite, sans aucune obligation d’engagement… »

Vous caressâtes doucement ses cheveux dans un geste assez paternaliste avant de reprendre, d’une voix aussi douce que possible.

« Vous vous comportez comme je vous l’ai appris, princesse. Vous céderez à ses avances. Plus encore vous coucherez avec lui, toutes les nuits tant qu’il sera ici, que ce soit platoniquement ou non. La meilleure chose que vous puissiez faire pour qu’il vous laisse en paix, ce serait de tomber enceinte de lui. Ainsi, il vous laissera vivre votre grossesse en toute tranquillité, et il serait même possible de le convaincre que vous ne pourriez être mieux qu’ici, en Ambrosia, au sein de la capitale, pour être suivie par les meilleurs médecins du monde. »

Mais cette idée n’allait pas lui plaire, elle serait davantage d’amorce que de réelle proposition quant à ce qu’elle devrait faire. Même si elle devrait y passer bon gré mal gré à un moment ou à un autre. C’était l’évidence même.

« Alors, vous sentez-vous, votre altesse, de remplir ce rôle ? »

Non, elle n’y arriverait pas, ou du moins, vous en doutiez fortement. C’était pour cela que cette idée servait de première offre.


[CLOS]Un bol d'air pur [PV] R6LZXTx
Emily de Brez
Nationalité :
Eskroise
Messages :
291
Date d'inscription :
26/02/2017
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
le Lun 1 Avr 2019 - 12:15
Emily savait elle-même qu’elle allait se faire bouffer, elle essayait si fort, mais elle était si mauvaise pour les jeux de pouvoir. Elle était nulle pour tout ça, que c’était aberrant de la croire capable. Elle n’avait aucunement confiance en elle pour que ça arrive. Elle n’avait aucune confiance à ses capacités. Lily n’avait jamais rêvé que de Thorm et d’opéra, Thorm était loin, l’opéra aussi et il ne restait que cette sensation d’obligation. Obligée de vivre sa propre vie selon l’utilité que les autres lui forçaient à endosser. Cela finirait par l’étouffer, l’idée de disparaître avec Gaël, un jour n’était pas si terrible et s’il ne voulait pas? Elle serait capable de disparaître seule? Et pourquoi pas!

Mais elle n’y pensait pas, pour l’instant c’était un flot de parole difficile qui venait, brouillon, panique et inquiétude. Nemrod aurait pu faire tout ce qu’il souhaitait pour elle, qu’il n’en aurait pas tiré grand chose. Elle ne manquait pas de confiance, elle était elle-même réaliste. Et forcément, elle ne se faisait pas d’illusion. LA détromper aurait été stupide.

Son regard fut vide un instant, vide et effrayé,dormir avec Lowell. Elle s’imaginait déjà capable d’attraper une maladie pour éviter ça, tomber malade c’était bien pour qu’il ne veuille pas taper l’incruste dans son pieu. Mais elle avait une santé de fer, c’était le problème.
Une moue se forma et un gros soupir souleva sa menu poitrine alors que son tuteur caressait ses cheveux. Et à mesure des paroles de Nemrod, elle se sentait nauséeuse. Elle posa sa main sur son ventre, une vapeur l’étouffa, et elle ne pipa mot; et au lieu de répondre, elle contracta son estomac et…

Eut le temps de se retourner pour partir de trois pas vers un tas de broussaille et délaisser son déjeuner. La contrariété de Emily était si forte qu’elle ne parvint pas à se déterminer autrement, mais elle détestait vomir. Ainsi donc, non seulement, elle fit un bruit de renvois horrible, et sa gorge la brûla. Elle resta un instant penché, les larmes aux yeux et essuya machinalement ses lippes à la fin du revers de sa manche. Enfin, elle s’arrêta avant et pris son mouchoir, avant d’inspirer. Elle n’osa pas directement se retourner vers Nemrod.

“Je suis désolé…” Est-ce que tout ceci répondait à la question de son tuteur? Oui, non...un peu. “J’ai eu une bouffée d’angoisse je crois. “

Elle était penaude et presque coupable,ainsi donc, elle n’osa pas relever ses pupilles vers Nemrod.

“Je serais jamais vraiment à la hauteur hein, on le sait. “ Autant être francs tous les deux. Elle avait pas envie d’être rassurée, juste...bah juste réaliste, c’était mieux.


[CLOS]Un bol d'air pur [PV] 3ebzLBS
Nemrod L'Envers
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
188
Date d'inscription :
05/03/2017
Nemrod L'Envers
Maître espion
le Mar 16 Avr 2019 - 23:03
Bon, vous n’y étiez pas allé de main morte et vous le saviez, mais d’un autre côté, que vouliez-vous lui dire ? Lui mentir éhontément, Non, certainement pas. Au contraire même. La vérité était bien ce que vous pouviez lui offrir de mieux ! Mais bon, vous saviez que ça la désespèrerait un peu, hélas ! Je restais un moment sans trop savoir quoi faire, avant de finalement sourire et la regarder alors qu’elle prenait ses distances pour vomir… houlà, le stress… Boarf, ça arrivait à tout le monde ! Vous eûtes une œillade compatissante, oh vous compreniez, et vous aviez déjà ressenti des choses similaires, dans certains cas…

Vous attendîtes qu’elle revienne… vous aviez compris, nul besoin de réponse. Elle pensait qu’elle n’était pas à la hauteur. Soit, vous le compreniez. Alors, au lieu de la conforter ou de la rassurer, voire même de confirmer ses impressions, vous enchainâtes sur une histoire, une histoire qui vous était arrivée. Parce que cela lui rappellerait peut-être une petite leçon, ou ça lui en ferait apprendre une !

« Quand j’avais dix-huit ans, mon père, l’empereur, m’a pris à part. Il m’avait fait venir dans son bureau personnel, le genre d’endroit où n’entrait que quand on, mon frère ou moi, avait fait une énorme connerie. Et là, j’étais seul face au paternel… et il m’a pris entre quatre yeux puis il m’a appris que j’allais être nommé prince héritier, officiellement. Grosse responsabilité… j’ai vomi sur son bureau sous la nouvelle. Et comme une certaine princesse rebelle de ma connaissance… je lui ai avoué que je ne serai jamais à la hauteur. Il m’a lancé une phrase alors qui m’a marqué, et que je vais prononcer aujourd’hui ! Il faudra la retenir jeune fille. »

Vous prîtes une pause histoire de renforcer l’effet.

« Tu ne seras jamais à la hauteur. Parce que quoi que tu fasses il y en aura toujours pour dire que tu es trop ci, ou trop ça. Tu ne contenteras jamais personne. Personne ne t’impose d’être parfait, fils, la seule chose qui t’es imposée, c’est de faire ce que tu peux, avec en tête deux choses : que tu ne dois pas penser à toi, et que tu ne peux pas penser qu’aux autres. A partir de là, tu as un choix : te mettre un coup de pied aux fesses et faire tout ce que tu peux dans la limite de tes capacités. Et si ne pas être à la hauteur te fait vomir tes tripes, alors vomis un coup, un seul, et ensuite rappelle-toi que chaque aigreur d’estomac, c’est parce que tu fais ce que tu dois et que tu fais ce qu’il faut. »

Vous soupirâtes.

« Encore aujourd’hui, ça me fouette les sangs d’en parler.  Non, tu ne seras pas à la hauteur, mais tu feras au mieux de tes capacités, jeune fille. Car tu es capable, et tu as bien plus de noblesse que bon nombre de sangs bleus. Et que si, pour que tu réussisses, il faut que je te tienne éveillée jour et nuit pour que tu sois prête à temps, alors je le ferais. Tu en es capable et je le sais. Et si moi, j’arrive à le savoir, alors tu en es capable. Autre petite histoire, au cas où, si tu te chies dessus, c’est normal. Moi aussi je me suis chié dessus. Avant ma première bataille !  »


[CLOS]Un bol d'air pur [PV] R6LZXTx
Emily de Brez
Nationalité :
Eskroise
Messages :
291
Date d'inscription :
26/02/2017
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
le Mar 23 Avr 2019 - 21:37
Elle se sentait mal, un peu tremblante et le coeur lourd. L’angoisse la gagnait comme l’appréhension, Emily ne se sentait pas à la hauteur, dans la cour des grands, même en se hissant sur la pointe des pieds, elle pouvait toujours...rêver. Elle s’assit à son côté, les yeux brillants, elle n’allait pas éclater en sanglot, mais le haut le coeur lui avait fait du mal, et elle posa sa tête sur l’épaule du vieil amant, pour rester silencieuse et l’écouter. Elle fronça les sourcils et releva la tête en l’écoutant, il devait lui dire une phrase importante, et elle voulait l’entendre, alors, de ses beaux yeux, elle le dévisagea, l’air d’une élève qui entendait clairement son professeur.

Elle eut un mouvement de lèvre à mesure de ses paroles, un sourire qui s’étira, pas immensément, mais doucement, elle avait l’air reconnaissante de l’entendre prononcer ça, comme heureuse de l’apprendre. C’était dur. Elle ne pipa mot et quand il s’adressa à elle, elle pouffa doucement avant de glisser ses fins bras autours de sa taille et de l’enlacer tendrement. Elle ne dit rien et resta contre lui, en silence, à le câliner, c’était un merci silencieux.

“Je vous aime beaucoup Nemrod, il faut que vous le sachiez. Vraiment. Fort. Parce que vous êtes l’homme le plus brillant que je n’ai jamais rencontré et le plus bienveillant et le plus secret et le plus tendre.”

Elle eut un petite sourire tendre contre lui et finit par se redresser pour le regarder.

“Je vous aurais bien fait un bisou mais le vomi, c’est pas trop top.”

Elle se repoussa, elle avait pris garde de ne pas lui parler trop près. Elle soupira, encore pensive et un son plaintif sortit de sa bouche alors qu’elle regardait le sol. Faire de son mieux, c’était la chose la plus adéquat à faire.

“Je pourrais toujours compter sur vous?”

La question sorti spontanément de ses lèvres et elle l’observa. Bien entendu, elle savait que c’était un oui, probablement avec plein de mais, mais bon. Elle avait juste besoin de l’entendre! Elle se releva subitement et inspira, allez, coup de fouet.

“Vous savez ce que préfère Lowell chez moi? Et qui va le rendre tout miel? C’est ma candide spontanéïté, et ça, je suis très bonne!” Elle hocha la tête, s’approuvant elle-même! Elle savait être naturelle, et elle savait aussi que Lowell adorait cela…


[CLOS]Un bol d'air pur [PV] 3ebzLBS
Nemrod L'Envers
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
188
Date d'inscription :
05/03/2017
Nemrod L'Envers
Maître espion
le Dim 2 Juin 2019 - 4:20
L’anecdote véridique que vous lui racontâtes sembla changer un peu la jeune femme qui, sans être pleinement soulagée, sembla quand même un rien plus sereine, c’était le but… vous lui sourîtes alors qu’elle vous enlaçait et vous lui caressiez tendrement les cheveux. Elle ne semblait jamais autant infantile que maintenant… en fait, c’était dans ce genre de moment que vous vous disiez qu’elle n’était que cela : une enfant. Vous restâtes doux avec elle avant de finalement lui sourire et lui caresser encore et encore les cheveux jusqu’à ce qu’elle parle, vous disant ce qu’elle ressentait. Et vous ne répondîtes que par un geste simple. Vous lui tapotâtes la tête en répondant.

« Je sais, petite. Je sais… Moi aussi je t’aime beaucoup, quand tu sais te montrer sage ! »

Vous lui fîtes un sourire alors finalement, elle se redressait et qu’elle vous libérait de cette étreinte fort peu appropriée… vous lui sourîtes avant de finalement la regarder et vous contenter d’un air un peu moqueur quand elle parla du bisou... au fond, qu’elle ait vomi était un sérieux avantage, il fallait le reconnaitre. Vous la regardâtes encore un peu, avec un élan de fierté alors qu’elle reprenait un peu d’assurance. Pouvait-elle compter sur vous ? Non, pas vraiment mais vous ne vouliez pas lui dire ça cela vous semblait loin d’être stupide… vous lui sourîtes et la regardâtes, un rien hésitant avant de répondre ce qu’elle attendait.

« Bien sûr… »

Oui, vous lui mentiez, mais bon, c’était une réaction logique... vous saviez qu’elle en avait besoin, de tout ça… vous regardâtes avec un peu de mélancolie la jeune femme, vous souvenant que vous aviez été jeune, vous aussi, il y avait bien trop longtemps… vous vous levâtes et vous lui embrassâtes le front avant que finalement, elle ne se mette à positiver, parlant de son attrait aux yeux de Lowell. Sa candide spontanéité. Oui, c’était un avantage. Toutefois, c’était une bonne idée qu’elle se montre comme il s’y attendait. Toutefois… toutefois, elle n’était pas comme ça, plus complètement.

« Je vois… essaye toutefois de ne pas oublier tout ce que tu as appris et qui t’a changé. Ta candeur et ta spontanéité, c’est bien… mais ça te conduira à la mort alors soit prudente, d’accord ? Tu te souviens de ce que je t’avais dit ? Tu es dans un panier de crabe et il te faut être prudente. Désormais, chaque geste que tu pourras faire sera commenté, sera étudié. Tu n’auras pas la moindre marge de manœuvre. »

Vous lui caressâtes les cheveux avant de lui indiquer une direction, changeant de sujet.

« Il y a un ruisseau un peu plus loin, si tu souhaites te nettoyer la bouche ! »


[CLOS]Un bol d'air pur [PV] R6LZXTx
Emily de Brez
Nationalité :
Eskroise
Messages :
291
Date d'inscription :
26/02/2017
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
le Dim 30 Juin 2019 - 20:03
Emily se libéra, un peu amusée par ses attitudes de vieil homme, alors qu’il savait pertinamment ne plus en être quand il le fallait. Mais ça, c’était leur secret et il n’avait pas besoin d’être évoqué. Elle avait bien de la chance de l’avoir eu pour tutueur et Dieu sait ce qui aurait pu arriver avec un autre…rien d’intéressant probablement. Elle se reprit et lui demanda si elle pouvait compter sur lui. Pour son bien, mieux valait qu’il mente, elle savait que ce n’était pas possible, mais parfois cela ne faisait pas de mal de dissimuler la vérité ou de l’arranger. Ainsi donc, quand il la rassura, elle sourit. Un de ces beaux sourires satisfaits et entendus et même si au fond elle savait que ce n’était pas tout à fait la vérité et bien, cela lui allait fort bien !

Elle leva ses pupilles vers lui, presque désolé, oui, elle devait faire attention. Lowell lui faisait moins peur que ses conseillers ou autre sordide courtisans qui auraient préféré qu’il ne se laisse jamais séduire par ses soins, mais elle n’avait rien fait et les choses étaient arrivées sans le vouloir…ce n’était pas sa faute, elle, elle s’en serait très bien passé !

Emily hocha la tête, elle savait et elle comprenait. Mais elle se releva alors et s’empressa d’aller au ruisseau vers l’endroit qui lui indiquait, le gout de vomi ne lui convenait pas, elle s’empressa, nettoya rapidement sa bouche, avant de retirer ses chaussures et de tremper ses pieds dans l’eau claire.

«Pensez-vous que Lowell sera…je veux dire…ses maîtresses disaient qu’il aimait courtiser mais que c’était mauvais. Et si je ris pendant qu’il me dit des tendresses pendant…hein ? dites…Je ne suis pas vraiment amoureuse de la poésie, vous le savez ! »

Elle déclara ceci, avec un rien d’espièglerie, forcément, elle ne se privait pas de ce genre de petites choses et l’observa avec un air de demoiselle malicieuse, ce n’était pas raisonnable…


[CLOS]Un bol d'air pur [PV] 3ebzLBS
Nemrod L'Envers
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
188
Date d'inscription :
05/03/2017
Nemrod L'Envers
Maître espion
le Dim 8 Sep 2019 - 17:09
Au moins les choses étaient claires, n’est-ce pas ? Vous saviez qu’elle ne fauterait pas. Parce que vous saviez qu’elle en était capable. Vous la connaissiez sans doute mieux que quiconque après tout… aussi, vous ne faisiez pas vraiment de souci… vous lui sourîtes et doucement, vous caressâtes ses cheveux flamboyants. Vous ne voyiez pas le problème dans cette situation. Vous restâtes un moment silencieux alors que, finalement, elle exprimait un nouveau doute. Compréhensible quand on connaissait ses manières. Là, pour le coup, vous étiez bien en ^peine de lui dire que ça n’arriverait pas… alors vous pourriez biaiser sur la question… ou alors lui proposer un marché.

« Tu ne riras pas, et tu te comporteras comme une Dame, jeune fille. Sinon, je te rosserai comme un laquais. J’ai une excellente verge de bois vert pour cela. Bien souple. Et si tu ne me penses pas capable de cela… demande à ton compagnon de jeu s’il n’y a pas eu droit au début… »

Il ne s’agissait pas d’une plaisanterie pour faire rire, certainement pas ! Vous l’aviez fait, et si vous répugniez à vous en prendre physiquement à la princesse, vous saviez que parfois, le seul moyen que l’âne avance droit, c’était la menace du gourdin ; certains tuteurs y avaient recours plus que de raison. Vous l’aviez prévenu qu’elle pourrait y avoir droit si elle ne se comportait pas correctement en société au lieu d’être privée de ses loisirs. Ce n’était certainement pas une menace en l’air, mais cela n’avait jamais été nécessaire. Peut-être qu’un rappel lui ferait le plus grand bien…

« Tu en auras du mal à t’asseoir. J’espère que cette manière de faire te motivera plus que mes encouragements… mais je te l’ai dit, tu es aussi prête que tu peux l’être. D’autant que lui faire insulte sera me couvrir de honte. Car tes manières reflètent ce que je t’enseigne ou te fais enseigner. Tu y arriveras pour la simple et bonne raison que tu n’auras pas le choix. »


[CLOS]Un bol d'air pur [PV] R6LZXTx
Emily de Brez
Nationalité :
Eskroise
Messages :
291
Date d'inscription :
26/02/2017
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
le Mer 9 Oct 2019 - 16:08
« Vous avez rossé Gaël ? » Emily demanda cela avec gravité, le dévisageant un peu, sans pour autant prendre le choix de s’offusquer. Elle n’aimait pas quand on frappait les domestiques, même si elle savait que son comparse pouvait avoir à le mériter, certain faisait ça, et elle se mettait plus dans ceux qui pouvait se faire rosser que l’inverse, elle haussa les épaules. «J’ai droit de lui dire que j’aime pas la poésie à Lowell ? » La franchise, elle préférait que risquer de ricaner parce que l’autre idiot badinait avec nullité. Pourquoi ne pouvait-elle pas juste lui souffler, que ce n’était pas sa passion et qu’il ferait mieux dés lors d’éviter la chose ?

Elle soupira et baissa le nez, tripotant ses doigts, ça l’agaçait toujours de ne pas avoir le choix, mais c’était comme ça, Emily ne pouvait pas se battre pour s’en sortir, à la rigueur, elle pouvait faire en sorte que les choses se passent pour le mieux, voilà tout. Et dans tous les cas, il avait odieusement raison, elle ferait bien parce qu’elle voulait être digne de son tuteur.

« Bon et si on bougeait un peu ? » Dit-elle en se levant le popotin, ils avaient pas mal ruminé et papoté, maintenant, fallait un peu se détendre, offrant un grand sourire à son tuteur, Emily lui confia son bras pour l’aider, par politesse et elle l’entraîna alors sur le sentier en silence. «Maintenant, on ne parle plus que de truc léger et vivifiant, je vous fais la converse…ation comme à la cour, ça vous dit ? »

Elle lui lança une œillade malicieuse, oui, elle s’était reprise à temps et elle ne le cacha même pas, préférant jouer d’une œillade de petite fille malicieuse, qu’autre chose. Ce ne serait point tout à fait aisé mais elle amorça la conversation, presque futile, avant de dériver, en cours de chemin sur des choses légères mais drôle, le vieil homme savait parfaitement adoucir la demoiselle de sa seule présence, elle devrait apprendre à rester aussi assurée loin de lui en vérité, mais, ça, c’était une autre histoire. Une future autre histoire !


[CLOS]Un bol d'air pur [PV] 3ebzLBS
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum