Le Deal du moment : -40%
– 40% sur la Table basse rectangle TIME – ...
Voir le deal
59.99 €

Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
246
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Dim 23 Juin 2019 - 19:38
La légèreté regagnait définitivement la conversation dans le jardin. Daphnée, enfin, se sentait capable de poser son regard azuré sur son vis-à-vis sans trembler, sans ciller. Bien le contact visuel trop longtemps prolongé lui provoquait toujours un malaise certain, elle le ponctuait de quelques attentions portées sur l’univers tout entier qui l’entourait, ayant cet avantage de pouvoir crier à l’ignorance et la curiosité si quiconque lui faisait une remarque sur le sujet. Portant sa tasse à ses lèvres, elle but une nouvelle gorgée de thé tandis que l’Impératrice lui offrait un premier nom sans la moindre once d’hésitation. Le chevalier de Mordon. Le nom ne lui était pas des plus familier, bien au contraire. Mais la jeune Samabartel ignorait tout de la Cour, n’était qu’une page blanche que n’importe qui pouvait remplir à sa convenance. Pourtant, lorsqu’elle précisa qu’il s’agissait d’un conservateur, elle crut comprendre dès lors qu’il était de ces ennemis que la Couronne ne pouvait écrouer car il ne s’abaisserait jamais à tenter quoique ce soit par lui-même. Donc, un personnage dangereux. Hochant docilement la tête en souriant, elle grava dès lors ce nom dans son esprit, comme pour être certaine de ne pas l’oublier.

Pourtant, à l’annonce d’un second nom, Daphnée manqua de s’étouffer. Toussotant légèrement, elle reprit doucement contenance avant de hausser les sourcils, décontenancée. « Le Comte de Beauregard ? Brusque… ? Sans vouloir vous offenser, votre Altesse, je ne suis pas certaine qu’un tel adjectif soit le premier qui me vienne en tête le concernant… Il est l’une des rares personnes que je peux me vanter de connaître à la Cour, ayant eu l’occasion de passer plusieurs instants agréables en sa compagnie lors de mon pupillat… Avec tout l’honneur que demande nos rangs, évidemment. » Elle avait rajouté cette dernière phrase en rougissant. Non, le bellâtre ne l’avait nullement laissée indifférente et Daphnée aurait aimé le voir poser un genou à terre devant elle pour lui demander de s’unir à elle pour l’éternité, sous le regard bienveillant des Dieux. Mais, au fond d’elle, elle ne pouvait que le remercier de n’avoir agi de la sorte, son amitié étant trop précieuse pour être risquée dans un jeu hasardeux de fiançailles… Mais Raimond avait su lui accorder plus d’attention qu’elle n’aurait osé lui en demander et leur correspondance, quoique non régulière, de ces dernières années, n’avait qu’encouragé la jeune femme à croire que cette amitié était plus vraie qu’elle ne le pensait elle-même.

Tant pour noyer son trouble que parce que la question lui brûlait la langue, elle osa alors interroger celle qui avait tout pouvoir sur elle et son existence quant à ces fiançailles et leur annoncement. Quand mon choix sera annoncé. C’était donc cela. Relevant ses topazes sur la brune, Daphnée pinça délicatement les lèvres. Tous étaient dépendants de l’existence de cette femme et elle n’y couperait plus, réalisant alors que ces fiançailles qui étaient les siennes ne s’étaient jouées qu’à… Une décision portée bien plus en amont que cela. « Je vois… » Oh non, elle n’avait nullement besoin d’un dessin pour comprendre que certains membres de la Ligue s’étaient pris les pieds dans le tapis pour ainsi éliminer toute une nation de son choix final. Portant son regard au loin, elle réfléchit un instant, se demandant comment les siens la verraient quand tout ceci serait annoncé. Une héroïne ? Une chanceuse ? Une paria ? Tout était possible si certains hommes avaient été éconduits par son Altesse Impériale. Les Samabartel pouvaient s’assurer une place de choix au sein de la Ligue ou bien s’attirer les foudres de ses compatriotes mais, tout ceci, son père avait dû l’envisager avant de l’envoyer à Ambrosia. Poussant un léger soupir, fronçant ses sourcils délicats, le regard toujours tourné vers l’horizon, elle reprit. « Je suis désolée d’apprendre que mes compatriotes n’ont su se montrer à votre hauteur, Votre Majesté. Certains me diraient que cette situation m’est plus que profitable et pourtant, je trouve regrettable que votre choix personnel n’ait pu se porter sur l’un des miens. Les Raclusiens ont déjà bien plus perdu que gagné dans cette histoire… » Car oui, le mariage d’une enfant venue des îles du Nord avec un homme qui n’avait nulle prétention au trône ne serait pas consolation suffisante à toute une nation. Et de nouveau, Daphnée se sentit bien oppressée sous ces devoirs qui semblaient arriver toujours plus nombreux sur ses épaules fragiles.

Se laissant aller contre le dossier de son fauteuil, il ne fallut pas longtemps à la jeune femme pour faire le calcul. « Mais votre choix reste encore large entre le Protectorat et Eskr… » Et un autre membre de sa famille satisferait certainement le laissé pour compte dans cette affaire. Lequel seulement ? Elle n’osait poser la question. Alors elle essaya de réorienter les choses dans une conversation à nouveau plus légère. « Les Noces vont, de toutes manières, largement occuper mon esprit à présent… Il y aura de nombreux préparatifs et même si j’ai déjà eu à vivre ça six fois, aucune ne se ressemble… Quelles seront les… Attentes impériales sur cet événement ? »


L'humilité est le contre-poison de l'orgueil [PV Lilith] - Page 2 Fc3xBB3
Lilith de Choiseul
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
3630
Date d'inscription :
14/01/2017
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
le Dim 30 Juin 2019 - 15:46
Autant mettre l’ingénue en garde, contre les influençeurs de mauvaises sortes. Mordon était l’archétype du conspirateur, son nom rodait à proximité d’affaire qui le rendait dangereux et de mauvaise augure, mieux valait qu’elle ne s’en approche pas. Ce que je regrettais, ce fut la suite de ses paroles, elle avait donc une ombre à son tableau, si elle connaissait Beauregard, de par principe j’allais me méfier d’elle, un peu, mais je souriais pour apaiser mes propos.

« Disons qu’il est intransigeant et c’est tout à son honneur, je le qualifie de brusque car il ne cherche point à biaiser son comportement, il est toutefois, un homme qu’il faut connaitre et envisager, de part sa lignée et surtout, par son importance. » Je brodais un peu, je concédais qu’elle n’était pas apte à entendre qu’il était un potentiel conspirateur, bien que je le crois plus figure de proue, voir effigie, que réellement acteur. Un prince de sang ne s’abaisse point aux basses besognes n’est-ce pas ? Attendant plutôt que l’on fasse pour lui les choses. J’étais mauvaise, j’appréciais Beauregard à moindre mesure, c’était un fait, parce que c’était un homme qui se supportait. Il ne fallait pas le nier, néammoins, je ne laissais rien paraitre, me plaisant à être amusée de sa réaction…

Je notais pourtant qu’elle rougissait et je restais curieuse, elle avait précisé l’amitié, mais une jeune femme de son âge pouvait tout à fait trouver Raimond Beauregard à son goût, une chose à prendre en compte, et il serait probable que ses courriers seraient lu, en temps et en heure, par précaution . Elle gardait toute fois, la promesse d’être une bonne « tante » pour notre famille. Je serais presque surprise de voir mon oncle réussir à l’engrosser…enfin, pardon, à rendre son ventre plein de vie. Elle souffrirait à sa grossesse probablement…mais le moment n’était pas à ce genre de constatation.

Elle voyait, mais qui ne verrait pas…la ligue avait envoyé piètre prétendant sur piètre prétendant et pire encore, elle n’avait su faire réellement sa place. Bien entendu que les dés étaient pipés, mais peu m’importait, elle serait une réparation pour une nation, je ne m’en voulais pas un instant sur ce point.

« Il a été en effet regrettable que vos compatriotes n’aient pas été à la haurteur des attentes impériales, mais Van Pelt et Frémont ont à peine éviter l’incident diplomatique… » Je prétextais cela, mais c’était presque la vérité. Elle réfléchissait, cette fiancée et mes yueux restaient sur elle, fixés et calmes. « Vous aurez tout le personnel nécessaire pour la décision des noces, les détails et autres, qui sauront pertinament les propres attentes impériales, cela sera beaucoup plus rigides que vos précédentes préparations, cela va s’en dire. » Je n’évoquais pas le sujet du prétendant, parce qu’au fond, cela ne la regardait pas. «Mais rien qui ne soit contrariant à vos volontés, enfin, je ne pense pas, il faut tout de même que votre mariage vous convienne… »

Elle devrait uniquement se plier aux protocoles. Voilà tout.

« Avez-vous déjà des idées sur le sujet ? »


L'humilité est le contre-poison de l'orgueil [PV Lilith] - Page 2 VtJLfeC
Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
246
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Jeu 15 Aoû 2019 - 18:12
En quelques jours de temps, voilà qu’un deuxième membre de la famille Impérial ne lui parlait de Beauregard en lui intimant de se méfier de lui, de jouer de prudence en sa compagnie. Daphnée n’était qu’incompréhension devant toutes ces méfiances, elle qui n’avait trouvé chez l’homme que bien peu de défaut à l’époque. Était-ce le cœur de la jouvencelle qui avait biaisé son jugement ? Les justifications de l’Impératrice sur ce sujet étaient accompagnées de ces phrases que seule une politicienne pouvait formuler. L’enfant du Nord de la Ligue n’était nullement de celles-là et c’était bien sur ce domaine qu’elle devrait travailler si elle ne souhaitait ni créer d’impair, ni se faire dévorer par plus ambitieux. « Je crois préférer un homme brusque à quelqu’un qui cherchera à tromper mon jugement… Votre oncle a déjà su m’avertir des tensions qui existent entre vos deux familles. Il m’a fait promettre de me montrer prudente et je vous affirme à nouveau que c’est bien mon attention. Mais jusqu’à présent, n’ayant été confrontée à tous ces dessous politiques, je crains ne pas forcément voir certaines choses… Mais si vous pensez qu’il pourrait, ou un autre, me nuire ou nuire à votre famille, je saurais prendre mes distances. » Et là encore, c’était honnête de sa part que de l’affirmer, ses lacunes se comptant un peu plus à chaque minute.

Le sujet dévia, amené par Daphnée qui cherchait à comprendre les dessous de ses noces. Evidemment, une triade semblait se dessiner autour de la famille impériale et l’Etoile du Nord en était l’une des pièces maîtresses. A la mention des prétendants envoyés par la Ligue dans le but de séduire la jeune femme, la blonde haussa les sourcils avant de laisser échapper un léger rire. « Je comprends mieux… » Sans dire qu’elle les connaissait personnellement, elle avait déjà rencontré ces hommes dans quelques festivités. N’avaient-ils pas été invité à l’une de ses Noces ? Elle ne savait même plus. Daphnée était patriote mais cela ne signifiait pas qu’elle défendrait chacun des siens avec une grande ferveur et les deux personnages n’étaient pas forcément les mieux réputés de la Ligue, ces derniers ayant déjà su trouver parti avantageux avant que les choses ne changent dans la famille Choiseul.

Finalement, revenant sur les noces de la Samabartel, elle comprit que ces dernières ne pourraient être entièrement à l’image de ses attentes, certaines contraintes imposées par le statut qu’elle épousait autant que l’homme rendant les choses un peu plus protocolaires. Si elle s’y était attendue, elle prit une profonde inspiration comme si le poids de tout ceci écrasait déjà ses frêles épaules. Elle serait accompagnée de têtes pensantes, de serviteurs mais certainement aussi de quelqu’un qui se réserverait le droit de refuser catégoriquement des choses. La brune eut alors une phrase qui força Daphnée à pousser ses réflexions. Il faut tout de même que votre mariage vous convienne. Devait-elle lui préciser que sa présence relevait déjà du miracle tant elle s’était battue pour ne pas venir ? Jusqu’à la veille de son départ, la douce enfant avait tout fait pour convaincre son père de ne pas l’envoyer à Ambrosia, lui rappelant cette promesse de ne plus la fiancer qu’il avait formulé et brisé. Mais l’homme avait tenu bon, allant jusqu’à faire surveiller la porte de la chambre de sa fille de peur qu’elle ne s’échappe. Mais l’idée n’avait pas même traversé son esprit, effrayée comme elle était à l’idée de causer la mort d’un autre homme. La nuit n’avait été que prières à répétition et ce fut presqu’un soulagement pour elle de ne pas avoir son père à ses côtés lors de son voyage. La rancune était tenace dans son cœur et durerait éternellement si les choses ne se passaient nullement comme prévu.

Masquant son trouble, elle sourit doucement à la question de la jeune femme de son âge qui se trouvait face à elle. « Quelques-unes, en effet. Bien que je doute qu’il soit possible de voir la neige tomber à Ambrosia… » Son sourire se fit plus large. La neige était son élément et c’aurait été belle façon de lui rappeler Virindrige. Mais la chaleur de la cité ne permettrait certainement jamais un tel phénomène sans provoquer des pluies fraîches. « Je pense que ce ne serait que mieux que je me concerte à ce sujet avec mon fiancé, en premier lieu, votre Altesse. Bien que je doute de l’investissement de votre oncle sur le sujet, je m’en voudrais de réclamer quelque chose qu’il hait en tout point. Mais… J’aurais certainement besoin d’un avis sur la robe que je porterais ce jour-là et cela, il ne pourra le faire… » En temps normal, Daphnée obtenait celui de sa mère mais ici… Qui pourrait bien l’aider à trouver tenue qui saurait la rendre plus belle qu’elle ne l’était déjà ?


L'humilité est le contre-poison de l'orgueil [PV Lilith] - Page 2 Fc3xBB3
Lilith de Choiseul
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
3630
Date d'inscription :
14/01/2017
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
le Jeu 12 Sep 2019 - 14:11
Je préférais la prévenir pour Raimond, j’apprenais donc quelques petites choses, elle paraissait apprécier le prince des Deux Cîmes, ce n’était pas négatif, mais elle entrait dans la famille ennemie, et de ce fait simple, cela pouvait entâcher sa relation avec lui. Les de Choiseul avait évincé du trône sa famille, malgré toutes tentatives de réconciliation, il ne pouvait subsister entre nos lignées que de la méfiance et de l’hostilité. Elle devrait simplement faire attention, et je le signalais pour être claire. Il aurait été dommage qu’elle ne se méfie pas, je ne rajoutais rien, je ne surenchérissais pas et je n’évoquais rien de plus, préférant la laisser sur ses derniers mots.

Déviant la conversation sur les élus raclusiens, je ne cachais pas qu’ils avaient été médiocres et cela parut l’amusé, en tous cas elle comprenait. Je détestais profondément les impolitesses faciles, Van Pelt et de Frémont avait tout simplement fait éclater celles-ci à mon visage, sans ménagement, et autant avouer que ni l’un, ni l’autre, n’avait été convenable dans l’histoire. Sans parler de leur jeunesse volubile et du fait qu’ils aient été de simple pupille.

Il fut plus simple de parler de ses noces et d’évoquer dès lors ce qui se ferait et sous quelle condition impériale. Je prenais ses paroles pour un rien d’amusement, l’époque de la neige était passée, et elle avait causé bien assez de tracas ces derniers mois au vue de la tempête qui s’était alors abattue en fin d’année.

« A cette époque de l’année, ce serait surprenant et au vue des dégâts causés par la tempête de la nouvelle année, je doute que la neige ne fasse pas peur aux ambrosiens. » J’aurais aimé lui concédé l’hiver, mais je ne m’avançais pas sur les détails, mon mariage serait le nœud du problème et le déclencheur des autres unions, je devrais d’abord en discuter avec mon oncle, ce qui viendrait dans quelques temps.

J’eus un sourire charmé et amusé quand elle parla de conseil et de robe, elle flattait mon égo involontairement, c’était bien le seul attrait féminin que je possédais réellement, bien que beaucoup pouvait trouver à redire sur le style que je pouvais porter, je hochais la tête.

« Considérez que je pourrais vous soutenir pour ce genre d’avis et que j’engage à la réalisation de votre vêtement la couturière impériale. Elle est sans égale, le meilleur du royaume et la plus à même de saisir vos exigences, je pense que vous n’en découvrirez aucune autre de son savoir-faire. Je pourrais la faire venir auprès de vous dans les temps à venir, à votre convenance. Quoi qu’il en soit, peut-être que vous pourrez aussi approcher Amélia, ma cousine, votre nièce a un caractère particulièrement peu facile, mais elle saura sans détour vous faire saisir toutes les personnalités que vous pourrez trouver à la cour. N’évoquez pas le mariage en sa compagnie, elle n’est pas encore au courant, cela pourrait la blesser de ne pas l’apprendre des lèvres familiales. »

Ce n’était pas tout à fait vrai, Amélia n’avait pas à savoir, je la soupçonnais d’être apte à faire ébruiter l’affaire, elle le saurait quand nous voudrions qu’elle le sache et quand nous souhaiterions faire en sorte que les choses s’ébruitent, comme cela ne la concernait pas, elle n’avait pas besoin d’envisager les choses. Il était dommage par ailleurs qu’elle ne me soit pas utile pour un mariage, quoi que…l’on parlait de son rapprochement avec de Lascelle et plus ambrosien que lui, ce n’était pas possible. J’y réfléchirais avec mon oncle.

« Puis-je vous apporter des conseils quelconques pour votre vie Ambrosienne désormais ? Ou en tous cas, puis-je vous offrir quelques avis éclairés pour l’avenir en répondant à des questions que vous vous posez ? »

En soit, pouvais-je encore l’aider ? Si ce n’était pas le cas, je suppose que la fin de notre échange serait plus léger…


L'humilité est le contre-poison de l'orgueil [PV Lilith] - Page 2 VtJLfeC
Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
246
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Mar 24 Sep 2019 - 12:07
La conversation put enfin reprendre un nouveau souffle, les convenances de la Cour et les fréquentations de la famille impériales ayant été abordées. Daphnée comprenait peu à peu que son existence toute entière allait changer, que les choses allaient basculer. C’était difficile à encaisser, surtout pour elle. Son existence, ces dernières années, s’était faite de tranquillité et de la promesse d’un célibat certain. Et voilà qu’en quelques mois, toute son existence basculait vers tout autre chose, la poussant dans ses retranchements un peu plus à chaque minute. Sa simple présence face à l’Impératrice était bouleversante et pourtant, elle devrait s’y habituer, la jeune femme étant prochainement un membre de sa famille.

Abordant les noces à venir, Daphnée avait essayé avec humour de demander une faveur qui n’était somme toute, pas réalisable actuellement. Et d’ailleurs, la brune qui lui faisait face était implacable sur le sujet, bien qu’elle parût désolée. La Neige ne serait pas un élément présent lors de ses Noces et si elle essaya de paraître détachée, elle devait avouer que cette petite part de chez elle lui manquerait. Les Ambrosiens craignaient le froid et les intempéries, n’étant pas autant habitués qu’elle à ce genre de climat et elle ne pourrait décemment pas se marier sans la présence de la Cour toute entière. Après… Les dates n’étant pas arrêtées, la certitude ne pouvait finalement pas se trouver toute entière dans ce fait. Si l’hiver devait faire son apparition le temps que tout ceci soit acté, alors peut-être pourra-t-elle espérer quelques flocons le jour de son mariage.

Flattant sans le vouloir l’Impératrice, elle fut ravie de savoir qu’elle serait à sa disposition le moment venu pour déterminer avec elle si la robe de son choix sera digne de la famille Choiseul. Elle alla même plus loin en lui assurant que la confection de cette tenue serait réalisée par la couturière impériale. Il suffisait d’observer les vêtements de la brune pour comprendre que l’ouvrage n’en serait que plus beau encore et Daphnée fut reconnaissante de ce choix. Enchaînant alors, elle lui parla d’une autre jeune femme. Amelia. Votre nièce. Un frisson hérissa le poil de la blonde qui sourit de faon doucement crispée. Elle n’était pas prête à entendre ce genre de chose encore, même si son âge était plus que raisonnable pour être tante. Mais tante d’adultes comme elle ? C’était déroutant. « Loin de moi l’idée d’aborder ce mariage en une compagnie autre que la votre ou celle de votre oncle. Je me doute que l’information n’a encore nullement été divulguée et je ne souhaite pas être à l’origine d’une fuite de cette information. Mais je vous remercie, tant pour la couturière de talent que vous semblez disposée à dépêcher pour moi alors que bientôt, elle devra avant tout se préoccuper de votre tenue, que pour la mention de cette cousine. Je vous avoue que la percevoir comme une nièce… Tout comme vous, m’est une chose encore impensable, en revanche. » Elle accompagna ses derniers propos d’un léger rire, plongeant son nez dans sa tasse de thé pour le noyer.

D’une dernière interrogation, elle tenta de savoir si l’esprit de Daphnée était plus clair ou si des choses la tourmentait encore. Si elle avait cédé, elle lui aurait certainement posé des questions sur mille et une choses encore qu’une jeune femme n’ayant que trop peu vécu à la Cour se posait. Mais elle apprendrait, Nemrod le lui avait précisé. Lui comme Lilith n’avaient guère le temps de la tenir par la main en tout temps et elle devrait prendre ses marques seule sur certains sujets. Ça ne l’effrayait plus vraiment. « Votre patience face à mes interrogations fut bien plus que je ne pouvais vous en demander, votre Altesse. Je crois que les choses sont plus claires pour moi désormais tout comme je sais que quelqu’un saura toujours entendre mes demandes si vraiment je rencontre un obstacle. » Elle sourit avec douceur. Daphnée était curieuse, peut-être trop, parfois, mais c’était un atout dans sa situation. Il lui faudrait quelques mois pour comprendre les bases de ce monde dont elle ignorait encore tout il y a quelques jours. Et alors, peut-être saura-t-elle se faire une véritable place dans cette Cour ?


L'humilité est le contre-poison de l'orgueil [PV Lilith] - Page 2 Fc3xBB3
Lilith de Choiseul
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
3630
Date d'inscription :
14/01/2017
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
le Jeu 24 Oct 2019 - 21:57
Il y avait tant de détail, je ne promettais pas l’hiver à son union, tout dépendrait de la mienne, tout dépendrait de trop de facteur et je ne pouvais que lui rappeler, que nos hivers n’étaient pas les siens, voilà tout. Ce fut sans heurt que je le fis. Je me proposais pour l’aider, autant que possible, pour toutes les différentes choses, qui composeraient son mariage. Je lui proposais par ailleurs la couturière impériale, voilà qui pouvait être considéré comme un cadeau, je lui faisais plutôt honneur, comme une recommandation amicale, une sorte de normalité de parent. Si je possédais la meilleur selon moi, encore que le terme possédais n’allait pas, si je connaissais la meilleur et que je l’employais exclusivement, c’était une marque d’attention que je lui « prête ».

Je retenais un rire amusée, cachant un peu mes lèvres, je ne me moquais pas d’elle, tout au contraire. « Pardonnez-moi, j’avoue volontiers qu’à votre place, j’aurais le même mal, vous n’aurez titre que de tante, j’espère que nous apprendrons à avoir un lien familiale mais sans se formaliser d’une hiérarchie qui pourrait nous troubler à cause de nos âges. Ne soyez pas gênée de me le dire, au contraire… »

Je ne voyais pas de mal à l’avouer et je l’encourageais par ailleurs à le faire, ce n’était point désagréable de faire face à la réalité. Je souriais avec plaisir par ailleurs à la suite de ces propos et quand je proposais encore un rien mon aide et puis, elle me signifia que tout était bon. Je fus ravie d’une telle chose et je laissais alors la rigueur se défaire, pour imposer un rien de plus de légèreté. Je souriais et je prenais le plaisir de converser avec elle, encore un peu sur des sujets plus léger, histoire de la connaître, je me plaisais à engager la conversation sur ses goûts mais je ne me faisais en rien intrusive, ce rendez-vous se termina une bonne heure plus tard.

Je la quittais fort ravie de ce premier choix…


L'humilité est le contre-poison de l'orgueil [PV Lilith] - Page 2 VtJLfeC
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum