Le Deal du moment :
L’ORÉAL PARIS Men Expert – Lot Gel ...
Voir le deal
8 €

Mereïphaïne Welton
Nationalité :
Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages :
118
Date d'inscription :
16/09/2017
Mereïphaïne Welton
Propriétaire de mines de diamant
le Dim 17 Fév 2019 - 11:57
Inquiétudes| « L’été venait de sonner son heure, l’heure chaude, l’après midi étouffante, elle avait la sensation de mourir peu à peu sous l’extravagance des rayons diurnes. Chaud ? Il faisait chaud, clémence béni après des températures si désagréables. Sur le domaine du chevalier de Mordon, encore une fois, il faisait pourtant bon vivre ou séjourner. Il avait fallu choisir : les intriguants conservateurs ou bien, le frère de sa majesté. Elle s’était engagée…le chevalier de Mordon n’était point un imbécile, encore moins un de ces freluquets plein de billevesées qui paradaient comme un paon. Il était courtisan, noble ambrosien et fervent conservateur de la lignée des Deux-Cîmes. Le temps avait offert à Méréïphaïne l’occasion de se rapprocher, d’infiltrer, de prendre part…elle était charmante, charmeuse, manipulatrice mais flatteuse et les comploteurs lui permettaient de passer de cercle en cercle.

L’on racontait même que sa place allait être offerte à une autre, que la dame de compagnie était moins dans les papiers de l’Impératrice, mais elle avait joué de cela, s’éloignant de sa majesté pour pouvoir s’engouffrer dans le monde de Mordon et de ses associés. Il lui était peu compliqué de comprendre certaine chose, quelques mois depuis l’hiver avait suffis à éclairer son esprit. Le prince Deux-cîmes n’étaient qu’une figure de proue, une image qui devait être rétablis, mais il n’était que porté par des épaules larges qui veillaient à agir pour lui, sans pour autant l’informer. Il ne savait pas. Et même si la dame d’Argosme ne savait pas tout, elle soupçonnait que des choses avaient été faites…son inquiétude grandissait pour Monsieur Beauregard, ce qui la surprenait elle-même…

En vérité, il était agaçant, mais possédé d’étrange vertu qui le rendait appréciable, voir agréable. Si elle n’avait franchi aucune barrière indécente, elle s’était rapprochée au grès des rencontres sans pouvoir se permettre trop d’intimité ou plutôt de familiarité. Ils s’entendaient et ils pouvaient arriver que quelques notes de musiques filent entre eux., c’était rare et seul lui initiait la chose. Elle ignorait dès lors à quel point leur entente pouvait être agréable…

Le chevalier avait organisé son anniversaire sur son domaine, deux jours agréables qui terminaient bientôt, mais la dame d’Argosme était inquiète et cela se voyait sur son visage. Elle pensait et repensait, loin du tumulte de la soirée, à des choses entendues. Dans un sens, cela la désolait de croire qu’il pouvait être au courant, elle lui concédait un peu plus de grandeur, dans un autre, elle se souciait des retombées que cela pouvait engendrer sur lui. Dans tous les cas, elle ignorait une grande partie des choses…elle savait que des choses se tramaient, que les conspirateurs agissaient pour restaurer l’ancienne lignée. Elle avait entendu parler vaguement de de Voisin, mais il y avait encore trop de secret. Ainsi donc, elle se tenait à l’écart, sous la coupole d’une tonnelle de lierre, observant l’océan. Dans sa robe champagne, sous son ombrelle de dentelle, elle détaillait la mer ambrosienne, silencieuse, et fut surprise, un instant, par un bruit, quelques mots qui la firent se retourner.

Son visage sourit en voyant Raimond parvenir jusqu’à elle… »




D’intrigue et de complot, Mordon aura votre peau [Prince Deux-cîmes] SJEsOqK
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
159
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Lun 4 Mar 2019 - 10:55

Bon sang ne saurait mentir. Voilà ce que disait ce proverbe des plus fameux. Selon moi il se vérifiait généralement. Parce que quand nous avions du mauvais sang, nous allions nous le faire tirer chez le médecin, tout simplement… mais au delà de ça, ce que je voulais dire par là, c’était que je ne pouvais que juger Méréïphaïne d’Argosme autrement qu’à l’aune de ses ancêtres. Et ça n’avait rien de prometteur, ni de flatteur pour elle. Des pirates et des traîtres. Rien de plus. Autant se dire qu’en effet, il y avait de quoi se poser des questions sur de potentielles nouvelles traitrises. Quant à al piraterie, son frère n’en était-il pas un bon exemple ? Membre de la cour et du cercle rapproché de l’impératrice en titre – faute de l’être en sang – elle était un atout fort intéressant, il fallait le reconnaitre. Je doutais de parvenir à la manipuler, toutefois, jouer le jeu de la personne agréable n’était pas trop dur. A vraie dire, elle m’inspirait, non pas une forme de sympathie, mais disons qu’elle était d’une compagnie plutôt agréable. Disons que son ascendance lui mettait un lourd handicap.
Nouveau point noir, elle était, selon les rumeurs, en bonne passe pour la disgrâce. Mais elle n’avait apparemment pas la présence d’esprit, donc, de retourner au sein de la ligue, chose évidente. Personne n’aimerait être dans les papiers d’une pestiférée, au sens métaphorique. Et j’avouais volontiers que je laissais à d’autres le soin de tâter le terrain, ne m’y intéressant que peu.

Enfin, tout cela n’avait aucune importance. Je devais être accueilli chez un ami pour la soirée, une soirée d’anniversaire en réalité, qui était donnée en l’honneur d’une personne qui, sans m’être chère, m’était assez proche pour que je puisse le qualifier de proche. Un vassal dont la famille n’avait jamais faibli, même au cœur de la tourmente, d’où le fait qu’ils ne soient que simples chevaliers, de nos jours ! Enfin bref, c’était en grande pompe et ne dissimulant nullement mon blason légitime que je me présentais là-bas. Ainsi, quand j’arrivais ce fut en grandes pompes avec, comme unique signe distinctif, ces deux monts ornant ma poitrine que j’abordais fièrement. Et contrairement à d’autres endroits, ici, on me connaissait suffisamment pour avoir qu’il fallait s’incliner. Oh, on ne se s’inclinait pas devant moi comme à la cour, toutefois, une inclinaison du buste, a minima, était de bon ton….
Toutefois, il fallait reconnaitre une chose, Ils savaient comment organiser de bons jours. Bons jours auxquels je n’avais pas participé, privilégiant le fait d’être là le jour du point d’orgue, tout simplement.

La chaleur était écrasante, trouvais-je… mais bon, je ne savais pas quoi m’attendre d’autre. Je ne pouvais que l’endurer, et profiter d’un de ces vins frais et fruités typiques d’ici qui, s’ils ne valaient pas un Don, valaient néanmoins quelque attention légère. Puis, je me réfugiais sous une tonnelle de lierre. Tonnelle de lierre où je retrouvais Méréïphaïne d’Argosme. Je souriais, mis sincère, mi emphasé. Mais quand elle me répondit, elle me semblait soucieuse. Je m’approchais, eus une légère inclinaison de la tête, comme un salut, avant de finalement lui demander, sur un ton doux, mais qui montrait que je m’étonnais de voir cet air soucieux qui ne lui ressemblait pas, malgré le sourire.

« Auriez-vous l’âme chagrine ou soucieuse, madame ? »

Certes, un peu direct, mais bon, j’avouais que la chaleur faisait en sorte d’émousser ma patience, et plus encore, d’émousser mon envie de rester… et puis bon… il y avait quelque chose de singulier à fréquenter l’ennemi, il fallait le reconnaitre, mais bon, garder ses ennemis proches de soi… vous compreniez, non ?


D’intrigue et de complot, Mordon aura votre peau [Prince Deux-cîmes] BiYb2et
Mereïphaïne Welton
Nationalité :
Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages :
118
Date d'inscription :
16/09/2017
Mereïphaïne Welton
Propriétaire de mines de diamant
le Mer 20 Mar 2019 - 16:50
Inquiétude | “Elle se tenait là, à penser. Méréïphaïne n’aurait pas dû penser aux dommages potentiels et collatéraux, ce n’était pas ce qui devait lui importer, mais elle négociait encore avec elle-même pour savoir que faire exactement. Elle n’était pas encore assez immergée dans les connivences des comploteurs, il fallait encore qu’elle fasse ses preuves ou se montre « fidèle » mais dans tous les cas, elle avait compris que la figure de proue n’était que trop touchée. Les choses étaient faites en son nom, en quelques sortes, ce n’était pas assez transparent, mais les complots ne l’étaient jamais.

Sa contemplation fut interrompue, et elle envoya son regard en arrière, se retournant complètement à la vue de Raimond pour exécuter une honorable et élégante révérence. La rousse était bien plus légère quand elle se présentait, sa gravité n’était pas séductrice, elle était plaisante et c’était un fait. Ainsi donc, elle salua et l’observa venir à sa proximité. Que devait-elle dire ou faire en vérité ? Peut-être simplement discuté pour y voir plus clair. C’était la chose la plus simple à faire.

«Des questions qui se posent un peu à mon esprit et l’occupent. Je ne devrais probablement pas qui plus est. »

Elle resta à sa hauteur et se permit de regarder l’horizon. Cela n’aidait pas du tout à observer un point incertain, à croire que ce n’était qu’un effet de style pour avoir l’air lasse et soucieux. Elle secoua la tête et repris parole.

«J’aurais pensé que vous seriez en compagnie du chevalier…j’espère que vous n’êtes pas sortis par ma faute ? »

Peut-être allait-il lui mentir ? Pourquoi ne pas le faire, elle se doutait bien que le rapprochement était imparfait, qu’elle restait l’espionne potentielle et pourtant. Elle s’immergeait, elle apprenait, elle comprenait. Et elle se tenait sous la chaleur à réfléchir, une brise aurait été appréciable d’ailleurs, mais elle ne venait pas.

« Je me fais quelques inquiétudes pour une connaissance. Rien qui ne vous serait intéressant, voulez-vous rentrer ? »

Elle se déplaça d’un pas histoire de s’éloigner, non sans le convier d’un mouvement de corps. Il ne devait probablement pas s’intéresser à ses inquiétudes et elle préférait largement ne pas l’ennuyer avec ce genre de chose. »



D’intrigue et de complot, Mordon aura votre peau [Prince Deux-cîmes] SJEsOqK
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
159
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Lun 8 Avr 2019 - 18:29
Je souris à la jeune femme. Cheveux domptés avec difficulté, elle semblait apprécier l’air extérieur malgré ses soucis. Car oui, elle avait des soucis, c’était d’une sainte évidence, sinon, elle n’aurait pas eu cette mine inquiète. Je restais hésitant, me demandant si aborder le sujet était une bonne idée et je finissais par me dire qu’elle serait sans doute du genre à apprécier quelqu’un qui pourrait savoir montrer sa sollicitude. Je lui fis un sourire aimable alors que je répondais à ses paroles.

« Eh bien votre dilemme est résolu si vous doutez de devoir vous en inquiéter, alors c’est sans doute bien plus sage de ne pas vous en inquiéter. Mais je crains qu’il soit trop tard pour cela. Alors, peut être devriez-vous vous en ouvrir à quelqu’un d’extérieur, cela pourrait vous faire du bien. »

Elle ne me regardait pas quand je parlais, regardant l’horizon, et je fis mine de ne pas m’en offusquer, répondant toutefois un peu plus sèchement à ses assertions que je ne l’aurais probablement dû. Quand elle laissa sous-entendre par ses propos que j’avais mieux à faire que d’être là. J’étais un prince, un empereur en exil, d’une certaine manière. J’avais un héritage que les de Choiseul eux-mêmes n’auraient pu qu’espérer !

« Je fais ce que je souhaite, y compris m’exiler au dehors quand je trouve que l’intérieur est trop étouffant. »

Et non, tout ne tournait pas autour d’elle. Tout simplement. Je fis la moue et je me radoucissais lui présentant des excuses au passage pour l’élan d’humeur avant que finalement, elle ne conclue. L’invitant à rentrer. Comme si j’en avais envie. Doucement, je me portais à sa hauteur quand elle me proposait de rentrer et je lui disais alors, d’un doux, certes doux, mais ferme.

« Je suis sorti, et ce n’est pas pour rentrer aussitôt ! Auriez-vous l’amabilité de ne pas m’inviter à prendre congé toutes les deux phrases, je vous prie. Je suis venu dehors, vous êtes dehors, restons donc dehors. Il n’y a rien d’inconvenant dans la mesure où nous sommes à la vue de tous. »

Oui, voilà, alors, ce fut à mon tour, de faire un geste pour l’inviter, l’exporter, l’injoncter, même de prendre une place assise sur un petit banc de pierre sous la tonnelle et je m’asseyais à distance respectable d’elle, suffisamment pour que les choses puissent rester entre nous sans pour autant laisser planer d’éventuelles idées, tout simplement. Enfin, je repris la parole, posé.

« Alors, racontez-moi tout. Il m’est souvent apparu qu’un avis extérieur pouvait parfois défaire les pires embrouillaminis ! Et vous saurez alors comment agir. »


D’intrigue et de complot, Mordon aura votre peau [Prince Deux-cîmes] BiYb2et
Mereïphaïne Welton
Nationalité :
Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages :
118
Date d'inscription :
16/09/2017
Mereïphaïne Welton
Propriétaire de mines de diamant
le Lun 15 Avr 2019 - 16:56
Dualité | “La dame avait quelques penchants d’amitié pour le prince, même s’il savait parfaitement lui rappeler combien il pouvait se montrer agaçant, voir même cinglant, privilège des gens de haut-rang. C’était une ombre négative au tableau, cela la consolait peut-être un peu ses hésitations, mais il était dommage de s’attarder à ce genre de chose. Elle ne souhaitait pas rendre négatif son jugement parce que son caractère ne savait en rien s’éducolorer, mais bon, elle ne lui devait rien, n’est-ce pas? Il s’excusa et elle inclina le visage en guise de réponse. Prince de sang peut-être, mais rien ne lui permettait d’être tout à fait grossier.

La dame d’Argosme ne s’en formalisa pas plus. Elle l’observa faire preuve d’autorité, ferme et doux à la fois et elle s’excusa un instant, avant d’obéir à son invitation. La rousse l’appréciait, quoi qu’elle puisse croire, elle parvenait à apprécier ce caractère. Elle s’installa avec toute l’élégance d’une femme de son rang, il l’invita une fois nouvelle à se confier.

“Je suis soucieuse pour une personne de mon entourage. Elle parait ne pas être au courant de chose, qui sont faites en son nom et qui, si cela prenait un mauvais tournant, pourrait lui porter grand préjudice. J’hésite quant à la marche à suivre, j’aimerais lui être assez fidèle mais est-ce bien ma place de la mettre en garde?”

Le danger venait du fait que cela le concernait et de ce fait, elle ignorait si elle serait réellement écouté. Le problème était là, de par sa lignée et de par son nom, il ne pouvait avoir confiance en elle et elle n’était pas idiote. Ils se côtoyaient, mais la dame savait pourtant que ce petit détail était un point central qui déterminait toute leur relation aussi.”



D’intrigue et de complot, Mordon aura votre peau [Prince Deux-cîmes] SJEsOqK
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
159
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Mar 28 Mai 2019 - 17:03
Elle me céda et s’installa. Je ne comptais pas sur elle pour faire moins que cela. Après tout, n’étais-je pas un prince. Quoique l’on pense, en réalité, de ce que j’avais vu, il n’y avait d’invitées, que des familles qui ne pouvaient se parer de plus de prestige que cela d’être un dévoué serviteur à la couronne ambrosienne, sans le sens, de la véritable lignée souveraine. Cela, je le savais. Donc je me sentais mieux que ce que l’on pouvait penser. Mais pour le reste, je pensais que cette servilité et cette obséquiosité n’était sans doute que de façade. Et nul ne pouvait prétendre à sang plus noble que le mien, par deux fois divins, au bas mot, par Natos et cela de Neiman. La royauté coulait dans mes veines. Je lui fis un sourire avant de finalement l’entendre parler, comme je l’y encourageais.
Soyons honnêtes, son problème ne m’intéressant qu’à moitié. En vérité, je tachais davantage de faire bonne figure qu’autre chose !

« Je vois… »

Oui, je voyais ce qu’elle voulait dire… toutefois, je ne pouvais rien dire de plus dans l’immédiat et je me découvris un certain plaisir à me mettre à chercher qui cela pouvait être d’une part, et en même temps, il s’agissait d’un petit casse-tête fort délicieux… je restais un moment en silence avant de finalement lui sourire et lui dire, d’un ton doux, mais ferme.

« Tout dépend. Vous aimeriez, mais que vous dicte votre devoir envers lui ? Une honnêteté réelle, ou un silence attentiste ? Oubliez ce que vous aimeriez faire ! Cela ne rentre pas en ligne de compte… la seule autre option est de ne rien dire et d’agir dans son intérêt à lui, en faisant taire ces mauvais acteurs, ou en lui permettant de faire le choix lui-même sur le sujet… dans tous les cas, le blâme vous sera sans doute adressé… reste à voir ce qui vous importe vraiment… »

Oui, voilà. J’eus un sourire un peu espiègle – chose rare chez moi.

« Mais vous vous doutez maintenant que je vais tacher de chercher à vous faites allusion, n’est-ce pas ? »


D’intrigue et de complot, Mordon aura votre peau [Prince Deux-cîmes] BiYb2et
Mereïphaïne Welton
Nationalité :
Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages :
118
Date d'inscription :
16/09/2017
Mereïphaïne Welton
Propriétaire de mines de diamant
le Sam 22 Juin 2019 - 16:50
Le temps de l’incertitude | « La dame se demandait s’il se souciait réellement de ses tracas, il était, selon ses propres conviction, un prince, que dire, un empereur et le commun des mortels devaient tellement peu lui importait. Ce n’était pas sa faute, c’était l’erreur qu’il pouvait avoir de croire qu’il était trop haut pour le monde, ainsi que beaucoup se trompait, mais elle profita, un peu, de son « intérêt » pour exposer ses tracas. Réellement, elle pouvait se tromper sur Lui, mais elle appréciait pourtant sa personne parfois, autant qu’elle ne la supportait plus. C’était ça aussi qui rendait sa personnalité intéressante et insupportable, mais bon.

Il émit un avis logique sur le sujet : qu’est-ce qui lui importait à elle ? Si elle s’écoutait, elle aurait clairement exposé les faits, mais il allait probablement détesté passer pour une figure de proue utilisable, si tant est qu’en prime, il ne s’expose pas trop directement sur les faits, et aille dans l’immédiat confronter son fidèle. C’était d’une délicatesse troublante…Elle fut surprise de voir l’espièglerie dans son sourire et le regarda intrigué, son esprit était il agitée quant à la découvert de qui il s’agissait ou autre ? La dame l’observa…

« Je n’aurais pas pensé que cela vous intrigue assez pour chercher...vous connaissez toutefois fort bien les protagonistes de mon dilemme. Je suppose que vous préférez chercher à deviner ? »

La rousse pouvait lui dire clairement qu’il s’agissait de lui-même, et de Mordon, mais elle était un rien surprise et perplexe quant à cette espièglerie qui allait si rapidement disparaître qu’elle n’osa pas donner les noms clairement, préférant essayer de la voir clairement encore.
C’était si rare de le voir être autre que sérieux qu’elle se demanda si elle découvrait un nouveau pan de sa personnalité, c’était si étrange.
»




D’intrigue et de complot, Mordon aura votre peau [Prince Deux-cîmes] SJEsOqK
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
159
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Lun 23 Sep 2019 - 14:44
Je pouvais et je savais me montrer espiègle, et ce, malgré la situation fort peu agréable d’avancer à l’aveugle. Machinalement. Je ne pouvais pas m’empêcher de me demander si je devais déduire quelque chose de ses propos… peut être que je cherchais trop loin… oui, c’était sans doute probable. Après tout il s’agissait de confidences de la part d’une amie. Je la regardais avec une certaine hésitation. Mais j’avais envie de savoir. Mais elle ne semblait pas de l’avis de me renseigner, privilégiant l’idée de me laisser une devinette, semblait-il. Je fis une moue fi-figue mi-raisin.

« Il semblerait que je n’ai pas le choix, dans la mesure où vous ne me donnez pas de noms... »

Je restais méditatif sur la question quelques instants avant de finalement lui demander, comme si je voulais vraiment jouer aux devinettes. Mais je n’avais pas forcément le choix, précisément…

« Étant donné les lieux et votre choix d’isolement. Je suppose que cela concerne Mordon, peut être pas directement, mais suffisamment pour que vous vous sentiez un peu gênée, suffisamment pour préférer ne pas vous mêler pleinement aux invités... »

Oui, la déduction était logique… après, pour le reste… je n’aurais su être précis, je fis la moue, un rien désolé, avant de finalement lui dire sur un ton un peu plus sec, et ce, hélas, bien malgré moi… enfin bon, ça m’avait complètement échappé...

« Au diable les devinettes ! »

Je me reprenais, tachant d’être davantage stoïque. Parce que l’étiquette et la bonne conduite l’imposaient quelque peu…

« Auriez-vous l’amabilité de m’obliger en cessant les énigmes ? Ou alors, ne cherchez pas à me faire deviner si vous ne souhaitez pas parler clairement… car même si j’en apprécie de temps en temps…. Je ne saurais vraiment vous dire que j’en suis féru. Non que la réflexion soit une mauvaise chose… mais je les trouve parfois trop faciles pour dissimuler les vérités, à la manière de quelqu’un de malhonnête. Au fond, une devinette sur un sujet sérieux, n’est-ce pas une insulte à la vérité et à l’honnêteté ? »




D’intrigue et de complot, Mordon aura votre peau [Prince Deux-cîmes] BiYb2et
Mereïphaïne Welton
Nationalité :
Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages :
118
Date d'inscription :
16/09/2017
Mereïphaïne Welton
Propriétaire de mines de diamant
le Jeu 24 Oct 2019 - 17:13
Agacement | « Il aurait possible de se contenir, mais il était agaçant. Agaçant parce qu’elle avait noué pour lui, une sorte d’attachement. Non que cela puisse parjurer sa loyauté, mais elle savait reconnaître un homme qui n’était pas coupable et surtout, elle avait saisit qu’il n’était qu’un pion. Elle émettait des doutes sur le fait de révéler des choses, d’en parler ou autre, mais elle finit par se résoudre et en parler abruptement, un rien agacée par le fait qu’il la presse, lui-même agacé par les devinettes, elle l’appréciait malgré tout.

« Oh diable, Mordon fait de vous une figure de proue, il engage votre nom même dans toutes ses actions contre la couronne et s’il se fait prendre, cela vous retombera dessus, voilà ce qu’il en est. Hors, j’ai compris que vous n’êtes pas plus que moi au cœur de ses petits secrets, alors, peut-être que je me trompe, peut-être que je me fourvoie et que pour beaucoup de raison, vous ne souhaitez rien savoir et le laissez faire, mais cela m’étonnerait. Ses manigances vous retomberont dessus et je ne peux l’accepter. »

Livrée sincèrement à Raimond Beauregard, elle le dévisageait maintenant, la joue rosée de son emportement. Elle resta quelques instants figée, incapable de se reprendre tout à fait et finit par inspirer longuement et remettre sa chevelure en place, comme pour retrouver consistance. Elle avait montré clairement une forme d’attachement à son encontre dans son ton emporté et cela n’était pas possible. Elle déglutit avec élégance.

« Je vous demande pardon, d’avoir eu l’air en colère, je ne voulais pas. »

Elle regrettait son emportement murmuré, Méréïphaine avait conscience des dangers à laquelle elle s’exposait, il pouvait dés lors la trahir ou autre, mais elle n’avait rien fait de mal au fond et c’était donc aisé pour elle de ne point trop s’inquiéter."


D’intrigue et de complot, Mordon aura votre peau [Prince Deux-cîmes] SJEsOqK
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
159
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Mar 12 Nov 2019 - 8:19
Ah, voilà, enfin les choses étaient dites… et j’eus envie de lui rire au nez. Non parce que je me moquais de ses révélations, mais parce qu’au fond, j’en connaissais déjà une bonne partie, alors je me contentais juste d’opiner du chef, nullement surpris… je me contentais par la suite de hausser les épaules avant de finalement l’entendre parler de faire retomber ses manigances sur moi. Certainement pas. Non que j’aie pris des précautions particulières. A dire vrai que je n’avais pas pris cette peine, je la regardais dans les yeux, avec une lueur farouche.

« Ce n’est pas agréable, n’est-ce pas ? Eh bien je vais vous apprendre quelque chose. Mordon est un imbécile. Il n’arrivera jamais à rien de sérieux pour la simple et bonne raison qu’il n’a aucun objectif. Et si son but est de changer de souverain, il a même toute ma bénédiction. Je ne suis pas sujet ambrosien, aussi, je dénie à quiconque le droit de m’accuser de félonie en disant cela. S’il réussissait, il aurait même toute ma sympathie à vraie dire. »

Oui, voilà. Mais puisqu’on était lancé. Autant continuer.

« Oui, j’ignore les plus petits secrets de Mordon, et pour ainsi dire, je m’en moque. Il fait bien ce qu’il veut toujours est-il que je ne suis relié à rien. Il ne pourrait rien mettre en avant pour me mêler à cela que « je l’ai fait à son service » ce que n’importe quel tribunal refusera comme valide. Alors oui, je me complais ici où je ne suis qu’un pion selon vous ! Mais quand après la sédition et la rébellion des déchois-seul, les D’Onériens ont pris l’initiative de massacrer chaque représentant mineur de la famille étant resté en Ambrosia sous prétexte de servir le trône pour, en réalité, s’emparer du contrôle de nos mines de cuivre qui avaient fait notre fortune, l’empire a bien déclaré qu’ils n’avaient pas agi sous ses ordres n’est-ce pas ? »

Oui, voilà. Je ressortais de vieux dossiers, mais au final, la situation était la même.

« Si vous voulez que cela cesse, faites donc une belle petite délation pour faire arrêter Mordon. Ce sera plus vite réglé. Parce qu’au fond, ce que vous êtes en train d’attendre de moi, c’est de renier toutes les personnes qui me sont un tant soit peu loyales. Vous désirez saper le peu d’influence positive que je pourrais avoir dans ce pays qui me revient de droit, au profit de votre impératrice. Voilà ce que je pense de vos idées. Et ne me prenez pas de haut avec ces propos. Surtout pas vous, parce que vos ancêtres n’ont pas bâti ce nom de Roblois de Sourdan avec de bonnes intentions, de la loyauté, et de la légalité. »

Voilà, j’avais vidé mon sac. Je ne lui demandais pas et ne lui demanderais jamais de m’être fidèle, ou autre. Non. Mais elle devrait être honnête sur tout. Il était trop facile de chercher à chercher à me retourner contre les rares encore loyaux. Parce que c’était tout ce que je percevais de sa manœuvre.


D’intrigue et de complot, Mordon aura votre peau [Prince Deux-cîmes] BiYb2et
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum