Le Deal du moment : -39%
Huawei P30 Smartphone à 399€ seulement
Voir le deal
399 €

Amélia Clark
Nationalité :
ambrosienne
Messages :
222
Date d'inscription :
08/02/2017
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
le Sam 14 Déc 2019 - 8:42
Le fait est que je restais muette, préférant observer et laisser Zenon faire, bien entendu que je m'intéressais à la chose, bien entendu que je voulais offrir quelque chose de plus, bien entendu qu'indirectement, je voulais jouer sur le territoire de ma très chère cousine, mais je n'étais pour autant pas aussi concentrée qu'il l'aurait fallu. Mauvaises façon de faire me direz-vous, mais j'avais en pensée les autres, je comparaisais, envisageais, tentais de déterminer à quelle mesure « mon flair », si tant est je pouvais l'appeler ainsi, pouvait me permettre de savoir qui ou quoi envisager pour la suite. Le plus raisonnable n'était pas celui sous mes yeux, mais le plus raisonnable était sans valeur à mon goût, quelque chose de merdique en émanait, autant dire que je n'étais pas chaude. Le plus prometteur aurait été le second, son petit raté avait eu raison de mon jugement, manqué de me défigurer avec son truc fort peu pour moi !

« Il suffit. »

Je coupais net les discussions, comme je savais toujours si bien le faire, préférant tout simplement indiquer que j'en avais vu assez, j'en avais assez, tout comme je pensais déjà commencer à faire mon choix. Mes yeux se posdèrent abruptement sur l'eskroi.

« Vous recevez une lettre ce soir, maintenant, disposez. »

Je n'allais pas me répéter. Nullement. Et j'attendais qu'il prenne ses affaires pour observer Zenon et lui lancer alors un très sérieux, commençons. Commençons à discuter de tout cela. Il n'y avait pas de demi mesure dans mes propos, j'avais envisager l'après midi entière et un déjeuner ici pour se faire, ce qui fut el cas. Je passais donc en sa compagnie, l'après-midi à discuter, et peut-être même me disputer avec lui, enfin, non, le ton monta, nous nous emportâmes même, mais c'était un brainstorming vif et parfait, ce qui me convenait ! Quand ce fut finit, trois lettres furent écrites...et envoyées prestement.

Spoiler:
Monsieur Wolverton

Au vu de notre entretient passé ce matin pour votre projet, sachez que vous avez été retenu pour la suite. Un atelier convenable vous sera attribué dans un quartier plus à même de faciliter le temps de vos achats et leur qualité. Vous êtes attendus demain matin 08h à la demeure Clark. Pas de retard. Nous finaliserons le contrat et autres détails autours d'un petit déjeuner d'affaire.

Madame Amélia Clairk et Monsieur Zenon , Comte de Lascelle.

Il était donc attendu, le lendemain...


[clos]Concours à toute vapeur [pv Amélia Clark] - Page 2 QMwFHDj
Zenon de Lascelle
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
130
Date d'inscription :
08/02/2017
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
le Ven 27 Déc 2019 - 15:34
Je n’étais pas convaincu. Un mois pour mettre au point ce prototype… non, cela me semblait fort peu possible… en fait, je me disais qu’il y avait un loup, quand il avait dit cela. Je ne ^pouvais pas ne pas y penser. Je restais sans rien dire avant de finalement jeter un regard en coin à Amelia. Elle choisissait de mettre fin à l’entretien ; et je respectais son choix. Toujours était-il que je n’étais pas entièrement convaincu, toutefois, sa proposition était sans doute la moins aberrante du lot. Donc il était préférable de parier sur son cas que sur celui des autres. On appelait cela le moindre des deux maux, tout simplement. Ne vous méprenez pas, je ne jugeais pas son œuvre inintéressante. Je la jugeais prometteuse. Prometteuse, mais pas forcément réalisable, ce qui faisait toute une différence. Enfin, nous verrions bien.

Amelia congédia l’inventeur et nous restâmes seuls à délibérer. Au moins, nous tombions relativement d’accord sur l’issue et une lettre put lui parvenir rapidement pour le convoquer pour le lendemain. Convocation à laquelle j’assisterais bien sûr, comme il se devait. Madame Clark avait besoin de son assistant, n’est-ce pas ?

*
* *

Il était huit heures, le matin, alors que n ou attendions l’arrivée de notre « invit ». enfin, de son invité, à Amelia. Parce que oui, je n’étais pas chez moi, mais ce n’était pas important. Il était tôt et, étant seul avec Amelia, je savourais une dernière tasse de café, tardive. L’avenir appartenait à ceux qui se levaient tôt, après tout, n’est-ce pas ? Alors tout se passait bien. Je restais un moment sans rien dire, baillant un bon coup avant de finir ma tasse et je me tournais vers Amelia.

« Je pense que le choix a été judicieux, mais il va falloir que la vis soit suffisamment serrée. Sur les délais principalement. Un mois pour son prototype, j’ai du mal à y croire... »

Oui, je lui avais déjà dit hier, à plusieurs reprises, mais cela me trottait en tête, que je le souhaite ou non… enfin bref, ainsi allaient les choses. Je restais sans rien dire et je lui caressais la joue avant de retirer rapidement ma main en entendant des pas précipités dans le couloir de l’étude où nous nous trouvions. Le majordome entra.

« Madame, votre invité est arrivé, dois-je le faire patienter ? »

Ne prenant pas ses ordres de moi, il se contentait de m’ignorer royalement dans ce genre de circonstances. Il avait de la chance que je ne le rosse pas, celui-là... ; enfin bref. Je laissais Amelia gérer la situation. Elle dit de le faire venir et la tasse de café fut débarrassée. Le majordome revint avec l’inventeur. Je me levais et je contournais le lourd bureau en bois massif. Un bois massif, et particulièrement précieux à n’en pas douter. Je tendais la main dans sa direction pour la serrer avec vigueur.

« Monsieur Wolverton. Ravi de vous revoir. Prenez place, je vous prie. »

J’avais pris les devants sur le sujet, mais je doutais qu’Amelia me le reproche, bien sûr. Après tout, je n’étais clairement pas là pour être une pure potiche. Je me rasseyais derrière le bureau et je laissais alors Amélia lancer les choses. 


[clos]Concours à toute vapeur [pv Amélia Clark] - Page 2 RyNDpxv
Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
Henry Wolverton
Nationalité :
Eskroi
Messages :
196
Date d'inscription :
17/09/2018
Henry Wolverton
Inventeur fou
http://caelesti-island.forumactif.com/
le Dim 29 Déc 2019 - 8:31
Ainsi, lady Clark mit fin à l’entrevue. Et ce, d’une manière directe et violente. On aurait dit que la femme noble, en fut exaspérer de cette démonstration et donc, comment ne pas se dire que nous avions échouer lamentablement ? On le dirait bien. Je ne vie aucun sourire, aucun signe de ravissement de ce qu’elle a put entendre ou voir. Cela sonnait comme si on me chassait. Néanmoins, je les remerciais de m’avoir reçu et rentré chez moi, attendant la lettre fatidique.

Autant vous dire que j’en fus tout retourner. L’estomac qui me travaillait, l’esprit qui surchauffait. J’eus une belle occasion de changer mes conditions et enfin pouvoir réaliser tous mes projets. Un beau coup de pouce après toutes ces années de service à la communauté. Et finalement, j’eus échoué ? Rien ne le confirmait, mais peu de chose prouvait le contraire. Inquiet au plus au point, je passais bien plus de temps que d’habitude devant l’autel d’Aernia, à prier la grande conceptrice de bénir les efforts faits et ne pas oublier, ce petit Eskroi qui croyait fortement en elle, bien plus que les dieux de ses pairs. Et au bout d’un moment, la missive tant attendue qui allait déclarée mon destin arriva.
Mains tremblantes, je défis le cachet de lady Clark et l’eut les quelques lignes écrites avec une appréhension angoissante. Quelques mots seulement, pas un long texte pour aménager, mais des phrases qui au final, me firent exploser de joie ! Oui, contre toute attente, je fus sélectionné. La déesse m’aurait-elle écoutée ? Qu’elle soit bénie ! Pendant tout le reste de la journée, je chantais et dansais comme un jour de fête, heureux de ce retournement de situation.

Pour le rendez-vous du lendemain matin, j’eus fait l’effort de porter mon plus beau costume. Il n’était pas luxueux, cependant c’était ce qu’on pouvait s’offrir de mieux dans les bas quartiers. Repassé, propre, non déchiré, c’était une bonne chose. Et sans plus attendre, je me rendais chez ma nouvelle bienfaitrice, le sourire aux lèvres, avec bien plus de confiance qu’à la veille.
J’entrâmes donc chez elle, où je fus plutôt bien accueilli. Zenon de Lascelle, le second juge de la veille était présent ici. Des deux, il était celui dont je doutais avoir convaincu, mais je pouvais me tromper sur son compte.

"De même Monsieur de Lascelle. Bonjour à vous deux, je vous en remercie bien."

Prenant donc place, j’étais à l’intérieur aussi excité qu’une puce sur un chien galeux dans les bas-fonds. Si je ne me contenais pas, je danserais sur la table. En tout cas, ce qui me motivait le plus, fus de m’imaginer dans un nouveau laboratoire de qualité, avec une centaine de nouvelles inventions fonctionnelles qui changeront la face du monde. Et ce vieux rêve qui datait de ma tendre jeunesse, allait pouvoir se réaliser. Tout sourire, je m’adressais à mes deux bienfaiteurs, ne me montrant ingrat de la chance qu’ils m’offraient.

"J’aimerais encore vous remercier de la chance que vous m’offrez. Pour quelqu’un comme moi, c’est le plus beau présent qu’on puisse faire."

Qu’il me tardait de signer le contrat. Concernant les conditions, je n’avais pas trop peur pour ce genre de chose. Si c’était les mêmes que citaient hier, je pouvais signer de suite. Qu’on surveille mon travail, pas de problème. Que je fasse un compte rendue constant, normal, de même qu’un justificatif des dépenses. Si nos rôles se seraient retrouvés échanger, je demanderais sans nul doute la même chose.

Amélia Clark
Nationalité :
ambrosienne
Messages :
222
Date d'inscription :
08/02/2017
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
le Mer 8 Jan 2020 - 14:15
Mon nez était dans le journal, la rubrique financière était ce qui m’intéressait le plus, question d’utilité, j’avais toutefois survolé les faits divers, par principe et les quelques gros titres, il était question par ailleurs du duel qui avait mis en danger le Prieur…j’en avais souris, loué soit les Elus d’avoir ainsi mis à mal un de ces ridicules fanatiques d’Ameth. Je les méprisais et si j’avais été presque heureuse de voir mourir son frère, j’attendais avec impatience des représailles sur sa personne, mais j’étais fort loin de savoir quoi que ce soit et ne me mêlait de rien, ce n’était pas mon terrain…

« Soyons réaliste, s’il veut savoir savoir pourquoi certains me surnomment le dragon dans les affaires, je serais bien à l’aise de lui faire comprendre. »

Ce qui signifiait une chose : il avait intérêt à exceller, sinon, je ruinerais tout avenir possible de sa personne au sein de la cité et je veillerais à le faire dans le plus grand des calmes et la plus parfaite élégance. Mais je souris à Zenon, à la fin de mes propos, non pour montrer que je plaisantais, mais plus pour souligner que c’était une simple vérité. Son geste tendre ne fut pas repoussé et je repliais simplement le journal, en faisant signe au majordome de le faire parvenir ici.

Il pénétra dans la pièce et Zenon l’accueillit, je me contentais, quant à moi, d’un sourire de politesse, observant son entrée. L’inventeur était le choix que nous avions fait, aucun des deux autres ne convenaient. Dans tous les cas, je me forçais d’un sourire alors qu’il me remerciait encore, nous remerciait et je prenais la parole, enfin.

« Bonjour Monsieur Wolverton, passons les remerciements, vous nous en offrirez une fois vos travaux aboutis ! En attendant, la nécessité n’y est pas ! Il est clair que vos méthodes de travail vont devenir différentes, enfin, un point surtout : désormais vous devrez rendre des comptes. Je ne suis pas du genre à pinailler pour l’argent, mais escomptez bien que vos dépenses seront surveillez et que je serais terrible si vous ne veniez pas à réussir vos entreprises. Est-ce claire ? »

Une simple première mise au point, il y en aurait d’autre, mais je préférais que celle-ci soit établie d’entrée de jeu.


[clos]Concours à toute vapeur [pv Amélia Clark] - Page 2 QMwFHDj
Zenon de Lascelle
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
130
Date d'inscription :
08/02/2017
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
le Ven 31 Jan 2020 - 21:20
Quand l’inventeur nous salua je le repris directement et vertement.

« C’est Monsieur le comte. »

Oui, voilà, une chose importante de réglée. Je lui fis un signe de tête agréable néanmoins. Je ne prenais pas ombrage d’une erreur par omission. Mais il y avait des limites, n’est-ce pas ? Je fis un sourire, montrant de manière plus visible que je ne prenais pas rigueur de son oubli, tant que cela ne se reproduisait pas. Je restais alors un peu silencieux. Je laissais Amelia mener l’entretien, me contentant de me rasseoir à ses côtés pour le moment alors qu’elle énonçait les règles. Je n’avais pas grand-chose à rajouter. Au fond, j’avais accompli mon travail. Je restais à écouter avant de finalement me contenter d’approuver.

« Je vais juste me permettre de rajouter un léger détail sur ce que vous avez dit, Amelia, si vous le permettez. Juste pour clarifier les choses. Certes, il va falloir rendre des comptes, mais surtout, je pense qu’il va falloir vous discipliner pour votre travail. Sans exiger une exclusivité totale, il s’agirait de ne pas avoir l’impression que d’autres travaux bénéficient de vos nouveaux moyens aux détriments du projet qui nous intéresse. Cela va de soi. Cela va signifier vous astreindre à des progrès et résultats réguliers ainsi qu’à des deadlines qui seront fixées ensemble. »

Oui, voilà, il fallait tout préciser. Il fallait que tout soit clair sur ce genre de menus détails. Je fis un sourire entendu à ma comparse. Puis je rajoutais.

« Il est préférable de ne débloquer que des sommes petit à petit. De cette manière, si vous échouez, les remboursements seront moins élevés pour vous… en outre, le contrat le spécifiera, si vous acceptez ledit contrat, les droits brevetés concernant l’invention seront la propriété de madame Clark. Avec des royalties, bien sûr. »

Oui, voilà, tout était dit ! Je me demandais ce qu’il allait penser de cela. Bien sûr, négocier… il allait sans doute. Mais pour cela, je n’étais pas sûr que cela fonctionne. Amelia avait le sens aigu des affaires.


[clos]Concours à toute vapeur [pv Amélia Clark] - Page 2 RyNDpxv
Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
Henry Wolverton
Nationalité :
Eskroi
Messages :
196
Date d'inscription :
17/09/2018
Henry Wolverton
Inventeur fou
http://caelesti-island.forumactif.com/
le Dim 2 Fév 2020 - 14:47
Autant vous dire que l’ambiance n’était pas au beau fixe. Monsieur le Comte, bien que désolé d’avoir oublié son titre, semblait toujours garder ses réserves. Ne l’aurais-je donc pas convaincu malgré sa partenaire ? Qu’attendait-il au final ? On pourrait penser que ma présence, le fait d’être accepté ne l’enchantait guère. Même, qu’il voudrait me voir partir. Quel mal avais-je commis contre cet homme ? Car je n’arrêtais pas de me poser la question depuis que je l’avais revue. Au moins, lady Clark était du genre direct, énonçant ses attentes. Je lui avais dit, je me débrouillais avec ce que je pouvais, ce que j’avais sous la main. Et pendant quelques secondes, j’eus le sentiment qu’on me critiquait du fait de mes origines modestes, venant du quartier le plus pauvre de la ville. Ayant si souvent vécu de discrimination, il fut facile de la voir partout.

"Madame... Ma parole est d'or. Si je dis que vous serez tenue au courant pour les dépenses et je ne compte pas m'en dérober. Et selon ce que vous êtes prêt à m'accorder, le rendu à la fin n'en sera qu'égal. Pour le prototype, il sera amélioré et les promesses faites le concernant respecter. Je ne dirais pas toutes ces choses sans en avoir la conviction."

On pouvait comprendre les inquiétudes de celle qui semblait être la maitresse des lieux ayant l’autorité. Je ne comprenais pas encore quel était le rôle du comte Zenon de Lascelle au final dans cette histoire. Car sa petite pique, telle fut mon ressentit, semblait être une manœuvre pour exprimer également une autorité. Mais bon, quelque chose pouvait m’échapper, et je comprenais qu’il valait mieux ne froisser ni l’un ni l’autre. Sans doute étais-je aveuglé par l’idée que seule Lady Amélia Clark décidée.

"Vous m’avez comme employé. Vous serrez informer de mes activités et de comment sera gérer votre argent. Mes propres inventions vous seront vôtres. Collez votre nom, votre logo, je ne recherche aucune gloire. Monsieur le comte, j’honore toujours mes commandes et ce que l’on me demande, je le fais. Mais si on veut que mon esprit, pardonnez ce manque de modestie, reste aussi productif, il aura besoin d’étudier d’autres projets qui eux, pourront servir vos dessins."

Ce n’était pas évident de rester courtois malgré tout, car on ne pouvait pas demander à un artiste de se concentrée sur une seule œuvre. Aernia avait dotée ses enfants d’un esprits actifs et productifs. Lui a-t-on demander de faire une chose à la fois ? Au peintre de ne faire qu’une toile ? A l’écrivain qu’une histoire ? Bon, on pouvait encore comprendre leurs attentes, cependant je n’appréciais pas trop qu’on dictait comment devait fonctionner mon esprit. Si on me laisse faire, tout le monde sera content.
De plus, j’avais un peu le sentiment que là, on tournait en rond, car me reparlait de leurs attentes, rappeler de rendre des comptes et j’en passe, ca ne faisait avancer en rien, et j’avais le sentiment que tout avait été dit.
Amélia Clark
Nationalité :
ambrosienne
Messages :
222
Date d'inscription :
08/02/2017
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
le Mer 19 Fév 2020 - 14:02
Les convictions sont une chose magnifique, elles font croire beaucoup aux hommes, mais ne font pas toujours tout. Zenon était probablement plus sur la réserve que moi, moi, je ne l’étais pas, je me payais le luxe d’un inventeur, peut-être pour empiéter sur le boulot de ma cousine, ou bien, parce que je désirais aussi m’étendre simplement sur un élément central de la capitale. Quoi qu’il en soit, j’offrir un –maigre- sourire à Henry. Je n’étais pas une femme souriante, plutôt froide…mais peu importe. Je finis par faire claquer ma langue sur mon palais. Ramenant l’attention de ces messieurs.

« Bien. Votre contrat, vous rendrez ainsi des comptes à moi-même et Monsieur le Conte ici présent, nous investissons tous deux sur votre personne. Prenez soin de lire et bien relire tout ceci, une fois signée, je n’admettrais aucun écart donc autant que vous connaissiez tous les détails. Clairement. Prenez-le, nous signerons demain devant les bonnes autorités pour que ce soit officiel et en ordre. Si vous le souhaitez, vous pouvez prendre un petit déjeuner aux cuisines, sinon, je suppose que vous avez des choses à faire ! »

Je souhaitais en finir désormais, nous signerions demain, ce qui serait amplement suffisant, à voir ce que cela donnerait. Le contrat était classique ses inventions seraient signées de son nom mais ma propriété, toutes ces créations pour les cinq ans à venir, de quoi lui permettre d’avoir les ressources nécessaires pour travailler. Et moi pour m’enrichir aux besoins !

Le reste, nous avions évoqués les majeurs points, donc, je ne l’invitais pas à ma table pour la simple et excellente raison que j’en avais terminé avec mon petit déjeuner, donc je n’allais pas lui tenir compagnie pour contempler les mouches, je me relevais déjà pour poursuivre mon travail, non sans les salutations d’usages.


[clos]Concours à toute vapeur [pv Amélia Clark] - Page 2 QMwFHDj
Zenon de Lascelle
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
130
Date d'inscription :
08/02/2017
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
le Lun 9 Mar 2020 - 21:44
Ah oui, nous étions dans ce niveau-là de modestie. Donc je comprenais bien, je ne pouvais pas m’empêcher de me dire qu’il était sacrément gonflé, n’est-ce pas ? Impudent… sincèrement… nous étions dans la grande ville d’Ambrosia. Des inventeurs, il en tombait dix chaque fois que quelqu’un toussait… je restais sans rien dire un moment avant de finalement lever les yeux au ciel et de soupirer profondément. Non, définitivement il ne ferait pas l’affaire ; c’était le moins pire du lot, mais il fallait qu’il se rappelle qu’il avait des obligations de résultat… et que ces obligations de résultat ne pouvaient souffrir de concurrence.

« En effet, cela manque profondément de modestie. Je suppose que vous mettrez ça sur le dos du génie scientifique moi je mets cela sur de l’effronterie et une non envie de vous plier aux règles. Parce que vous vous croyez au-dessus de cela. Ce qui est d’une profonde stupidité… vous vous plierez aux règles du contrat qui seront sine qua non. »

Oui, voilà, je préférais être clair. Je n’étais pas un marchand de tapis, et plus encore, je n’étais pas un lapereau de trois semaines… il en fallait plus pour me berner, et sous couvert du « je-m’en-foutisme », il était clair qu’il voulait de l’argent pour faire ce qu’il voudrait. Sa dernière assertion me l’avait clairement montré…. Ou du moins, c’était ainsi que j’avais compris les choses.

« Vous ne serez pas payés à papillonner… alors vous ferez bien ce que vous voulez de votre temps libre, quoique ce soit, mais vous devrez vous concentrer majoritairement sur le sujet du contrat, pour respecter les délais ; tout simplement… alors faites votre travail correctement. Et croyez-moi, les déceptions risquent de déplaire profondément… vous n’êtes pas face à quelque pigeon mais à des personnes sérieuses… »

Oui, voilà. Et puisqu’il était congédié je n’attendais même pas qu’il soit sorti pour me tourner vers Amelia et ajouter.

« Je crains qu’il ne faille serrer cet olibrius de près… »


[clos]Concours à toute vapeur [pv Amélia Clark] - Page 2 RyNDpxv
Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
Henry Wolverton
Nationalité :
Eskroi
Messages :
196
Date d'inscription :
17/09/2018
Henry Wolverton
Inventeur fou
http://caelesti-island.forumactif.com/
le Ven 13 Mar 2020 - 14:52
Amélia Clark était certainement froide et direct, mais Henry préférait largement la compagnie de cette dame, plutôt que de celle du comte De Lascelle. La maîtresse de maison était plus ambitieuse et n’avait pas peur d’investir pour des raisons ne regardant qu’elle. Ceci convenait à l’inventeur, car de ce fait, elle accordait de la confiance. Alors que le partenaire de la lady, était soit plus soucieux de l’argent investit, ou bien avait-il mauvaise impression des inventeurs eskrois. Malgré le fait que ce dernier acceptait les termes à quelques détails près, il ne voyait en quoi il manquait de respect. Sans doute que le comte était très pointilleux.
Henry comprenait qu’il ne fallait pas trop s’en faire un ennemi, cependant il ne cherchait pas non plus à s’en faire un ami. Après tout, c’était lady Amélia Clark qui commandait avant tout ses services et c’était donc, dans la logique de l’inventeur, à elle en priorité à qui, il rendrait des comptes. Pour De Lascelle, il se contentera peut-être du strict minima.

Les choses étant dite, chacun se sépara pour la signature du contrat le lendemain. En son fort intérieur, Wolverton riait à l’encontre du comte, qui jugeait l’homme le roturier comme un effronté, mais je ne gênais pas de le critiquer sans discrétion dans son dos. Mais ces mots ne l’atteignaient pas. Jamais personne n’eut à critiquer la loyauté et le professionnalisme d’Henry. Au contraire, on le disait bien trop amoureux de son travail, et respectueux des accords qu’il faisait. Homme honnête, il disait les choses telles qu’elles furent, ne faisant des promesses que dans le domaine du possible.
Après, sans doute aurait-il aimé avoir des employeurs plus souples, du moins, moins rigide que notre ami Zenon, mais il trouva que c’était un prix à payer car… Qui voudrait sinon embaucher un inventeur n’étant pas né Ambrosien ?
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum