Almera Strokes
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
55
Date d'inscription :
02/03/2019
Almera Strokes
Écrivaine et historienne
http://caelesti-island.forumactif.com/
le Mer 11 Mar 2020 - 14:46


Un petit rire s’échappa de la bouche d’Almera.

"On m’a déjà traiter de bien des noms. Mais tu as bien raison."

Malgré la bonne réputation qui s’accrochait à la lady Strokes, elle ne manquait pas de détracteur bien sûr. Des médisances naissaient dans son dos elle en était témoins. Et bien qu’elle se moquât des colifichets qu’on confectionnait contre elle, l’écrivaine préférait assurer une bonne image qui serait toujours plus serviable pour ses dessins qu’être un mouton noir.
En même temps, elle aurait bien voulu échapper à tout ce cinéma. Rares furent les notables à aimé les réceptions, mais elles donnaient bonne figure et en firent le terrain de chasse favori de la Haute. Car c’était le meilleur endroit pour glaner quelques informations et justement, de rumeurs juteuses.

Retournant donc dans le salon principal, le monde semblait n’avoir changer depuis leur départ. Toujours les mêmes rires obséquieux d’hommes et de femmes cherchant le bien paraitre, et de sujet de conversation bien souvent sans intérêt. Mais à peine les deux dames furent elles revenues que déjà un des convives alla à leur rencontre. Vêtu comme tout autre nobles d’Ambrosia, il arborait cependant sur la poitrine, les insignes de la Trinité de la loi. Visage fin, barbe bien taillée, il devait être un haut magistrat ou quelque fonction s’en approchant.

"Mesdames... Quelques affaires qui vous retenaient ?"

Homme de loi sans doute, mais grossier. Son indélicatesse mit un froid chez les quelques convives présent tout prêt, même si sa question éveillait quelque curiosité sans doute malsaine. Si Almera le pouvait, elle ferait payer cet impudent de la prendre de haut. Tant de règles qu’on imposait dans cette société était si étouffant, il fallait à chaque fois faire attention au geste et mot user. Fort heureusement, les mots furent l’armes de notre dame, qui ne manquait pas d’idée pour cacher les choses et dévier l’attention.

"Serait-ce un interrogatoire ? Vous manque-t-il à ce point de voleurs à la tir pour venir questionner ainsi deux honnêtes femmes ?"

Là, ce fut l’homme de loi qui semblait déstabiliser. Il devait être habituer à ce qu’on lui réponde directement, intimidant par sa stature. Sans nul doute n’eut-il jamais dû affronter d’authentiques criminels, un gratte papier bien placer ? Ou bien croyait-il que des dames distinguées seraient plus intimidables que deux voleurs des rues ? En tout cas la remarque de Storkes fit bien rire quelques invités qui de ce fait, se rangèrent de son côté. Almera pouvait partir sur cette petite victoire, mais elle n’était femme à se contenter de si peu. Elle désirait étouffer dans l’œuf toute suspicions et calmait un peu l’esprit sans doute vexer de ce magistrat. Alors elle ajouta avec toute la bienveillance qu’elle pouvait faire, large sourire avec une si forte conviction :

"En réalité je suis sur le projet bien entendu de mon nouveau livre. Et je cherche quelques informations pour l’inspiration."

Elle s’était montrée si convaincante, qu’elle manquait de se convaincre elle-même de sa supercherie. Quand on la rencontrait, tout le monde lui posait la fameuse question « Quel sera le prochain livre ? » Prétexter travailler dessus était donc le meilleur des alibis, car tout le monde se montrerait prêt à croire cette histoire. Et pour preuve, quelques personnes ont exclamer une admiration pour la fausse nouvelle et s’approchèrent pour quérir quelques informations dessus.
Mereïphaïne Welton
Nationalité :
Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages :
118
Date d'inscription :
16/09/2017
Mereïphaïne Welton
Propriétaire de mines de diamant
le Sam 28 Mar 2020 - 17:29
Partenaire de crime ?  | « La rousse n’était point dupe, sa comparse était une intrigante, mais elle ignorait les détails, il ne fallait pas se leurrer, elle pouvait rire, mais elle avait les réflexes des gens qui font ce genre de chose, les mêmes réflexes qu’elle pouvait avoir par ailleurs. Oh ce n’était en rien un reproche, mais une vérité que Méréïphaine refusait d’oublier, par précaution. Mieux vaut prévenir que guérir en ce bas monde. Toutefois, de retour parmi le monde, la jeune diamantaire fut bien surprise de voir que sa comparse se faisait mordante, elle la regarda avec étonnement, l’arme de l’ambrosienne était tout autre, elle n’avait pas la nécessité de répondre aussi abruptement à une telle question, tout à l’inverse, ce genre de propos pouvait inquiéter…

Elle finit par avoir un soupir, Almera avait changé ou bien était-ce elle qui s’était changée en une courtisane plus enjouée, mais les gens furent satisfaits, et la rousse leva les yeux au ciel en souriant en coin.

« Un livre ou bien des confidences entre dame, voilà des instants habituels entre ami non Monsieur le Juge d’Hausmann ? Vous savez combien il est indiscret de questionner des dames, nous ne sortons jamais d’une pièce que pour nous repoudrer le nez ! »

Ce fut avec charme et élégance qu’elle prit une coupe d’alcool et glissa son bras au sien pour qu’il ne soit point fâcher de ce qu’avait pu dire Almera, détournant ainsi son attention avec une aisance déconcertante de ses idées premières qui ne devaient être qu’un rien de curiosité masculine. Elle échangea quelques mots, laissant à Almera le soin de ses admirateurs et ne fut délaisser du juge que lorsqu’il s’excusa en voyant un bon ami.

« Tu es trop incisive sans raison Almera, ça ne te rend pas hommage, tu sais ? » Déclara la rousse discrètement une fois les intermèdes sociaux dissipés. »


[CLOS]Un secret dans l'amitié [pv Mereïphaïne] - Page 2 SJEsOqK
Almera Strokes
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
55
Date d'inscription :
02/03/2019
Almera Strokes
Écrivaine et historienne
http://caelesti-island.forumactif.com/
le Sam 4 Avr 2020 - 8:56
Almera regarda sa comparse avec étonnement. Fut-elle à ce point trop « incisive » comme elle disait ? Peut-être bien, mais la dame ne regrettait pas son action. Ce milieu, elle le connaissait que trop bien. On pourrait même dire qu’elle développait une sorte de don, lui permettant de lire les premières pensées de chaque personne autour d’eux.

"Et toi un peu trop naïve. Crois moi, sa question n'était en rien innocente et il faut savoir montrer un peu de poing de temps en temps pour calmer l'ardeur de certains."

Almera ne supportait pas que qui que ce soit, exprimait une forme d’autorité sur elle sans raison. Cet homme de loi avait, comme nous l’avons dit, pour habitude d’obtenir tout, tout de suite. Et même s’il ne suspectait rien de grave les concernant, ce qu’elle doutait car tout le monde était amoureux de petits secrets malsain, il cherchait surtout à montrer qu’il était le maître. Alors oui, il risquait d’être rouge pendant un temps contre l’écrivain c’était sûr et certain, mais cette dernière savait déjà comment calmer cet homme en un rien de temps. Almera n’était pas le genre de femme à plier et avoir peur devant n’importe qui, se soumettant comme un chien qui avait pour habitude de recevoir un coup de bâton.

Lady Strokes n’ajouta rien à ce sujet justement. Pour elle, il ne méritait pas plus d’attention que cela. Elle avait plus important sur le feu, en plus de ses propres projets, voilà qu’elle devait préparée son réseau autour du chevalier. Elle ne le connaissait pas aussi bien que son amie, mais elle savait déjà que cet homme, comme n’importe qui, avait un point faible, un endroit, un moment où il serait vulnérable et où on pouvait puiser tous ses petits secrets et avoir la main sur lui. Ainsi, elle et Mereïphaïne pourront dormir plus sereinement.
Mereïphaïne Welton
Nationalité :
Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages :
118
Date d'inscription :
16/09/2017
Mereïphaïne Welton
Propriétaire de mines de diamant
le Mar 28 Avr 2020 - 16:26
Différence | « « L’on attrape pas des mouches avec du vinaigre, ce n’est pas de la naïveté, s’il te sait mordante, il sera méfiante, s’il te pense légère, tu ne représenteras aucun danger pour sa virilité. »

Mereïphaine fit un clin d’œil à son amie, c’était l’évidence, elles étaient différentes, réellement, et cette différence les rendait unique, bien entendu. Par exemple, pour la rousse, elle voyait dans le comportement de son amie, une façon trop abrupte de gérer le monde, ce que Méréïphaine mit un point d’honneur à faire s’envoler pour son sujet. C’était important. Deux façons de gérer le monde !

« Enfin, nous agissons différemment, et c’est pour cela aussi que mes oreilles traînent dans d’autres sphères que les tiennes, ainsi se joue la vie de la cour ! Je note l’arrivée de Madame de Roustan, il me faut la voir, ensuite, je pense filer, j’ai beaucoup de chose à faire, nous nous reverrons en temps et en heure, n’est-ce pas pour nos affaireq ? »

La rouquine décida de profiter de la présance de Roustan pour aborder des histoires de commerce qui ne regardait personne, la raclusienne d’adoption se devait de parler d’une exportation importante de ses diamants à la bijouterie Roustan, et il y avait un petit point à éclaircir. Elle se demanda si elle avait bien fait de mêler sa comparse à tout cela ? C’était fait cependant, reste à voir ce qui pourrait en découler, le chevalier devait tomber, voilà tout.

Ce fut l’esprit un rien occupé que la rousse s’en éloigna, elle espérait réellement ne pas avoir fait d’erreur, mais rien ne laissait présager ce genre de chose ! Elle aborda Roustan avec l’élégance d’un sourire et lança un dernier regard à son amie. Certain lui dirait qu’elle était folle de vouloir défendre Beauregard, mais elle avait vu quelque chose chez cet homme qui se valait d’être sauvé… »



[CLOS]Un secret dans l'amitié [pv Mereïphaïne] - Page 2 SJEsOqK
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum