Le Deal du moment : -80%
Batterie externe à induction Samsung avec ...
Voir le deal
9.99 €

Daeron Azuran
Nationalité :
Amethienne
Messages :
88
Date d'inscription :
12/10/2017
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
le Dim 7 Juil 2019 - 7:26
La Dame pourpre était un murmure dans la capitale qui filait sur les lèvres, comme des rumeurs étranges que l’on se donnait pour se faire frissonner. Certains disaient qu’elle apparaissait comme un fantôme et qu’elle disparaissait au détour d’une rue, envolée comme un mirage, c’est pour ce genre de chose que les Protecteurs de la Foie s’étaient inquiété et qu’au détour d’une ruelle Daeron Azuran l’avait traqué. Il avait couru après l’apparition au petit matin, jusqu’à ce qu’elle disparaisse, et ne le laisse qu’avec une sueur perlant son front et une sensation d’échec.

Il avait repensé maintes fois depuis à cette belle silhouette enveloppée de pourpre, elle n’avait pas les traits affreux des représentations impies, mais ce n’était peut-être que mensonge ! Depuis lors, différemment éléments de sa vie s’entouraient de malheurs et d’échec. Rien de bien grave, mais il avait déchiré le bas de sa bure en l’accrochant à un vis qui dépassé, pris un sceau balancé par une fenêtre ou encore manqué une marche et dévaler les escaliers. Il calculait que depuis qu’il avait croisé la dame pourpre, sa vie se jonchait de déboire, mais il n’y croyait pas tout à fait.

Pourtant, on racontait qu’un homme avait eu de la chance et qu’une autre personne encore avait trouvé le châle de la dame. Daeron aurait probablement dû passer son chemin, Ameth seul pouvait l’aider, mais quand il se décida d’aller à la rencontre de celui, au moins qui paraissait le mieux s’en sortir. Quand il avait entendu son nom, il avait eu un sourire, l’inventeur avait été récompensé au final, non ?

Il s’était décidé à lui donner rendez-vous dans un petit bistrot du quartier des sciences, un rien sur les nerfs, ce qui n’était pourtant pas dans sa nature, le protecteur de la foi lisait dans le journal, l’échec du Prieur Zullheimer dans un duel au fusil. Cela ne lui plaisait pas. Pas plus que le cocard qu’il avait à l’œil : les portes étaient traitresses maintenant.

Assis à une table, il se douta qu’au pire des cas, il allait se renverser quelque chose dessus, il choisit donc de boire de l’eau et attendait que l’inventeur n’arrive.


Les conséquences d'une rencontre avec la dame pourpre [Henry] 9cn74vy
Henry Wolverton
Nationalité :
Eskroi
Messages :
196
Date d'inscription :
17/09/2018
Henry Wolverton
Inventeur fou
http://caelesti-island.forumactif.com/
le Dim 7 Juil 2019 - 13:57
Que mon esprit soit le plus vivement jugé ! Dame grâce de la logique, raisonnement qui murmurait à mon oreille, où étiez-vous donc passé ? Quel était donc cette loi si absurde, qui créait des choses aussi merveilleux à partir d’un chaos des plus parfait ? De quoi parlais-je donc ? Pour les non-initiés, sachez très chers amis que mon esprit était une véritable machine qui tournait jour et nuit. Sans repos, sans distraction, j’étais toujours penché sur un projet révolutionnaire. Devant mes yeux, défilaient jadis des équations sans fin, et des projections d’un avenir possible où mon génie aurait transformé le monde avec telle ou telle invention. Ce n’était même pas une idée qui succédait à une autre, mais une armée de concepts originaux qui s’écrasaient les uns sur les autres comme un troupeau de chevaux paniqué. Mais alors, qu’est-ce qui avait changé ?

Mon esprit n’était plus en surchauffe. Les plans ne se mélangeaient plus pour créer des chimères mécaniques sans grand sens. En réalité, tout semblait s’être rangé comme il fallait, les projets pouvant être étudié avec plus d’attention. Et au milieu de ces dessins mentaux qui ne ressemblaient plus à d’infâmes brouillons psychiques, je la vis elle. Ma plus grande distraction ! La Dame pourpre. Je l’eus croisé qu’une fois dans la rue, il eut un moment. Pourtant, elle ne faisait que me hanter depuis ce jour. Pendant le travail ou quand je dormais, elle était présente devant moi, semblant jouer, danser avec ma réflexion, mélangeant chaque idée, créant ainsi de l’ordre à partir du chaos. Au départ, j’eus beau la chasser de mon esprit, rester concentrer sur mon travail, mais l’inconnue revenait toujours, et très vite, je me rendais compte que paradoxalement, j’avançais bien plus vite dans mes œuvres et que j’eus réussis à surmonter de nombreuses difficultés ralentissant ces dernières.

Devant l’admettre, je finissais par embrasser cette transformation de mon être et ainsi, bénéficier de ce don des plus mystique. Tout ceci n’eut aucune logique pour moi, mais à la vue de ce que cela m’apportait, je finissais par bien m’en moquer. D’ailleurs, devinez quoi, tout ceci me mena aux portes de mon rêve. Comme frapper d’une nouvelle réflexion, je parvins à comprendre pourquoi la plupart de mes machines partaient en fumer et même plus, je devinais la solution parfaite pour y remédier sans grosse investissement. Euphorique, je me hâtais de tout lancer quand je reçus cette invitation.

"Daeron Azuran ? C'est étrange, ce nom me dit quelque chose…"

Sous l’effet de l’adrénaline et de ce « don » comme j’aimais l’appelé, quelques souvenirs furent devenus flou. Oui bon d’accord, c’était déjà le cas avant. Tout ce qui n’était lié à mon travail n’avait pas de réelle importance pour moi et finissait par être rapidement oublier. Mais grâce à la Dame Pourpre, il me fut plus facile de me remémorer certaines choses, et celle-ci ne me fit point sourire. Je me rappelais à présent de ce prétendu gardien de la foi. Ce n’était pas un type mauvais, mais je ne savais toujours pas comment le considérer. Notre seule et unique rencontre, eut pour effet de me faire frôler la ruine complète ! Mais vue que je ne pouvais vraiment lui en vouloir, et que j’étais de nature curieux, je me rendis sur le lieu du rendez-vous.

Un bistro, j’en fréquentais que peu voire pas du tout. Ayant peu de temps pour me détendre, les quelques minutes que je gagnais pour souffler, furent dépenser chez moi. Entrant, je ne voyais que des gens cherchant à oublier, ou rendre plus joyeuse leur existence, mais qui n’avaient pas les notions pour soutenir une conversation avec quelqu’un comme moi. Entrant dans ce lieu quelque peu sinistre, je retrouvais celui qui m’eut convoqué et sans hésiter, j’allais à sa rencontre.

"Je dois avouer que je ne m’attendais pas à vous revoir. Serais-je encore lié à une affaire d’hérésie ?"

Je préférais demander de suite, oubliant toute formule d’usage. Azuran avait adopter à mes yeux, l’image de l’oiseau de mauvais augure. Soit il eut le cœur de me donner quelque chose pour dédommager, mais ceci ne servit à rien en comparaison de l’immense perte dont j’en fus victime. Après, cela était avant tout la faute du marchand m’ayant vendu le meuble, mais des fois, je me demandais si les choses auraient été pire, si ce gardien ne serait pas intervenu.

Daeron Azuran
Nationalité :
Amethienne
Messages :
88
Date d'inscription :
12/10/2017
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
le Lun 12 Aoû 2019 - 17:23
L’ambiance du bar n’était pas forcément dans ses plaisirs, Daeron n’avait pas eu d’idée meilleure, il lui paraissait mieux convenir à la culture étrangère d’échanger des banalités masculines dans un tel endroit. Il ne voulait pas que l’inventeur se sente oppressé dans un lieu un rien plus religieux, leur dernière rencontre avait été lié à ce genre de chose, alors…son idée lui paraissait un rien trop saugrenue désormais et potentiellement déplacée…mais Daeron n’était pas trop au fait de ce genre de chose et il avait improvisé selon son idée.

Il fut pris par surprise, entendant la voix de l’inventeur avant de le voir, lui faisant boire de travers ce qui l’étouffa. Pendant quelques instants, l’eau qui était passée du mauvais côté manqua de l’étouffer et il eut du mal à retrouver son souffle, alors qu’il se redressait pour saluer l’inventeur, à la base. Le feu dans les poumons, les yeux rougis ainsi que le visage, le Protecteur de la Foi retrouva son souffle et une voix rauque.

« Non je vous rassure, votre nom est revenue dans une histoire, mais la chose est à titre personnel. »

Il avança sa main pour lui offrir, histoire d’échanger une poigné de main franche et lui fit signe de s’installer avec simplicité. Il fit signe au serveur, prompt à offrir le breuvage à l’inventeur, alors qu’il se reconcentrait. Le picotement toujours au fond de la gorge, Daeron inspira et hésita, avant de souffler, à demi mot, ce qui le tracassait.

« L’on raconte que vous faites partie de ceux qui ont rencontré la Dame Pourpre. Est-ce vrai ? »

Est-ce que l’inventeur avait lui aussi croiser sa route ? Etait-il frappé lui aussi de malchance !Il paraissait en tous cas en bien meilleur posture qu’il ne l’était. Daeron paraissait un peu anxieux, mais il s’attendait à ce qu’une nouvelle merde ne lui tombe sur la tête, c’était terrible et qu’Ameth protège son crâne…


Les conséquences d'une rencontre avec la dame pourpre [Henry] 9cn74vy
Henry Wolverton
Nationalité :
Eskroi
Messages :
196
Date d'inscription :
17/09/2018
Henry Wolverton
Inventeur fou
http://caelesti-island.forumactif.com/
le Jeu 15 Aoû 2019 - 8:45
A titre personnel, qu’il ne le prenait pas mal, mais je voyais en cet homme, l’image d’un oiseau de mauvais augure. Je ne dirais pas que c’était un méchant homme, mais notre première rencontre s’étant passer de façon si « particulière », je restais méfiant vis-à-vis de ses dessins. Alors, quand il me tendit une main pour me saluer, je préférais faire abstraction, m’attendant au pire. Allons, j’étais un inventeur excentrique, pas un diplomate, des gaffes j’en faisais à la pelle. Mais au moins je me montrais honnête devant lui. La conversation débuta, et ce Daeron posa la première question, directement le sujet évitant de palabrer autour de détails purement futiles.

La dame pourpre… Un nom bien étrange, mais qui évoquait un souvenir si fort en moi. Le retour de cette étrange femme dans mon esprit, qui provoqua un état de trans où je revoyais chaque plan prodigieux devant mes yeux. Cette bien étrange muse qui se baladait dans nos rues et dont elle me fit grâce de ses vertus, rien qu’en l’ayant contemplé telle une œuvre d’art. J’aurais pu affirmer que oui, lui raconter toute l’histoire, mais la méfiance reprenant le pas, je veillais à ne dire mot pouvant me couter chère.

"Une dame pourpre ? Qui est-elle ? Une hérétique également ? Comptez-vous la faire mettre aux arrêts et demander à tous ceux l’ayant vue de se faire brûler les yeux ?" Disais-je sur un ton sarcastique.

Après avoir vue que même la plus simple des commodes en bois pouvait être accuser d’hérésie (Que ce mot m’importunait à présent !) je m’attendais à tout. Bon, il fallait avouer que cet homme n’était pas tout à fait responsable de mon malheur. Sans doute m’avait-il sauvé. Mais ce que je lui reprochais sans hésiter, fut non seulement d’incarner la mauvaise nouvelle, mais aussi ayant manquer de peu de me faire finir à la rue avec une si maigre compensation. J’aurais pus trouver cela insultant, mais je n’en disais rien.

Cependant, je remarquais que notre ami ne semblait aller bien. Avant, il affichait de sa superbe, l’Homme droit et vertueux, exprimant une autorité devant faire peur à autrui. Là, il semblait déboussoler, mal même. On aurait dit quelque chose était détraquer chez lui et qu’il n’arrivait plus à fonctionner correctement. Ceci me fit réfléchir et me poussa à inverser les rôles en posant à mon tour des questions. Je ne dirais pas que j’étais inquiet pour lui, juste curieux, perplexe également.

"Il doit vous arriver quelques malheurs. Vous ne me semblez bien. Cette dame vous aurez elle retournait la tête à un tel point ? Serait-ce d’ordre sexuelle où vous éprouveriez une quelconque attirance ?"

Et bien quoi ? Je restais scientifique, avec une approche appropriée. J’analysais, je posais des théories, j’étudiais et recommençais jusqu’à ce que la vérité soit trouver. Peut-être avait-il vue aussi la dame, mais son effet fut plus biologique sur lui que sur moi. Car j’y trouvais un réel plaisir que dans mon travail, préférant sentir mon cerveau bouillir à la créativité que pour la reproduction. Ce Daeron resta après tout un homme, un humain. Toutefois, ces réflexions eurent pour mérite de me faire oublier momentanément ma colère contre lui.

Daeron Azuran
Nationalité :
Amethienne
Messages :
88
Date d'inscription :
12/10/2017
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
le Mar 10 Sep 2019 - 18:28
Daeron garda sa main suspendue sans réponse en retour. La grossièreté de l’inventeur le surpris, et il rangea sa main un rien perplexe. Cet homme était pour le moins étrange pour Daeron qui s’était montré courtois, malgré tout et maintenant, l’inventeur se présentait insultant. Autant dire que le Protecteur se sentit idiot..le ton sarcastique qu’il employa dés lors pour la suite rendit Daeron plus méfiant, l’homme n’avait jamais été trop enclin à l’amabilité mais Daeron ne se souvenait pas de mériter ce genre de traitement. L’homme fronça les sourcils et ses yeux clairs parurent briller. Il inspira.

« Je cherche des réponses…avez-vous quelque chose contre moi à formuler que je sache pourquoi vous êtes à la limite de la courtoisie ? »

Il le demanda clairement et sans détour. Daeron aurait pu considérer que sa démarche pour l’aider, en lui confiant un objet qu’il pourrait revendre à bon prix pour financer ses projets, ne lui valait pas tant de manque de respect, mais il n’y pensa pas et préféra chercher à comprendre ce qu’il se passait. Il était nerveux à cause de ses malheurs mais parvenait à se contrôler autant que possible, il n’était pas du genre à s’emporter après tout.

Son poing frappa la table. Brusquement.

« Vous êtes insultant Monsieur Wolverton. » Daeron n’était pas d’humeur à supporter ce genre de chose, il se releva et laissa tomber quelques roues sur la table, sans y faire plus attention. « Méfiez-vous que votre nom ne se murmure point trop sur les bouches d’autres Protecteurs… » Les incendies arrivaient vite, voilà ce que cela signifiait, Daeron avait fait de son mieux pour que les Protecteurs n’envisagent pas de brûler la demeure toucher par la présence impie. « J’étais venue vous demander peut-être de l’aide, mais c’était visiblement une fort mauvaise idée. Je me suis trompé. »




Les conséquences d'une rencontre avec la dame pourpre [Henry] 9cn74vy
Henry Wolverton
Nationalité :
Eskroi
Messages :
196
Date d'inscription :
17/09/2018
Henry Wolverton
Inventeur fou
http://caelesti-island.forumactif.com/
le Sam 14 Sep 2019 - 11:38
L’inquisiteur s’empourpra contre moi, passant de l’état craintif à coléreux. Haussant même le ton, il se redressa de toute sa hauteur, osant même me menacer et donnant quelques reproches. J’imagine qu’un tel comportement pouvait surprendre, voir terrifier certains. Mais moi, je n’en démordais pas. Nullement terroriser, j’en riais, trouvant une forme de justice dans la panique qui se lisait en réalité dans sa voix. Il était clair que nous ne serions jamais les meilleurs amis du monde, mais quel que soit notre relation, nous venions presque à nous défier, et pourtant, avions besoin de l’autre. Enfin, c’était surtout lui qui en avait besoin visiblement.

"Excusez-moi, mais notre dernière rencontre n'avait rien eut d'amical. J'eu manqué la ruine figurez-vous. Et même si vous n'étiez pas responsable de ce désastre, j'ai appris que la venue d'un "Protecteurs" n'était que de mauvaise augure."

Déjà, voir débarquer les forces de l’Ordre chez soit n’était en rien plaisant, mais un de ces inquisiteurs l’était beaucoup moins. Ils ne venaient pas prendre le thé et parler du bon temps. Quoi qu’il en soit, Daeron ne semblait aller bien, et j’eus la curiosité de savoir pourquoi. Cette dame pourpre m’était connue, toutefois, prudent de ses intentions, je ne comptais pas facilement cracher le morceau, sans connaitre ses projets vis-à-vis d’elle. Cette femme était devenue une sorte de muse, m’ayant sortie des bas-fonds. Alors, hors de question de laisser qui que ce soit tout détruire encore.

Gardant mon calme, je fis signe au Protecteur de reprendre sa place, disant d’une manière proche de l’enjouement ou de l’autorité je ne serais le dire :

"Arrêtez donc de dire n’importe quoi je vous pries. Je ne pense pas que vous soyez prêt à jeter un tel opprobre sur votre ordre en pourchassant un innocent. Revenez donc et dites-moi ce que vous attendez de moi."

Je n’avais ni l’intention de m’excuser, et encore moins de tourner en rond. Nous allions devoir parler franc-jeu et ça ne serait que tant mieux. Toutefois, je voulu bien admettre que des fois, ma façon de m’exprimer de manière si directe pouvait choquer plus d’une personne. Mais je ne m’attachais pas aux jeux de discours. Si je pensais à quelque chose, je le disais. Aucun détour, aucun artifice, rien que de l’honnêteté. Ainsi, notre chère Protecteur pourrait se rassurer en se disant qu’il n’aurait pas à faire à un manipulateur, ou quelqu’un qui serait susceptible de le poignarder dans le dos.

Daeron Azuran
Nationalité :
Amethienne
Messages :
88
Date d'inscription :
12/10/2017
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
le Sam 19 Oct 2019 - 8:06
«La venue d'un serviteur du Tout Puissant Ameth n'est de mauvaise augure que pour ceux priant l'ingence ignoble et malveillante de l'Innomable. Les hérétique seulement peuvent y voir quelque chose de terrible. »

Daeron avait le jugement obscurcit soudainement par sa ferveur religieuse, comme tous les endoctrinés et les fanatiques religieux, il prônait aisément la supériorité de sa Foi et l'évidence, facile, que seul les êtres corrompus par l'adoration païenne et diabolique pouvait craindre sa venue. Il notait toutefois que l'homme estimait que Daeron lui avait été hostile, alors que le Protecteur s'était pensé protecteur justement, qui plus est, il s'était séparé d'un bien sans attente en retour, et il pensait dés lors que soit les eskrois, soit les inventeurs n'étaient que des ingrats. Il n'avait pas changé son monde du tout au tout, mais il avait tout du moins permis à l'homme de se défendre encore un peu. Peu importait, c'était une leçon acquise.

 «  Et qui dit que vous êtes innocent ? Vous même ? » Il eut un rire en coin, discret, une sorte de soupir amusé et mauvais. Oui Daeron était un homme bon, mais ses humeurs de prêtre pouvait tout gâcher, pour autant, il ne dit mot, ne rajouta rien et dévisage un instant l'inventeur. L'homme était visiblement bien décidé à se montrer dominant d'une situation qui n'en avait nulle besoin. Daeron pensa dès lors qu'il s'agissait d'un éclat d'orgueil ou de fierté qui était commun à tous les hommes décidés à prendre de haut sa propre nation pour ses croyances soudées sur Ameth.

C'était idiot et étrange, mais soit.

« J'ai rencontré la dame pourpre et depuis ce jour, ma vie est jonché de malheur, s'il passe une nuée d'oiseau, je suis le seul qui se prendra une fiente, entre autre chose. Je cherchais à savoir ce qu'il en était pour les autres qui l'avaient croisés. »

Il ne s'était toujours pas rassis, dévisageant de toute sa stature l'homme sous ses pupilles...


Les conséquences d'une rencontre avec la dame pourpre [Henry] 9cn74vy
Henry Wolverton
Nationalité :
Eskroi
Messages :
196
Date d'inscription :
17/09/2018
Henry Wolverton
Inventeur fou
http://caelesti-island.forumactif.com/
le Jeu 24 Oct 2019 - 9:21
Voilà qui devenait enfin intéressant ! L’inquisiteur cracha le morceau. Et bien qu’il montât sur ses grands chevaux, l’homme ne m’effrayait pas un instant de son ego. Déjà, je trouvais fort à rire de ce qu’il me disait. Un inquisiteur n’était pas de mauvais augure qu’il chantait. Alors, pourquoi manquais-je la ruine depuis qu’il était passé ? Et moi non innocent ? Que dire de cet homme de sang. Je ne suivais pas la cabale, et pourtant vue notre cher ami, je prenais bien en peine ces hérétiques. Car jusque-là, malgré les cierges que j’allumais sur les autels des dieux de mes pères, ce n’étaient pas ceux qu’on condamnés, qui voulurent ma perte. Ah ! Un peu plus, et Daeron m’aurait tenté de passer chez l’ennemi.

"Nous y voilà donc ! Il fallait que je sache un minimum de vos intentions. Car oui, j'ai quelques informations à ce sujet et je ne me sens guère à les donner à n'importe qui."

Déjà, pouvais-je les lui donner à lui ? Cet homme ayant le don de s’emporter aussi facilement, chassant et traquant ce qu’il ne comprenait pas. Cette dame semblait lui avoir causer quelques misères, et moi, je fus touché par la grâce. Une fois de plus, lui et moi allions nous retrouver en total opposition. Et au lieu de défendre une armoire, c’était une déité, une muse qu’il fallait protéger. Il était clair que Daeron avait tout d’un fanatique. Et que si son cœur lui dictait de mettre un terme à quelque chose de bénéfique pour le peuple, il le fera. Et une fois de plus, il devra en courir ma terrible colère.

Qu’allais-je faire ? Lui cacher la vérité ? Ce serait idiot. Déjà que j’eus avouer avoir des informations, il était hors de question que je vienne à jouer son rôle dans sa potentielle chasse. Peut-être y mettre quelques bâtons dans les roues, mais ceci viendrait à envenimer la situation. Tâchons de nous montrer plus diplomate que cela, et minimisons la casse. Ainsi, je retrouvais mon propre calme et fus bien décider à exposer les choses. Quelque chose justement me disait que cela risquait fort de le déplaire. Mais ça, je n’y pouvais rien.

"Voilà donc ce que je sais. Il y a peu j’ai rencontré cette dame. Juste une apparition spectrale dans un voile rouge flottant au vent, je n’ai point vue son visage. Une vision fugace, une simple passante au détour d’une ruelle comme pour tant d’autres habitants. Pourtant, son image resta figée dans mon esprit et eut de bien curieuses conséquences. Depuis ce jour, mon géni s’est décuplé. Inspiré par un murmure divin, mes recherches ont fait un bon incroyable. De nombreux défauts corrigé, et je suis à deux doigts de proposer de nouvelles machines pouvant changer la face du monde."

Voilà donc qui était dit. Désolé pour l’inquisiteur, mais aucun marteau ni sceau me sont tombé sur le pied depuis. Contrairement à lui, je fus touché par la grâce de la chance. Béni, car ainsi je me sentais, je me sentais depuis si longtemps, bien et heureux à Ambrosia. Plus d’une fois je doutais de mon utilité dans ce monde, face à mes épouvantables échec. Là, je retrouvais espoir enfin. Et pour Daeron, je ne serais expliqué la raison de sa malchance. Mais il fallait avouer, que cette situation me fit bien rire intérieurement.

Daeron Azuran
Nationalité :
Amethienne
Messages :
88
Date d'inscription :
12/10/2017
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
le Lun 9 Déc 2019 - 12:05

Daeron se sentait oppressé, il avait grand mal avec les malheurs qui le touchaient, le monde lui était un terrible terrain hostile depuis qu’il avait croisé la route de cette dame et il ne savait toujours pas si elle était ennemie ou amie. Il voulait savoir et réunir des informations, il devait savoir en vérité. Ce n’était pas aisé de vivre dans ce doute : était-ce une punition des Dieux au travers de cette entité ? Ou bien, les impies qui se jettaient sur lui comme des vautours. Il était incapable de déterminer les choses, cela barrait son front de fièvre, hantait ses nuits et ruinait ses rêves. Oui, l’inquisiteur ne se rendait pas compte qu’il doutait de sa foi même, non qu’il reproche quoi que ce soit à Ameth, mais si une déesse se jouait ainsi de lui, alors…alors voulait-elle lui apprendre quelque chose ? Il n’en savait rien, il était perdu, et il avait besoin de réponse à toutes ses obscures pensées et raison…

Il écouta les réponses de Henry, avec l’impression qu’il transpirait plus que de raison. Daeron était comme trop oppressé, trop inquiet, trop tout, ce n’était ni plaisant, ni enviable, encore moins agréable au fond. Voilà qu’il entendait que cet homme s’éveillait au génie, la question qui vint à sa bouche fut dès lors instinctive…

« Et toutes vos inventions fonctionnent parfaitement ? C’est cela ? »

Le protecteur de la Foi n’en revenait pas, ils étaient l’opposé, Ameth voulait-il le tester ou bien…quoi ? Il blémissait et voulu boire, manquant ses lèvres, il mouilla sa vêture, ce qui lui arracha un grognement, qu’il laissa choire, reposant le verre sur la table. Les doutes et les questions le rendaient épuisés, il ne savait en vérité pas que faire…

« Je ne comprends pas, pourquoi, si cette dame pourpre est envoyée divine, pourquoi elle m’a puni, ma vie est servie à Ameth et…je fais tout pour protéger les hommes de la noireur pervertie des impurs… »

Daeron doutait doucement, incapable de trouver réponse, peut-être que croire qu’elle était diabolique était plus aisé…mais il n’y parvenait pas, pas en entendant les bienfaits pour l’inventeur, pas en écoutant que les choses allaient bien pour lui, Aernia n’aurait pas laissé cela se faire c’était indéniable.


Les conséquences d'une rencontre avec la dame pourpre [Henry] 9cn74vy
Henry Wolverton
Nationalité :
Eskroi
Messages :
196
Date d'inscription :
17/09/2018
Henry Wolverton
Inventeur fou
http://caelesti-island.forumactif.com/
le Mar 10 Déc 2019 - 15:56
Ce n’était plus l’inquisiteur froid et sur de lui que j’avais en face de moi, et dont je redoutais retrouver, mais un homme apeuré et perdu. Et je devais avouer, que je commençais à présent à éprouver de la sympathie pour lui. Le voir autrement qu’un juge ecclésiastique porteur de mauvais augures me plaisait et même, calma ma face qui s’empourprait à cause de lui. Sans doute que le voir agir comme un être humain normal et non comme un de mes automates froids et privé d’émotions, me touchait. Ma propre vapeur se calma, ma chambre à piston diminua d’intensité, j’arrivais à présent à adopter une attitude plus neutre, sans doute cherchais-je à le rassurer, exprimant au mieux que je le pouvais de la bienveillance.

"Peut-être voyez-vous les choses sous le mauvaise angle mon chère Daeron. Vous et moi prêtions une quelconque magie à cette dame, mais peut-être que tout ceci n’est qu’une coïncidence. Arrivée au bon ou mauvais moment, la raison de notre chance peut-être dû à tout autre chose."

Ce n’était qu’une théorie, mais cette pensée qui venait de me traverser me fit grandement réfléchir. Cette réflexion me fit surtout prendre conscience de certaines choses chez moi qui faisaient défauts. Et comme par magie justement, je me sentais encore moins furieux à l’encontre de cet homme et même, me sentais prêt pour un nouveau départ. A l’encontre de mon ego, je fis pars de mon ressenti, si cela pouvait le rassurer un rien et l’aider à comprendre où je voulais venir. Ayant vue la partie humaine de l’inquisiteur, je me sentais donc en confiance de lui faire part de ma réflexion.

"Tenez, prenez pour exemple. Je vous tenais pour responsable de bien de mes malheurs. Pourquoi ? Car votre venue coïncidait au moment où je frôlais la catastrophe. Vous m’aviez fait connaitre une grosse perte, mais sans doute, m’avez-vous évité une fin bien plus sinistre. Et moi, face au drame, je me suis servi de vous comme incarnation de mon malheur. Vous voyez ? Une coïncidence entre l’arrivée d’une personne et d’un événement. L’esprit humain use de raccourcie pour se simplifier la pensée. Mais si on prend un peu de recul, on voit les choses bien mieux. Comme quand je suis sur une de mes machines. Une pièce se déboite et tombe, j’accuse le tournevis ou sa voisine de cuivre. Mais regardant de plus près, je voie que le souci venait d’une autre pièce situé de l’autre côté de la machine."

Mon raisonnement tenait la route non ? Il était vrai que cette dame pourpre obsédait l’esprit sans pour autant dévoiler son visage. Une muse de l’art et de l’invention. Mais alors, si elle était vraiment de nature divine, pourquoi tourmenter l’Inquisiteur ? Je serais tenté de le charrier, mais me retenais, ne voulant au final lui causer bien plus de torts. En tout cas, je ne pouvais rien affirmer pour l’heure. Cette dame n’était qu’une apparition de quelques instants. Il faudrait l’approcher, lui parler. Daeron ne semblait pas bien pourtant en tout cas, et de façon de plus en plus curieuse, cela m’impactait.

"Allons ! Laissez-moi vous servir autre chose voulez-vous ? Si cela puisse vous rassurer, nous enquêterons ensemble à son sujet. Et si vraiment elle provoque bien vos tourments, nous pourrons sans doute la raisonné de vous épargner."

Je croyais bien sûr aux dieux, mais à la magie… Pour moi ce n’était que superstition. La seule explication alors que je trouvais en dehors que la déesse voulait bénir ses plus fidèles serviteurs, serait de nature psychologique. Je n’étais pas un spécialiste dans la science de l’esprit, mais je savais assez pour savoir que nos pensées, notre passé et ressentiment, ainsi que les impacts ignorés de notre quotidien, pouvaient avoir de biens curieuses conséquences sur notre vie.
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum