-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur Nike Air Max 200 Winter
63 € 125 €
Voir le deal

Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
246
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Ven 1 Mai 2020 - 2:02
Nombreux, oui, ils l’étaient chez les Choiseul et c’était pour le plus grand bonheur de Daphnée qui cherchait sa place auprès de chacun d’entre eux. Sa relation avec l’Impératrice, par exemple : si le lien marital qui se dessinait pour elle la destinait à devenir sa tante, Daphnée voyait la brune davantage comme une aînée à qui elle saurait discuter de bien des choses. Sa présence à ses côtés à cet instant alors que toute autre femme de son cercle avait été écartée en était une preuve. Alors oui, la blonde s’était imposée, cherchant à savoir si tout allait bien mais Lilith ne l’avait nullement remerciée, congédiée et laissée partir sans la rattraper. La conversation s’était naturellement créée entre elle et c’était presque subjuguée par ses mots que Daphnée s’était laissée aller à quelques commentaires, partageant à son tour des pages d’une vie doucement brisée. Pour les autres, le temps saurait améliorer, changer les choses. Elle l’espérait grandement, surtout avec son fiancé.

La joie avait quitté son visage, laissant la nostalgie d’une époque tant regrettée s’emparer d’elle sans qu’elle ne puisse essayer de l’en empêcher. Parler d’Hector était chose toujours difficile et bien que son cœur semblât prêt à laisser de nouveaux sentiments s’exprimer, il demeurait un fantôme la suivant comme une ombre. Les traits délicats de ce visage angélique et empli de malice, pourtant, semblaient s’effacer avec le temps. De tous les bijoux que ses anciens partenaires engagés lui avaient offert, la bague ornée d’une topaze qu’il avait su lui remettre en lui demandant sa main demeurait seul vestige, soigneusement conservé dans sa boîte à bijoux. S’épanchant sur cette douleur que pouvait lui provoquer ce décès aussi inattendu que vite venu, elle se libéra d’un poids qu’il lui semblait porter depuis des années. Cette discussion à cœur ouvert lui était plus que bénéfique et la réponse de Lilith était réflexion qu’elle ne pouvait ignorer. Aimer autrement, oui, avec plus de sagesse. L’insouciance des premiers émois laissait place à quelque chose de plus réfléchi, de plus long à se développer et de plus difficile à découvrir, peut-être. Mais devant les confessions de la Cheffe d’Etat concernant sa méconnaissance sur le sujet, ses pensées étant autrement orientées sur des sujets plus graves, Daphnée laissa un doux sourire reprendre possession de ses lèvres. « Je crains malheureusement ne pas plus qualifiée que vous sur le sujet, mes connaissances étant tout aussi maigres… Mais peut-être est-ce là l’apprentissage de ce qu’est l’Amour : des expériences différentes autant que personnelles ? Je doute que l’Amour soit aussi universel que la politique ou les stratégies de bataille… » Haussant doucement les épaules, elle soupira doucement, laissant les maux de son passé s’écouler pour de bon.

Finalement, la conversation sembla se taire, doucement. L’Impératrice avait pu s’alléger de son fardeau et Daphnée se félicita de cette petite victoire, étonnée d’être arrivée également à agir de la sorte. Il semblait que ce lien entre elle était véritablement voué à devenir plus fort. Et d’ailleurs, la prenant de court, Lilith le lui affirma en lui émettant une requête qui ne put que couper le souffle de la blonde venue de Raclus. Demoiselle d’Honneur. La demoiselle en fut presque sonnée tant la demande lui semblait venue de nulle part. Cillant un instant, elle tenta de maîtriser le trouble qui devait se lire sur ses traits, avec grand peine. « Vous êtes sûre ? » Cherchant à reprendre possession de son esprit et de sa langue, elle secoua doucement la tête avant de reprendre, d’un air désolé. « Je veux dire… Ce serait un honneur, votre Altesse, et j’ignore seulement si je suis en droit de le mériter… J’imagine que vous y avez certainement longuement réfléchi mais il aurait été plus logique que vous preniez quelqu’un d’autre, non ? Nous ne sommes encore nullement liées l’une à l’autre, nous ne nous connaissons que depuis quelques semaines et je ne suis nullement Ambrosienne. Vous devez certainement avoir des amies bien plus proches que je ne le suis de vous… » Et c’était avec un réalisme renversant qu’elle avait dit cela. Jamais au grand jamais elle ne se serait attendue à une telle proposition. Et sentant bien qu’elle ne faisait que ramener le doute et même insulter cette proposition, elle déglutit doucement. « Mais si c’est là votre souhait, alors je me ferais une joie de vous accompagner dans votre union, quelle qu’elle puisse être… »


Des maux dans les mots - Lilith & Daphnée - Page 2 Fc3xBB3
Lilith de Choiseul
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
3630
Date d'inscription :
14/01/2017
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
le Lun 25 Mai 2020 - 18:05
Je n’étais pas une femme qui se livrait aisément, la solitude m’était coutumière en vérité, mais avec Daphnée, cela s’était créé avec une simplicité déconcertante. Pouvais-je penser que les Dieux nous avaient mis indirectement sur la route de l’une de l’autre ? Un peu, et je remerciais le hasard, Aernia aussi, je ne sais pas pourquoi, peut-être parce que cela me faisait du bien, changeait les choses…la solitude était mon lot en vérité, parce que les gens important finissaient par partir, Hélène s’en était allée et même si j’avais Everard, il me manquait une simple amie, confidente, alors, que Daphnée soit là…cela complétait quelque chose d’important !

Nous nous confions l’une à l’autre, je comprenais sa douleur, enfin je saisissais le chagrin qu’elle pouvait éprouver. Je le voyais sur ses traits, cette nostalgie lourde qui venait hanter son visage, poser sur ses traits quelque chose qui trahissait clairement qu’elle en souffrait encore. Elle était si jeune, enfin, je disais cela, mais je n’étais guère plus vieille, paradoxale. Deux femmes, à la jeunesse présente, à peine plus âgée l’une de l’autre, étrangement troublée déjà par l’Amour…en souffrance…

« Je suppose…que vous avez raison. Si c’était assez universel, je me débrouillerais bien mieux ! »

Je souriais avec amusement, enfin, un amusement bien mesuré, comme un espoir de nous égayer un instant. Dans tous les cas, les choses devenaient plus simple, plus légère, la douleur disparaissait, notre conversation se dérobait vers d’autres choses. notamment, je lui demandais si elle acceptait d’être ma demoiselle d’honneur. A qui aurais-je pu demander ? Mes cousines ? Je dois avouer que je n’étais pas réellement proche de l’une d’elle, en vérité, aucune n’aurait pu se tenir ce rôle, mais Daphnée, si…je le sentais ainsi. Son réalisme me fit avoir un sourire amer. Je ne savais que dire…

« Hélas, je n’ai pas beaucoup d’amitié, manque de temps, perte, ce genre de chose. Je vis pour le royaume et je ne peux demander à mes dames de compagnie, car leur rang n’est pas assez haut, alors que vous, en plus de me sentir un rien plus proche qu’avec aucune autre personne, vous êtes une future membre de ma famille. Tout cela sera parfait et puisque vous acceptez alors nous pourrons être deux dans l’élaboration de tout cela, cela vous guidera pour la préparation de votre mariage, non ? »

Je lui souriais, les choses se terminaient de façon plus légère, il me semblait et si mes yeux avaient encore l’air rougit, tout n’était pas si mal…


Des maux dans les mots - Lilith & Daphnée - Page 2 VtJLfeC
Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
246
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Mar 7 Juil 2020 - 23:54
Si l'Amour et ses codes étaient universels... Cela pourrait-il seulement encore s'appeler de l'amour ? Daphnée en doutait, et pourtant, oui, les choses seraient plus simples à comprendre, à mettre en pratique et il n'y aurait plus la moindre surprise dans tout ceci. C'était triste autant que louable, d'un certain point de vue. Peut-être aurait elle apprécié, dans sa situation, que les codes soient universels ainsi, elle aurait certainement pu céder son cœur plus facilement à un homme qui semblait ne jamais être capable de l'obtenir tant par la distance qu'il mettait avec elle par ses absences que par cette froideur dont il avait fait preuve en l'accueillant directement en soulignant que ce mariage ne serait que politique et nullement tourné vers les sentiments.

Préférant oublier tout cela pour le moment, elle accueillit la demande de l'Impératrice dans la plus grande surprise, incapable de feindre une quelconque émotion. Cillant à de multiples reprises, elle crut avoir mal entendu et avait cherché à s'assurer de la véracité du propos dans des questions plus poussées. Mais Lilith de Choiseul semblait sûre d'elle. Justifiant cette décision par le manque d’amitiés sincères et le temps d’en construire, Daphnée fut flattée de l’entendre prononcer de tels mots. Soulignant son appartenance prochaine à la famille impériale, la blonde baissa le regard. Rien n’était moins sûr tant que les Dieux se montreraient coquins et joueurs avec son destin. Persuadée qu’il mourrait avant même d’avoir atteint l’autel, la Raclusienne ne pouvait qu’être désolée pour Nemrod mais ne pouvait agir autrement sans risquer le blâme. Seul le temps avait les réponses qu’elle attendait éperdument.

Lilith fit même mieux que cela, en réalité. L’invitant à prendre part dans les préparatifs du mariage, elle l’incluait plus que quiconque à la cour n’avait osé le faire. Sentant un poids libérer soudainement ses épaules, elle ne put retenir son sourire avant de réagir sans réfléchir. Se levant, elle vint étreindre l’Impératrice comme elle aurait pu étreindre une sœur si les Dieux lui en avaient donné une. « Votre Altesse, merci infiniment… Je ne vous décevrais pas, je vous le promets. » Relâchant sa prise avec une certaine hâte, comme réalisant son geste, elle eut un léger mouvement de recul, écarquillant les yeux, stupéfaite. « Je… Je vous prie de bien vouloir m’excuser, tout ceci est si inattendu que je crains ne plus être tout à fait maîtresse de mes émotions… heureusement que vos autres dames de compagnie sont sorties, je me serai couverte de ridicule… »


Des maux dans les mots - Lilith & Daphnée - Page 2 Fc3xBB3
Lilith de Choiseul
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
3630
Date d'inscription :
14/01/2017
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
le Ven 10 Juil 2020 - 20:07
Je ne dirais pas que je n’ai pas été surprise par son accolade, je le fus en vérité et je répondis peut-être un peu maladroitement, en la serrant en retour. Il était dans ma nature de ne point être expansive, probablement un fait de famille, mais c’était plus un manque par habitude, qu’un désir de distance…je souriais toutefois face à sa spontanéité, elle se ferait dévorée, littéralement, dans ce monde-là et il ne resterait pas grand-chose d’elle. J’en étais passablement désolée pour elle. Quand elle réalisa son comportement, le sourire qui s’était affiché sur mes traits était sincère, mes yeux étaient rieurs et je ne lui en voulais pas, tout au contraire.

« Allons bon, demoiselle, ne vous en faites pas, votre élan était sincère et dans cette intimité qui est nôtre tout à fait louable. Je ne vous en veux pas, vous êtes bien la première demoiselle a avoir ainsi osé, mon frère m’enlaçait aussi sincèrement plus jeune, cela fait bien longtemps. »

Là encore, j’en disais plus qu’il ne fallait. Cette tendresse me rappela des souvenirs bienveillants, que j’aurais adoré vivre encore, hélas, ce n’était plus si facile, ni simple et tout était désormais horriblement difficile. Inutile de s’épancher encore là-dessus et de s’y morfondre.

« Nous sommes en famille, tout ceci est normale, désolé d’être moins expansive que vous ne l’êtes toutefois, j’ai appris à grandir et largement maitriser mes émotions, la Cour oblige ce genre de chose, pour ne point donner d’outil aux prétendants. Je vous dirais bien que je vous apprendrais, mais je ne saurais réellement le faire…ça a fait partie de mon éducation depuis l’enfance… »

Et mes enfants apprendraient aussi, parce que la seule chose réelle dans tout cela, c’est savoir garder la vérité pour se préserver, se dissimuler pour ne point devenir objet de parole. C’était compliqué, mais c’était ainsi.


Des maux dans les mots - Lilith & Daphnée - Page 2 VtJLfeC
Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
246
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Sam 18 Juil 2020 - 15:20
Sincère, elle l’était. C’était là une qualité autant qu’un défaut mais, à l’annonce de ses fiançailles avec un membre éminent de la famille Impériale, Daphnée s’était pourtant jurée de ne pas changer, en aucun cas, et de ne pas laisser ces gens-là faire d’elle un instrument qui ne respecterait pas ses principes. Elle le savait, cela finirait par lui être reproché, d’une quelconque manière car à la Capitale, la sincérité était souvent cachée sous bien des masques et celui de Daphnée était encore trop brut, trop vrai pour la protéger. Aussi, bien que soulignant cette intimité qui préservait l’instant, la blonde sembla soulagée d’entre Lilith lui préciser que tout ceci était touchant. Et le sourire reprit place sur ses lèvres.

La première à avoir osé ? Fronçant ses délicats sourcils, Daphnée accueillit la nouvelle avec une interrogation certaine, inclinant légèrement la tête de côté comme si ce changement de posture lui offrirait des réponses. « L’âge a parfois cette cruauté de séparer les fratries… Je ne peux malheureusement dire que je compatis, étant fille unique. » Et comme elle aurait aimé avoir une sœur ou un frère qui saurait l’épauler, la serrer dans ses bras dès lors qu’une contrariété pouvait se faire sentir. Sa mère avait bien tâché de se prêter à ce rôle mais, récemment, elle avait été si décevante que Daphnée ne souhaitait plus réellement la voir, à l’image de son père. Et aux yeux de Daphnée, la pudeur de l’âge poussait les gens à se montrer plus distant, ce qui était la seule explication valable quant à la distance entre l’Impératrice et son frère.

Nous sommes en famille. Pas encore, en réalité. Tant de choses pouvaient encore arriver que Daphnée se montrait très prudente sur cette idée, sachant quel poids pèserait sur ses épaules dès lors qu’elle serait au bras de son époux, si tant est qu’il puisse survivre à leur union. Mais la gestion des émotions avait été si facilement apprise par la femme qui lui faisait face que Daphnée en fut réellement horrifiée. Allait-on lui demander cela, également ? Souhaitait-on voir un masque de glace prendre le dessus de ces traits mélancoliques ? Et quand l’Impératrice lui proposa un apprentissage, ce fut avec tout autant de naturel qu’elle s’offusqua. « Jamais je ne souhaiterais apprendre une telle chose ! C’est… Horrible ! Je ne serais plus moi-même si je trahissais tout ceci et je refuse cela… La Cour ne m’obligera pas à cela, je le refuse. » Et c’était là toute la différence entre ces personnages façonnés par la Cour et ceux qui s’y greffaient tardivement, comme devait le faire Daphnée. Dans les terres glacées de Virindrige, elle était reine et maîtresse, contrôlant son petit monde sans avoir à se soucier des répercussions car il n’y avait personne à impressionner. Elle pouvait agir comme bon lui semblait tout en respectant son honneur et son rang. Mais jamais elle n’avait triché, pleurant à chaudes larmes devant l’histoire touchante d’un homme ou même devant la perte de son fiancé, brûlant d’une passion endiablée quand elle devait défendre une cause qui était la sienne… Tout ceci la rendait plus vrai et dissimuler tout cela ne la rendrait que plus fade. Et elle ne désirait nullement être fade.

Réfléchissant à vive allure sur les mots de l’Impératrice, elle déglutit avec difficulté. « Je suis désolée que vous ayez eu à apprendre tout cela… Je réalise à quel point je n’envie ni votre place, ni votre position et à quel point vous êtes courageuse et brave. Comme j’aurais aimé que vous connaissiez la manière dont les choses se passent, loin de cette Cour… » Des histoires à raconter, elle en avait des milliers. S’étant doucement ouverte sur l’homme qui avait su prendre son cœur, elle avait su dévoiler un pan de son passé et de ses émotions, tout comme l’avait fait Lilith en lui confiant ses sentiments pour un homme. De fil en aiguille, se pourrait-il qu’elles deviennent plus proches encore qu’elle n’aurait su l’espérer ?


Des maux dans les mots - Lilith & Daphnée - Page 2 Fc3xBB3
Lilith de Choiseul
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
3630
Date d'inscription :
14/01/2017
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
le Jeu 30 Juil 2020 - 21:54
« Oui, l’âge… »

Je souriais, sans faire plus de détail sur mes paroles. Je ne savais pas si c’était l’âge, enfin, non, je savais que ce n’était pas l’âge mais une question de stupidité, je n’allais pas trop me confier non plus, parce que le sujet n’était pas nécessaire à approfondir. Je fus un peu intriguée par la réaction, soutenant que c’était horrible de maîtriser ses émotions, j’eus un sourire amusée et un peu moquer de sa naïveté.

« Laissez donc les courtisans user de vos sentiments comme des armes qu’ils sauront retourner contre vous à votre guise. Je resterais à votre disposition si un jour vous voulez au moins apprendre à protéger votre intimité et votre espace personnel. J’ai appris jeune, ce n’est pas horrible, je ne donne mon vrai visage qu’à mes proches, mais nous n’avons pas le même rôle dans l’empire… »

J’eus un sourire doux.

« Allons bon demoiselle, je n’aurias pas aimé moi, j’aime l’Empire et j’aime cette place que j’ai, elle est importante. Elle empêche au maximum les pays à s’entredéchirer, étouffe les guerres du monde ! Oh tout n’est pas parfait, mais de cette lourde tâche contraignante, je peux aider le monde, le peuple et faire de mon mieux. Ne soyez pas chagrine, je ne le suis pas… »

Il ne fallait pas qu’elle le soit. Elle était différente, mais j’étais assez fière de mon rôle et je le prenais fort à cœur. Toutefois, je lui fis un air avenant et je venais prendre sa main pour la rassurer.

« Il y a longtemps, les choses se sont écrites, nous devons perdurer ces choses. je ne suis pas malheureuse, le quotidien est différent, mais il l’est encore plus car je suis l’Impératrice, pourtant, je n’ai pas à être plainte, croyez(moi… »


Des maux dans les mots - Lilith & Daphnée - Page 2 VtJLfeC
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum