Le deal à ne pas rater :
Lot de 50 masques à 10.99 €
10.99
Voir le deal

Saraid Aisling
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
48
Date d'inscription :
21/08/2017
Saraid Aisling
Maîtresse Fauconnier
le Mer 8 Jan 2020 - 12:50
Poursuivre Lampré sur les toits était devenu une habitude ! Je ne lâchais pas un pouce de terrain, et il perdait un peu de son avance à chaque pas que je faisais… parce que même s’il avait le pied sur, j’aurai été capable de faire le grand saut entre deux étages sans avoir la moindre once de trouille. J’étais quand même sacrément courageuse ! Aernia m’en soit témoin ! Et cette chose étrange que j’avais testé, cette iodée de sauter attachée par un élastique…. J’avais eu l’impression de voler. Ça avait été extrêmement grisant, il fallait le reconnaitre. Je recommencerai sitôt que j’aurai assez d’argent à perdre là-dedans. D’ici là, je me contenterais de nettoyer les fientes des oiseaux au zoo ! Enfin bref, je poursuivais Lampré, sans la moindre halte. Je suais à grosse goutte au point que je faillis jeter aux orties ma veste. Mais je n’en avais pas d’autres, alors je m’en contentais.
Tant pis.

Je lui hurlais – encore une fois – de s’arrêter mais – encore une fois – il ne m’écouta pas. Au moins j’essayais ! Enfin bref, je lui souris et je restais à le suivre, jusqu’à le voir tourner ! Ma chance. Il y avait des cordes à linge qui me permettraient de le prendre de vitesse et de le coincer. Je prenais mon élan, arrivais à m’accrocher à la corde à linge qui me sciait les doigts malgré les maniques, je fis une volte autour pour reprendre de l’élan, et je fis un saut qui me permis de passer devant le poursuivi et de lui sauter dessus. Je dérapais, lui aussi, et nous chûmes tous les deux vers le sol, ralentis par un auvent, mais nous percutâmes le sol.
Sous lui, je percutais les pavés en premiers. Ma tête heurta alors le sol.
Trou noir.


Chute ! [PV] ON7IntS
Valerian d'Andressy
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
475
Date d'inscription :
11/04/2017
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
le Mar 4 Fév 2020 - 21:10
La demoiselle commençait à m’agacer, dans ses idées saugrenues de m’attraper, elle m’usait, il n’y avait pas d’autres mots, si je ne la retrouvais pas tous les soirs, elle était dans mes pattes régulièrement, beaucoup trop. J’aurais adoré avoir le cœur de la remettre à sa place, mais je n’y parvenais pas, elle n’était ni méchante, ni mauvaise, probablement niaise et coincée, déterminée à me coincer, alors que je faisais, selon moi, bien plus qu’on n’aurait pu l’imaginer. Je ne volais jamais pour moi, mais bon, j’étais le voleur forcément et la prime qui me collait au dos était conséquence, pour elle, cela consistait forcément à trouver assez d’argent pour mieux vivre ! Elle avait bien trop de morale pour accepter une somme plus conséquente que la prime pour me foutre la paix : je l’imaginais déjà s’offusquer et tout le reste !

J’étais probablement plus énervé qu’autre chose, cela se comprenait, elle tentait de m’attraper depuis un bon moment et avait interrompu mes projets de repérage, elle était un peu comme un moustique que l’on ne parvenait pas à tuer mais que l’on entendait malgré tout. J’étais probablement trop agacé quand elle parvint à me dépasser, m’entraîner et me faire chuter, sur le coup, j’aurais aimé avoir un meilleur réflexe pour la protéger. L’auvent nous ralentit mais pas assez et ce fut elle qui heurtait le sol de prime abord. Si je sentais une douleur vive à mon coude, ce n’était rien, le temps d’étouffer un hurlement, je pensais juste à me défaire d’elle, m’en aller, voir la laisser, mais quand je réalisais qu’elle était inconsciente, je pestais.

« Bon sang de…jusqu’au bout… »

Sincèrement, j’aurais du avoir l’idée simple de l’abandonner là, juste, m’en aller, tant pis pour le reste, mais je n’en avais pas l’âme. C’était stupide, cela aurait réglé tous les problèmes, voir permis que les choses s’arrêtent, mais…je me détestais d’avance parce que je savais que j’étais incapable de la laisser, je râlais en essayant de me relever, elle avait risqué de se tuer pour me poursuivre, oh bordel, ça m’agaçait !

« Petite, réveilles-toi… »

Je ferais mieux d’appeler quelqu’un, ou de la conduire quelque peu, je n’étais pas médecin, alors, je ne pouvais pas trop réellement savoir ce que je devais faire, probablement, une seule. Je me relevais tant bien que mal, ce n’était pas une sensation agréable, la douleur qui agitait mon corps, je parvenais à me redresser et je la passais par-dessus mon épaule, comme je le pouvais, elle n’était pas bien épaisse, je pouvais encore me le permettre.


Chute ! [PV] UnGAqdE
Saraid Aisling
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
48
Date d'inscription :
21/08/2017
Saraid Aisling
Maîtresse Fauconnier
le Ven 21 Fév 2020 - 21:16
Je commençais à revenir à moi alors qu’on me parlait. J’avais la vision trouble, et ça tournait un peu beaucoup autour de moi. Je ne voyais pas trop ce qui se passait et je grommelais en essayant de me redresser mais je n’y arrivais pas alors je me laissais tomber à nouveau sur les pavés. La tête me tournait salement. Je ne savais pas trop ce qui se passait ; j’étais confuse… comme c’était douloureux… je finissais par réussir à m’asseoir, plus ou moins. j’avais le cœur au bord des lèvres et j’avais mal aux jambes… qu’est-ce qui m’était arrivé, au juste ?

« Qu’est-ce que…. Qu’est-ce qui s’est passé… je suis où ? »

Je sentais la tête me tourner et je me penchais pour vomir, d’un coup. Ça ne faisait pas du bien mais il fallait que je le fasse. Je regardais l’homme face à moi et je fronçais les sourcils. Un peu perdu. Les dernières heures se mélangeaient un peu beaucoup dans ma tête… et réfléchir devenait assez difficile. Alors je levais les yeux vers l’homme agenouillé au-dessus de moi avec une certaine crainte. Qu’est-ce que… qui était-ce ?

« Qu’est-ce que…. Lampré ? »

Non, ce n’était pas Lampré… qu’est-ce que ferait Lampré comme ça ici ? C’était… ouille ma tête… Je me laissais doucement retomber en arrière, en prenant garde à ne pas me laisser heurter le pavage. Là je n’avais pas la tête qui tournait. Enfin, pas trop. Je fermais les yeux instant. Ça me faisait du bien. Beaucoup de bien. Mais il fallait bien que j’ouvre les mirettes pour pouvoir regarder la personne qui semblait vouloir m’aider. Et, penaude, je laissais tomber, bien que la réponse ait, au final, très peu d’importance.

« Qui… qui êtes-vous ? »

Puis je soupirais en commençant à chouiner.

« Aidez-moi s’il vous plait… »


Chute ! [PV] ON7IntS
Valerian d'Andressy
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
475
Date d'inscription :
11/04/2017
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
le Mar 10 Mar 2020 - 11:57
« Chuuut…ça va aller. »

Par les Dieux, si elle mourrait je m’en voudrais, parce que cette fille était une gosse, parce que je ne voulais pas que des gamines meurt parce que je refusais ce qui risquait d’arriver. Je me sentais coupable mais l’argent achetait bien des choses et les soins illégaux, bien que valant une fortune, étaient parfois plus efficace, je ne pouvais pas l’emmener comme ça, dans cette tenue, à l’hôpital, tout cela était. Je jurais entre mes dents, maudissant cette écervelée, j’allais devoir me faufiler, la nuit était bien avancée…Bordel de putain de merde !

***

« Combien je te dois ? »

L’aube était là, bien là même, et dans un lit propre reposait la gosse, elle avait été calmée par quelques opiacées pour que la rebouteuse s’occupe d’elle, enfin, rebouteuse, une infirmière dont le travail n’était pas officielle, je la connaissais pour des raisons personnelles, mais elle ne savait pas qui j’étais réellement. Peu importait. J’étais dans tous les cas, un client payant comptant, elle se moquait de mon identité, moins elle en savait, mieux elle se portait.

C’était une femme qui s’occupait de ceux qui ne pouvaient aller en scène public, et elle était à peu près connue pour cela, discrètement, dans tous les cas, j’avais payé une putain de fortune pour la gosse, mais elle s’en tirerait si tant est qu’elle ne fasse pas la fine bouche. Elle la ferait, elle était assez idiote. Je payais avant de retourner voir la demoiselle encore endormi, je ferais mieux de m’en aller, la colle commençait à ne plus tenir…

« je ne sais pas si tu m’entends, mais tu l’as échappé belle gamine, je ne te veux aucun mal, alors arrête de me poursuivre, arrête de mettre ta vie en danger…l’un de nous deux finira par en crever, et si c’est ma tête que tu veux sur l’échafaud, parce que tu refuseras de lâcher le morceau alors soit. Mais je finirais ce que j’ai commencé avant. »

J’étais un voleur, mais je ne volais pas réellement pour m’enrichir, plutôt, ridiculiser les plus grands imbéciles et donner à ceux dans le besoin, elle s’en foutait, elle rêvait probablement de gloire ou autre, mais si elle était têtue au point de ne pas lâcher le morceau alors soit…je la laisserais m’attraper, quand j’aurais finis une dernière entreprise !


Chute ! [PV] UnGAqdE
Saraid Aisling
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
48
Date d'inscription :
21/08/2017
Saraid Aisling
Maîtresse Fauconnier
le Sam 21 Mar 2020 - 17:19
Je revenais à moi dans un endroit que je ne connaissais pas. C’était où ? Qu’est-ce que ? Je papillonnais des yeux sans trop savoir où j’étais. Je ne pouvais pas trop savoir où j’étais… je restais sans rien dire, un peu dans les nuages encore… c’était une véritable horreur. Enfin, c’était ce à quoi il fallait s’attendre après une chute pareille. C’était… j’avais encore des nausées mais moins et j’avais mal à la tête, très mal à la tête… je portais la main à ma tête et je frottais une jolie bosse. Je me souvenais de ce que m’avait dit une femme du cirque quand j’avais pu me faufiler près des trapèze. Quand on tombait de haut et qu’on se faisait mal à la tête, il fallait essayer de se souvenir de ce qu’on avait mangé à veille.
Bon, je n’avais pas mangé la veille mais bon, je me souvenais que je n’avais pas mangé…

« Je… je suis où ? »

J’avais la voix pâteuse et toujours l’esprit embrumé. Je me redressais, doucement ceci dit. Je m’étais relevé trop vite la dernière fois et ça n’tait pas passé, alors je me relevais sur les coudes, un peu…. Je me regardais. On m’avait changée de vêtements, et à l’odeur, j’avais même eu droit à une toilette….  Je flottais dans les habits mais ce n’était pas grave. Ce qui était grave c’était qu’on m’avait changé et qu’il y avait un homme à mon chevet.
Lampré.

Je poussais un petit cri de surprise avant de me rallonger et de me glisser autant au fond de ma paillasse que je pouvais. C’était une surprise bizarre clairement… je faisais en sorte d’être couverte jusqu’au menton de la couverture et je le regardais.

« Qu’est-ce que vous m’avez fait ? »

Là j’avais clairement peur de sa réponse. Etrangement, maintenant, j’avais l'impression d'avoir l'esprit parfaitement clair…
Et je craignais clairement sa réponse...


Chute ! [PV] ON7IntS
Valerian d'Andressy
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
475
Date d'inscription :
11/04/2017
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
le Mer 15 Avr 2020 - 15:11
« Absolument rien, cette dame vous a soigné, j’ai payé pour vos soins et rien d’autre. Je vous demande d’arrêter de me poursuivre pour votre bien. »

Je comprenais que je devais lui faire peur, je n’en avais pas réellement envie, mais cette petite peste n’allait pas me lâcher sans cela. Elle devait craindre que la prochaine fois ne se passe pas aussi bien, je devais assumer une réputation potentielle de pire de pire, chose qui n’était pas réelle, ni vrai. Et de ce fait, je devais l’effrayer. Cela me déplaisait. Non pas que cela me chagrinait, enfin, peut-être un peu, mais je n’avais pas forcément envie de la chasser ainsi. Tant pis. Je prenais sur moi pour que cela se termine ici.

« C’est un conseil. Je pense que vous comprenez le sens de ces mots. »

Je jouais l’air mauvais et fourbe, dangereux, si elle persistait, c’est qu’elle était folle, à lier, et je ne pourrais encore la sauver. Ce que je faisais, j’y croyais, je le faisais parce que je devais le faire. Pensez bien ce que vous désirez sur le sujet, peu m’importait. Moi, dans tous les cas, je devais faire ce qui était le mieux, pour elle, pour moi, lui faire peur et qu’elle cesse de me poursuivre tout simplement. Je me redressais de toute ma hauteur en prononçant ses mots, la dévisageait, l’œil luisant de malveillance, ce qui pouvait marcher, elle ne réfléchissait pas plus loin que le bout de son nez. Si je faisais penser que j’en voulais à sa vertu ou pire, elle goberait. Parce qu’elle était jeune et naïve. Et qu’elle n’avait pas confiance, à raison.

Je laissais planer un silence et j’étais prêt à m’en aller, sans rien énoncer de plus, il était clair que je n’allais pas me retourner pour me justifier…


Chute ! [PV] UnGAqdE
Saraid Aisling
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
48
Date d'inscription :
21/08/2017
Saraid Aisling
Maîtresse Fauconnier
le Ven 24 Avr 2020 - 10:12
Je me souvenais de ce que disait mon « père »… la gratuité c’est un piège. Donc il fallait que je reste méfiante, même si, admettons-le j’avais une nature plutôt naïve. Ou alors justement parce que j’étais un peu trop souvent naïve…

« Merci… je suppose… »

Non, les remerciements, c’était normal, il avait payé. Et si j’avais de la gratitude pour son geste, c’était de sa faute, et de la mienne mais passons, que nous étions tombés. S’il s’était rendu à la gendarme, cela aurait fait un certain temps déjà que les problèmes auraient été résolus. Mais bon… enfin bref. je me blottissais sous mes draps et je restais couchée, plus ou moins, alors que finalement il reprenait la parole. Un conseil… moi, non, ça ressemblait plus à une menace toute cette histoire… mais bon, d’un autre côté, si je continuais comme ça, il allait finir en prison, non ?
Mais d’un autre côté, c’était normal, c’était un criminel. Et si j’avais peur, d’un coup j’étais en colère, je prenais la première chose qui me passait sous la main et je la lui lançais au visage. Bon, pas de chance, c’était une serviette imbibée d’eau chaude et qui sentait bon. Tant pis. Je n’aurais pas la force d’aller la chercher.

« Dites ça aux personnes que vous avez volées ! »

Bon, la voix, ce n’était pas ça. Mais il y avait du progrès quand même dans la mesure où si elle tremblait, j’étais suffisamment énervée pour pouvoir continuer sans pousser un cri et me planquer. Et aussi suffisamment énervée pour oublier momentanément un peu de pudeur en m’asseyant sans retenir les draps sur mon linge de corps, et oublier aussi, un peu, que j’avais le sang qui me battait les tempes violemment.

« Vous voulez que j’arrête ? Alors arrêtez et rendez ce que vous avez honteusement dérobé. Vous ne volez pas pour manger, clairement. Ça encore, je pourrais le comprendre, mais vous volez des choses trop précieuses, donc vous voulez pour d’autres raisons moins avouables. L’égo ? La richesse ? Vous me rendez malade ! Espèce de… de… »

Je ne trouvais pas de suite, et puis le courage, venait de s’envoler, comme coupé dans son élan par mon manque de mot. Je me blottissais sous les draps et j’attendais qu’il s’en aille en espérant, et en priant, qu’il ne me ferait pas de mal…
Il ne comprendrait pas de toute manière, ce que ça faisait d’envisager sérieusement de taper dans la nourriture des animaux du zoo en me disant que ce serait ça ou ne pas manger à ma faim… je n’en étais pas arrivée jusque-là, mais ça me pendait au nez.


Chute ! [PV] ON7IntS
Valerian d'Andressy
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
475
Date d'inscription :
11/04/2017
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
le Mar 19 Mai 2020 - 22:22
« Je ne vole pas pour manger, mais je fais manger bien d’autre personne quand il le faut. La soupe était bonne ? »

M’énerver sur cette fille, non, je ne le désirais pas. Je volais ceux qui n’avaient besoin de rien mais qui avait beaucoup, elle l’ignorait, tant pis. Je ne volais jamais quelqu’un qui était dans le besoin, ou pauvre, je ne volais personne qui n’était pas déjà trop riche, je le faisais pour des raisons qui ne la regardait pas, elle m’agaçait. Je n’avais pas à me justifier, ni même à m’énerver, elle voulait me courser, soit, mais à moment donner je devrais faire en sorte qu’elle s’arrête définitivement et je ne voulais pas non plus lui faire du mal…

« Je ne suis peut-être pas un homme vertueux, mais je n’ai aucun scrupule à voler des personnes riches à l’excès et donner ce que je peux, vous pouvez présumer tout ce que vous voulez, mais vous ne savez rien, ne recroisez pas ma route, la prochaine fois je ne vous sauverais pas. »

Bon sang, j’aurais aimé pensé un seul mot de ce que je disais, bien entendu que je ne la laisserais pas mourir, ni même se faire du mal, j’allais devoir l’inclure dans mes plans, présumer qu’elle était une donnée à sauver et non à ignorer et cela allait me gonfler rapidement, mais pouvais-je réellement l’ignorer ? Elle avait faim, mon argent, elle n’en voudrait jamais, je pouvais faire croire la mort d’un vieil oncle en fouillant dans sa lignée, chercher quelque chose qui lui donnerait un petit pécule, ce serait une solution pour qu’elle arrête, j’y réfléchirais plus tard, je préférais m’en aller plutôt que de continuer la conversation ….

« Adieu. »

Prononçais-je sans remord, ni sècheresse, une simple vérité…Adieu, je l’avais prévenu et j’avais donc une idée, pour m’en débarasser !


Chute ! [PV] UnGAqdE
Saraid Aisling
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
48
Date d'inscription :
21/08/2017
Saraid Aisling
Maîtresse Fauconnier
le Mar 2 Juin 2020 - 15:51
Je ne lui répondis même pas. Et qu’est-ce qu’il essayait de faire de toute manière, hein ? Me soigner puis me menacer … il avait nécessairement des objectifs moins louables. Forcément. Et cette histoire de nourrir les gens avec ce qu’ils volaient… désolé mais bons résultats ou pas, ça restait du vol. Crever de faim ne nous obligeait pas à être complice. Parce que c’était ce qu’il faisait en nous mêlant à tout cela. Il rendait complices toutes le s personnes qu’il nourrissait. Si c’était bien la vérité.
Pour le moment le courage était toujours à peu près là et je le fusillais du regard, tout en blêmissant. Il ne me sauverait pas, il avait dit. Donc c’était une manière de me prévenir que la prochaine fois, il essayerait de me faire rompre le cou. J’eus un frisson d’horreur.

Il finit par fermer la porte derrière lui et je m’effondrais. Je commençais doucement à pleurer. Le courage était parti et du coup je redevenais la chiffe molle. Je commençais à chouiner. J’avais peur. J’avais très peur. Mais d’un autre côté, j’avais choisi un objectif. Et je ne voulais pas me défiler. Parce que j’avais besoin de réussir quelque chose ; et je savais que même si c’était dangereux, attraper Ambrose Lampré. Mais si je réussissais, je ne souffrais plus de la faim jusqu’à longtemps. Tout simplement. Le jeu en valait la chandelle. Car je refusais d’être ma femme dépendante d’un homme pour rapporter de l’argent à la maison tout en lui faisant enfant sur enfant. J’aimais ma liberté. Et qui sait, avec sa capture, j’aurai peut être assez d’argent, même , pour apprendre à voler.

Trop de choses dépendaient de ma réussite, y compris ma propre tranquillité. Je me résolvais à aller sans doute passer la nuit au zoo, ce serait rassurant de roupiller dans la paille chaude stockée pour changer les litières des animaux. Mais d’ »abord, juste une petite sieste. La tête me tournait. 


Chute ! [PV] ON7IntS
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum