-22%
Le deal à ne pas rater :
-200€ sur la TV LG 55NANO86 55″ NanoCell 100Hz (modèle 2020)
699.99 € 899.99 €
Voir le deal

Leonie de Marzac
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
58
Date d'inscription :
13/01/2020
Leonie de Marzac
Propriétaire de la Gobelin Bank
le Dim 16 Fév 2020 - 14:14
Il fait encore joli temps en ce début d’automne, une brise légère, un peu chaude provient de la mer et soulève la jupe de Leonie, faisant voleter les pans de tissus sable qui compose sa tenue. Elle a la jupe à la taille haute, un chemisier fin, et son élégance mélange été et automne comme le temps d’aujourd’hui. L’ombrelle qui tourne entre ses mains la protège d’un soleil un peu trop vif pour sa peau claire et derrière ses petites lunettes rondes, elle observe la mer qui s’étale devant eux. Quand elle a finalement décidé de s’offrir cette demeure de bel ouvrage en bord de mer, elle s’est dit que la population, conséquente de la capitale, finirait par envahir sa proximité, ce n’est pourtant pas tout à fait le cas. Acheté sur une île alentours de la puissante cité, point d’autres voisins ne semblent vouloir poindre le bout de son nez, pas de voisinage dérangeant donc, en même temps, qui voudrait se perdre aux abords de ce bout de roche quand la capitale est si prêt ?

Leonie a depuis quelques années de responsabilité exprimait le besoin de pouvoir s’éloigner de la capitale, histoire de souffler de l’oppressant quotidien de son travail. Prendre un peu de temps pour elle, sur deux jours pleins, vaut, toutes les roues du monde, ici, elle reçoit quelques rares amis, s’installe dans un coin et bouquine, caresse le chat du couple de domestique qui gère la maison sur le rocher. Attention, une villa de belle envergure, à quatre chambre et une grande pièce à vivre, sans parler de l’extérieur, tout en luminosité de baie vitrée et de véranda. Leonie aime cet endroit au calme…

C’est pour cela, qu’elle y a convié Jason Duchatel pour le week-end. Certains pourraient affirmer que ce n’est pas très convenable, une demoiselle ne convie pas sans chaperon un homme dans sa maison, mais Leonie ne prête pas d’oreille à ce genre de chose. Elle préfère prendre ses moments de détente comme ils viennent, en bonne compagnie ou point du tout. L’avoir convié pour le brunch du dimanche est un plaisir, et maintenant qu’ils sont sur la terrasse, un rien caressés par le vent chaud provenant du large, Leonie savoure ce moment simple.

« Madame Martin a préparé un brunch délicieux, je dois t’avouer que j’ai une faim de louve mais avant, dis-moi, naviguer jusque ici ne t’a pas trop dérangé. Le bâteau que je t’ai envoyé n’est pas un navire immense, mais il suffit amplement pour le voyage, c’est un voilier idéal. Ma sœur ne le supporte pas à cause de son mal de mer, remarque ça m’arrange je viens ici pour être au calme. »

Disant cela sans méchanceté, la blonde apprécie de ne pas être ici le chef de famille, mais juste Leonie qui prend un peu de temps pour elle, loin de la banque, loin de tout. Elle esquisse un beau sourire, lumineux et prend enfin place à la table sur la terrasse richement garnie.


Brunch dominical [PV Jason] Fabspqu
Jason Duchatelet
Nationalité :
Origine : Raclusien Adoption : Ambrosien
Messages :
108
Date d'inscription :
27/01/2020
Jason Duchatelet
Copropriétaire de l'Impériale
le Jeu 20 Fév 2020 - 9:36
Le bruit des vagues qui se mourraient contre les rochers… Le souffle d’air qui rasait la cour verdoyante comme les côtes Eskroises. Enfermer dans une cage faite d’acier et de brique, revoir la mer avait toujours un petit quelque chose de plaisant pour le sombre ambrosien. Ambrosien oui, il n’avait cet héritage que sur un bout de papier. Mais celui de son sang, venait de la mer. D’au-delà de l’horizon, né dans le plus grand des mystères et emmener au cœur du monde. Loin d’être vantard, Jason Duchatelet se disait que si son histoire était connue, en plus du possible scandale, elle inspirerait de nombreux poètes et romanciers.
Peut-être qu’un jour, le jeune homme pourra l’écrire. En attendant il taisait ses sentiments car ils pouvaient être si ravageurs. Là, il écoutait paisiblement la musique des vagues et du vent accompagné d’un chœur d’oiseaux marins qui dansait au-dessus des flots. Jason ne sortait pas beaucoup de la capitale, voir jamais. Ayant adopté la passion du transport et de la vision d’une ville moderne et futuriste, son travail s’accaparait beaucoup de son temps. Une pause était cependant la bienvenue, et Duchatelet supportait de moins en moins ces réceptions qui se ressemblaient toutes, lui donnant l’impression que l’air était étouffant durant pareil événement.

Mais posés sur la rambarde de pierre de la terrasse, il contemplait le monde devant lui, paraissant si calme et beau dont il avait si peu souvenir. Respectant toujours son petit rituel, Jason joua avec sa montre, la faisant tourner entre ses doigts. Sorte de porte-bonheur ou de rappel, le contact de cet objet richement ouvragé avait des vertus apaisantes. Il fut cependant coupé dans sa réflexion par la voix de son hôtesse, lady De Marzac. Un sourire défigura le visage du jeune homme de trente ans passés.

"Cela change des grosses cheminées je dois l'avouer. Mais il y a intérêt que j'apprécie le voyage sur un bateau portant notre marque" Plaisanta t'il.

N’oublions pas que l’Impériale avait le monopole du tout ce qui était moyen de transport dans l’empire. Même si certaines entreprises voulaient se faire une petite place, l’entreprise que défendait depuis des décennies les Duchatelet pouvait se vanter de la qualité de ses machines. Vapeur, électrique ou à vent, l’Impériale touchait à tout, s’intéressant à tous types d’énergie et de découverte technologique. Mais Jason ne voulait trop parler travail aujourd’hui. Souffler un peu, laisser la pression dans son cerveau baissée un peu… Ceci au minimum.

Se retournant, il offrit son bras à son amie pour aller rejoindre la table du Brunch. En effet elle était bien garnie, offrant de nombreux mets qui faisaient salivés. Jason se disait au combien, les enfants des rues aimeraient avoir un tel festin. Il donnait déjà beaucoup à l’orphelinat pour améliorer les conditions de vies de ces petits protégés, mais beaucoup encore hantaient les rues à la recherche d’un misérable bout de pain. Le trentenaire aimerait pouvoir faire plus.

"Et justement, comment vas-donc ta très chère sœur ? Et ton frère également."

Jason connaissait un peu l’histoire de son amie, il connaissait surtout ce lien fraternel qui les unissaient. Parfois, il jalousait cette relation, ayant bien rêver plus d’une fois, se découvrir un frère ou une sœur. Sans doute que quelques bâtards courraient dans la nature et jamais il ne les reconnaitrait. Et le seul frère qu’on eut mit sur sa route, fut celui d’adoption. Un enfant pourri gâté ayant rapidement fini dans la déchéance. Jason aurait tant aimé bien s’entendre avec lui, mais Edgard était un ambitieux qui ne pensait qu’à sa propre réussite. Il était tout l’opposé de Jason, mais à un point où un conflit était inévitable.
Pour Léonie, le jeune homme jalousait peut-être, mais sans mesquinerie. Au contraire il était heureux pour elle, même si leur histoire ne fut pas toujours aussi rose. En tout cas, la jeune femme gagnait une très bonne partie de l’admiration de son contemporain.
Leonie de Marzac
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
58
Date d'inscription :
13/01/2020
Leonie de Marzac
Propriétaire de la Gobelin Bank
le Lun 9 Mar 2020 - 17:16
Leonie aime le calme de ce morceau de terre, elle aperçoit au loin, la forme imposante de la cité ambrosienne qui est son lot quotidien, elle aime son monde, mais elle ne saurait désavouer son plaisir à se trouver ici, loin de tout, des responsabilités entre autre chose. Ses oncles, ses tantes, ses cousins et cousines ailleurs dans le monde trouveraient forcément à y redire, mais qu’est-ce que cela lui importait ? La Banque se dirigeait ensemble, mais chaque branche était assez indépendante, aucun n’aurait idée de faire quelconque faute grave contre la couronne évidement, car seul l’Empire comptait, l’Empire avant tout et toutes choses, même elle, le pensait, et si elle avait eu quelques accointances avec le prince des deux-Cîmes, elle restait fidèle parmi les fidèles…

Leonie eut un sourire pour accompagner son ami sur la plaisanterie, mais elle ne la trouve ni drôle, ni ne la comprends tout à fait, toutefois, passée experte dans l’art de n’avoir l’air de rien, elle semble apprécier ce qu’il pense drôle. Cela arrive que les amis fassent ce genre de chose : semblant de rire à ce que dit l’autre. Elle préfère prendre son bras pour s’installer au brunch, la caresse du soleil n’est pas déplaisante, mais son ombrelle la protège de l’astre qui pourrait altérer sa peau de nacre, il ne faudrait point qu’elle ait le teint trop marqué. Cela ne serait en rien convenable !

« Et bien, mon frère se porte divinement, sa jeune épouse et lui tentent de procréer et il semblerait que les Dieux leur aient accordés leurs vœux à ce sujet. Ils ne l’ont pas encore annoncé, mais j’ai ouie dire que ma belle-sœur est nauséeuse, ainsi donc, peut-être que je serais tante bientôt. Quand à Eugénie…ah, ne le répète pas, gardes le bien pour toi, mais j’ai engagé sa main dans une union plus qu’intéressante : la lignée des Deux-Cîme ! »

Elle dit cela avec un entrain magnifique, Leonie est assez fière de sa réussite, un bon mariage, pour la petite dernière, toutefois, elle perd son sourire quelques instants, un peu « honteuse » en repensant à l’échange qu’elle a chaperonné. Elle pousse alors un soupir et avoue.

« Toutefois, j’ai chaperonné une rencontre et je crains avoir volé la vedette à Eugénie, mais ce n’est rien, ce n’est pas comme si j’en étais flattée…ni même intéressée. »

Le mensonge est habile, mais il ne trompe pas tout à fait, Leonie le sait mais ne s’en formalise pas, installée à la table du déjeuner, elle apprécie de verser du café dans une tasse qu’elle accompagne de lait frais, l’odeur des œufs chatouille sa gourmandise et elle continue.

« Toujours pas de mariage d’intérêt pour toi en vue ? Il serait temps qu’un si bon parti se place, cela ferait fleurir un rien de plus tes affaires, sans parler que cela assurerait descendance à l’Empire ! »

Elle le taquine juste, sachant pertinamment qu’il est horriblement occupé, comme elle l’est par l’entreprise familiale. Ils n’ont pas le temps pour ce genre de chose, quoi que lui est accompagné d’un collaborateur ou une collaboratrice non ? Ce qui n’est pas tout à fait son cas, mais cela ne minimise en rien leur responsabilité respective !


Brunch dominical [PV Jason] Fabspqu
Jason Duchatelet
Nationalité :
Origine : Raclusien Adoption : Ambrosien
Messages :
108
Date d'inscription :
27/01/2020
Jason Duchatelet
Copropriétaire de l'Impériale
le Jeu 12 Mar 2020 - 8:39

Jason fut ravi d’apprendre d’aussi belles nouvelles. Une grossesse en vue… Le jeune Duchatelet aimait la vie et les bonnes choses qu’elle apportait. Les enfants lui procuraient une telle joie. Il appréciait toujours voir quelques petits garnements courir, profiter de la vie avec insouciance, ceci lui donnait toujours l’espoir de jours meilleurs. Pouvait-il songer à en avoir ? Vaste question, déjà son train de vie ne lui donnait que peu de temps de loisir, faire des rencontres et donc, trouver chaussure à son pied. Il aurait voulu exprimer ses félicitations pour ce futur heureux événement, ajouter que Leonie ferait une tante merveilleuse qui risquait de gâter son neveu ou sa nièce,

Mais une seconde déclaration, qui suivit immédiatement la première, glaça quelque peu le sang du co-patron de l’Impériale. Un mariage arrangé avec les Deux-Cimes ? Voilà un nom qui pouvait bien déranger. Jason Duchatelet, tout comme son bien aimé père, fut l’un des plus grands défenseurs de la famille De Choiseul. Et les Deux-Cimes… Rien que par ce qu’on pouvait entendre sur eux, les présentaient quelques fois comme de potentiels rivaux. Il aurait aimé objecter quelque chose, rassurer un peu… Mais la femme d’affaire ne lui en laissa pas l’occasion, enchainant sur une question personnelle. La demande pouvait mettre mal à l’aise. Car déjà, beaucoup l’avait posé et Jason se défendait comme il le pouvait, devant à chaque fois justifier sa position, adaptant le discours. Mais comme il était dans un cadre intime entre ami, il se lâcha plus facilement avec moins de retenue.

"Je n'aimerais pas imposer ma personne à une femme qui ne l'aurait désirée. Je suis peut-être trop naïf, ou nié, mais je préfère trouver la bonne personne par le cœur et l'âme, que par un intérêt pécunier qui au final, apporterait des douleurs à long termes. Merci pour le café." Disait-il en prenant la tasse et la levant pour la remercier puis en pris une petite gorgée.

Jason n’était jamais intéressé par la fortune et la renommée. Bien que depuis son plus jeune âge, il vivait dans la misère, avant de rencontrer son père de cœur, il ne cherchait qu’une chose qu’on lui refusait où voler à chaque fois… L’affection. Il avait perdu très tôt celle de sa mère dont il ignorait le nom et le visage. Puis son père qu’il eut abandonné avec rien. Et ne parlons pas de sa famille de rue qui fut disperser aux quatre coins de la ville. Jason aurait pu devenir amère, exigent réparation au monde. Mais il prit le chemin opposé. Sans doute grâce à Tristan qui lui redonnait espoir et plus que l’envie, d’offrir à tous une affection primant toutes les richesses.
Et donc, s’il devait se marier un jour ce serait avec celle pour qui leur cœur respectif battrait l’un pour l’autre. Peu lui importait le rang social, la famille… Il ne voulait pas avoir une épouse qu’il connaissait à peine et qu’elle risquait de pleurer chaque soir sur son lit. Il ne le supporterait pas.

Jason en profita cependant pour poser aussi une question à son tour, revenir sur ce qui a était dit et s’assurer des projets de son amie bien aimée.

"Mais dis-moi… N’as-tu pas peur que justement, ce mariage avec les Deux-Cimes ne fasse mésalliance ? On dit pas mal de chose à leur sujet alors j’avoue m’inquiété un peu."

Le mariage était arrangé, donc Duchatelet y voyait mal l’amour dans cette histoire. Et puis… On parlait d’une famille qui pouvait nuire à l’Impératrice et sa famille. Su ce point, Jason pouvait sortir les griffes et les crocs. Façon de parler bien entendu. Il était surtout curieux d’un tel choix pour la jeune Eugénie. Savait-elle ce qu’elle faisait ? Sans doute, si Jason ne devait douté de quelque chose, ce serait des intentions et de l’intelligence de la jeune femme se tenant devant lui… Même s’il trouvait la démarche fort curieuse.
Leonie de Marzac
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
58
Date d'inscription :
13/01/2020
Leonie de Marzac
Propriétaire de la Gobelin Bank
le Mer 1 Avr 2020 - 17:03
Eugénie roule des yeux, ses questions intimes trouvent une réponse, elle ne peut s’empêcher sa réaction. Les mariages de raisons valent mieux que les mariages d’émotion, sa bouche tordu en un beau rictus d’amusement se retient de le dire. Il se dit bien de construire un bon mariage, cela pourrait être un excellent plus, c’est d’un ton léger qu’elle vient lui dire ceci.

« Tu sais, un bon mariage n’est jamais chose si mal aisé. Surtout que dans les affaires un homme bien trop de temps célibataire et qui réussit peut-être fort mal vu. Je ne veux point te faire peur, c’est une question de normalité. Moi j’y échappe, une femme de trente ans nullement mariée, on accepte qu’elle devienne vieille fille. »

La différence sociétale est tel qu’elle doit être, ce qui amuse la jeune femme, plus que cela ne devrait l’agacer, elle n’a pas du tout envie de se révolter, cela lui convient. Elle a choisi d’endosser le rôle de matriarche et de célibataire jusqu’à fin de sa vie. Pourquoi se chagriner ? Un joli sourire sur ses lèvres, elle se fiche d’avoir souligné l’obligation que doit avoir Jason, il a un monopole qui ne saurait souffrir de concurrence, mais l’on peut dire, sait-on jamais.
Etalant de la confiture sur sa tartine, Leonie vint sucer la cuillère avec une élégance un rien enfantine et relevant les yeux sur le jeune homme, elle s’étonne de sa question.

« Ah que dit-on ? La famille des Deux-Cîmes est la famille régente originelle, certes, mais l’on ne peut dire qu’elle ait jamais chercher à retrouver sa place pour évincer les de Choiseul. Ils ont construit l’Empire de Vapeur avant notre bien aimée dynastie actuelle. C’est une famille reconnue par Neiman en soit, un Dieu tout aussi important que la Grande Créatrice et comme tous les autres Dieux. Ils sont d’un sang pur et d’une dynastie bien enviable, donc je ne saisis point trop tes inquiétudes. Quand bien même, de quoi s’inquiéter réellement en vérité ? Je ne…saisis pas. »

Leonie claque sa langue sur son palais à la fin de cette phrase, elle n’est pas fâchée, mais un peu agacée, ses choix elle les pense judicieux, donc forcément, elle ne saurait souffrir de réflexion sans argumentaire. Et pour l’instant, il ne lui en a pas donné.


Brunch dominical [PV Jason] Fabspqu
Jason Duchatelet
Nationalité :
Origine : Raclusien Adoption : Ambrosien
Messages :
108
Date d'inscription :
27/01/2020
Jason Duchatelet
Copropriétaire de l'Impériale
le Sam 4 Avr 2020 - 18:28
Jason n’aimait trop qu’on vienne lui parler de mariage. Ceci ne fut pas dans ses priorités et ne le sera sans doute jamais. Enfin, il comprenait les intentions de Leonie. C’étaient les mêmes que tous ceux venant lui battre les oreilles pour une bonne union. Il fallait qu’un Duchatelet est un héritier. Déjà que ce fut dans la limite de l’acceptable, dans la conscience collective, que le précédent patriarche eut mit à la tête de l’entreprise un enfant des rues, si ce dernier ne faisait perpétuer le nom on crierait au scandale très prochainement. Cependant, Jason n’avait jamais eu la vision économique que ses paires furent dotés. Il ne voyait jamais les intérêts financiers, toujours l’humain. Idéaliste, c’était le bien être d’autrui qui comptait, et non le sien. Alors, l’idée d’une union arrangée le mettait mal à l’aise et passé aussi furtivement qu’un oiseau au-dessus d’Ambrosia. Ceci dit, il ne prit pas mal la remarque de sa très chère amie, même la prit par amusement.

"Rassures moi... Tu ne cherches pas à me caser avec qui que ce soit. Ou bien penses-tu avoir trouver perle rare et que tu aurais à cœur de me présenter ?"

Jason Duchatelet savait très bien que Leonie De Marzac pouvait être une excellente entremetteuse. Déjà, elle avait réussi à unir ceux de sa famille. Peut-être que prise au jeu, elle chercherait également à marié son ami. Mais ceci serait purement impossible, car sinon, quel intérêt aurait-elle dans cette entreprise ? Elle respectait au moins un minimum la vie privée du jeune homme, comme ce dernier ne le fit en ne la pressant pas avec les mêmes questions.
Cependant l’atmosphère devenait quelque peu lourde. Le sujet devenant quelque peu plus politique, voilà qu’on abordait un point qui pouvait déclencher les pires guerres. D’ailleurs, De Marzac ne se priva pas d’épicer sa réponse avec un ton agacé. Jason ne la suspectait pas d’être partisane de l’ancienne famille. D’ailleurs, ses propos dénonçaient parfaitement les pensées de la jeune femme. Un mariage avantageux avant tout, une alliance avec une famille qui savait rester prestigieuse. Jason pouvait le comprendre aussi, mais cela ne calmait pas ses incertitudes, alors son visage demeura sombre et sa voix ferme.

"Je ne dis pas le contraire. Leur apport aux origines de l’empire son indéniables. Il n’y a qu’à voir les livres d’Histoire qui nous le rappelle comme ceux de Lady Strokes. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y pas de risques. Ceci ne regarde que moi, et je n’ai pas peur de t’en fais la confidence. Mais je me méfie beaucoup de cette famille. Les Deux-Cimes ont beaucoup perdu et des suspicions demeurent quant à leurs intentions."

Bien entendu, tout n’était que conjecture et bruits de couloirs. Jason était d’ailleurs, un des plus fervent serviteur de la famille De Choiseul. C’était avec elle que sa famille adoptive, avait œuvré pour faire d’Ambrosia, l’empire connue. Ceci pouvait sans doute l’aveugler quelque peu dans son jugement, le faisant passer pour un fanatique, comme des serviteurs d’Ameth qui rependaient leur sainte inquisition. Et dans sa vision des choses, comme celle de son père, les Deux-Cîmes représentaient les principaux adversaires, du moins les plus silencieux et sans doute les plus dangereux. Mais ne voulant prendre trop le risque de froissée Leonie, en remettant en doute son choix, il tenta d’obtempérer ses propos.

"J’admets toutefois que la réussite d’une telle alliance est chose formidable, tu peux en être fière." Il se tue là, se forçant à se taire sur un potentiel « mais ». Car au fond de lui, il redoutait le danger possible qui se cachait. Il en parlera sans doute, mais plus tard.
Leonie de Marzac
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
58
Date d'inscription :
13/01/2020
Leonie de Marzac
Propriétaire de la Gobelin Bank
le Lun 27 Avr 2020 - 19:14
« Et bien… » Ainsi débuta Leonie… « Tu sais que ton mariage serait aussi quelque chose de bien, voir de bon, pour la capitale et notre Empire. Il y a toute une question financière, les entreprises clés de l’Empire ont besoin de suivre des schémas prospères, mariage et descendance en font partie. Que je te trouve de bon parti, c’est faisable, le nombre de nom potentiel … est aisé. Des ambrosiennes pures souches, d’excellent partie, mais ce n’est pas à moi de m’en mêler, sauf si tu me le demandes. »

Leonie pensait au bien-être de l’Empire, voilà tout. Ce n’était pas si compliqué que cela une société prospère devait être impeccable sous toutes ces formes et son dirigeant inspiré la confiance des investisseurs ! Entre autre. Enfin, elle ne voulait pas avoir l’air de le pousser au mariage, mais c’était un élément important d’une vie de chef d’entreprise, elle l’estimait ainsi. Dans tous les cas, ce n’était pas à elle de faire cela, elle ne faisait que donner des conseils et un peu son avis, il ‘nallait pas se fâcher pour si peu…si ?

Leonie ne se priva pas, quand l’instant fut venu, de répliquer avec agacement. Le fait était qu’elle ne prenait pas foi dans les rumeurs, elle les détestait parce qu’elle en avait été victime. Le souvenir de ses parents avait été pervertis par des suspicions d’impiété et de ce fait, elle ne croyait que ce qu’elle voyait. Elle finit donc par faire un sourire à Jason,

« Il y avait aussi des suspicions sur mes parents, donc quand tu auras des preuves dans les rumeurs qui peuvent nous éclairer, j’écouterais avec raison ton discours, mais en attendant, ils restent une famille des plus riches des quatre nations. Non sans compter, si tu étais un peu plus éclairé comme politicien, ils ne sont qu’un petit morceau de verre qu’on a oublié de ramasser dans le vase qui a éclaté, tu sais, celui que tu finis par retirer. Ils ne peuvent en aucun cas revenir par la force sans paraître des envahisseurs eskrois ce qui serait déraisonnable, et obligatoirement fait par avec une armée privée. Eskr n’a pas les moyens de se dresser face à Ambrosia, sans compter que s’il existe quelques vieux conservateurs, je doute qu’ils soient assez nombreux pour quoi que ce soit. »

Elle dit cela avec son air enjoué coutumier, elle haïssait les rumeurs, tout simplement. Buvant un peu de son breuvage chaud, la jolie blonde finit par le remercier mais…

« Mais ? Je te connais et je le sens, donc vas-y…je ne serais pas fâchée, j’aime discuter, donc je préfère que nous le fassions maintenant. Je conçois tes réticences, mais elles sont infondées, j’en suis certaine ! »

Bon, elle n’avait pas la science infuse, et elle pouvait clairement se tromper !



Brunch dominical [PV Jason] Fabspqu
Jason Duchatelet
Nationalité :
Origine : Raclusien Adoption : Ambrosien
Messages :
108
Date d'inscription :
27/01/2020
Jason Duchatelet
Copropriétaire de l'Impériale
le Ven 1 Mai 2020 - 8:32
Jason était très souvent agacé quand on venait lui parler mariage. Ce n’était toujours pas sa priorité. Après avoir relancer la machine, fait rénover les transports en plus d’aider à leur développement, voilà qu’on le bassiner encore avec cette histoire d’union. Il se mariera en temps et en heure et selon ses recommandations. A croire que même s’il menait l’Impériale au bord de la faite, le mariage serait plus important que cela. Duchatelet souffla intérieurement. Lui qui espérait se couper un peu de ce monde si pesant, voilà qu’il le rattrapait. En même temps, il connaissait un peu Leonie, et se doutait qu’elle avait l’envie de lui proposer quelques bonnes parties.

Elle devait connaitre de nombreuses jeunes filles au nom avantageux et de belles fortunes qu’elle jugerait digne d’épouser son compère. Mais ce qui fait tiquer le jeune homme, ce fut le terme d’ambrosienne pure souche. Ceux de l’empire appréciait ceux de leur sang, comme c’était le cas pour chacun des royaumes. Mais cela rappelait à Jason ses propres origines, que par un jeu du hasard, un enfant venu de l’autre côté de la mer, eut réussi à grimper si haut dans l’échelle sociale et au nez et à la barbe de tout le monde.

"Amborsienne, Raclusienne, Eskroise... Quelle importance. J'imagine que si elle apportait une bonne dote et un très bon capitale, tout le monde dirait oui."

Jason étant avant tout un romantique, il se fichait pas mal des origines de sa possible épouse. Il cherchait avant tout des qualités, des actes commit par la future épouse qui toucherait le cœur du jeune célibataire. Titre et sang furent un cadeau des parents, mais ils ne garantissaient en rien la pureté du cœur dont prêtait attention l’homme d’affaire.

En tout cas ce dernier sentait bien que ce sujet de conversation, du moins ces deux sujets, agaçaient aussi bien l’un et l’autre. Sujets sensibles. De Marzac, qui dut apprendre très jeune à être la matriarche d’une famille et devenir responsable, ne devait trop apprécier qu’on remette en doute ses décisions, un sacré caractère. Et elle prit pour défense les soupçons porté contre ses parents sans preuves. Là, Jason voulait bien comprendre. Les rumeurs, il en avait plein sur le dos. Beaucoup questionnait sur ses origines justement, cherchant à comprendre pourquoi avait-on choisit un orphelin « ambrosien » pour en faire un prince. Digne d’un conte de fée, pourtant on collait quelques suspicions sur ce prince.
Duchatelet pourrait retorquer également que l’ancienne famille pouvait regagner et faire du tord à la famille actuelle de bien des manières sans passer par les armes. Quelques fourberies pouvaient suffire à faire choir des empereurs. Mais au lieu de cela, il sourit également à sa compagne de brunch et fit semblant de chasser l’air devant lui.

"Non… N’en parlons plus, ce sont des sujets qui fâches, alors concentrons-nous sur autre chose de plus positif."

Si Jason était un farouche défenseur de la famille De Choiseul, il ne voulait pas prendre le risque de gâcher ce séjour où chacun partirait fâcher. Il priait intérieurement cependant, pour que sa jeune amie ne fasse pas d’erreur. Car si ce que suspectait Jason se révélait vraie, l’opprobre retomberait sur sa famille, ce qu’il ne souhaitait nullement.

"Mariage mit de côté, aurais-tu quelques grands projets en vue ?"
Leonie de Marzac
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
58
Date d'inscription :
13/01/2020
Leonie de Marzac
Propriétaire de la Gobelin Bank
le Ven 22 Mai 2020 - 21:33
Leonie le sentait un peu fâchée, elle se contenta de hausser les épaules, son avis était là, ses pensées, elle ne faisait que discuter, bien entendu, c’était des conseils de banquières, tout simplement !Elle ne voulait pas le faire bouder, ou faire dériver son repas vers quelque chose de négatif, ainsi donc, elle n’insista pas, mais ce fut au tours de son comparse de la faire s’agacer. Il n’y avait point de réellement argument à ses propos, c’était fâcheux, parce que…du coup, il n’y avait rien de bien réel dans ses propos. Elle attendait de réels arguments, mais il n’en fit rien, comprenant que c’était un terrain glissant qui pourrait les fâcher, il prit parti de ne plus en parler, d’un petit « très bien », Leonie concéda à ne plus en parler. Les rumeurs…

Si elle se trompait, bien entendu qu’elle le reconnaîtrait, mais ce n’était pas le cas !

« Prendre des vacances imaginaires ! » Elle redevint guillerette facilement ! Elle le déclara sur ses propos en faisant une jolie moue qui agitait délicieusement sa bouche. « Je rêve de faire une croisière, un petit mois, filer autours de l’Empire, quelques îles bordant notre pays et Ameth, mais hélas, impossible ! Du coup, à la place, j’ai décidé de m’ensevelir sous le travail et continuer ! Mais c’est la seule chose que je sais faire ! »

Prenant soin de manger un peu, la délicate jeune femme n’avait aucun gros projet, enfin, le seul était celui du mariage de sa sœur, donc, ce n’était pas réellement possible d’en parler ! Une brise vint soulever quelques boucles de sa chevelure et elle entendit le chat de la demeure réclamer sous la table dans un miaulement plaintif, soulevant la nappe elle observa Monsieur Satch à ses pieds. Un petit air sévère gagna ses traits et retroussa le bout de son nez, elle prit un peu de jambon, qu’elle émietta dans une sous tasse.

« Et toi, tes projets ? »

Elle glissa sous la table, la petite sous tasse et gratouilla la tête du chat qui se jetta sur le repas.


Brunch dominical [PV Jason] Fabspqu
Jason Duchatelet
Nationalité :
Origine : Raclusien Adoption : Ambrosien
Messages :
108
Date d'inscription :
27/01/2020
Jason Duchatelet
Copropriétaire de l'Impériale
le Mar 26 Mai 2020 - 9:09
Parler de mariage n’était pas facile pour Jason, le jeune homme n’avait pas pour projet une telle alliance. Et puis, sans doute que l’expérience de son père avec sa femme l’eut quelque peu dégouté. Ce n’était pas un mariage d’amour. L’un et l’autre apportaient beaucoup à l’entreprise, mais leurs intérêts différences tellement, que sa « mère » s’était montrée d’une sournoiserie et d’une haine effroyable. Tristan avait pourtant encouragé au début une bonne entente avec sa moitié, et Jason doux et proche envers elle et son « frère ». Mais cela s’était mal fini. Duchatelet voyait les dommages que produisait un mariage de convenance et ne devait avoir à cœur, de prendre le risque de reprovoquer une telle ambiance.

Fort heureusement, aucun des dignitaires ne semblaient vouloir continuer sur un des sujets qui fâchent. Aucun des deux ne semblaient non plus plier face aux arguments de l’autre. Prévisible, mais Jason ne s’en fâcha pas, bien au contraire. Il était venu ici dans l’idée de prendre une pause, partir fâcher serait fort regrettable. Leonie en profita pour changer de sujet également, parlant de vacances, de son rêve de partir en croisière, mais l’objectif semblait ardu, expliqua t’elle, alors qu’une petite bête velue et gracieuse, venait s’invitée sur ses jambes pour dérobée quelques bouchées de sa jeune maîtresse. Ceci amusa bien le jeune Duchatelet.

"Je vis un peu la même chose que toi. Difficile de trouver un moment pour soi, alors on se laisse noyer sous le travail. Pour le moment, chaque projet est tourné vers l'Impériale. Que ce soit la recherche de l'innovation ou l'entretient.'

S’occuper d’une telle entreprise, exigeait une concentration extrême, et dévorait son temps sans modération. Jason se rendait bien compte que chaque jour qu’il vivait, était consacré à son affaire. Il aimerait bien aussi prendre un moment pour lui, des vacances également. Malgré cela, il était toujours à la recherche de l’invention ultime, qui améliorerait le quotidien des gens de l’empire. Il passait donc plus son temps à penser à autrui, et très peu pour lui-même, malgré les moqueries et remarques qu’on lui faisait. Jason restait ce philanthrope naïf, qui trouvait sa force dans le sacrifice pour autrui.
Cependant, il saisit l’occasion pour faire une proposition à sa compagne.

"Mais si tu veux, nous partirons un jour en croisière tous les deux.'

Ce serait facile, l’Impériale possédait une armada de bateau en tout genre. Jason pouvait en réquisitionner un pour des amis le temps d’une semaine ou deux. Ce ne serait pas la première fois. Enfin, ce fut sa complice qu’il l’eut fait, pour inviter de gros pontes de la finance et de l’invention lors d’un week-end sur l’eau. Histoire de les impressionner et donner envie d’investir. Jason pouvait donc réserver un petit navire de croisière et tous deux, partiraient pour quelques jours, visiter des îles et quelques villes balnéaires. L’idée l’amusait.
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum