-28%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur mobile et réversible Argo Milo Plus – 13000 BTU/H
394 549 €
Voir le deal

Leonie de Marzac
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
43
Date d'inscription :
13/01/2020
Leonie de Marzac
Propriétaire de la Gobelin Bank
le Jeu 11 Juin 2020 - 21:27
« Ah que ferait Ambrosia sans les dévoués serviteurs que nous sommes… »

Soupira-t-elle avec grâce. Il fallait reconnaître qu’ils étaient indispensables à l’Empire, ou à sa capitale en tous les cas et cela ne dérangeait aucunement Leonie qui assumait ce fait avec une aisance fort facile parce qu’elle en était assez fière, de faire partie du grand rouage Impériale. Voilà tout ! Elle sourit à son ami, le chat l’ayant interrompu fort peu de temps. la bête était impolie à les interrompre, mais ses ronronnements étaient si agréables, un peu de jambon n’était pas trop cher payé !

« Oh vraiment ? D’accord et je te prends aux mots. »

Dit-elle avec un enthousiasme volubile. Il était clair qu’elle y repenserait un jour, oh, quel jour, bonne question ! « Mais tu sais ce que cela va faire ? une belle rumeur. L’héritier de l’impériale et la directrice de la banque ambrosienne. »

Leonie dit cela avec un air outragé avant de pouffer et de secouer la tête, ah bien sur que cela ferait jaser, deux célibataires dont la trentaine était sonné, forcément ! Et les gens curieux et gourmands de petits mots murmurés se feraient odieux plaisir de colporter, surenchérir et dieu sait quoi encore. Peu importe en quelques sortes, elle n’avait rien à craindre, Leonie était droite dans ses bottes et n’avait rien à craindre, de toutes façons sa vie privée lui appartenait. Ça c’était une chose certaine !

« Et si à quarante ans tu n’es toujours pas marié, je te laisserais ma main tiens ! Voilà une idée, à défaut d’amour passionné, nous aurons une belle amitié, pouvant nous permettre de finir nos beaux jours ensembles, enfin, nos vieux jours plutôt. Non ? Oh, j’espère mon ami que d’ici là, tu auras dame à ton bras…je ferais une horrible épouse, toujours à ma banque, avec mes chiffres, mes chiffres et mes chiffres ! »

Se moquant ainsi d’elle-même, Leonie planta sa fourchette dans son repas, histoire de continuer à grignoter, un sourire mutin sur ses traits, elle n’avait dit cela sans aucun sérieux, bien entendu, mais ils étaient amis et pouvaient tout à fait se dire ce genre de chose !


Brunch dominical [PV Jason] - Page 2 Fabspqu
Jason Duchatelet
Nationalité :
Origine : Raclusien Adoption : Ambrosien
Messages :
98
Date d'inscription :
27/01/2020
Jason Duchatelet
Copropriétaire de l'Impériale
le Lun 15 Juin 2020 - 9:36
Que ferait Ambrosia ? Jason était convaincu que les choses seraient bien différentes sans eux. Pire ou mieux, impossible à dire. Mais vue les gens qui les entouraient, Duchatelet soupçonna qu’on soutiendrait plus les intérêts financiers que du peuple, et qu’au final, on trouverait une cité tombant en ruine avec des manifestations un peu partout. Tableau sans doute un rien exagérer, mais ayant vécu dans les rues et constater de ce que pensait le plus misérables et bas des citoyens, il ne fallait pas sous-estimer le ressentie du bas peuple.
Leonie prit donc au mot son compère, sans toutefois, exprimer quelques inquiétudes à ce sujet. Jason n’avait pas dit cela sur le ton de la plaisanterie, du moins pas complétement. Si une petite croisière pouvait faire plaisir, autant en profiter. Le jeune homme sourit à son amie, toujours amusé par la vivacité de son esprit et de son caractère qui lui donnait tout son charme. Pour ces rumeurs, il risquait d’en avoir. Même si on connaissait à présent la position de l’héritier Duchatelet sur la question, le voir en bonne compagnie suffirait d’alimenter les plus folles histoires. Et si Jason pouvait se battre contre vents et marais dans ses projets de l’Impériale, face aux médisances des gens, il en était moins bien capable.

"Les gens parlent pour un tout et un rien. Une rumeur naitrait seulement par ce qu’on aurait respiré trop fort ou pas. Mais si tu veux, nous pourrons inviter un chaperon ou quelques amis." Si cela pouvait rassurer.

Leonie de Marzac était une femme bien attachée aux traditions et à l’image. Jason l’avait remarqué, du moins la voyait-il ainsi, et respectait cela. Il ne critiquait pas ce système même si ce dernier le dépassait quelques fois. Une femme de la haute avait besoin de protection, de sécurité avec un époux et assurer une descendance. L’homme et la femme avaient tous deux des responsabilités vis-à-vis de leur peuple, il était normal qu’on y éprouve de l’inquiétude. Jason donc comprenait, mais voudrait qu’en retour, on puisse aussi accepter sa position. Il ne disait pas non au mariage, mais le voulait sous un aspect plus romantique.

Leonie fit donc à son tour une proposition qui ne manqua pas de faire lâcher un beau rire à Duchatelet. Plaisanterie ? A son tour Jason décida de la prendre au mot, chacun ayant donc fait une promesse à l’autre.

"Marché conclut dans ce cas. J’espère aussi que tu trouveras un bon parti. Je te verrais bien avec un prince ou un duc. Une personne qui serait un beau joyau pour toi. Rassure-toi, je serais mauvais époux aussi. Même si je ne dis pas non à l’amour, je me trouve très gauche pour une relation et tout comme toi, mon métier dévore tellement mon temps que j’aurais peur de dénigrer la personne qui partagerait ma vie."

Les médias de l’époque, à savoir surtout les histoires couchées dans les romans, relataient souvent l’histoire de femmes riches, qui furent malheureuse dans leur ménage. Un mari absent, qui l’oubliait, dénigrait, parfois se montrait violent. La pauvre jeune femme trouva néanmoins réconfort dans les bras d’un amant, ce qui provoqua une grande honte. Jason n’aimerait être couvert d’une pareille humiliation, et encore moins, provoquer la détresse d’une femme.
L’air un peu songeur, il joua avec ses doigts, cogitent sur ces idées bien sombres dans sa tête. Le sujet devait être normalement clos, mais ils y revenaient encore, troublant quelque peu notre ami homme d’affaire.

"Je te remercie en tout cas. Tu sais, la seule chose que je demande pour une union, ce n’est pas la condition de la future mariée. C’est avant tout du romantisme, de l’amour vrai qui donnerait naissance au mariage et que comme les machines que nous possédons, devra être entretenue. Une bonne entente, une complicité entre les époux, du respect et un soutien sans faille ainsi que la fidélité. Quelle soit riche ou pauvre, amborsienne ou eskroise, ces détails m’importent peu."

Sentant le rouge lui montait, Jason ria un bon coup en voyant la tête de sa chère amie, se sentant d’un seul coup comme ridicule.

"Haha ! Voilà que je te parle un peu de la femme parfaite. Avec tous ces mariages que tu organises, et mes confidences… Tu devrais créer une entreprise visant à trouver le partenaire idéal comme… Une agence matrimoniale ou quelque chose dans le style." plaisanta donc Duchatelet.

Leonie de Marzac
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
43
Date d'inscription :
13/01/2020
Leonie de Marzac
Propriétaire de la Gobelin Bank
le Sam 4 Juil 2020 - 19:54
« Nous verrons à ce moment là ! »

Leonie ne pouvait promettre ces vacances à Jason, trouver un espace dans son agenda chargé était une chose si compliquée et il n’était pas question que la patronne se remercie avec quelques jours bien mérité. Hélas, elle ne saurait pas lâcher ses affaires, si seulement son frère ou sa sœur s’y intéressait un tout petit peu. Quoi que, son cadet paraissait vouloir, il avait demandé d’apprendre et travaillé d’abord au guichet pour comprendre les bases, Leonie l’avait fait aussi, c’était une bonne manière de débuter et puisque quelques cousins finiraient par arriver dans quelques mois…allons bon, elle se connaissait. Elle n’oserait jamais lâcher la maisonnée banquière, même pour quelques jours…folie. Impossibilité !

Leonie fit rire son comparse, elle avait parfois la folie des idioties, c’était charmant, et c’était une chose qu’elle ne faisait pas avec n’importe qui, en même temps, elle n’aimait pas se livrer à n’importe qui. C’était un fait. Elle connaissait bien la capitale et ses sournoiseries pour ne pas avoir à se sentir idiote de penser ainsi ! Elle pouffa de rire avec délice, parce qu’il concluait le marché. Leurs pitreries avaient un gout délicieux de légèreté, ce qui n’était pas désagréable ! Elle leva les yeux au ciel avec un grand sourire, il n’était pas question de trouver un époux pour elle, elle préférait se concentrer sur son travail et puis elle assurait ses vieux jours avec cet accord.

« On se tiendra compagnie au moins dans nos vieilles années ! »

Non, ce n’était pas triste de dire cela, au contraire, c’était simplement « normale » au final. Elle eut un soupir tendre envers son ami.

« Que tu es romantique mon ami, où vas-tu donc pécher de telles idées. Tu détruiras ta vie sociale si tu épouses une roturière, et rien ne dit que tu n’épouseras pas une profiteuse sous ce genre de chose. Je ne veux pas te chagriner, mais je ne crois en rien à ce romantisme libertaire. En plus, vouloir cela…c’est comme frapper un grand coup de pied dans la capitale et sa hiérarchie. Notre pauvre Impératrice même a du épouser quelqu’un qui lui fut choisi avant même sa naissance, et toi… tu espères des choses étranges. »

Elle haussa les épaules, issue d’une lignée franchement rigide sur les mariages, elle se contenta toutefois de sourire. Son père ne le forcerait probablement en rien, il était « chanceux » mais pour Leonie ce n’était qu’un laxisme inutile qui causerait la perte de grandes choses, elle n’en rajouta pas de couche.

« Je n’organise pas des mariages, je m’occupe de ma famille. Ce rôle que mes parents n’ont pu tenir, ce n’est pas la même chose Jason. Je suis une Matriarche, je tiens juste mon rôle. »

Il l’avait indirectement chagriné, mais ce n’était pas grave. Elle ne voulait pas qu’il se sente fautif, bien entendu qu’elle aurait adoré ne pas faire tout cela, mais elle n’avait pas le choix dans l’histoire. Si sa famille perdurait, c’était parce qu’elle avait endossé son rôle comme il se devait…


Brunch dominical [PV Jason] - Page 2 Fabspqu
Jason Duchatelet
Nationalité :
Origine : Raclusien Adoption : Ambrosien
Messages :
98
Date d'inscription :
27/01/2020
Jason Duchatelet
Copropriétaire de l'Impériale
le Mer 8 Juil 2020 - 9:05
Ces quelques rires firent oublier le moment de tension de tout à l’heure. Jason pouvait oublier parfois que sa condition le poussait vers certaines obligations. S’il en a accepter la plupart, le jeune homme garda quelques miettes de sa vie d’avant, à savoir vivre sans autant de contrainte, survivre par-lui-même et sentir cette liberté comme celle de la rue. En gros il disait « oui » à la nouvelle vie qu’on lui offrait, mais avec des conditions. Sinon, il avait le sentiment qu’il devrait sacrifier, voir tuer qui, il était vraiment pour se remplacer par une version dont il n’apprécierait pas. Déjà que ses amis aimaient plaisanter et se moquer du « nouveau Jason », que dirait-il si leur ancien compagnon s’était complétement soumit à ce nouveau monde ?

"Je ne sais pas si je suis romantique ou non. Mais je te le concède. Une femme des niveaux inférieurs pourrait se montrer aussi envieuse et profiteuse qu’une noble. C’est pour cela que je voudrais primer le moment de prendre connaissance de l’autre, m’assurer des intentions réelles de l’autre avant de prendre ma décision. Le statut social est un critère secondaire."

On croyait facilement que Jason désirait plutôt épouser une femme de basse condition plutôt qu’une fille de bonne famille. Or pas du tout. Jason privilégiez l’âme d’une personne que sa dote. Donc, il pouvait aussi bien tomber sous le charme d’une vendeuse de fruit, qu’une fille de diplomate. Mais l’idée avait du mal à se faire comprendre auprès de ses compatriotes. Jason lâcha un rire.

"D’ailleurs, j’ai lu un livre justement, ne me souvient plus du titre, qu’on m’avait recommander. Amusante l’histoire. Celle d’un haut dignitaire, qui la nuit, part déguiser pour rejoindre les bas-quartier de la cité où il tombe amoureux d’une serveuse dans une taverne."

L’histoire lui avait beaucoup plus, car elle lui rappelait un peu sa vie. Jason, bien que devenue un homme de la Haute, se déguisait aussi en simple citoyen pour retourner dans les rues sombres des bas-niveaux. Pas pour trouver l’amour ou tenter quelques arnaques comme le héros cependant. Mais l’histoire lui faisait bien rire malgré tout. Cependant, ce qui fit fuir la gaieté du jeune homme, fut la remarque quelque peu froide dirons-nous de sa compagne.
Duchatelet ne voulu nullement se montrer offensant. Il taquinait, plaisantait comme le ferait de bons amis, mais une fois de plus, il dû faire face à une nouvelle erreur de sa part. Oh comme il pouvait se maudire d’agir de la sorte. Le jeune homme ne fit grand cas quand on parlait de ses origines, de son passé, mais tout le monde n’avait pas le même passif et le même ressentit.

"Au tant pour moi si je t’ai fait de la peine..."

Lui qui espérait passer un bon petit séjour loin des tracas de la vie courante, le voilà à son tour mal à l’aise, car sa maladresse l’avait visiblement encore mis les pieds dans le plat. Oui, la pauvre jeune femme avait perdu ses parents. Duchatelet n’y songeait pas bien entendu. Léonie s’est vue investit d’un rôle bien tôt qui devait la peser.

Leonie de Marzac
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
43
Date d'inscription :
13/01/2020
Leonie de Marzac
Propriétaire de la Gobelin Bank
le Jeu 30 Juil 2020 - 12:11
Leonie se contenta d’un sourire, elle n’avait pas de morale à faire à Joshua, à dire vrai, elle n’avait aucune envie de terf=giverser sur le sujet, elle était vieille Ambrosia, les mariages arrangés étaient une normalité, l’amour n’était rien qu’une étrange fantaisie ! Ce n’était pas qu’elle était défaitiste, mais elle était bien trop adulte pour penser autrement, Leonie en tous cas, en était certaine, elle n’était pas fantasque et terriblement réaliste, une simple réalité. Leonie perdit par ailleurs sa légèreté pour rappeler les choses, elle n’était pas une marieuse, et il ne fallait pas l’oublier.

« Ce n’est pas grave Jason, nous avons tous nos devoirs et nos obligations. »

Elle lui offrit un sourire, la réduire à un rôle de marieuse ne lui plaisait pas, elle était plutôt comme la vieille tantine vieille qui veillait à mettre les bonnes gens ensembles. Elle fit en sorte de faire un geste symbolique de la main pour « chasser » tout cela et se contenta donc de revenir à l’élément central : passer du bon temps avec son comparse.

« Excuse moi, mais si j’avais pu, j’aurais été une jeune noble tout à fait normale et qui sait, mes parents auraient peut-être même souhaité que tu sois un bon partis pour moi. Cela aurait été une jolie vie, je ne dis pas que j’aime forcément tout ce dont je dois m’occuper, mais je le fais, c’est mon devoir avant tout. Enfin, ne t’en fait pas ! Je ne suis pas fâchée ! »

Bien au contraire, la jeune femme ne pouvait pas l’être pour si peu, elle avait un certain caractère mais pas non plus une humeur tenace, elle préférait positiver et voir la vie du bon coté, ainsi donc, son sourire épanouis, elle reprit un peu à manger, chose qu’elle avait oublié et haussa donc les épaules.

« Profitons de notre brunch et oublions nos responsabilités maintenant. »

Elle lui fit un clin d’œil…


Brunch dominical [PV Jason] - Page 2 Fabspqu
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum