-35%
Le deal à ne pas rater :
Huawei P30 Smartphone à 419€ seulement
419 649 €
Voir le deal

Constance Jane Enverse
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
91
Date d'inscription :
27/03/2018
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
le Lun 9 Mar 2020 - 15:35
Tu étais fatiguée, le mot était faible. Fatiguée, épuisée, érintée mais tu étais enfin libérée de l’engagement qui t’avait forcé à être la protectrice de Raimond Beauregard. Le prince t’avait appris au moins une chose, il fallait que tu paraisses moins brute de décoffrage pour ne pas avoir à supporter les réflexions des sangs bleus, et surtout, que tu saches mieux dissimuler ton fond de pensée, pour t’adapter et éviter les réflexions hautaines et sans attraits des gens de sa sorte. Bien entendu, tu ne risquais pas de le recroiser, tu l’imaginais mal venir te saluer, encore moins, prendre de tes nouvelles, ce n’était pas un seul instant son genre : il était au dessus des mortels plus simple, lui le grand héritier.

Tu ne le détestais pas, bien entendu, tu ne le méprisais même pas en vérité, tu le considérais comme il était, un prince. Voilà tout. Et dire que ton sang était aussi bleu que le sien, enfin, non, techniquement, ton sang était ceux des usurpateurs, alors, le bleu de ce sang n’existait probablement pas pour lui, mais l’idée était là….l’idée était là. Toutefois, ce n’était pas à cause de cela que tu étais fatiguée, tu avais été présente ce jour lors de l’allocution de l’impératrice, présente dans les rangs pour jouer ton rôle de garde impériale, du pur cérémonial en soit. Tu avais entendu son annonce de choix, tu avais…oh tu avais ensuite entendu le reste et tu étais restée sans broncher. En entendant que Ton Père allait épouser une femme à peine plus âgée que toi…tu aurais espéré qu’il t’en parle, et bêtement, au final, alors que tu gardais tout pour toi-même, impassible, tu avais ressentis ce petit truc, qui te faisait sentir que tu étais exclue de sa vie, totalement. Tu ne lui en voulais pas, tu n’étais pas en colère, mais ce petit rien faisait un peu mal. Une douleur que tu n’arrivais pas à chasser, alors, ce soir, après avoir pris une douche, volontairement traînée dans les quartiers des gardes, tu t’étais retrouvée seule devant la cheminée, une grande chope de bière dans la main, ta tenue de détente sur le dos, une simple chemise et un pantalon sur le dos, devant l’âtre parce qu’il faisait toujours frais dans les sous-sol…même en été.

Boire quand on est fatigué, entraîne une certaine sensation d’ivresse, à moins que ce ne soit que la loudeur du temps sur tes épaules, tu n’étais pas ivre, loin de là,juste tu tais exténuée et de ce fait, tu n’en pouvais plus. Avachie sur ton siège, tu portais la chope à tes lèvres et tu t’enfonças un rien de plus, en poussant un large soupir d’aise, il était tard, demain était ton jour de congé, tu aurais tout loisir de dormir plus tardivement qu’il ne le faudrait !


Chapitre 09: Une fin de journée difficile  WBJgyXq
Etienne-Louis d'Aramitz
Messages :
13
Date d'inscription :
17/02/2020
Etienne-Louis d'Aramitz
le Jeu 19 Mar 2020 - 21:01
Pour une fois j’avais l’impression de disposer un peu de temps pour moi alors j’avais décidé d’aller boire une bière avec les gens de la garde impériale. J’avais mes entrées de manière régulières auprès d’eux. Mais c’était sans importance. Entrant dans la salle je regardais un peu qui était dans le coin. Beaucoup de têtes connues mais surtout une tête. Une qui avait une bonne descente, une bonne tenue et que je n’avais pas vu depuis un certain temps. Une mission particulière, si l’on pouvait dire. enfin, je n’avais pas tous les détails mais j’en avais suffisamment. Je regardais la jeune femme et je lui fis un sourire avant de prendre une chaise, la retourner et m’asseoir à l’envers dessus et je prenais moi-même une chope d’une bière brune et sans doute un peu acre, mais bon, les comptables étaient frileux en ce moment alors cette pisse d’âne faisandée devrait faire l’affaire.

« Eh ben, quand je l’ai faite commandée je ne penserais pas que tu serais déprimée au point de devoir boire une pisse pareille… »

J’en portais une gorgée dans le gosier et je faisais la grimace. Ce n’était franchement pas top, mais bon, il faudrait vider les tonneaux avant d’avoir une nouvelle cuvée meilleure que la précédente. Enfin, ce n’était pas ce que j’appellerai une bonne boisson pour autant. Bon, ça se buvait si on n’avait rien d’autre quoi… même si je me demandais parfois si boire de l’eau ne serait pas mieux…

« Foutredieu ce qu’elle est dégueulasse. enfin, ce n’est pas comme si on avait le choix. C’est ça ou c’est de l’eau… »

Je souris à Constance avant de reprendre une gorgée et laisser le liquide m’écorcher vif la gorge au passage… enfin, ce n’était pas grave, c’était déjà ça...

« Ou alors, Enverse, tu es tellement jouasse que tu as besoin de te déprimer un peu avec une telle horreur. Et dire que c’est moi qui l’aie commandée… j’en aurai presque honte… du coup, forcément, je me force à souffrir avec vous. Promis, la prochaine fois, ce sera meilleur… »

Je haussais les épaules avant de finalement conclure.

« Alors, comment tu vas ? je veux dire, ça s’est bien passé au moins ? »


Chapitre 09: Une fin de journée difficile  0
Constance Jane Enverse
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
91
Date d'inscription :
27/03/2018
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
le Jeu 9 Avr 2020 - 22:16
Tu observas la silhouette d’Etienne-Louis, ce n’était pas un garde mais tu avais appris à le connaître et tu le considérais comme un garde. Il fallait dire qu’il se mêler facilement aux hommes et aux femmes soldats qui se chargeaient de veiller à la sécurité du palais. C’était un peu, un des vôtres, totalement et cela t’était agréable de le voir. D’ailleurs, tu portas la bière à tes lèvres, quand il évoqua le fait que ce soit une boisson horrible. Tu avalas en faisant une grimace, elle n’était pas bonne, mais cela contenait de l’alcool et cela te suffisait, amplement !

« Y a l’alcool qu’il faut ! »

Tu bus une autre rasade en souriant, mais tu fis une grimace en l’avalant. Ce n’était pas si horrible, mais ce n’était pas le meilleur breuvage qui soit. En vérité tu étais plutôt contente de la boire, ici, le cul dans ce fauteuil, tranquille. Enfin. Tu eus un petit ricanement, et tu bus aussi, le laissant plus parler que tu ne parlais. Mais il te faisait sourire, c’était un effet positif, de toutes façons après cette période de merde, toutes personnes un peu agréable t’aurait provoqué cette réaction.

« Tu vois cette bière ? Elle est à l’image de comment ça c’est passé. J’ai été mise au service de Raimond Beauregard, prince des Deux-Cîmes parce que je me suis un peu laissé emporter…et je suis pleinement heureuse d’en avoir finit avec ma corvée. Et même si ce breuvage me rappelle ma petite période de mission obligatoire, foutre Dieu, ça fait du bien, de boire une bière, chez soi ! »

Tu étais sincère en disant cela et tu ingurgitas encore du breuvage, faisant passer le tout d’un « aaaah » de satisfaction et tu souris de plus belle.

« Alors j’ai loupé quoi ? »


Chapitre 09: Une fin de journée difficile  WBJgyXq
Etienne-Louis d'Aramitz
Messages :
13
Date d'inscription :
17/02/2020
Etienne-Louis d'Aramitz
le Sam 11 Avr 2020 - 14:02
Mouais, l’alcool qui fallait, l’alcool qui fallait, personnellement je reconnaissais bien qu’on leur avait fourni de la merde et qu’ils pouvaient râler. Mais bon, elle était, semblait-il, bien assez déprimée pour ne même pas y penser. Enfin bon… je restais sans rien dire et je regardais la jeune femme avec une certaine dose de… soutien ? Oui, je ne voyais pas d’autre mot… si elle en était au point où elle se disait que c’était quand même de l’alcool…

« Ah ouais… à ce point… »

Ouais, voilà… c’était que ça s’était passé encore plus mal que prévu… enfin bon, d’un autre côté…. Cette couillonnerie de service commandé pour Beauregard… ça avait été une connerie du début à la fin, de ce que j’avais compris… je regardais la garde et je haussais les épaules alors qu’elle me racontait un peu le truc… en tout cas, elle trouvait pire que la bière ou eu s’en fallait cette histoire… en même temps, je ne pouvais pas non plus estimer que cette punition n’était pas méritée. Enfin bref.

« Ce qui ferait du bien surtout c’est une bonne bière chez si, au lieu d’une bière chez soi, non ? »

En tout cas elle semblait satisfaite d’être rentrée et il ne manqua qu’un rot à la fin de sa gorgée de bière. Si elle l’aimait tant que ça, je la lui laisserais volontiers. Enfin, c’était sans importance. Mais bon, quoi dire sur ce qu’elle avait loupé… oh, elle en avait beaucoup loupé, c’était le moins que l’on puisse dire.

« D’Armard a été renvoyé sur l’ile pour y enseigner et c’est Levassier qui a pris sa place, mais bon, tu le sauras officiellement bientôt, il voudra sans doute que tu débriefes… Ria est enceinte et a été priée de prendre congé pendant le reste de sa grossesse… ah et il y a la cargaison de bleus qui arrivent demain et on parle de te recommander pour te charger de l’accueil, la visite, etc. tous n’ont pas encore digéré ton coup de sang et le fait que tu aies joué les laquais deux-cimes, même si ça a été une punition… je crois que le fouet leur aurait semblé plus juste… mais bon, ça va passer. toujours les mêmes qui râlent… ils aboient mais ils ne mordent pas… »


Chapitre 09: Une fin de journée difficile  0
Constance Jane Enverse
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
91
Date d'inscription :
27/03/2018
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
le Sam 2 Mai 2020 - 9:40
Tu étais fatiguée, donc forcément, l’alcool de la bière te suffisait, peu importe si ça faisait un peu poivrote de tenir de tel propos. Tu eus un petit sourire en coin quand il te dit « à ce point ». Ouai, c’était franchement réconfortant d’être chez soi, à boire une bière immonde, en compagnie de sa famille, plutôt que d’être près de Beauregard. Clairement !Elle hocha la tête à ses propos, et but encore en souriant largement, même si ce n’était pas bon, le plaisir d’avoir le cul dans ce fauteuil était sans égal. Tu le regardas et tu soufflas.

« Sincèrement, j’aurais préféré le fouet. Beauregard est un con, et j’aurais du le laisser se faire tuer. »

Regrettais-tu ? Oh que oui, même si Beauregard pouvait se montrer intéressant, il n’en restait pas moins un horrible suffisant. Enfin, tu n’allais pas passer la nuit à te plaindre, ni la soirée. Tu fis un sourire à Etienne-Louis.

« J’irais prendre des nouvelles de Ria, je lui avais dis de prendre des précautions au lieu de batifoler avec Eustache. J’espère qu’elle était contente. Et son Eustache aussi…Je ferais la visite volontiers dans tous les cas… »

Tu ne dis rien au sujet des aboyeurs parce que tu n’avais rien à dire là-dessus. Ils pouvaient aboyer, quelle importance ? c’était du passé, en tous cas, pour toi et tu poussais un soupir, non sans laisser filer un rot. Un rien sonore.

« Désolé. Et sinon, tu fais quoi demain ? Je pensais aller au port ou en tous cas, profiter de mon jour de repos, ça te dit de m’accompagner si c’est le tiens aussi ? »

Tu lui fis un sourire, tu n’avais pas souvent l’occasion de sortir avec quelqu’un, enfin, si, mais pas comme ça et tu lui proposais plus ou moins un rendez-vous. Il n’était pas garde, pas vraiment, donc ça te plaisait plus d’éventuellemment…enfin, pas la peine de s’éterniser sur les détails.


Chapitre 09: Une fin de journée difficile  WBJgyXq
Etienne-Louis d'Aramitz
Messages :
13
Date d'inscription :
17/02/2020
Etienne-Louis d'Aramitz
le Mer 20 Mai 2020 - 22:21
« Beauregard est con mais il est riche et influent… dans les provinces et à Eskr surtout. Donc c’est un con arrivant riche et influent qui a tendance à s’attendre à obtenir ce qu’il veut… j’en conclue qu’il a eu ce qu’il voulait avant de te renvoyer ici ? Il a obtenu quoi ? Il a pu t’humilier à souhait , T’écraser de son énorme égo pour te faire sentir comme une merde ? C’est toujours ce qu’ils font… »

Je lui souris et je la regardais avec une certaine douceur avant de finalement reboire une gorgée. Dégueulasse mais l’ambiance allait avec donc ça détendait. Bien sûr. Je souris à Constance avant de finalement lui faire un peu le topo pour le reste des ragots, potins, et infos… et elle sembla assez de mon avis sur Ria. Elle aurait du prendre ses précautions. C’était évident. Maintenant, il fallait attendre de voir. A l’avis général elle garderait l’enfant même si ça la privait du service actif pendant un certain temps. Cela lui semblait préférable. Je n’étais pas sur que ce soit judicieux, ceci dit. Je me contentais de la regarder un peu alors qu’elle me proposait ni plus ni moins qu’une sortie. Je ne pus que lui lancer, taquin.

« Ah ouais,  tu t’es tellement amusée en sa compagnie en fait que tu as besoin de quelqu’un pour jouer les rabat joie en sortie ? Hé beh… »

Bien sur que j’acceptais et je lui demandais alors es données simples pour que l’on puisse passer une bonne journée.

« On se retrouve à quelle heure demain ? Et où ? A la sortie du palais ou en ville ? »

Je ricanais et je sortais, certain que cela n’arriverait pas.

« Si tu mets une robe, je t’offre le repas que tu veux dans l’auberge que tu veux ! Même la plus chère de la ville ! »

Sauf que Constance et les robes, c’était un peu mort, comme on pouvait dire. parce que je ne l’avais jamais vue qu’en pantalon. En fait je me disais qu’elle n’avait qu’une seule tenue en cinquante exemplaires. Soit des uniformes de la garde et rien d’autre. Pour ça que je la taquinais. En même temps, c’était normal, non ? Et puis je pouvais bien la taquiner… c’était de bonne guerre. Je savais qu’elle en ferait sans doute autant !


Chapitre 09: Une fin de journée difficile  0
Constance Jane Enverse
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
91
Date d'inscription :
27/03/2018
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
le Mar 26 Mai 2020 - 20:24
Tu fis une grimace, Beauregard avait beaucoup de mauvais côté que tu encastrerais volontiers dans un mur avec sa tête, et il avait aussi, quelques petites choses agréables, tu avais appris des nouvelles choses, mais ce n’était pas un homme que tu pouvais supporter à haute dose.

« Il a été juste con, si j’avais su, je ne l’aurais pas sauvé. »

Voilà une vérité. Tu regrettais par principe, mais tu n’aurais pas pu le laisser mourir, cela aurait entâcher la propreté de la cour et ce n’était pas du tout possible. La situation était un bon moyen de se détendre, tu te sentais enfin chez toi, ton matelas rudimentaire serait parfait pour compléter les choses et tes lombaires en seraient foutrement heureuse. Tu ne compris  pas trop sa blague sur la sortie et le fait de jouer les rabats joie mais n’osa pas le dire, sa taquinerie était bizarre mais elle te fit sourire en vérité, parce que c’était agréable.

« Vers sept heures, devant le palais ? On descendra ensemble la ville…enfin, sept heure c’est peut-être tôt, désolé, je me lève toujours à cinq heure…dix ? Devant le palais ? »

Il aimait peut-être dormir, donc forcément tu te rattrapas tout simplement pour ne pas le forcer à se lever aux aurores, c’était ton truc. Tes yeux dérivèrent sur un comparse de garde, un des mieux battis mais tu préféras ne pas trop t’attarder. Ria étant ta collègue de chambrée, tu pouvais dormir seule ce soir, pas la peine de trouver un comparse pour…cela te détendrait probablement.

« Okay…. »

Tu étais clairement plus enjouée dans ton monde et tu te relevas dans un mouvement, en déposant ta bière vide. Un sourire malin sur les lèvres, tu le regardas et lui déclara.

« Dans cinq minutes, viens dans ma piaule, t’inquiète, c’est pas ce que tu penses ! »

Tu t’esquivas tout simplement, sans lui laisser le choix. Filant dans ta piaule, tu te dépéchas pour faire ce que tu avais à faire, Ria avait viré ses frusques, elle ne t’avait pas laissé grand-chose, toutefois, tu avais un truc qui trainait depuis…ah, quand tu le trouvas, tu redoublas de vitesse et tu attendis qu’il débarqué, tu lui déclaras d’entrée et tu mis tes mains sur tes hanches.

« ça compte ? On appelle ça, une robe d’intérieur ! C’est très moche, mais je l’ai gardé, un cadeau den Ria un jour, quand elle a su que c’était mon anniversaire ! Quoi ? T’as pas dit quand je devais la mettre, la robe ! »

Non que tu veuilles un repas, mais bon, la robe d’intérieur était d’un orange vif, tu avais l’impression d’être une citrouille à fanfreluche, et elle était diablement serrés sur tes formes, mais c’était comme une chemise avec un serre taille, rien d’exceptionnel.


Chapitre 09: Une fin de journée difficile  WBJgyXq
Etienne-Louis d'Aramitz
Messages :
13
Date d'inscription :
17/02/2020
Etienne-Louis d'Aramitz
le Dim 7 Juin 2020 - 20:07
« Faux, même en le sachant tu l’aurais sauvé quand même, parce que tu cherches à bien faire ton travail. »

Oui, normal de la reprendre de volée, surtout quand elle avait tort. C’était ainsi, je ne laissais pas passer ce genre de détails. Si je pensais que j’avais raison et l’autre tort. Eh bien je le disais. Et là c’était le cas. Elle l’aurait su avant, cela n’aurait rien changé. Tout simplement. Mais ce n’était pas grave, c’était, un peu, ce qui faisait le charme de Constance, non ? Non côté, certes, un peu rigoriste, mais avec le cœur sur la main, d’une certaine manière. La vraie question, c’était que si elle avait le cœur sur la main, est-ce qu’elle rangeait a rapière à la place de son cœur ? Bonne question…
Même si dans cet histoire, c’eut été davantage son côté ‘sens du devoir » qui jouait en la faveur du grand blond…
Sur cette plaisanterie, j’opinais du chef.

« Oh, sept heures, ce sera parfait. et okay, va pour devant le palais. C’est ce qu’il y a de plus simple plutôt que de se chercher en ville après… du coup, on fait comme ça. »

Cela me faisait plaisir qu’elle me le propose, au fond, c’était une manière de montrer qu’elle m’appréciait vraiment ; ici, tout le monde buvait sa bière avec tout le monde. Mais sortir en ville. C’était autre chose. On aurait plus ou moins dit un rencard. Et venant de la part de Constance, qui était quand même réputée pour ne pas être la plus ouverte des gardes, c’était un joli petit honneur en soi.
Puis vint la demande bizarre. La rejoindre dans sa piaule dans quelques minutes et ce n’était pas ce que je pensais. Je ne savais pas trop quoi en penser ceci dit… parce que bon, je me doutais d’emblée qu’elle ne l’emmenait pas là-bas pour faire des galipettes. Du coup je prenais le temps de bien finir ma bière.

Puis, quand j’entrais je voyais la tenue de constance, et comprenant qu’éclater de rire n’était peut être pas la meilleure des idées, je me retenais un peu, alors que je regardais… c’était… bizarre en fait. Ma teinte orange de la robe d’intérieure était un peu passée, peut-être, elle devait être vive à l’origine…

« Franchement, ça aurait pu compter si tu avais pu la mettre pour le repas, mais manque de bol, une robe d’intérieur ça reste à l’intérieur… et sincèrement, sans vouloir te vexer… je crois que c’est mieux qu’elle reste ici, cette robe… »

Je souris et je lui lançais.

« Mais à défaut je veux bien t’inviter quand même à manger dans un petit bouge qui sert des plats du sud d’Ameth. Le genre un peu épicés… non parce que l’idée d’origine c’était davantage de te voir te mêler aux habitants dans une tenue féminine… sinon, mettre juste cette robe, maintenant… désolé de le dire mais ça a un côté un peu décevant… »

Je ne disais pas que j’aurais cherché à parader à son bras, bien sur mais bon… si ça pouvait la sortir de son uniforme de la Garde…

« L’idée c’était de pouvoir sortir en ville avec toi en civile et pas toi garde. C’est ton jour de repos après tout, non ? »


Chapitre 09: Une fin de journée difficile  0
Constance Jane Enverse
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
91
Date d'inscription :
27/03/2018
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
le Mer 17 Juin 2020 - 23:26
Tu ne pouvais contredire Etiennes Louis car la vérité était là. Tu faisais ton travail comme il se devait, parce que c’était dans ta nature et à moins que l’ordre ne soit de « laisser mourir », tu n’aurais jamais laissé quiconque périr sous tes yeux. Hélas. Oui, Hélas !L’accord fut trouvé en sa compagnie pour vous retrouver à la bonne heure. Tu étais plutôt satisfaite de tout cela, cela allait être assez agréable et franchement, sans prise de tête. Etienne-Louis n’était qu’un serviteur, peut-être, mais il faisait partie de la famille et c’était comme traîner avec un autre garde à tes yeux !

tu voulais faire preuve d’esprit et peut-être un peu de malice, mais ce n’était pas ton fort, tu n’avais pas un humour très…drôle et une façon de penser un peu bizarre. En même temps, l’on ne pouvait pas s’attendre à ce que tu sois socialement adaptée, tu ne l’étais pas et tu pensas franchement que ta petite dose de plaisanterie n’était pas si mal ! Tu souriais.

« C’était une plaisanterie, pour me moquer de moi-même, elle est moche cette robe. » Tu n’étais pas fâchée que cela tombe à plat, mais t’offrir un petit coté ridicule n’était pas dramatique. Tu haussas les épaules, l’échec ne te dérangeait pas. C’était moins agréable quand il parla de décevant, bon, c’était mieux que rien…

« J’ai des vêtements civil, un pantalon et une chemise. C’est suffisant pour sortir, non ? Je ne comprends pas en quoi c’est une tenue de « garde ». A vrai dire, tu attendais quelques explications, peut-être estimait-il que tu devais porter une robe avec des dessous, comme des jupons et une chemise de corps, mais tu n’avais rien de cela, tu avais tes tenues simples et ta livrée…pourtant, enfant, ta mère t’avait appris à t’habiller, fait comprendre l’importance de se vêtir, pour plaire, pour se plaire…mais tu t’aimais avec ta tenue de tous les jours….donc…

« Je vais la jeter je pense… »

Dis-tu en parlant de la robe !


Chapitre 09: Une fin de journée difficile  WBJgyXq
Etienne-Louis d'Aramitz
Messages :
13
Date d'inscription :
17/02/2020
Etienne-Louis d'Aramitz
le Mer 24 Juin 2020 - 21:38
Je souris avec une certaine forme de malice à Constance… c’était vrai que cette robe était horrible. Cela laissait entendre que Ria avait du se débarrasser. Ça lui évitait de se donner la peine de jeter… même si c’était salaud de lui offrir ça. Heureusement que Constance n’était pas du genre à porter des robes, donc elle n’avait pas eu l’occasion ou l’envie de la mettre. C’était une bonne chose. Je lui fis un sourire et je lui lançais.

« Oh oui, elle est moche, mais qui sait, une petite grand-mère sera contente d’avoir une robe, ou une gamine des quartiers pauvres. Ne jette pas, donne plutôt aux collectes. Même si c’est moche, ça reste des vêtements… »

Oui, voilà… après bon… si elle ne comprenait pas, ce n’était pas la mort.

« Disons que je pense qu’avec une robe appropriée tu serais très belle, c’est tout… donc je trouve dommage que tu n’essaye pas. Mais c’est ta vie, et ton corps, tu le mets en valeur comme tu veux. Je ne dis pas que tu n’es pas bien en pantalon et chemisier, mais je veux juste dire qu’un peu de féminité supplémentaire… enfin bref ! Laisse tomber je dis des bêtises. Oublie ça ! Je t’offrirais quand même le repas dans le restaurant ou l’auberge de ton choix ! »

Rien n’indiquait que je sois déçu. Juste que j’espérais que m’inviter à sortir comme ça… je ne savais pas, ça avait un petit côté… un peu plus que sortir avec un frère d’arme, donc un peu plus de décontraction de sa part. mais je supposais qu’elle n’allait pas changer ses bonnes vieilles habitudes, non ?

« Oh, j’y pense, j’ai un ami qui me doit un service, ça te tente une petite chevauchée en rase campagne ? Pour se changer les idées je parie qu’on trouvera pas mieux que ça. Qu’est-ce que tu en dis ? On pourrait aller jusqu’au village voisin, y déjeuner, et prendre notre temps pour revenir ? »


Chapitre 09: Une fin de journée difficile  0
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum