Mereïphaïne d'Argosme
Nationalité :
Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages :
112
Date d'inscription :
16/09/2017
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
le Sam 28 Mar 2020 - 17:45
Extrême épuisement | « Il faisait chaud dans ce petit endroit, les volets à demi ouvert, à peine, laissaient entrer une bise bien légère qui ne parvenaient pas jusqu’à la dame étendue sur le lit. Les voilages pour la dissimuler, éviter toute possible vision inadéquat, étouffaient l’air, mais elle ne se plaignait pas. Son front ruisselait de sueur, elle se tenait en camisole de peau, légère, bras nus, corps trempé, à se faire un peu d’air avec un éventail, qui se contentait en vérité de remuer la chaleur, plus qu’il ne la rafraichissait. Prendre un bain froid n’avait rien fait l’été était là et elle était enfermée ! Sa tignasse énorme alourdissait sa nuque, faisait peser sur sa tête un casque qu’elle avait enfermé dans un turban à la mode africaine. Cela tenait moins chaud à sa nuque que les mèches de sa tignasse.

Elle glissa un linge mouillé sur son front et s’engagea à boire un grand verre d’eau. Malgré tous ces efforts, la nausée ne la quittait pas, elle ne parvenait point à manger et son teint blême, en plus de sa silhouette amaigrie, trahissaient qu’elle n’était pas au mieux de sa forme. Les symptômes ne s’étaient pas arrêté depuis la prison, avait-elle était empoisonnée à son insu ? elle ne pouvait le dire, ses repas, elle les préparait elle-même en ce moment et de façon fort frugal, car absolument rien ne lui faisait envie et de toutes façons, elle ne retenait rien.

L’eau dévala au fond de sa gorge douloureuse à force de vomir mais ne fut pas renvoyée, elle garda sa respiration quelques secondes, comme figée, craignant de voir son corps expulser le breuvage mais rien. Déposant le verre sur la table, Méréïphaïne d’Argosme alla s’allonger sur le lit défait de trop de draps, elle ferma les yeux, laissa le linge sur son front et respira. Elle n’eut l’impression que de cligner des paupières.

Elle n’avait pas pu voir Richard depuis qu’elle était ici, cela ne faisait pas tant de temps que cela, même si son état lui donnait l’impression que cela faisait des jours et des jours. Elle était à la fois impatiente de le revoir et inquiète, son état n’allait pas lui plaire et cela allait lui causer du souci. Son cœur fit un bon au cliquetis de la porte et elle tripota sa bague, cette bague, qu’il avait offerte quelques temps plus tôt. Elle n’eut pourtant pas la force de bouger, restant là sur le lit, un bras sur son front, essayant de ne pas sentir cette sensation nauséeuse qui la tenait allongée. Elle reconnut son pas, l’odeur de café qu’il trainait toujours avec lui et elle entrouvrit les paupières pour discerner sa silhouette.

Elle se contenta de le regarder, pas besoin de mentir, il verrait bien son teint cireux et ses airs de malade, elle lui fit alors un sourire qui se voulait rassurant. »



Intoxication? Empoisonnement? [Richard] SJEsOqK
Richard Welton
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
93
Date d'inscription :
04/04/2017
Richard Welton
Ministre de la justice
le Lun 6 Avr 2020 - 22:45
Ne vous méprenez pas, je savais parfaitement que pour Méréïphaïne, rester sans rien faire, sans rien dire , en attendant que ça se passe, était difficile, mais bon, d’un autre côté je ne savais pas trop ce que je pouvais faire de mieux, étant donné la situation… c’était la seule solution que j’avais. Mais fort heureusement, je m’étais trouvé un créneau pour aller la voir, dans un fiacre non marqué, anonyme en somme, qui me déposa près de ma « garçonnière, où elle devait se trouver, en sécurité. Je pénétrais dans les lieux grâce à la grosse clef servant uniquement à cela et je fermais derrière moi avec lenteur et silence, je voulais lui faire la surprise. J’avais réussi à obtenir un bouquet de magnifiques fleurs pour elle. il s’agissait de magnifiques dahlia rouges et d’aster de couleurs similaires.
J’espérais que ça lui plairait. Je finissais par monter les escaliers, sur la même allure, jusqu’à finalement arriver près de la porte de la chambre. elle dormait peut-être, il était tard… j’ouvrais doucement, dans l’idée de la réveiller d’un baiser.
Mais elle tourna la tête vers moi, éclairée par une lueur électrique. Elle devait être encore éveillée ; elle avait les traits tirés et le teint cireux. Je posais le bouquet sur le premier meuble puis je me précipitais à son chevet.

« Mon amour, qu’est-ce qui se passe ? »

Je prenais sa température en posant ma main sur son front puis doucement je lui disais, d’un ton clairement loin d’être serein.

« Tu m’inquiètes là… qu’est-ce qui ne va pas ? »

Je restais inquiet avant de finalement lui demander, sur un ton doux mais clairement, qui était plus là pour me rassurer que pour la rassurer elle…

« Tu veux que j’appelle un médecin, méré ? »


Intoxication? Empoisonnement? [Richard] IG7ZIdg
Mereïphaïne d'Argosme
Nationalité :
Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages :
112
Date d'inscription :
16/09/2017
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
le Mar 28 Avr 2020 - 16:43
Inquiétude… | « Voilà qu’il était trop tard, l’amant était inquiet et elle s’en voulait. La Dame d’Argosme se disait qu’il avait déjà bien trop à faire, pour en plus se soucier de sa pauvre carcasse…ce n’était pas chose heureuse que de la voir ainsi pâle et nauséeuse. Elle n’avait envie de rien et le monde semblait s’écrouler sur elle, impossible de se sentir bien ! Impossible. Et dire qu’il avait mené un bouquet. Un soupir franchit ses lippes avec lourdeur, bon sang, elle ne voulait pas lui faire venir tant de souci à l’esprit il devait en avoir assez avec le travail.

« Ce n’est rien, ma nausée n’est pas passée, elle refuse de me lâcher et je suis épuisée…je…oh par les Dieux…excuse-moi… »

A peine eut-elle sentie l’odeur de corps de Richard qu’elle eut ce haut le cœur qu’elle ne connaissait que trop bien, se penchant du côté opposé du lit, tenant maladroitement ses cheveux, elle déversa une bile amère dans le récipient qu’elle usait à cet effet, incapable de parvenir à temps à la toilette. Cela lui fit mal, à force de rendre cette bile, son estomac souffrait de se tordre dans tous les sens, elle sanglota dans son élan et eut du mal à retrouver sa respiration.

Sans se tourner vers Richard, se « cachant », elle chercha son mouchoir pour essuyer ses lèvres, non sans tremper ses lèvres dans le verre d’eau qui servait à retirer le goût qui siégeait dans sa bouche, elle se rinça, s’essuya et retomba dans le lit.

« Je suis fatiguée…je ne fais que dormir…ce n’est probablement rien qu’une intoxication alimentaire…depuis la prison. Tenace. »

Et si c’était un empoisonnement ? Elle lui en avait évoqué l’idée, mais ce n’était que des paroles en l’air, aujourd’hui, elle y pensait sérieusement. Elle soupira….

« Comment va ton enquête ? » préféra-t-elle demander. »



Intoxication? Empoisonnement? [Richard] SJEsOqK
Richard Welton
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
93
Date d'inscription :
04/04/2017
Richard Welton
Ministre de la justice
le Dim 24 Mai 2020 - 22:44
Je bouillais, pris entre deux feux. Dans une partie de mon esprit je commençais à m’inquiéter, je voulais appeler le médecin, mais appeler le médecin serait alors compliqué… je lui souris avant de finalement lui caresser les cheveux. Elle venait de vomir mais je m’en fichais et je lui baisais les lèvres doucement. Je prenais alors une compresse d’eau froide et je prenais ma décision sur le sujet. je savais ce que j’avais à faire, clairement. Même si je brisais sa couverture, sa santé passait avant tout, et je la rassurais.

« J’avance bien, mon amour, j’avance bien mieux qu’espéré… il y a déjà eu trois tentatives d’assassinats et si les deux premiers sont morts, nous avons eu vivant le dernier assassin… donc nous avons une bonne chance de réussir. »

Je lui fis un sourire avant de finalement lui baiser de nouveau les lèvres et lui dire.

« Ce ne sera plus très long. Bientôt tu pourras sortir, et nous nous marierons. »

Je lui caressais les cheveux et je m’écartais.

« Attends-moi, je reviens vite. »

Je descendais pour rejoindre l’extérieur et je tirais de ma poche une roue d’argent que je donnais à un gamin, ou du moins je la lui tendis pour finalement lui demander s’il y avait un médecin ou un herboriste dans le quartier. Il hésita et me fit un signe de tête. Il y avait un vieux médecin à la retraite à deux rues de là. Je lui disais de me conduire et il le fit. La nuit était noire mais je tambourinais à sa porte jusqu’à ce qu’un homme pansu, pour ne pas dire obèse, ouvre la porte d’un air courroucé.
Toutefois il se fit tout miel quand je parlais de services de la couronne et finit par me décider, enfiler une robe de chambre avant de finalement m’emboiter le pas. Je le conduisais jusqu’à la garçonnière et il commença, sitôt monté, à examiner sa patiente avec un professionnalisme irréprochable. En outre, j’en profitais pour m’absenter et rapporter du bouillon de légume et de viande à l’attention de Méréïphaïne. Il passa au total une bonne heure à l’examiner, en tout et pour tout, avant de s’écarter.

« Alors, docteur qu’en est-il ? Une intoxication alimentaire ? »

Le médecin semblait soulagé.

« Non, non, rien de grave… c’est à confirmer avec une personne plus spécialisée, mais je pense qu’elle est juste enceinte. »

Je restais un peu comme deux ronds de flans… et je restais sans rien dire…. je payais grassement le médecin et je lui rappelais qu’il était tenu au secret sur cette maison ; il opina du chef et doucement je me précipitais vers Méréïphaïne.

« J’ai une bonne nouvelle. A priori, le médecin dit que ça va passer et que vous ne semblez pas vraiment empoisonnée… il faudra un prêtre de Metil demain, je t’y emmènerai… mais il penche plus pour un problème féminin bien spécifique. »

J’embrassais ses lèvres. Elle avait dû encore vomir.

« Tu es enceinte… »


Intoxication? Empoisonnement? [Richard] IG7ZIdg
Mereïphaïne d'Argosme
Nationalité :
Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages :
112
Date d'inscription :
16/09/2017
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
le Dim 7 Juin 2020 - 22:58
Verdict | « La dame d’Argosme ne souhaitait en aucun cas faire tant de souci à son…fiancé. Elle n’avait point répondu, mais la chose était là. Elle n’aimait pas l’idée de pousser Richard à tant de souci, alors qu’il devait se concentrer uniquement sur l’enquête et l’avenir de la capitale. En tous les cas, elle se trouvait dans le lit, sans réponse ou verdict à ce que le médecin avait jugé de son état, soucieuse, elle se couvrit à peine du drap et prit un coussin entre ses bras pour se blottir contre. Elle s’en voulait un peu, trop, beaucoup…quand il revint, elle lui fit un sourire penaud. Quand il revint, elle chercha sa présence, soudainement portée par un besoin de l’avoir à sa proximité. Elle fronça les sourcils, à ce vous et puis au terme problème féminin. Il l’embrassa et elle n’eut pas temps de le repousser.

Il est vrai que la dame d’Argosme souhaitait dire quelque chose, mais rien ne franchit ses lèvres, elle ne sut pas réellement comment prendre la nouvelle. Perplexe…probablement. Inquiète aussi. Perplexe parce qu’elle prenait toujours des herbes nécessaires…inquiète car ce n’était pas le moment et il avait parlé de problème. De plus Richard avait déjà un fils aîné, ils…

« Je suis désolée, j’ai toujours pris mes précautions, tu vas encore être entourée d’un scandale, je… » Avait-elle oublié qu’il l’avait demandé en mariage ? Mais…elle était un peu sous le choc. La dame avait depuis longtemps abdiqué sur l’idée d’être un jour Mère, le temps qui passait, et puis pourquoi réfléchir à une telle question en vérité ? Elle était une courtisane, officiant pour empêcher les scandales et découvrir des choses, elle regarda Richard.

« Sa majesté m’a confié ta proximité pour éviter les scandales, je ne pensais pas aller vers toi et éprouver tout ce que j’éprouve aujourd’hui. Et je suis incapable de savoir si je suis heureuse ou inquiète, voir incapable de réagir à cette annonce. J’ai fais partir deux enfant je ne te mentirais sur ce sujet, je ne voulais pas porter ceux de mon défunt mari…je n’en ai jamais éprouvé aucune culpabilité. Je … je parle beaucoupparce que…je ne sais pas quoi dire. »

L’assurance de la dame d’Argosme s’était envolée pour l’instant, elle qui ne pliait jamais et rayonnait, pleurait en cet instant sans parvenir à cesser… »



Intoxication? Empoisonnement? [Richard] SJEsOqK
Richard Welton
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
93
Date d'inscription :
04/04/2017
Richard Welton
Ministre de la justice
le Sam 20 Juin 2020 - 22:51

Je souris à Méréïphaïne. Je savais très bien que la nouvelle pouvait la suspendre… et je m’étais tout autant inquiet qu’elle de sa santé. Mais le bon point c’était que la chose était bien moins grave que la réalité. Je lui souriais, tendrement, un peu sous le choc et je l’enlaçais doucement, l’embrassais. Elle ne se déroba pas… je savais très bien que les choses risquaient d’être compliquées. C’était évident, n’est-ce pas ? je la regardais avec beaucoup trop d’affection qu’il y ait la moindre raison derrière cela… je lui souris et je lui caressais les cheveux.

« Chut, chut… ne commence pas à trop réfléchir. Je me fiche dus scandale. Ce que je veux c’est que tu sois heureuse. »

Je lui souris, je lui caressais les cheveux. Je la gardais contre moi, doucement et je l’écoutais. Elle me disait beaucoup de choses que je savais. Il eut fallu être un imbécile pour ne pas comprendre que si la dame d’Argosme était venue à moi en premier lieu, c’était par devoir davantage que par envie. Et doucement, je lui disais.

« Vous êtes enceinte et fiancée… et tout se résume à une seule question ? Souhaites-tu fonder une famille avec moi maintenant ? »

La question à deux roues. Je restais sans rien dire un moment, hésitais, puis finalement, je lui disais alors doucement.

« Parce que si tu souhaites porter cet enfant, je te place une mante sur les épaules et je t’emmène avec moi au premier temple que nous trouverons et je t’épouse sur le champ. Parce que je n’imagine personne d’autre à mes côtés et que, enceinte ou pas, tu m’as fait peur et je ne veux pas attendre une minute de plus. Nous annoncerons la grande nouvelle après. Une fois toute cette histoire terminée. »

Oui, voilà, c’était aussi simple que ça.

« Et tu seras alors tout à fait capable de choisir sans conséquence ni dans un sens ni dans l’autre. Je te veux à mes côtés maintenant et à jamais. Si tu décides de ne pas garder cet enfant, je ne t’en tiendrai pas rigueur et je t’épaulerais dans ta démarche comme un mari aimant. Et si tu décides de le garder, alors je t’épaulerai aussi dans cette démarche non seulement comme un mari aussi, mais aussi comme un père dévoué pour cet enfant… »


Intoxication? Empoisonnement? [Richard] IG7ZIdg
Mereïphaïne d'Argosme
Nationalité :
Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages :
112
Date d'inscription :
16/09/2017
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
le Mer 1 Juil 2020 - 20:13
Dame de cour … | Méréïphaïne n’arrivait point à ne pas penser comme une dame de cour, elle était et resterait, une dame de compagnie, pensant à tout ce qu’elle avait fait et qui venait mettre un terme aux ordres de l’impératrice. Elle allait faire un odieux scandale avec cette grossesse et ce serait une faute qu’elle ne pourrait réparer sans mal. Bien entendu, la dame diamantaire omettait quelques menus détails, qui ne lui venaient point à l’esprit, alors qu’elle ne réfléchissait qu’aux conséquences pour un ministre et sa maîtresse. Mais réalisait-elle qu’ils étaient fiancés ? Pas le moins du monde encore. Elle s’inquiétait forcément mais il lui fit réaliser les choses, qu’elle se sentit pour le moins…idiote.

Elle leva ses pupilles vers Richard. La question était parfaite, simple, sa réponse aurait du être évidence n’est-ce pas ? Pourtant la dame d’Argosme était incapable de réponse, elle le dévisageait sans savoir. Maintes fois, durant des années d’horreur, elle s’était jurée qu’une fois libre, elle ne ferait plus confiance, jamais, à ses propres élans de cœur. Foutaise saugrenue, elle aurait mis sa vie entre les mains de Richard, sans crainte, sans honte, sans même sourciller. Elle eut l’air perdue, hagarde et peut-être terrifiée, car elle ne savait pas.

Laisser son esprit rassuré de sa présence soutenir son cœur touché ou bien ne jamais oublier et se méfier ? mais de quoi ou de qui ? Il lui sembla sentir l’ombre néfaste de son ancien époux frôler son dos, comme pour se rappeler à son exquis souvenir, mais la dame diamantaire n’était pas une créature apeurée, elle le méprisa un court instant et souffla sa présence d’une brise violente qu’elle imagina sans effort. Il n’y avait qu’elle, Richard et cet enfant en son sein…

« Cet enfant n’a pas demandé à disparaître, les Dieux seuls peuvent juger s’il est bon qu’il reste ou non, je n’ai, aucune raison en ce jour, de condamner le fruit d’un amour sincère, un rien luxurieux il faut le reconnaître et je ne voudrais, ni ne saurait, prendre la vie future d’une jeune créature fait dans l’amour et la passion, car je t’aime passionnément Richard Welton… »

Ses paroles étaient sincères, réellement et elle ne craignait point de se marier à cet homme, elle le savait, il était volage quand les élans le prenaient, mais elle se disait que son ancienne épouse n’avait jamais du suffire à ses requêtes. Mais au pire de tous les cas, elle concédait tout à fait à ce que la nature de leur relation ne souffre pas de règle morale qui leur ferait trop de mal. Avoir le cœur de cet homme lui suffisait…et cela arrangeait probablement les choses pour son rôle…hein avouons-le…


Et Dame de cœur | « Sa bouche vint quérir baiser sur la sienne, elle fut presque chaste et délicate, il l’aimait comme elle l’aimait en retour, elle avait été sa maîtresse par obligation et se ravissait de l’être par choix au final.

« Que va dire ton Aîné ? Non que je m’en soucie, mais je n’ai pas désir de le mettre de côté ou… » Elle le regarda… « Peu importe… »

Elle s’arrêta dans ses niaiseries pensives préférant se pendre délicatement au cou de son amant et sentir son parfum. Méréïphaïne n’aurait pas pensé être heureuse aussi simplement, ni n’en avoir envie, mais cela arrivait et tout était comme il se devait, enfin, cela lui paraissait comme ça… »




Intoxication? Empoisonnement? [Richard] SJEsOqK
Richard Welton
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
93
Date d'inscription :
04/04/2017
Richard Welton
Ministre de la justice
le Lun 20 Juil 2020 - 22:08
« Alors ce sera un enfant légitime, et nous allons nous marier au plus vite. Te sens-tu de monter en fiacre ? »

Oui, si elle allait au bout de la grossesse parce qu’elle le désirait, alors il était hors de question de laisser planer le moindre doute sur notre union. Certes, cela serait fait discrètement, dans les règles d’un mariage secret, mais je ne voyais pas de meilleure manière faire les choses. Je n’attendrais pas. Je ne voulais pas que la seule chose que l’on retienne, ce serait que nous nous étions mariés pour couvrir la honte de cette grossesse ! C’était un refus clair, net, et précis !
Je lui souris et je lui caressais doucement les cheveux. Ses lourdes boucle ;es rousses qui retombaient en cascade, un tel charme… je m‘ébrouais légèrement pour me recentrer.

« Je t’aime. Et mon ainé… disons qu’une déception de plus ou de moins venant de son père, il ne verra même pas la différence. Si encore nous étions proches, je ne dirais pas… mais Lawrence ressemble trop à sa mère et a été trop influencé par elle pour m’apprécier. »

Je l’enlaçais avec douceur et je l’embrassais avec tendresse. Je restais tellement prévenant vue sa situation et doucement, je la vêtais d’une mante à capuche, pour dissimuler ses traits. Enfin, je lui souris et je serrais sa main dans la mienne. Je faisais une bêtise, je le savais, mais ce n’était pas grave. je l’emmenais vers la projet et je sortais pour héler un fiacre.  Nous referions une cérémonie publique plus tard. Mais elle serait
Mariée avant l’aube, ou je ne m’appelais pas Richard Welton.
Le fiacre s’arrêta devant notre garçonnière et j’entrais à nouveau, venais doucement saisir Ma fiancée par la taille et l’emmener, doucement, vers le fiacre. Je lui disais alors, doucement.

« Je l’annoncerai à qui de droit en toute discrétion, ne t'en fais pas… mais je crains de ne pas vouloir attendre une minute de plus. Alors, viens, doucement. »

Je l’aidais à monter.
Et au diable les conséquences d’une telle précipitation. Je voulais lier son sort et son avenir au mien dès maintenant.


Intoxication? Empoisonnement? [Richard] IG7ZIdg
Mereïphaïne d'Argosme
Nationalité :
Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages :
112
Date d'inscription :
16/09/2017
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
le Jeu 30 Juil 2020 - 10:55
Fausse captive au Coeur épris … | « D’un hochement de tête, la dame indiqua que oui, l’enfant qu’elle portait lui était encore un étranger, une créature dont elle ignorait les secrets et surtout, une petite chose dont elle ne prenait pas encore conscience totalement. C’était chose complexe, de réfléchir qu’elle était deux. Etait-ce ce qu’elle voulait ? Elle ne le savait pas. Elle n’y avait point pensé, tout était facile quand on se contentait de réfléchir en dame de cour, dévouée, et non en potentielle épouse, mère et autres…pourtant tout était là ! Et elle ne désavouait pas les choses, elle les acceptait volontiers.

Un sourire triste à l’évocation de ce garçon qu’elle ne connaissait pas. L’épouse de Richard, elle ne posait pas trop de question à son sujet, non par jalousie, mais parce qu’elle était du passé et qu’elle n’en avait cure. Si Richard avait souffert de son absence, elle aurait été plus curieuse, mais il n’évoquait jamais que des détails tristes ou négatifs, et elle n’avait donc pas besoin de lui réveiller des choses déplaisantes.

« Il le regrettera quand il aura muri, tu es l’homme le plus exceptionnel que je puisse connaître. Après le Comte de l’Envers ceci dit… »

Elle ne plaisantait qu’à moitié au sujet de l’Envers, Méréïphaine avait des visages qu’elle admirait, d’hommes ou de femme d’influence, d’histoire qu’elle côtoyait. L’aîné regretterait d’avoir suivi l’influence au lieu de profiter de le connaître. Elle sourit à son fiancé désormais et déposa un baiser doux sur ses lèvres. Elle se laissa habiller et emporter.

L’extérieur lui paraissait être un endroit si étrange, comme inconnu. La peur n’était pas réellement présente, mais elle était inquiète, elle aurait du attacher plus soigneusement sa toison, pour qu’aucune mèche ne vienne trahir, mais elle montait déjà dans le fiacre…

« je sais que tu feras ce qu’il faut. Ne traînons pas toutefois. »

Elle s’installa dans le fiacre et resta paisible durant le trajet. Ils devaient monter deux étages et parvenir aux temples, cela prendrait probablement une grosse heure de trajet, tout était facilité de nuit, car le monde dormait et c’est ce que fit la dame, ballotée par les mouvements, elle s’assoupit, sur l’épaule de Richard, calme et sans crainte. Elle s’éveilla un peu avant d’arriver, paisible, elle priait déjà en son esprit…que les Dieux protègent l’enfant, et son futur mari, voilà ce qu’elle demandait… »


Au sein du temple |[i] « Le temple de Meira était paisible, en poussant la lourde porte, ils firent chanter celle-ci, dedans, le temple était rond comme le giron d’une femme, en s’avançant, Méréïphaine ne put s’empêcher de toucher son ventre et de lever les yeux sur la statue de la déesse tenant entre ses bras, un nouveau né et touchant d’une main, la tête d’un jeune enfant, la Mère. Divinité de la famille, du foyer … ses yeux la dévisagèrent jusqu’à ce que la silhouette rondouillarde d’une Prêtresse se dandine jusqu’à eux. Mère Ria était une femme d’une soixantaine d’année, elle s’avança dans l’allée et reconnu le limier.

« Seigneur Welton, vous ici ? Si tardivement ? »


Intoxication? Empoisonnement? [Richard] SJEsOqK
Richard Welton
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
93
Date d'inscription :
04/04/2017
Richard Welton
Ministre de la justice
le Mar 1 Sep 2020 - 10:13
Les mots de Méréïphaïne étaient de nature à m’alléger un peu le cœur, même si que je ne pouvais pas ne pas sentir mon poids s’alléger un peu. Je lui fis un sourire et je l’entrainais doucement avec moi vers le fiacre alors que finalement, elle me priait de ne pas trainer. Je trouvais cette situation plutôt plaisante en fait, quand j’y pensais et je ressentais une légère excitation. C’était merveilleux. Le fiacre avançait d’un bon rythme jusqu’à) ce que nous arrivions au temple de Meira. J’aidais Méré à descendre avant de finalement me diriger vers l’intérieur du temple. J’étais impatient, presque trop, au point de manquer d’oublier une petite prière pour la déesse en entrant. Je me rappelais cela et m’exécutais au dernier moment avant de finalement être accueilli par une femme enrobée. Je la reconnus. Mère Ria. Et je lui fis un sourire, même si elle avait quelque chose d’une personne inquiétée sur le visage, je prenais la parole paisiblement.

« Je vous prie de nous excuser, ma mère…. Seulement, j’ai un service qui ne peut attendre… rien de grave ou de mortel, ne vous en faites pas. »

La prêtresse sembla être rassurée mais cela ne lui suffit pas pour la calmer vraiment, d’ailleurs elle demanda, d’un ton suspicieux.

« Et rien qui ne pourrait attendre demain matin, mon enfant. »

J’étais désolé que nous en arrivions là, mais…

« Je crains que non, ma mère. Je suis ici parce que cette jeune femme est en danger de mort et que je souhaite lier ma vie à la sienne. Définitivement. »

La prêtresse se tourna vers ma compagne.

« Est-ce réciproque ? »

Elle attendit l’affirmative pour soupirer et faire signe de la suivre pour nous emmener dans une petite pièce qu’elle éclaira alors avant de se servir dans un broc en terre cuite d’un verre d’eau qu’elle but longuement.

« Ce n’est pas très orthodoxe tout cela mais bon… je vous dois une faveur. Très bien, si vous êtes tous les deux décidés… je ne vois aucune raison de vous le refuser… restez ici, désaltérez-vous je vais aller tout préparer. »

Elle regarda Méréïphaïne.

« Surtout vous. Vous avez une mine atroce. Enceinte je parie ? »

Elle me jeta un regard en biais, comme accusateur… 


Intoxication? Empoisonnement? [Richard] IG7ZIdg
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum