Le Deal du moment : -43%
Grosse promo sur la Trottinette électrique ...
Voir le deal
199.99 €

Leonie de Marzac
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
43
Date d'inscription :
13/01/2020
Leonie de Marzac
Propriétaire de la Gobelin Bank
le Mer 24 Juin 2020 - 22:39
Mademoiselle de Marzac avait parlé avec son cœur, pourquoi mentir à son fiancé quand elle savait qu’elle pouvait tout lui dire, avec les mots justes et sincères, comme ses sentiments à son encontre. La symbolique était troublante, réellement dure à accepter, toutefois, elle l’acceptait parce qu’il l’avait fait semble-t-il, uniquement pour le mieux. Ce qui ne pouvait alors, être mal pris mais elle haïssait profondément ce collier, elle ne l’aimait en aucun point et le trouvait tout simplement terrible. Elle fut attendrit et son cœur se serra quand il se sentit rassuré. Allons bon, elle n’aurait pas été fâché de cadeau maintenant, quoi que l’on puisse croire Leonie n’avait besoin de rien de matériel, elle préférait les choses sincères et simple, venant du plus profond du cœur et en quelques sortes, il y avait de cela…en quelques sortes.

Il se tenait à sa proximité, galant et bienveillant, et elle se sentait heureuse d’ainsi pouvoir parler en sa compagnie. Elle fut surprise à l’idée de fondre pareil objet, mais une petite graine germa dans son esprit d’ambrosienne, elle ne put guère parler car il le fit à sa place. Parlant de sa mère, elle l’observa et pour le faire légèrement taire, déposa sa main sur sa joue, elle l’observa, dans un parfait silence et vint déposer un baiser tendre sur sa joue. Il sentait bon, sa chair était douce et le cœur de Leonie frappait sa poitrine si ardemment.

« fondons-le, moitié moitié et dessinons pour l’autre l’alliance qu’il portera. Le reste, faisons-le offrandes aux temples, nous n’en aurons pas besoin, je n’ai pas besoin de nombreux bijoux, seule mon alliance me suffira de cette lourde parure. Laissons la tradition, faisons là notre…elle aura une symbolique nouvelle que nous pourrons transmettre à notre aîné. Et si votre mère est fâchée, je me chargerais d’elle, même si pour communiquer, ce sera compliqué. »

Leonie n’aurait probablement jamais craint sa belle-mère, parce que si elle était difficile, Leonie avait son propre caractère dont on ne pouvait nier la profondeur et la puissance. Elle aurait probablement adorer rencontrer cette femme et elle estimait qu’écouter Raimond en parler était parfait. Si elle devait à y redire, l’au-delà les séparait, mais ce n’était pas si terrible…elle aima plus les épingles aux vues des explications…elle réalisa que sa main était toujours à sa joue et la retira délicatement pour la poser sur les siennes, en silence.

« Ces épingles viendront souvent à ma chevelure car j’aime l’intention qui va avec, j’adore quand cela vient de vous… »

Avoua-t-elle simplement, le rose aux joues e tle cœur battant. Une vérité simple…elle l’écouta parler de sa mère, car elle sentait l’importance de cette femme, visiblement peu commode. Aurait-elle fait quelques inquiétudes à Leonie ? Etrangement non…Elle avait envie de l’embrasser quand il se livrait ainsi et elle n’osait rien dire de peur de l’interrompre, suspendue à sa voix et ses lèvres, elle écoutait, le cœur palpitant de tendresse et d’amour bienveillant.

Il parla, elle resta à écouter, buvant ses paroles et ce partage qui lui offrait, car c’était cela, un délicieux partage…quand il eut terminé, elle avait des yeux pleins d’étoile et elle souffla.

« Mon frère cadet devrait être le responsable logique ou mon grand-oncle vivant au Duché, il s’est retiré de la capitale et m’a demandé de finir ses vieux jours à la demeure de famille. Comme il m’a tout appris de mon métier, je ne pouvais lui refuser, nous avons étrangement le même caractère…mais il perd un peu la tête, parfois, il me confond avec sa Mère. Non…mon frère sera de meilleur augure pour cela. Vous pourrez le rencontrer, probablement au plus vite. »

Les dernières paroles furent dites rapidement, elle eut un sourire amusé et se retint de rougir avec un air adorable, mais ils se tenaient toujours trop près, à se tenir les mains, une personne extérieure aurait jugé cela inconvenant …mais peu importait, Leonie savait que cela ne l’était pas !

« Raimond, je peux vous demander, ce que vous m’auriez offert si vous aviez voulu simplement me donner quelque chose de personnel, ce qui serait venu de vous, tout simplement…je… »

Elle arrêta ses propos, comment lui expliquer…Délicatement Leonie sortie de sa manche un joli mouchoir brodé, il avait son parfum et avec élégance, elle plia l’ouvrage de couleur blé, pour le glisser à la pochette du veston de Raimond, délicatement, son sourire ravi et espiègle, elle installa le tout et le regarda.

« Pour que vous puissiez garder un peu de moi quand je ne suis pas près de vous…contre votre coeur »


Discussions et badinages [Raimond] - Page 2 Fabspqu
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
149
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Jeu 25 Juin 2020 - 17:45
Fondre le bijou de famille. Si elle n’était pas morte, mère nous avait tué. Je lui souris et je frissonnais en sentant sa main fraiche contre ma joue et j’eus envie de reposer ma tête contre cette main douce et raiche… j’avais envie de porter ma main à la sienne, mais sans rien de plus. Je la regardais avec une certaine douceur, puis, finalement, j’opinais du chef. Mais elle avait mal compris.

« C’est une excellente idée ! Faisons cela… je vous propose que nous réfléchissions chacun de notre côté à cette alliance, puis quand nous aurons tous les deux décidé, alors nous ferons ensemble la visite à l’orfèvre, est-ce que cela vous conviendrait ? »

Je lui souris. Les choses se passaient bien, n’est-ce pas ? Je lui prenais la main histoire de ne pas la laisser s’éloigner. J’avais aimé ce contact léger. Presque davantage même, que l’audace de son baiser brulant sur ma joue. C’était tellement agréable. Nouveau frisson le long de mon échine avant de finalement lui lâcher la main. Trop inconvenant, c’était évident.
Diable, j’étais envouté par la belle Leonie de Marzac. C’était une telle évidence qu’elle m’effraya quelques instants.

Nous revînmes à des sujets moins émotionnelles. Son frère et son oncle. Soit. Mais puisqu’elle parlait de soin frère, principalement, j’émis un signe de tête. Très bien, j’écrirais une missive pour une demande de rencontre quelque chose de peut-être un peu solennel mais qui ne sera pas si mal. Je lui fis un sourire entendu avant de finalement lui sourire.

« Je ferais les choses bien alors. Je le contacterai et je lui annoncerai mon désir de vous épouser, si cela vous convient. Et je vous présenterai dans une longue lettre à mon père. Je doute qu’il se déplace néanmoins. De vous à moi je pense que je lui rappelle trop ma mère pour que nous puissions nous entendre. C’est dommage mais je respecte son choix. Il donnera le change dans les rapports officiels et attendu, mais sans plus. Donc il donnera un accord formel, mais sans aucune chaleur. Mais de vous à moi, je me fiche qu’il approuve ou pas. Je vous épouserai même s’il réprouvait ! »

La suite revint sur un sujet un peu plus sentimental et me laissa perplexe… quoi lui donner de personnel et qui viendrait de moi. Sincèrement, je séchais un peu. Il me fallait un peu de temps pour y penser parce que rien ne venait comme ça… je restais sans rien dire avant de finalement lui sourire et prendre son mouchoir. Doucement, je le portais à mon nez, non pour expirer, mais pour inspirer. Son mouchoir sentait son parfum. Un régal…. Et je gambergeais. Quoi lui offrir…

« J’y veillerai comme sur ma vie. votre gage m’est si précieux… »

Mais je ne savais pas pour autant quoi lui offrir… je restais un moment sans rien dire avant d’avoir une idée.

« Attendez un instant, je vous prie… »

Je restais sans rien dire et je m’absentais, filant d’un pas rapide dans la maison, pour finalement aller cherche deux choses, , l’une était, simplement, ne petite médaille de naissance, d’abord, avant de finalement lui sourire et lui montrer ce que je ramenais.

« A vraie dire, il y a deux objets que je souhaiterai vous confier. »

Je lui présentais la médaille.

« C’est la médaille de ma naissance, je la porte presque tout le temps et j’aimerai que vous la gardiez pour moi. L’autre est plus … symbolique… vous n’ignorez pas que je suis un fieffé bagarreur, et un bon duelliste. Nul doute que peu de monde oubliera cette finale des olympiades… mais bref, je m’égare. J’avais pensé que vous pourriez trouver le geste agréable, et j’ai envie de le faire : je veux que vous gardiez pour moi cette lame. C’est mon épée de duel. Sans elle, je ne participerai ni ne déclencherai aucun duel. Considérez par là-même que je vous offre un de mes hobbys préférés, et que je vous offre aussi une forme de rôle à mes côtés, celui de garde-fou. Si je peux dire. Est-ce que vous me feriez l’honneur d’accepter ? »

Voilà qui était simple, n’est-ce pas ? En tout cas c’était une belle arme, le fourreau était ornementé, et si l’arme en elle-même était épurée, elle était à l’image de ma fiancée, belle et simple tout à la foi.


Discussions et badinages [Raimond] - Page 2 BiYb2et
Leonie de Marzac
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
43
Date d'inscription :
13/01/2020
Leonie de Marzac
Propriétaire de la Gobelin Bank
le Sam 4 Juil 2020 - 19:55
Poser sa main sur sa joue était un signe intime, non ? Leonie le savait, au fond mais elle s’en fichait, il était doux de toucher son visage délicat et ses traits nobles avec la paume de sa main. Jamais elle n’avait été si proche d’un homme et jamais elle n’aurait cru l’être. Son sourire fut plein de malice, et ses yeux pétillèrent, il était d’accord avec son idée et cela la ravissait.

« Ce sera parfait… »

Elle n’avait jamais pris temps d’imaginer une alliance, mais ce n’était pas grave, elle aurait des idées et forcément quelqu’un l’aiderait, payé, l’aiderait à concrétiser un dessin ou deux. Elle rougissait légèrement à cause de ses audaces de main, qu’elle finit par éloigner, c’était impudique, mais elle aimait avoir fait cela. Elle oserait probablement encore, sans excès, délicatement…quand le moment serait opportun.

Certainement pas en l’instant alors qu’elle parlait de son frère et de son oncle…il paraissait les seuls hommes aptes à répondre à la demande de Monsieur son fiancé. Son frère se sentirait peut-être un peu gauche, mais il était apte à tenir ce rôle. C’était devenu un homme convenable, elle y avait veillé, un rien réservé, mais c’était probablement le résultat suite à une vie proche de la rayonnante lionne. Malheureusement !

Elle pensait sincèrement qu’elle saurait dérider le père de son fiancé, mais ne le souligna pas, c’eut été de la vantardise déplacée, toutefois, conquérir le cœur d’un beau-père devrait être dans ses cordes ! Qui pourrait résister à une belle fille comme elle ? Un horrible insensible ! Elle souriait tout simplement et cela finit par dériver sur une requête, après qu’elle lui eut donné son mouchoir. C’était intime, mais bon, elle pouvait, n’est-ce pas ? Elle paraissait lui avoir posé une colle étrangement, mais loin de s’en fâcher, elle savait qu’il trouverait, ainsi quand il la laissa seule, la belle sourit, soupira et reprit un peu ses esprits…

Il était beau, courtois et tout faisait de lui l’homme le plus exceptionnel qu’elle n’avait jamais rencontré. Comment ne pas avoir l’impression d’être la femme la plus chanceuse qui soit ! Quand il revint, elle resta sans mot dire, attentive et puis, elle fut tout simplement conquise, si elle avait pris délicatement l’épée, osant à peine la toucher, l’effleurant du bout des doigts de prime abord, elle le regarda…délicieusement conquise.

« Bien sûr que j’accepte votre altesse, c’est tout simplement…cela vient se poser si doucement en mon cœur…merci. » C’était quelque chose ce qu’il lui confiait, Leonie en était tellement honorée, elle souriait toujours et lui fit un peu de place près d’elle, tâchant de prendre délicatement, la médaille, elle eut une requête. « Avant, pourriez-vous me la glisser au cou, que je porte votre médaille près de mon cœur, s’il vous plait ? ».

La jeune femme attendit, et puis, elle se trouva avec lui, ici même et elle se sentait bien. Parler lui paraissait si futile…mais rester à se regarder dans le blanc de l’œil, même avec un regard plein d’amour comme elle pouvait faire…cela allait cinq minutes. Elle était là, ses mains aux siennes, face à face, énamourée.

« Et si nous nous posions des questions sur nous, pour nous connaître un rien de plus ? »


Discussions et badinages [Raimond] - Page 2 Fabspqu
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
149
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Dim 26 Juil 2020 - 21:44
Mon idée de présent pouvait paraitre étrange, et pourtant, je ne pouvais pas faire mieux. tout le monde connaissait ma propension à croiser le fer, après tout, non ? Alors forcément, lui remettre mon arme de duel, en manière de montrer que non seulement je ne ferraillerai plus que pour elle mais qu’en plus je mettais mon honneur entre ses mains. Difficile de faire plus fort, n’est-ce pas ? Je lui souris, fier de mon idée alors que finalement, elle acceptait mes cadeaux. Ça, ça me faisait éminemment plaisir. Je sentais qu’elle prenait conscience de l’importance de ce que je lui offrais, et cela me comblait. Aussi, peut être us-je un sourire un brin béat pendant quelque moment avant de me ressaisir. Je m’approchais doucement et la contournais pour lui accrocher autour du coup ma petite médaille pendant au bout de la chainette. Ça lui allait bien. je ne pouvais pas ne pas apprécier la situation.
Et son idée me charma tout autant. Voilà qui allait permettre de mieux nous connaitre, c’était vrai. D’ailleurs, je lui demandais dans la foulée !

« L’idée me ravit ! Alors commençons… quel est votre meilleur souvenir d’enfance ? »

L’idée était simple, non ? Je lui souris et je me disais clairement qu’elle était capable de me surprendre. Je ne pouvais pas m’empêcher de me dire qu’elle allait encore me charmer, mais puisque je lui demandais un souvenir d’enfance, je commençais par raconter le mien, pour nous mettre en parfaite égalité quand elle aurait révélé le sien.

« Vous allez sans doute trouver mon souvenir étrange, ; mais pourtant… c’est à la capitale du royaume à Eskr, quand je jouais avec Lowell, enfant. Nous n’avions pas le droit d’aller dans la salle de garde, trop d’objets dangereux. Pourtant cette année-là, nous nous y sommes faufilés en pleine nuit. Et nous sommes tombés nés à nez avec la collection d’armures anciennes e feu le roi Lamwin. Je ne vous raconte pas le hurlement que nous avons fait. Ces armures étaient sculptées de manière à arborer des visages monstrueux. Je sais que ça fait étrange pour parler de souvenirs plus heureux… mais Lowell et moi étions comme des frères. Nous nous entendions si bien… et j’ai choisi cet exemple parce que c’est un peu le premier qui me revient quand je repense aux temps passés à la capitale… nous avons dormi blottis l’un dans les bras de l’autre avec mère qui estimait que nous étions trop grands pour ça pendant une semaine… bon sang ce que nous en avons ri avec du recul… »

Je m’esclaffais en y repensant… que de souvenirs… 


Discussions et badinages [Raimond] - Page 2 BiYb2et
Leonie de Marzac
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
43
Date d'inscription :
13/01/2020
Leonie de Marzac
Propriétaire de la Gobelin Bank
le Jeu 30 Juil 2020 - 12:31
Leonie partagea le rire de Raimond, elle ne connaissait pas bien Lowell, mais elle avait l’impression d’en savoir un peu plus, le cœur allégé et l’envie de rire partagée, elle posa délicatement sa main sur celle de Raimond, réfléchissant un peu à ce qu’elle allait raconter…

« Je me souviens, quand j’étais petite, je me rendais souvent au domaine de Marzac pour y rencontrer mes grands-parents paternels. Grand-Papa avait l’habitude de nous recevoir à la saison des cerises, ainsi donc, il nous faisait disparaitre quelques heures en sa compagnie, pour que nous puissions courir dans les vergers et grignoter sur les arbres. Ma mère, détestait que je prenne part à ce genre de chose, parce qu’autant, elle laissait volontiers mon frère jouer, moi, elle préférait que je me tienne bien. Pourtant, je réussissais toujours à m’échapper de sa surveillance et je grimpais aux arbres pour manger les fruits. Je me souviens précisément de la dernière fois où cela est arrivé, j’avais dix ans, Grand-Papa était malade, mais nous sommes partis quand même, c’était la dernière année où je pouvais profiter de cela avec lui, je le savais malade, et j’avais préparé de quoi déjeuner au bords de la rivière près du Verger…nous avons passé la journée là bas, et nous nous sommes même baigné, après une jolie bataille d’eau initié par mon grand-père. Il jouait avec nous comme un fou et mon père nous avait rejoint en cachette pour profiter aussi, puis ma mère a bougonné en débarquant et à ma grande surprise elle a grimpé dans un arbre pour manger des cerises…nous savions, tous les grands et moi que mon grand-père n’avait plus énormément de temps, nous avons profité tous ensembles et j’ai aimé grandement ce moment… »

Dans sa confidence pleine de sincérité, ses yeux avaient doucement rougi, Leonie souriait de ce souvenir entre pudeur et amusement, elle revoyait sa mère faire, son grand père jouer à être un grand ogre faisant hurler son petit-fils qui courrait dans la rivière pour lui échapper, elle détailla un peu et pouffa de rire à tout cela, les pommettes rougies, sa main cachant doucement ses lèvres désormais, elle poussa un soupire.

« Maintenant dites-moi, quel est votre … hum…expression favorite ou citation. Personnellement j’aime énormément Ne cours pas après les gens, sois toi-même. Occupes-toi de tes propres affaires et travaille fort. Les bonnes personnes, celles destinées à faire partie de ta vie, viendront d’elle-même vers toi et elle resteront. »

Souriant encore, toujours, Leonie lui laissa la porter des mots avant de confier.

« Une citation de ma mère, qui l’avait appris de la sienne. »


Discussions et badinages [Raimond] - Page 2 Fabspqu
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum