-35%
Le deal à ne pas rater :
Pack LEGO Super Mario – La forteresse de la Plante Piranha
32.48 € 49.99 €
Voir le deal

Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
246
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Dim 26 Avr 2020 - 16:19
Le temps avait su passer, quelques semaines depuis que ses lèvres avaient effleurées les siennes dans une caresse qu’elle ravivait par une douce pensée accordée à ce souvenir. Elle n’avait su se résoudre à en parler à la famille impériale, son fiancé ou l’Impératrice elle-même, s’attendant presque à voir les remarques venir d’elles-mêmes sans pour autant que ça n’arrive. Ainsi, peut-être leurs oreilles avaient-elles su être préservées de ces faits peu honorables. Quoiqu’à la réflexion, un baiser n’était rien de si regrettable, non ? En revanche, d’autres oreilles avaient dû doucement saigner à l’annonce d’un mariage à venir. En effet, l’Impératrice, après avoir mis fin au suspense la concernant, avait également annoncé les Noces à venir de son oncle avec la Raclusienne. Daphnée avait ouvertement menti à Raimond à ce sujet, à sa demande, dans un jeu auquel ils s’étaient prêtés. Ce fut d’ailleurs sous ce prétexte qu’elle avait fait parvenir un pli au jeune homme, le conviant à régler son dû puisqu’il avait perdu. Si elle s’était inquiétée de recevoir une réponse, elle fut agréablement surprise de constater que le séduisant jeune homme tiendrait parole et saurait lui offrir un cru de sa réserve personnelle. Cependant, comme pour lui prouver qu’elle n’était pas mauvaise joueuse, elle lui avait proposé de le retrouver dans une salle de jeux afin de lui accorder une petite victoire dans ce jeu qu’il avait initié. Ainsi, également, elle espérait bien se protéger d’une nouvelle tentative plutôt inconvenante de sa part…

Vêtue d’un chemisier immaculé aux manches bouffantes, boutonnés jusqu’à ce col qu’elle avait orné d’un ruban de soie azur, elle portait une longue jupe d’un beige clair qu’une ceinture de cuir venait doucement cintrer à la perfection sur sa taille. Une paire de bottine du même ouvrage venait rendre la chose bien harmonieuse. Ses longs cheveux d’argent demeuraient lâches, cascade ondulée s’écrasant contre ses reins. Elle ne portait pour seuls bijoux qu’une paire de boucles d’oreilles en argent et ornées de saphirs. L’un des premiers présents qu’elle pouvait se vanter de posséder de la famille impériale. Nulle bague à son doigt, cependant, les choses étant encore trop récentes pour être aussi largement affichées et, visiblement, son fiancé n’avait pas su s’encombrer de ce genre de détail qui, pourtant, ne manquerait pas de faire jaser la populace. Elle le savait, les choses saurait se faire au fur et à mesure, tout comme ce rendez-vous pris avec la couturière royale pour parler chiffon… Finalement, se cacher dans une salle de jeux était certainement la chose la plus positive qui pouvait lui arriver dans ces temps étranges.

Après avoir échangé avec le gentilhomme sur le sujet, elle l’avait laissé la conduire là où ses habitudes étaient les bonnes. Ainsi, quand son fiacre s’arrêta devant le casino, Daphnée laissa ses yeux vagabonder sur l’espace, cherchant autant de points de repères que de visages connus. Et rapidement, son regard clair se posa sur Raimond à qui elle adressa un merveilleux sourire. Soulevant un pan du tissu pour ne pas le crotter sur les trottoirs, elle s’avança vers lui avant de le saluer d’une révérence. « Mon cher ami, je vous souhaite le bonsoir. Ainsi, voilà l’endroit où vous prenez plaisir à jouer avec d’autres gens en espérant faire bonne fortune ? Je ne suis guère sûre d’être la compagnie idéale si tel est votre projet, malheureusement… »


Les petits mensonges font les grands amis ◘ Raimond et Daphnée. Fc3xBB3
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
149
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Mer 20 Mai 2020 - 22:33

Je regardais un peu la mise de la jeune femme qui m’accompagnait ; elle était un peu sobre, non ? Je voulais dire… c’était une manière étrange de présenter les choses. Il manquait quelque chose, peut-être quelques bijoux, peut-être ? Possible. Difficile à dire, mais c’était trop « peu » à mon gout ; je ne voulais pas qu’elle soit couverte d »or et d’argent mais tout de même. Elle n’était pas si pauvrette, non ? Par tous les dieux ! un peu de classe tout de même ! Au moins elle avait été sport en me proposant de nous retrouver autour d’une table de jeux que j’affectionnais. Et sincèrement, les cheveux lâchés… cela faisait un peu putain, non ? Mais je n’en pipais mot et, la voyant arriver, descendre du fiacre, je me penchais pour baiser délicatement sa main comme il seyait à mon rang et au sien.

« Je suis heureux de vous revoir, Daphné… et j’espère que vous n’avez pas eu d’ennuis à cause de moi ? »

Oui, voilà. Normal comme question. Toujours était-il qu’elle semblait assez fascinée par ce lieu. N’en avait-elle jamais fréquenté ? Je souris, tendre et agréable avec elle alors que je lui répondais, un air malicieux sur les lèvres.

« Oh, Daphnée, voyons, je n’espère pas faire bonne fortune, je la fais déjà… un accord a été trouvé pour mes propres épousailles. Alors la bonne fortune, je l’ai déjà trouvée. »

Oui, elle ne pouvait pas le savoir alors je lui apprenais la grande nouvelle. C’était normal, non ? Juste heureux de la manière dont cette affaire là avait tourné, j’en souris un instant un peu benoitement.

« Mais de toute manière, ici, nous ne cherchons pas à faire fortune, mais à en perdre des fortunes. Par ennui, par excitation du jeu aussi… venez, je compte bien vous initier à cet univers très particulier et follement amusant ! Venez ! »

Je lui proposais mon bras pour la conduire à l’intérieur.

« C’était un beau mensonge, il faut le reconnaitre… vous n’êtes pas trop déçue qu’il ne s’agisse que d’un mensonge… épouser le jeune et vigoureux au lieu du vieux décrépit aurait été de bien meilleur auspice pour vous, non ? »


Les petits mensonges font les grands amis ◘ Raimond et Daphnée. BiYb2et
Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
246
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Lun 1 Juin 2020 - 0:27
Allait-il à nouveau se jouer doucement d’elle en venant faire glisser ses lèvres contre les siennes ? l’idée glissa dans son esprit, très rapidement balayée par cette main venant saisir la sienne pour mieux poser ses lèvres dessus. Enfin, il retrouvait des manières qui lui étaient plus adaptées. Soulignant son bonheur de la revoir, il ne tarda pas à redevenir aussi mutin qu’elle l’avait laissé. Des ennuis ? Elle aurait pu avoir toute sorte d’ennuis, en réalité, si elle avait su se montrer honnête. Mais ces baisers volés demeuraient son secret, autant que le jeune page qui les accompagnait ce jour-là était capable de tenir sa langue. A lui, elle n’avait rien dit, estimant qu’il saurait quoi faire pour mieux préserver son devoir. Mais nulle remontrance n’était arrivée à ses oreilles, de la part de son fiancé qu’elle savait pourtant normalement bien informé, que de l’Impératrice elle-même. « Pas le moindre… Mais que cela ne soit pas un prétexte pour tenter de m’en donner de nouveaux… » Elle lui adressa un sourire entendu, comme pour mieux lui faire comprendre qu’aussi plaisant avait pu être l’instant, mieux valait pour lui ne pas s’aventurer sur ce terrain aujourd’hui…

Essayant de mieux comprendre ce qui pouvait l’attirer dans pareil endroit, les yeux rivés sur la façade du bâtiment, elle eut comme du mal à comprendre ce qu’il disait. Epousailles. Cillant un instant, elle reporta ses grands yeux froids sur lui, cherchant à voir s’il cherchait, à son tour, à lui mentir. Mais non. Il avait l’air de lui offrir la plus grande des vérités. Daphnée ne put dissimuler sa surprise. « Vraiment ? Vous avez finalement su trouver chaussure à votre pied digne de ce nom ? » Devait-elle masquer sa déception ? Oui, certainement. La surprise l’emportait sur ses traits, de toutes manières, n’ayant nullement été avertie d’une telle nouvelle. Se reprenant doucement, elle finit par sourire. « Eh bien… Je me dois donc de vous féliciter et suis plus qu’heureuse de savoir que nous allons pouvoir trinquer à cette nouvelle merveilleuse d’ici bien peu de temps, entre deux parties de jeu. » C’était tout ce qu’elle pouvait lui souhaiter, d’être heureux. Il était son ami et méritait ce bonheur, même s’il était grisant de se dire qu’à quelques mois près, les choses auraient peut-être été différentes. Oui, voyez-vous, Daphnée partait du postulat que Nemrod ne survivrait pas à ce mariage, pas plus que ses anciens prétendants, mais que ce statut de fiancée lui confèrerait une aura capable d’intéresser le Prince des Deux Cîmes… Et alors, le rêve aurait peut-être su devenir réalité…

Rapidement, il revint sur les pratiques de ce lieu, soulignant qu’il ne comptait pas y faire fortune mais bien vider ses poches avec une certaine allégresse. Lui proposant son bras, il l’invita à la suivre dans cet antre dont elle ignorait tout, ses yeux pétillants d’une excitation certaine. Après tout, même s’il avait perdu, ses paroles avaient su la séduire et la curiosité avait fait son œuvre, la poussant à lui donner rendez-vous au casino plus que dans un lieu plus intimiste. Revenant d’ailleurs sur les raisons de leur venue et leur rencontre, il effaça son sourire de quelques paroles. Était-ce volontaire pour lui de marquer avec insistance cet aspect de ses noces à venir ? « On dit que l’âge offre la Sagesse… Alors si d’un point de vu physique, tout ceci n’a rien d’avantageux, je peux me réjouir, d’un point de vue plus spirituel. » Pour autant, elle ne souriait pas réellement, se contentant d’étouffer son soupir dans un pincement de lèvres. N’était-elle pas avec Raimond ? Ne pouvait-elle pas tout lui dire ? « Mais pour être honnête, il faudrait être folle de ne pas être déçue, n’est-ce pas ? Enfin… Disons que si la malédiction dont je fais objet frappe, il vaut certainement mieux pour tout le monde que j’emporte l’Oncle plutôt que le Frère, ne croyez-vous pas ? » Ses propos pouvaient être scandaleux d’un certain point de vue. Mais elle se savait en compagnie d’un homme qui n’était pas dans le cœur des Choiseul et ce, pour une raison qui ne pouvait être que réciproque. Alors que risquait-elle à se livrer à lui ?


Les petits mensonges font les grands amis ◘ Raimond et Daphnée. Fc3xBB3
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
149
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Mer 10 Juin 2020 - 23:02
Elle n’avait pas eu d’ennuis ? Je ne lui en espérais pas, mais j’avouais volontiers que j’espérais, je ne savais pas trop, peut-être un peu plus de branle-bas de combat au sein de palais, suite à ma petite frasque qu’elle avait partagé bon gré mal gré… c’eut été intéressant, il fallait le reconnaitre. je lui fis un sourire alors que finalement, je me contentais de hausser les épaules avec un sourire jusqu’aux oreilles, et je ^pris un air malicieux.

« Allons donc ! Jamais je n’oserais ! Je suis trop bien élevé ! »

Est-ce que cela sonnait faux ? Peut-être… mais cela sonnait surtout espiègle. Parce j’avais beau être éduqué, j’avais déjà commis l’impair d’aller trop loin – mais était-ce vraiment un impair ? – aussi je pouvais recommencer, non ? Je me contentais d’un clin d’œil avant de changer de sujet ; nous parlâmes alors de mes fiançailles.

« A dire vrai je ne la connais pas encore. C’est la benjamine de la famille de Marzac. La sœur ainée, la cheffe de famille, dirige la banque. Vous connaissez peut être ? Forcément au moins de nom ! »

Oui, voilà. C’était une grande famille. Pas aussi noble qu’il aurait été bon qu’elle le soit mais tout de même. Mais était-ce moi ou je percevais moins de chaleur de sa part dans les félicitation.

« Oh, ne vous réjouissez pas trop, rien n’est encore fait, rien n’est officiel. Et je doute néanmoins qu’il s’agisse d’un mariage autre que de convenance. Mais trêve de paroles attristantes, venez, allons donc dépenser sans vergogne l’argent si durement acquis et si vite envolé ! Je compte bien vous apprendre les cartes, et autres jeux d’argents plus cérébraux que la roulette ou autre… qu’en dites-vous ? »

Je souris avant de conclure quand même sur sa question.

« Sincèrement, si vous deviez en emporter, j’aurais tendance à dire toute la famille, mais ce ne serait ni sage, ni bien, alors un homme de bien vous dirait qu’il serait mieux de n’en emporter aucun. Mais un homme sage dirait qu’entre les deux, le frère serait une moins grande perte, de ce que j’ai compris de sa petite personne. »

Voilà qui était dit. Sincèrement, ; toute la famille pouvait aller aux corbeaux. Je l’entrainais, plus jovial, dans l’établissement où l’accueil fut un « bonjour messire, désirez-vous un vestiaire pour vous et la dame qui vous accompagne ? » et autres attentions, notamment en nous fournissant chacun un étui de cuir rempli à moitié de jetons taillés clairement dans du bois, du bois d’essence précieuse à n’en pas douter, d’une valeur, expliquais-je à ma compagne de la soirée, d’une dizaine de rames d’or chacun. Une petite fortune que j’avançais bien volontiers, le but était de s’amuser et au diable l’argent… Et finalement nous entrâmes dans la salle de jeu à proprement dit. Il y avait de chaudes lumières, de la musique légère dans le fond, et de nombreuses tables. L’odeur de tabac était présente et en conséquence, je sortais une pipe en ivoire et écume de mer, et je proposais, comme il se devait, une cigarette, plus féminine et prises volontairement pour l’occasion, à la jeune femme.

« Désirez-vous fumer un peu ? »

L’odeur de tabac était présente comme s’il s’agissait d’une coutume locale.

« Par quoi désirez-vous commencer ? Hasard ? Cartes ? »


Les petits mensonges font les grands amis ◘ Raimond et Daphnée. BiYb2et
Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
246
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Sam 18 Juil 2020 - 14:32
Trop bien élevé ? Elle n’aurait pas été dans un lieu aussi fréquenté, elle aurait très certainement levé les yeux au ciel avec insolence, se souvenant que cette fameuse éducation parfaite l’avait poussé à lui voler non pas un, mais deux baisers aux yeux de quelques passants curieux. Repoussant une mèche blonde derrière son épaule, elle finit par prendre son bras pour se laisser guider dans un lieu dont elle ne connaissait que bien peu de choses, si ce n’était ce qu’on avait bien voulu lui raconter sur le sujet.

Surprise de cette nouvelle, elle accueillit les fiançailles avec une franchise détonante, peu capable de masquer sa déception et la joie qui suivit. Car oui, même si elle aurait aimé être l’heureuse élue, elle ne pouvait que se réjouir de savoir que l’homme avait finalement trouvé parti suffisant à son rang. Et Daphnée comptait bien le soutenir dans tout ceci, d’une manière, ou d’une autre. Quand il souligna qu’il ne la connaissait pas encore, elle haussa un sourcil surpris. Voilà quelque chose à laquelle elle ne s’attendait pas, étant persuadée au fond d’elle que Raimond aurait forcément accepté une alliance maritale qu’en ayant connaissance du second parti impliqué. La benjamine de la famille Marzac. Cillant, elle accusa la nouvelle, comme une trahison. Quelques jours avant, elle avait retrouvé Leonie après des années sans s’être vues et si les choses avaient joyeusement commencé, leur discussion avait coupé court à l’annonce des sentiments de Daphnée et sa franchise. Et en aucun cas, la matrone de la famille Marzac n’avait su lui indiquer que sa jeune sœur était fiancée à un autre ami précieux de la Samabartel. « Leonie. Nous nous connaissons bien, nous sommes… Enfin, nous étions amies, j’ignore si tel est toujours le cas, je crains l’avoir terriblement déçue. » Elle était honteuse de devoir le confesser. Mais, dans le fond, elle avait simplement oublié les racines Ambrosiennes solidement accrochées de la dirigeante de la banque.

Rien n’est officiel. Elle se sentait privilégiée de recevoir une telle nouvelle, souriant doucement e ce pansement qui sut venir calmer sa peine. Un autre mariage de convenances… Comme elle le comprenait. D’ailleurs, la conversation sut bien rapidement revenir sur leur préoccupation principale de la soirée : les jeux. « Je suis prête à m’essayer à bien des choses si tant est que vous êtes là pour me guider… » Les topazes de ses yeux se reposèrent sur lui et son sourire s’agrandit. Elle lui faisait confiance. Une confiance aveugle basée sur des souvenirs communs de l’époque de son pupillat, une petite dizaine d’années plus tôt. Puis, revenant sur ses propres fiançailles enfin annoncées et mettant fin au petit mensonge qu’elle avait façonné, il eut un discours bien différent de celui de Leonie qui lui fit écarquiller doucement les yeux. Tous les emporter ? Elle connaissait sa rancœur à leur égard, mais de là à espérer leur fin à tous… n’était-ce pas trop extrême ? Reconnaissant le manque de sagesse dans ses paroles, il souligna qu’il valait mieux emporter l’inutile frère que l’oncle précieux. Daphnée ne put retenir un léger rire. « Vous avez raison, n’annoncez rien et prenez la peine de découvrir qui sont les Marzac avant de vous engager sur une telle pente… Leonie a condamné mes propos quand j’ai déclaré espérer voir l’homme périr plutôt que de l’épouser… Je doute qu’elle ne laisse sa sœur tomber dans les bras d’un homme souhaitant la fin d’un empire qu’elle chérit… » Au moins, saurait-il tenir sa langue en sa compagnie et éviter quelques déconvenues qui appelleraient la trahison.

Faisant leur entrée dans la bâtisse, elle se laissa guider par Raimond, se montrant polie, admirant les jetons qu’il lui avait tendu, surprise de découvrir leur valeur et soudainement moins encline à vouloir les poser sur une table pour les miser et risquer de les perdre. Conduite par le bras meneur du Prince des Deux Cîmes, ils arrivèrent dans une salle de jeux et Daphnée découvrit l’ambiance enflammée que pouvait engendrer de tels jeux. La fumée rendait l’atmosphère plus mystérieuse encore et, peu habitué, Daphnée fronça les narines devant une odeur aussi peu agréable. Et pourtant, elle sut très rapidement qu’elle allait s’y accommoder, en particulier quand son compagnon sortit sa propre pipe. Le regardant faire, elle fut presque surprise de le voir lui proposer une cigarette. « Je crains ne m’être jamais essayée à ce genre de pratique… Mais qui serais-je pour refuser le cadeau d’un homme et ami. » Ses doigts longilignes se refermèrent sur l’un des tubes et, machinalement, elle le coinça entre index et majeur. Attendant qu’il lui propose de la lui allumer, elle finit par sourire en coin. « Rappelez moi qui de nous deux a perdu un pari ? J’aurais dû savoir qu’en vous laissant me montrer tel endroit, vous tourneriez la chose à votre avantage… » Car jusque là, c’était elle qui plongeait dans l’inconnu et non lui qui lui offrait un verre digne de ce nom, comme prévu. L’interrogeant sur ses envies ludiques, elle fit courir son regard sur la grande pièce, haussant les épaules. « Je serais bien tentée de mesurer ma chance, pour commencer… La stratégie des cartes risque de me demander plus de clairvoyance. »


Les petits mensonges font les grands amis ◘ Raimond et Daphnée. Fc3xBB3
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
149
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Dim 26 Juil 2020 - 21:44
Voir qu’elle était déçue me fit plaisir, un peu. Après tout… c’était la moindre des choses que de se sentir désiré, non ? Je lui fis un sourire engageant et je l’entendis alors parler de la perte de l’amitié de ma fiancée… je lui souris et posais ma main sur celle qui était passée à mon bras comme dans une forme de réconfort.

« Allons, si je devais épouser une douairière je vous avoue que je le vivrais mal, alors sincèrement, je comprends que, vous pensant en présence d’une personne pouvant comprendre, vous ayez prononcé de tels mots… et à vrai dire, moi je vous comprends. Et ce n’est pas moi qui vais aller vous dénoncer sur tous les toits. Et puis… et puis je n’ai jamais souhaité la chute de l’empire, bien au contraire. Enfin, trêve de sérieux, allons-nous amuser ! »

Elle sembla surprise que je lui propose une cigarette, mais y céda et je la lui allumais alors doucement. Elle n’avait jamais fumé ? Allons donc, toutes les grandes dames devaient de fumer quelque forme de tabac. La cigarette, pour une dame, était l’élégance même en la matière, et ce n’était pas madame Clark qui allait dire non à cette idée. N’est-ce pas ?

« Oh, n‘est pas perdant qui croit. Au fond, nous sommes là où je vous aurai amené en gagnant, donc, d’une certaine manière, sur la finalité j’ai gagné, et ce, malgré notre pari. C’est ce que j’appelle abuser de votre gentillesse à mon endroit. C’est de la stratégie, mon amie… tout est une question d’amener l’autre là où on le souhaite ! »

Je finissais de bourrer la pipe, l’allumais et en prit une bouffée que j’exhalais dans un magnifique rond de fumée en attendant de voir ce à quoi elle voulait jouer. Il y avait tant de possibilités et chacune avait son intérêt, n’est-ce pas ? Je souris et je la guidais alors vers une table de roulette, puisqu’elle voulait éprouver sa chance.

« Soit ! Une partie de roulette ne serai pas désagréable alors ! Venez, vous allez voir, c’est très simple ! Vous prenez vos jetons et vous les déposez sur la case correspondant à la couleur et au nombre que vous voulez voir gagner. Tenez, par exemple, moi je joue… disons le 13 rouge ! Puis, une fois que chacun a misé, le croupier appuie sur sa manivelle qui lance la roue et on attend qu’elle s’arrête. Il y a une bille, vous voyez ? Eh bien quand elle s’arrêtera, elle se calera sur l’un des numéros et ce sera le numéro gagnant. Le gagnant remporte les mises sur la table. Tenez ! Où placez-vous votre mise ? »

Doucement je pris sa main contenant ses jetons pour les déposer sur la table au bon endroit. Ou plutôt amener sa main à les déposer au bon endroit. Un contact prolongé mais ce n’était pas grave, cela pouvait être interprété pour guider son geste. Je lui souris.

« Prête ? »

Je fis signe au croupier qui lança la roulette.

« Et maintenant, espérez ! »


Les petits mensonges font les grands amis ◘ Raimond et Daphnée. BiYb2et
Daphnée Samabartel
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
246
Date d'inscription :
05/02/2019
Daphnée Samabartel
Propriétaire d'un comptoir commercial
http://jwrenaissance.forumactif.com
le Mar 11 Aoû 2020 - 1:17
Moi, je vous comprends. Elle eut un sourire doux, amical sur les lèvres, songeant à cette facilité qu’elle avait à lui parler, à se livrer. Eut-elle eu une autre vie qu’elle aurait su espérer encore et encore finir dans ses bras et liée à lui devant les Dieux. Mais ce privilège était réservé à une autre. A celle qu’elle avait accepté de chaperonner. Malgré le froid qui avait su s’installer entre elle et Leonie, elle tiendrait cette promesse, veillant sur sa jeune sœur à la Cour. Cette promesse-là, elle pouvait la tenir. Effrayée de son union à venir, Raimond était une présence réconfortante, lui assurant qu’il agirait de même qu’elle en tenant le même genre de discours si la situation avait été inversée. Au lieu de quoi, il épouserait une jeune et douce jeune femme qui devait être plus jeune qu’elle. Quelle injustice…

Se laissant convaincre à un peu de légèreté, elle finit par céder même à cette cigarette qu’il lui tendit, s’interrogeant un instant sur le véritable perdant du pari précédent. Mais Daphnée était curieuse et c’était certainement pour cela qu’elle avait su concéder énormément de terrain à son ami dans le cours de cette soirée. Plongeant le fin tube dans la flamme, elle inspira profondément, sentant le feu venir embêter ses bronches. Toussotant légèrement pour mieux passer son trouble, elle ne tarda pas à y revenir. N’était-ce pas comme cela que ça fonctionnait ? Ne fallait-il pas essayer à maintes reprises pour y arriver entièrement ? Abuser de votre gentillesse. Était-ce si facile de le faire avec elle ? Elle commençait à le croire, trop conciliante afin d’éviter les problèmes. Elle souhaitait simplement plaire au plus grand nombre en leur accordant ce qu’ils souhaitaient, la rendant plus vulnérable qu’elle n’était capable de le mesurer. « Ainsi dont, mieux vaut pour moi vous emmener doucement vers le bar de ce Casino afin d’obtenir mon dû et espérer partager une bouteille à vos côtés ? J’en prends bonne note… » Souriant en coin, elle finit par se décider à un jeu de chance, prête à tester cette dernière.

La Roulette. Cela semblait bien simple. On choisissait une case sur laquelle miser, correspondant à un nombre et une couleur. Il fallait donc réellement avoir de la chance pour espérer l’emporter car il n’y avait qu’un seul potentiel gagnant. L’espace d’un instant, elle fut tentée de miser un peu sur tout pour mieux se donner les moyens de voir les gains lui revenir. Raimond la précéda en plaçant ses jetons sur une case avant de lui demander où elle souhaitait placer sa mise. « Le 7 noir. » Sans réfléchir, elle avait sentit cette réponse vibrer en elle, comme si elle avait un sens profond qu’elle n’avait pas encore su déceler quoiqu’il pouvait être évident. Raimond posa alors sa main sur la sienne, la conduisant alors jusqu’à bon port sous le regard de nombreux participants. Mais si cela avait pu être gênant, tous sembleraient concentrés sur le jeu en cours. Prête ? Observant à regret les quelques jetons qui se trouvaient là, comme déjà perdus pour elle, elle soupira avant d’opiner du chef. Espérer. Il n’y avait donc que cela à faire dans ce monde ? Espérer ? Laissant ses doigts se resserrer sur la bordure de la table de jeu, elle regarda le départ de la boule avec insistance. Ses yeux océans ne cessaient plus de guetter l’endroit où elle saurait trouver place et ne plus bouger. Il y avait tant 36 possibilités. Trop. Elle n’avait aucune chance. Et d’ailleurs, elle ne tarda pas à le vérifier. S’arrêtant finalement, ce fut sur le numéro 13 que la sphère pris place. Oubliant même la mise de son camarade, elle soupira, constatant avec dépit que sa bonne fortune ne saurait être prouvée ce soir. Mais, après un court instant, se rappelant de la mise de Raimond, elle observa ses jetons pour mieux comprendre la couleur qui était la sienne. Le rouge. Vérifiant à de multiples reprises, elle porta sa main devant sa bouche et retint un cri avant de se retourner vers lui. « C’est vous ! Vous avez gagné ! Mais quelle chance vous avez… » Elle était véritablement outrée d’une telle chance et plus encore quand elle vit l’homme ramasser l’ensemble des jetons avec un outil tout indiqué pour cela avant de les ramener vers le Comte.

Lancer de dés:

Pour la valeur : ⚂ ⚄ ⚄ = 13
Pour la couleur : (R=impair // N=pair) = ⚀



Les petits mensonges font les grands amis ◘ Raimond et Daphnée. Fc3xBB3
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum