AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 2nd niveau de la cité

La maladie d'amour [PV Elena - Valerian]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Olympiane de Thiam
Violoniste
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t305-pupille-olympiane-de-thiam-musicienne http://monde2resine.fr.gd/
Nationalité : Amethienne
Messages : 1085
Date d'inscription : 02/06/2017
MessageSujet: Re: La maladie d'amour [PV Elena - Valerian] Ven 11 Aoû 2017 - 1:24
Je la vis alors fermer les yeux et prendre une grande respiration. Qu'est-ce qu'elle me cachait à la fin ? Serait-ce si grave que ça ? Cela ne pouvait pas l'être, j'étais au début de ma vie. Je commençais à peine mon pupillat. Je n'avais pas encore montré mes talents de violoniste au corps de l'Opéra. Et puis, nous n'avions toujours pas visité la ville comme me l'avait promis Valerian. Lorsqu'elle dit mon nom et rouvrit les yeux, les plongeant dans les miens, mon coeur se mit à tambouriner contre ma poitrine. J'avais à présent peur de ce qu'elle pourrait me dire.

Je la voyais hésiter, ne pas vouloir me dire la chose, essayer de me ménager. Elle me prit la main et mon regard glissa sur nos doigts les uns dans les autres alors qu'elle m'énonçait son diagnostic. Mes yeux revinrent alors dans les siens, je restai sans voix, aucun mot ne voulait sortir.

Je ne pouvais pas être... enceinte... Je... Enfin, nous... Oui nous avions... avec Nicolas... et par Ameth oui plus d'une fois... Mais de là à... Tout tournait dans ma tête et je fus pris d'un autre vertige. Je portai ma main à mon visage, me cachant les yeux et prenant de grandes respirations.

Maman t'avait bien mit en garde sur les choses de la vie Pia, tu aurais du mieux écouter les conseils qu'elle te donnait !

Suite à la remarque d'Elena, la chose qui sortit finalement de ma bouche fut un grand éclat de rire. Je ne pouvais pas retenir la chose. Peut-être un mélange d'anxiété, de fatigue, l'envie de ne pas y croire. Je me mis à rire pendant plusieurs minutes sans pouvoir m'arrêter. Certains auraient même pu croire à une démente. Je ne pensais plus à rien durant ce temps-là, je ne savais plus à quoi penser à vrai dire.

Je finis enfin par me calmer et demandai alors un peau d'eau à Elena. Elle devait me prendre pour une folle à me voir comme ça. Mais ce qu'elle me disait ne pouvait être vrai. Cela ne l'était pas non ?

"Par Ameth, moi enceinte ?" lui dis-je alors en souriant, incrédule. "Elena, dites-moi que vous vous êtes trompée. J'ai du manger quelque chose sur ce bateau. Ou bien ai-je le mal du pays. Cela peut être de l'anxiété, vous l'avez dit vous-même. Je suis sûre que c'est cela !"

J'essayai tant bien que mal de m'en persuader mais à voir son visage, il fallait bien que je me fasse une raison. J'avais été imprudente avec Nicolas. Comment avions-nous pu nous laisser aller de la sorte ?... Cela avait beau avoir été plus qu'agréable, voilà où nous en étions aujourd'hui...

"Alors c'est vrai... Je suis... Je suis enceinte... Pardonne moi Ameth pour ce que j'ai fait..."

Qu'est-ce que j'allais faire ? Qu'est-ce que j'allais devenir ? Ma mère allait en faire une maladie si elle l'apprenait... Et Everard n'allait pas se priver de me faire la leçon... Qu'allait dire Nicolas ? Il ne fallait pas qu'il sache ! Tout du moins, pas tout de suite. Je ne pouvais pas décemment aller le voir au palais pour le lui annoncer. Il fallait que j'y réfléchisse avant. Et Valerian, est-ce qu'il voudrait toujours de moi comme pupille ? Est-ce qu'on allait me renvoyer chez moi ? Trop de choses, trop de questions qui se bousculaient dans ma tête.

Je me sentais soudain perdue, je ne savais plus quoi faire ni comment réagir. Une larme perla sur ma joue alors sans même que je m'en rende compte. Puis une autre vint la suivre. Je l'essuyai de ma main mais elles se mirent à couler plus vite que je ne pouvais le faire. Et après le rire de tout à l'heure, ce furent les sanglots qui prirent sa place à présent.

Je me recroquevillai alors sur moi-même, sentant ce sentiment de solitude et de peur enfantine m'envahir. Et je fis la seule chose qui me vint à l'esprit en criant le nom de Valerian entre deux pleurs. Pourquoi lui ? Je n'en avais aucune idée. Peut-être parce qu'il était la personne que j'avais le plus côtoyé depuis mon arrivée en Ambrosia, qu'il était mon tuteur et qu'il avait promis de prendre soin de moi. J'espérai alors qu'il tiendrait sa promesse même en apprenant mon état...


avatar
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t245-dignitaires-valerian-d-andressy-comedien-gentleman-cambrioleur#4847
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 407
Date d'inscription : 11/04/2017
MessageSujet: Re: La maladie d'amour [PV Elena - Valerian] Sam 12 Aoû 2017 - 14:06
De toutes les idées qui avaient germés dans mes pensées, j’avais effleuré ce qui vient d’être révélé. Mais en vérité, j’aurais cru qu’une enfant d’Ameth, visiblement dévouée ainsi que tout le peuple qui l’entourait dans sa nationalité, ne soit pas capable de … s’encanailler sans un minima de mariage en vérité. Je me suis trompé.

Le dos contre le mur, j’écoute ce qui se dit, soucieux je vous le jure. Non pas parce qu’’elle allait se retrouver enceinte dans ma maisonnée, mais parce qu’en toute vérité, parce que je n’avais aucune idée de comment l’aider ! Ce n’est pas de moi que je me souciais une fois la chose révélée, mais d’elle, car moi, peu m’importait, je suis et je resterais, Valerian d’Andressy, voleur en vérité mais dont le cœur n’est jamais mal agité.
Sous le coup, tout de même, je l’avoue, de ce diagnostic un peu tabou, je reste silencieux à regarder, le monde continuer de tourner. On irait à m’accuser, ainsi qu’il sera facile de le jouer, puisque les gens n’ont que de minuscules pensées. Mais je me fous de ma réputation, les langues seraient poisons, quand cela se verrait, Olympiane serait pointée de doigt pleins de préjugés. Et par ses paires et par des étrangers…

J’envisage le pire en vérité, mais je ne peux me contenter de croire que tout irait. Car cela ne serait pas le cas, ça n’irait pas. Quand cela se verrait, les gens parleraient et il fallait trouver un moyen de la protéger…j’en avais bien une idée…mais alors que je me perds dans mes pensées, j’entends mon nom être sangloté.
Sans permission, inquiet, j’ouvre la porte et franchit la séparation de grandes enjambées, la saisissant dans mes bras, comme un père ma foi, je la serre contre moi, la rassurant de quelques mots choisis, sans faire l’idiot cette fois-ci.

L’heure est un peu grave il faut l’avouer, mais au final, un enfant n’est jamais mal arrivé, enfin, si mais vous me comprenez. Pourquoi les larmes lui venaient ? Je la rassurais par ce calin mesuré et c’est Elena que je me mis à regarder.

-J’ai bien conscience que vous n’irait rien répéter, c’est un secret professionnel que vous avez. Mais, pouvez-vous jurer sur votre Dieu, que vous tiendrez ce secret ? De vous, je ne devrais pas douter, mais en vérité, j’ai plutôt confiance aux serments qu’aux restes des choses assurément. Ce n’est pas moi que je souhaite protéger, c’est Olympiane en vérité….

Je pouvais la vexer, mais je n’en avais rien à faire en vérité. Je ne connaissais pas Elena, cela n’encourageait pas, je le sais, mes idées de séduction avancée, mais cela ne m’importait pas. Tout ce que je souhaitais, c’est avoir un serment sur ce qui s’était dit et passé, et si les choses se savaient, avant que cela se voit ou que Pia ne l’ait décidé, alors, ce serait évident de qui aurait parlé.

Je ne dramatise pas, nous sommes en Ambrosia et au final, c’est ici que tout se sait et est joué, le monde entier le sait. Mieux vaut se prémunir d’entrée d’un risque que cela soit éventé…



Lampré ou d'Andressy?
Charmant charmeurs, voleur de coeur, briseur de couche, l'on s'attarder pour un baiser de sa bouche. Mais est-il Valerian ou bien Lampré? Nul ne le sait séant, à vous de deviner
avatar
Elena Spina
Herboriste
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Raclusienne d'Adop
Messages : 36
Date d'inscription : 22/01/2017
MessageSujet: Re: La maladie d'amour [PV Elena - Valerian] Dim 27 Aoû 2017 - 15:57
Cela aurait pu être un aliment, si ses nausées n’avaient pas duré si longtemps. Cela aurait pu être un mal naturel, si elle avait ressenti de la douleur, et si les nausées n’avaient pas été plus fortes le matin. Cela aurait pu être… autre chose… si Olympiane avait été vierge et avait saigné comme elle l’aurait dû. Sauf qu’elle n’avait pas eu ses menstrues, et qu’elle avait perdu sa virginité sur le bateau qui l’avait menée en ces lieux. Se voulant rassurante, compatissante, Elena posa sa main sur celle, fragile, de la jeune fille. Devant son désarroi, Elena sentait ses yeux s’humidifier de larmes à son tour. Même si une nouvelle vie devait être une joie… elle comprenait sans peine l’état de la jeune pupille. Elle n’était pas mariée. Elle n’était pas installée. Elle était si jeune… Trop jeune. Comme la porte s’ouvrait sur Valerian, Elena sursauta.

Tendrement, il l’enlaça, et la berça comme un père l’aurait fait avec son enfant. Mais, au fond, n’était-ce pas un peu le rôle d’un tuteur ? Se sentant de trop, et un peu coupable aussi de lui avoir annoncé cette importante nouvelle, Elena se releva et fit quelques pas en arrière. Elle aurait aimé l’aider, la soigner…

-J’ai bien conscience que vous n’irait rien répéter, c’est un secret professionnel que vous avez. Mais, pouvez-vous jurer sur votre Dieu, que vous tiendrez ce secret ? De vous, je ne devrais pas douter, mais en vérité, j’ai plutôt confiance aux serments qu’aux restes des choses assurément. Ce n’est pas moi que je souhaite protéger, c’est Olympiane en vérité…

Effectivement, elle respectait ce secret qui lui avait été inculqué. Par son père, par sa belle-mère, et par le médecin avec lequel elle avait travaillé, après son arrivée en Ambrosia. Cela dit… Elle ne put s’empêcher de ressentir une pointe plus aigüe de culpabilité. Ce secret, il lui était déjà arrivé de le trahir. À plusieurs reprises, et une fois même avec l’Impératrice. N’avait-elle pas trahi son secret en parlant avec Everard ? À chaque fois, il s’était agi d’Everard. Il était son tuteur. Il était celui qui l’avait aidée à son arrivée ici, puis au décès de son père. Il était celui… à qui elle ne pouvait rien refuser. Plantant son regard dans celui du tuteur, elle le soutint… et sentit ses mâchoires se crisper. Pouvait-elle jurer sur Ameth qu’elle tiendrait ce secret ? Elle inspira profondément, et acquiesça. Très bien. Elle garderait ce secret. Elle ne le dirait à personne. Pas même à Everard. Pas même à l’Impératrice, dont elle était l’une des Dames de compagnie à présent. À personne. Néanmoins… Il leur faudrait faire quelque chose. Dans quelques mois, un enfant verrait le jour. « Que comptez-vous faire ? » En tant qu’herboriste, elle connaissait bien sûr des moyens de… tout arranger… mais elle ne pouvait décemment pas en parler ainsi, si ouvertement. Puis peut-être n’était-ce même pas dans les intentions de la jeune femme. Souhaitait-elle garder l’enfant ? Comment ferait-elle pour l’élever ? Qui était le père ? Il faudrait qu’elle en parle à sa famille. Et bientôt, cela se verrait ! Son ventre allait s’arrondir. « Olympiane… Je sais que… Ce que je viens de vous annoncer est… » Elle secoua la tête doucement. « Sans doute avez-vous besoin de temps pour réfléchir… Je ferais peut-être mieux de vous laisser. Sachez, toutefois, que je suis là si… Si vous avez envie de parler. » Déjà, elle s’était redressée pour partir. Néanmoins, elle attendrait un signe avant de les laisser. Elle attendrait qu’Olympiane lui signifie qu’elle pouvait la laisser. Si elle souhaitait qu’elle reste, elle resterait.
avatar
Olympiane de Thiam
Violoniste
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t305-pupille-olympiane-de-thiam-musicienne http://monde2resine.fr.gd/
Nationalité : Amethienne
Messages : 1085
Date d'inscription : 02/06/2017
MessageSujet: Re: La maladie d'amour [PV Elena - Valerian] Mar 5 Sep 2017 - 18:44
Les larmes étaient profusion. Mais le chagrin n'y avait pas sa place. Plus de la peur et de l'incertitude que de la peine. Je me laissai bercer par les bras de Valerian. Il avait ce quelque chose de vrai et protecteur qu'il se plait à cacher sous ces tonnes de simagrées. J'écoutais à peine ce qu'il disait, me laissant plus porter par le son de sa voix que par les paroles elles-même. Peut-être qu'au final je voyais en lui le père que je n'avais jamais eu. Ou que je l'espérai en tout cas.

Peu à peu je réussis à me calmer, laissant les sanglots refluer. J'entendis d'une oreille distraite ce qu'il disant à Elena mais n'y pris pas part moi-même. Elle semblait jurer de ne rien dire. Mais j'avais bien senti à quel point elle semblait proche de mon cousin à l'époque. Je me demandai si c'était toujours le cas... Il faudrait que je lui en parle moi-même avant que sa langue ne se délie, même de façon non consciente. Au final, je me détachai des bras de mon tuteur alors qu'elle me posait la question fatidique.

Ce que je comptais faire hein ?... Telle était la question. Je baissais alors les yeux sur ce ventre qui allait fatalement grossir au fil des mois. J'avançai une main tremblante puis le caressa doucement. J'avais... peur en vérité. Je ne savais pas ce qui se pourrait se passer dans les jours à venir. Et les suivants... Et même les années après ça... Je relevai la tête vers Valerian, puis vers Elena. Celle-ci semblait gênée d'être ici. Mais elle n'avait pas à l'être. Après tout, nous savions maintenant tous les trois de quoi mon mal était fait.

Du temps pour réfléchir ? Je crois que tout le temps du monde ne m'aiderait pas à y voir plus clair. Je devais faire ce que j'avais toujours fait. Prendre la vie comme elle était. Et avancer. Cela ne sert à rien de se perdre dans les méandres du cerveau.

"Restez Elena" dis-je alors. "Je... vous remercie pour votre diagnostic, quel qu'il soit... Cet enfant que je porte désormais, il n'a pas demandé à naître. Mais il n'a pas non plus demandé à mourir. Il est un don d'Ameth et par notre dieu je jure de prendre soin de lui autant que ma vie le permettra."

Je me tournai alors vers mon tuteur, lui prenant la main en souriant timidement.

"J'espère que cela ne vous embête pas d'accueillir une bouche de plus chez vous. Je comprendrai aisément votre refus. Mais si vous teniez votre promesse de prendre soin de moi, je promets à mon tour de ne vous déranger outre mesure avec ce petit bout."

Je m'approchai alors de lui, gardant sa main captive et lui imprimai un baiser sur la joue.

"Je suis désolée Valerian, vous devez être déçu de savoir que ce n'est pas vous qui prendrai ma petite fleur au final" fis-je alors en riant légèrement.

Je voulais détendre cette atmosphère bien trop pesante à mon goût. J'avais assez pleuré, cela ne servait à rien de s'apitoyer. Il fallait passer à autre chose. Et si mon ventre allait s'arrondir jusqu'à ressembler à un ballon d'air chaud et bien soit. Je soupirai juste un instant en pensant à la potentielle réaction de ma mère à tout cela... Puis mes yeux revinrent sur la jeune fille près de nous.

"Elena, si cela est toujours d'actualité, vous aviez évoqué le fait d'atténuer mes nausées non ? J'avoue que je serai bien preneuse sur le sujet..."


avatar
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t245-dignitaires-valerian-d-andressy-comedien-gentleman-cambrioleur#4847
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 407
Date d'inscription : 11/04/2017
MessageSujet: Re: La maladie d'amour [PV Elena - Valerian] Mer 6 Sep 2017 - 19:00
-La voilà dire des imbécilités, vous entendez ? Je sais que je n’ai pas de gloire en maisonnée, l’argent vient à manquer, mais une bouche de plus ou de moins !

Voilà ce que je lui répondais, me redressant avec vivacité, alors qu’Elena, je ne cessais d’observer. Sous son charme et sa beauté, il me semblait discerner quelques éloignements de pensées, j’aurais aimé trouver ce qui s’y trouvait. Mais ce n’était pas l’instant de charmer et de faire le bel endiablé.

-Mieux vaut que nous soyons serein. Mais surtout malin. Nous avons encore un peu de temps avant que votre ventre ne devienne proéminent. On pensera que c’est moi, cela ne me dérange pas,on ne cesse de m’attribuer des bâtards sans légitimité alors que je n’en ai aucun en vérité ! Mais puisque le scandale risque d’éclater, vous pourrez dire que je suis le père si vous le désirez.

Voilà ce que je pouvais dire, sans même faiblir. Je me mettais à bouger, incapable de sagement rester, j’allais l’étourdir, mais je ne pouvais m’en empêcher. Je devrais l’obliger à travailler, mais cela signifiait avoir une nourrice pour le bébé, une dame de plus dans la maisonnée, de quoi saturer ! Cela aurait pu me servir pour prétexter d’un peu plus travailler, et sortir aisément Lampré !

Ça me donnait bien des idées et je me sentais, en vérité, en train d’exalter ! Pour autant, je devais me concentrer, l’agitement de mes pensées devaient rester secret. Je me retournais pour les regarder, Elena tiendra-t-elle parole ? Elle le devrait ! Sinon il en était finit de sa réputation, si son médecin vous fait faux bond, alors à quoi bon ? Mais je ne voulais pas être méchant, juste je choisissais mon clan et c’était celui de l’enfant.

De la mère et de l’enfant.

-Et au fait, à combien de mois pensez-vous qu’elle soit ? Non que cela me regarde, je crois, mais il faut envisager si l’on peut profiter un peu de l’hiver pour la dissimulée un peu plus longtemps, les fourrures cachent les petits ventre déjà bedonnant ! Je réalisais. Ah voilà pourquoi votre robe vous gênée ! Et que vous avez faillis me faire une syncope !


Lampré ou d'Andressy?
Charmant charmeurs, voleur de coeur, briseur de couche, l'on s'attarder pour un baiser de sa bouche. Mais est-il Valerian ou bien Lampré? Nul ne le sait séant, à vous de deviner
avatar
Elena Spina
Herboriste
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Raclusienne d'Adop
Messages : 36
Date d'inscription : 22/01/2017
MessageSujet: Re: La maladie d'amour [PV Elena - Valerian] Ven 22 Sep 2017 - 21:06
"Restez Elena. Je... vous remercie pour votre diagnostic, quel qu'il soit... Cet enfant que je porte désormais, il n'a pas demandé à naître. Mais il n'a pas non plus demandé à mourir. Il est un don d'Ameth et par notre dieu je jure de prendre soin de lui autant que ma vie le permettra."

Un don d’Ameth… Cette jeune femme était décidément très raisonnable, très posée. Très sage. Un instant, Elena sentit son cœur fondre. Cette jeune femme était décidément très attachante. Cette sagesse était-elle un trait de famille ? Everard aussi était très sage. Trop sage même parfois. Il n’était pas rare qu’elle se prenne à espérer qu’il se lâche un peu plus, surtout avec elle. Après tout, ils se connaissaient très bien, avaient partagé de nombreux secrets, et avaient même partagé… Une intimité que peu de gens partageaient. Pourtant, il continuait d’agir avec elle avec une forme de distance, de froideur… qu’elle déplorait. Comme la jeune femme se détournait pour s’adresser à son tuteur, Elena acquiesça puis se rapprocha du lit. Néanmoins, elle ne souhaitait pas les gêner et préférait leur laisser un minimum d’intimité. Aussi baissa-t-elle la tête, se contentant de rester là, près d’eau, en silence, et immobile.

Jusqu’à ce qu’Olympiane reprenne la parole, et prenne Elena complètement par surprise : "Je suis désolée Valerian, vous devez être déçu de savoir que ce n'est pas vous qui prendrai ma petite fleur au final" D’un coup, elle releva la tête. C’était visiblement une blague entre eux… Mais Elena ne put s’empêcher de rougir. Parce que, si ce n’était pour Olympiane qu’une plaisanterie, c’était pour elle tout autre chose.

"Elena, si cela est toujours d'actualité, vous aviez évoqué le fait d'atténuer mes nausées non ? J'avoue que je serai bien preneuse sur le sujet..." Mal à l’aise, Elena déglutit et battit rapidement des paupières. Avait-elle évoqué cela ? Vraiment ? Elle n’en gardait pas souvenir. Elle se souvenait par contre très bien d’avoir avancé – très subtilement – la possibilité de mettre fin à cette grossesse… Mais cela ne semblait pas avoir même effleuré Olympiane. « C’est toujours d’actualité évidemment… Je vais vous concocter des tisanes qui devraient vous faire beaucoup de bien. »

-Mieux vaut que nous soyons serein. Mais surtout malin. Nous avons encore un peu de temps avant que votre ventre ne devienne proéminent. On pensera que c’est moi, cela ne me dérange pas,on ne cesse de m’attribuer des bâtards sans légitimité alors que je n’en ai aucun en vérité ! Mais puisque le scandale risque d’éclater, vous pourrez dire que je suis le père si vous le désirez.

Cette fois, ce fut au tour du tuteur d’Olympiane de la surprendre. Acceptait-il réellement d’endosser la responsabilité de cette grossesse aux yeux du monde d’Ambrosia ? Finalement, peut-être avait-elle mal jugé cet homme, quand elle avait posé son regard sur lui pour la première fois. Elle l’avait imaginé vantard, séducteur, léger… Mais il n’était pas dénué de loyauté.

-Et au fait, à combien de mois pensez-vous qu’elle soit ? Non que cela me regarde, je crois, mais il faut envisager si l’on peut profiter un peu de l’hiver pour la dissimulée un peu plus longtemps, les fourrures cachent les petits ventre déjà bedonnant ! … Ah voilà pourquoi votre robe vous gênée ! Et que vous avez faillis me faire une syncope !

Combien de mois ? Ah, cette question s’adressait à elle. Comment voulait-elle qu’elle le sache ? Elle leva les yeux au ciel. Elle était herboriste, pas sorcière. Enfin, cela ne devait pas durer depuis bien longtemps. Son ventre n’était pas encore arrondi, et elle ne s’était pas inquiétée de son absence de menstrues. Enfin, si cet enfant avait été conçu lors de la croisière qui l’avait menée en Ambrosia, il serait facile d’évaluer l’avancée de cette grossesse. Quelques semaines seulement. « Puisque l’enfant a été conçu sur le bâteau ayant amenée Olympiane ici… Il ne doit être âgé que de quelques semaines. Il ne devrait pas naitre avant sept mois, je dirais. » Approximativement, évidemment. Certaines grossesses n’allaient pas jusqu’à leur terme. « Quant aux vêtements qu’il va vous falloir acquérir, je dirais qu’il faudra de nouvelles toilettes dans moins de deux mois… »
avatar
Olympiane de Thiam
Violoniste
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t305-pupille-olympiane-de-thiam-musicienne http://monde2resine.fr.gd/
Nationalité : Amethienne
Messages : 1085
Date d'inscription : 02/06/2017
MessageSujet: Re: La maladie d'amour [PV Elena - Valerian] Lun 25 Sep 2017 - 1:43
J'avais fait des yeux ronds lorsque Valerian m'avait proposé de donner son nom si on me posait des questions. La chose était tentante, cela me permettrait de m'esquiver certes. Mais je n'étais pas franchement à l'aise avec ça. Je ne voulais pas lui mettre ça sur le dos. Et puis, nous aurions surement des problèmes si cela venait aux oreilles de la ministre de l'éducation. J'avais entendu que les tuteurs initiaient quelques fois leurs pupilles aux choses de la vie. Mais de là à dire que j'étais enceinte de lui, il y avait tout de même un pas. Un pas que je ne souhaitais pas forcément parcourir. Je dirai simplement que j'étais une mère célibataire. Je ne savais pas si cela était si mal perçu ici mais ça éviterait bien des problèmes je pense.

Je laissai Valerian poser la question fatidique à Elena, détournant un peu mon regard. Elle ne m'avait ausculté que brièvement mais elle lança une approximation que je trouvais plutôt exacte.

"Oui cela semble logique..." dis-je en portant mon regard sur mon bidon.

Je n'avais pas vraiment attendu sa réponse pour savoir à combien j'en étais. Après tout, nous avions été imprudents lui comme moi. Et voilà le résultat. Mais je ne pouvais pas en vouloir à celui qui m'avait rendu folle. Et je prenais ce petit comme un cadeau plus qu'une malédiction.

Je relevai la tête lorsqu'elle fit mention d'une nouvelle garde robe. Encore des dépenses en vu. Moi qui venais juste de racheter quelques toilettes et de faire réparer mon violon. Décidément, j'allais devoir demander une rallonge à ma mère à ce rythme là... Je soupirai rien qu'en y pensant. D'autant plus que tant que j'étais clouée au lit, je ne pouvais aller jouer dans l'orchestre. Le chef avait été compréhensif en me donnant quelques jours pour me remettre, j'espérai bien qu'Elena m'aide à calmer mes nausées. Ne serait-ce qu'un peu. Et avec les tisanes qu'elle me proposait, je pensais que ça serait le cas. Tout le temps que mes pensées tournaient dans ma tête, je passais mes doigts sur mon ventre par dessus ma chemise sans vraiment m'en rendre compte. Quand je repris mes esprits, je rougis légèrement et me forçai à arrêter, posant mes mains à côté de moi.

"Je vais paraitre bête mais... J'aimerai savoir ce qui va arriver tout au long de ma grossesse... " dis-je en baissant la tête quelque peu gênée.

Je devais passer pour la dernière des imbéciles à demander ça mais je n'avais pas vraiment connaissance de tout ça. Après tout, ma mère m'avait bien parlé de l'avant mais pas de ce qui se passerait si jamais... et bien, si jamais la situation présente se présentait.

"Est-ce que... je vais avoir des douleurs ? Et quand les nausées vont-elles cesser ? Ou au moins s'atténuer ?"

Je continuai à poser tout un tas de questions, j'étais quelque peu inquiète tout à coup. La peur de l'inconnu en sommes. Et plus j'en saurai, mieux je me porterai. Le stress ne devait pas jouer en ma faveur dans mon état.


avatar
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t245-dignitaires-valerian-d-andressy-comedien-gentleman-cambrioleur#4847
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 407
Date d'inscription : 11/04/2017
MessageSujet: Re: La maladie d'amour [PV Elena - Valerian] Lun 9 Oct 2017 - 11:49
Voilà où nous en sommes, et sans que cela la faute de ma personne ! Je dois avouer que j’aurais grandement préféré que les choses ne se soient pas ainsi déroulées, mais puisque les dieux ont décidé qu’ainsi cela se passerait, qui suis-je pour les contrarier ! Peut-être est-ce, en vérité, un signe me faisant comprendre que je dois expier pour Lampré, mais je n’ai jamais volé pour ma complaisance, encore moins mon aisance, je prends et je chipe ce que les gens détiennent par avidité, les gens de la haute trop empesé, et si je puis rendre à plus désœuvré, je le fais.

-mesdames vous me pardonnerez, mais j’ai quelques petites choses à faire désormais. Olympiane vous veillerez à me faire résumer de toutes ces joyeusetés. Nous veillerons à soulager vos état de santé, et nous pouvons tout à fait ramener les robes que nous avons acheté, je m’arrangerais. Nous pourrons tout à fait envisager des tenues plus simple, surtout pour la maisonnée et probablement de ces costumes féminisés qui vont tant et si bien à notre délicieuse majesté !

Je me redresse séant, ne pouvait rester maintenant. Des choses et autres à faire présentement, non que je souhaitais l’abandonner, mais j’avais une pièce a répété et surtout l’habit de Lampré à endosser, mais cela elle n’avait point à le savoir en vérité !

-A moins que vous ne vouliez encore de moi pour tout cela, mais je vous laisse entre d’excellente mains Pia. Sur son front je vins déposer un baiser, souriant sans me démener, je lui fais un clin d’œil plein de complicité. Mademoiselle Spina, ce fut…pour moi…le plus grands des ravissements de vous avoir vu comme cela. Puissions-nous, un de ces jours, nous retrouver, qui sait, lors d’un petit-déjeuner ?

Ne jamais perdre son temps, j’attendrais si on me dit de rester séant, mais je me permettrais de m’en aller, non sans espérer une promesse de ce que j’avais proposé. Un dîner s’était surfait, un déjeuner aussi, mais se retrouver en une matinal matinée, ça, c’était beaucoup plus stylé, d’aller ensemble brunché comme on pourrait mieux le nommer.

A Elena bien entendu, je ne me privé en aucun cas, d’un baise main parfait, avant de m’en aller.


Lampré ou d'Andressy?
Charmant charmeurs, voleur de coeur, briseur de couche, l'on s'attarder pour un baiser de sa bouche. Mais est-il Valerian ou bien Lampré? Nul ne le sait séant, à vous de deviner
avatar
Elena Spina
Herboriste
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Raclusienne d'Adop
Messages : 36
Date d'inscription : 22/01/2017
MessageSujet: Re: La maladie d'amour [PV Elena - Valerian] Dim 22 Oct 2017 - 20:08
Pauvre Olympiane. Elle était si jeune, et vouée à un destin si prometteur. Bien sûr, ce qui lui arrivait, lui arrivait par sa faute. Elle avait été légère et cet enfant était la conséquence de son inconscience mais… Discrètement, Elena soupira. Si Everard n’avait pas été si prévoyant, peut-être aurait-elle pu être à sa place. Comme la jeune femme lui posait deux excellentes questions, son tuteur en profita pour tirer sa révérence et s’excuser. Après quelques mots rassurants pour sa pupille, l’homme se tourna vers elle.

- Mademoiselle Spina, ce fut…pour moi…le plus grands des ravissements de vous avoir vu comme cela. Puissions-nous, un de ces jours, nous retrouver, qui sait, lors d’un petit-déjeuner ?

Un petit-déjeuner ? Elle et lui ? Lui et elle ? Comme il tendait la main pour qu’elle y dépose la sienne, pour un galant baisemain, Elena se sentit rougir. Bien qu’elle fut ravissante, elle n’était pas habituée aux compliments ni encore aux invitations. Tant et si bien que celle de ce monsieur la prit réellement par surprise. « Eh bien, je… Pourquoi pas… Je… Oui… D’accord… » Pauvre Elena, du haut de ses 28 ans, elle savait tout des bébés et de la manière de les mettre au monde, elle savait également – évidemment – comment ils étaient conçus… Mais elle n’avait aucune expérience des choses de l’amour et du flirt. Bien qu’elle soit profondément amoureuse d’Everard, la relation qu’ils entretenaient n’avait rien de romantique.

Elena suivit l’homme des yeux tandis que celui-ci s’éclipsait et refermait la porte derrière lui, laissant Elena seule avec Olympiane. Souhaitant rassurer celle-ci, Elena posa sa main sur la sienne, doucement. « Ne vous inquiétez pas, tout se passera bien. » En réalité, elle n’en savait rien. Il existait de nombreuses complications possibles, mais il ne servait à rien d’inquiéter la jeune femme avec cela. « Pour en revenir à vos questions… Les nausées s’arrêtent, en général, après 12 semaines. Elles s’arrêtent parfois avant. Dans certains cas plus rares, elles durent plus longtemps… Mais si cela devait être votre cas, je m’assurerais, évidemment, que vous ayez toujours suffisamment de tisanes pour y remédier. » Elle lui fit un sourire apaisant. « Quant aux douleurs, vous ne devriez pas en ressentir avant plusieurs mois. Généralement, elles ne commencent que quelques heures – voire quelques jours – avant le terme. Néanmoins, si vous en ressentez, n’hésitez surtout pas à me faire appeler. Je vous rassure tout de suite, cela ne voudra pas dire qu’il y a un problème. Chaque grossesse est différente. De même, vous ne devriez pas saigner jusqu’à l’accouchement, mais certaines femmes enceintes saignent sans que cela n’ait le moindre impact négatif sur le bébé. » Oui, en définitive, chaque grossesse était différente. « Pour en revenir aux vêtements… Vous pouvez continuer de porter vos toilettes pour l’instant. Évitez juste de trop serrer vos corsets. Vous le remarquerez vite, votre poitrine risque d’être plus sensible, et aussi de grossir quelque peu. C’est une réaction normale. Cela peut, néanmoins, être plus ou moins ennuyeux. » Certaines tenues risquaient de devenir, bientôt, particulièrement indécentes, selon le corset et le décolleté de la robe. « Ha ne vous étonnez pas, non plus, si votre caractère change. Il se pourrait que vous soyez plus sensible. Au bonheur comme à la tristesse. Et aussi que vous ayez moins de patience. » Elena haussa les épaules, avec un sourire dépité.
avatar
Olympiane de Thiam
Violoniste
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t305-pupille-olympiane-de-thiam-musicienne http://monde2resine.fr.gd/
Nationalité : Amethienne
Messages : 1085
Date d'inscription : 02/06/2017
MessageSujet: Re: La maladie d'amour [PV Elena - Valerian] Ven 3 Nov 2017 - 19:31
Je relevai la tête alors que Valerian disait devoir partir. J'aurais aimé qu'il reste mais je ne pouvais décemment pas le retenir près de moi, surtout avec la pièce importante qu'il était en train de préparer. J’espérais pouvoir être en état pour aller assister à tout ceci. J'étais curieuse de le voir jouer, n'en ayant pas encore eu l'occasion. Je lui souris alors, il était si prévenant avec moi alors qu'au final, j'étais quelque part une étrangère pour lui. C'était bizarre la façon dont nous nous étions tout de suite très bien entendu lui et moi. Comme si nos destinées étaient faites pour se rencontrer. Il était devenu malgré lui en quelques jours mon confident. Mais là encore, ça ne me semblait pas si étrange que ça en fait.

Je secouai la tête alors qu'il demandait si j'avais besoin de lui. Elena serait à même de me renseigner sur mes peurs et mes doutes. Après tout c'était son métier non ? Et puis, je lui faisais confiance. J’espérais qu'elle ne lâcherait un mot de tout ceci à quiconque, même pas à mon cousin. Mais je ne pouvais pas la surveiller. Si tel était le cas, j'agirai en conséquences. Je continuai de sourire alors que mon tuteur déposait un baiser sur mon front. Je ne posai pas de questions sur ce qui faisait fondre toutes les dames qu'il croisait, il était un gentleman parfait. Je riais légèrement alors qu'il demandait un rendez-vous avec Elena, il n'en ratait pas une, même dans une situation comme celle-là.

Je revenais finalement à notre discussion quand Elena posa sa main sur moi. j'avais hâte qu'elle réponde à mes angoisses. Je l'écoutais alors avec attention alors qu'elle m'expliquait quelques petites choses. Les nausées pouvaient donc durer tout le long de la grossesse dans certains cas. C'était embêtant ça... Cela me pénaliserait pour mon travail si tel était le cas. Je n'allais pas pouvoir garder mon secret bien longtemps avec ça... je fis une moue légèrement boudeuse à mesure qu'elle m'exposait les choses. En gros, chaque maternité était différente et il fallait que je découvre par moi-même les joies et surprises qui m'attendaient. Mais bon, au moins, j'avais un aperçu de la chose à présent.

Bon bah, je m'étais déjà fait à l'idée de prendre de nouvelles tenues, ce que j'avais fait. Mais maintenant que j'avais ce nouveau "souci" j'allais effectivement devoir changer la garde-robe. Encore... J'y réfléchirai plus tard. Je souris alors qu'elle disait que ma poitrine prendrait du volume. Ce ne serait pas un mal pour ce point là. J'avais enfin une excuse officielle pour dire au revoir à ce maudits corsages !

"En gros, chaque femme poursuit sa propre grossesse" lui dis-je en souriant. "Merci tout de même de ces quelques éclaircissements. Cela me rassure de savoir un peu dans quoi je me lance. J'ose espérer que vous resterez ma sage-femme durant le temps de cette épreuve ?" lui demandai-je alors. "Vous êtes la seule en qui j'ai confiance pour tout cela. Je me sentirai plus rassurée je l'avoue. Par contre j'aurai une dernière question avant que vous ne partiez. Si mes nausées surviennent d'un coup, vous n'auriez pas quelque chose qui pourrait les calmer ou les apaiser sur le moment ?"

Je me souviens notamment de ma syncope avec Valerian à la Volière. Ou encore du passage peu reluisant avec Emily alors que nous devions nous rendre à la foire... J'osais espérer qu'avec les tisanes cela se calmerait. Mais mieux valait prévenir en ayant un plan B au cas où.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La maladie d'amour [PV Elena - Valerian]
Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 2nd niveau de la cité-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur