AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez|

La maladie d'amour [PV Elena - Valerian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Olympiane de Thiam
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t305-pupille-olympiane-de-thiam-musicienne http://monde2resine.fr.gd/
Nationalité : Amethienne
Messages : 311
Date d'inscription : 02/06/2017
MessageSujet: Re: La maladie d'amour [PV Elena - Valerian] Ven 11 Aoû 2017 - 1:24
Je la vis alors fermer les yeux et prendre une grande respiration. Qu'est-ce qu'elle me cachait à la fin ? Serait-ce si grave que ça ? Cela ne pouvait pas l'être, j'étais au début de ma vie. Je commençais à peine mon pupillat. Je n'avais pas encore montré mes talents de violoniste au corps de l'Opéra. Et puis, nous n'avions toujours pas visité la ville comme me l'avait promis Valerian. Lorsqu'elle dit mon nom et rouvrit les yeux, les plongeant dans les miens, mon coeur se mit à tambouriner contre ma poitrine. J'avais à présent peur de ce qu'elle pourrait me dire.

Je la voyais hésiter, ne pas vouloir me dire la chose, essayer de me ménager. Elle me prit la main et mon regard glissa sur nos doigts les uns dans les autres alors qu'elle m'énonçait son diagnostic. Mes yeux revinrent alors dans les siens, je restai sans voix, aucun mot ne voulait sortir.

Je ne pouvais pas être... enceinte... Je... Enfin, nous... Oui nous avions... avec Nicolas... et par Ameth oui plus d'une fois... Mais de là à... Tout tournait dans ma tête et je fus pris d'un autre vertige. Je portai ma main à mon visage, me cachant les yeux et prenant de grandes respirations.

Maman t'avait bien mit en garde sur les choses de la vie Pia, tu aurais du mieux écouter les conseils qu'elle te donnait !

Suite à la remarque d'Elena, la chose qui sortit finalement de ma bouche fut un grand éclat de rire. Je ne pouvais pas retenir la chose. Peut-être un mélange d'anxiété, de fatigue, l'envie de ne pas y croire. Je me mis à rire pendant plusieurs minutes sans pouvoir m'arrêter. Certains auraient même pu croire à une démente. Je ne pensais plus à rien durant ce temps-là, je ne savais plus à quoi penser à vrai dire.

Je finis enfin par me calmer et demandai alors un peau d'eau à Elena. Elle devait me prendre pour une folle à me voir comme ça. Mais ce qu'elle me disait ne pouvait être vrai. Cela ne l'était pas non ?

"Par Ameth, moi enceinte ?" lui dis-je alors en souriant, incrédule. "Elena, dites-moi que vous vous êtes trompée. J'ai du manger quelque chose sur ce bateau. Ou bien ai-je le mal du pays. Cela peut être de l'anxiété, vous l'avez dit vous-même. Je suis sûre que c'est cela !"

J'essayai tant bien que mal de m'en persuader mais à voir son visage, il fallait bien que je me fasse une raison. J'avais été imprudente avec Nicolas. Comment avions-nous pu nous laisser aller de la sorte ?... Cela avait beau avoir été plus qu'agréable, voilà où nous en étions aujourd'hui...

"Alors c'est vrai... Je suis... Je suis enceinte... Pardonne moi Ameth pour ce que j'ai fait..."

Qu'est-ce que j'allais faire ? Qu'est-ce que j'allais devenir ? Ma mère allait en faire une maladie si elle l'apprenait... Et Everard n'allait pas se priver de me faire la leçon... Qu'allait dire Nicolas ? Il ne fallait pas qu'il sache ! Tout du moins, pas tout de suite. Je ne pouvais pas décemment aller le voir au palais pour le lui annoncer. Il fallait que j'y réfléchisse avant. Et Valerian, est-ce qu'il voudrait toujours de moi comme pupille ? Est-ce qu'on allait me renvoyer chez moi ? Trop de choses, trop de questions qui se bousculaient dans ma tête.

Je me sentais soudain perdue, je ne savais plus quoi faire ni comment réagir. Une larme perla sur ma joue alors sans même que je m'en rende compte. Puis une autre vint la suivre. Je l'essuyai de ma main mais elles se mirent à couler plus vite que je ne pouvais le faire. Et après le rire de tout à l'heure, ce furent les sanglots qui prirent sa place à présent.

Je me recroquevillai alors sur moi-même, sentant ce sentiment de solitude et de peur enfantine m'envahir. Et je fis la seule chose qui me vint à l'esprit en criant le nom de Valerian entre deux pleurs. Pourquoi lui ? Je n'en avais aucune idée. Peut-être parce qu'il était la personne que j'avais le plus côtoyé depuis mon arrivée en Ambrosia, qu'il était mon tuteur et qu'il avait promis de prendre soin de moi. J'espérai alors qu'il tiendrait sa promesse même en apprenant mon état...


avatar
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t245-dignitaires-valerian-d-andressy-comedien-gentleman-cambrioleur#4847
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 219
Date d'inscription : 11/04/2017
MessageSujet: Re: La maladie d'amour [PV Elena - Valerian] Sam 12 Aoû 2017 - 14:06
De toutes les idées qui avaient germés dans mes pensées, j’avais effleuré ce qui vient d’être révélé. Mais en vérité, j’aurais cru qu’une enfant d’Ameth, visiblement dévouée ainsi que tout le peuple qui l’entourait dans sa nationalité, ne soit pas capable de … s’encanailler sans un minima de mariage en vérité. Je me suis trompé.

Le dos contre le mur, j’écoute ce qui se dit, soucieux je vous le jure. Non pas parce qu’’elle allait se retrouver enceinte dans ma maisonnée, mais parce qu’en toute vérité, parce que je n’avais aucune idée de comment l’aider ! Ce n’est pas de moi que je me souciais une fois la chose révélée, mais d’elle, car moi, peu m’importait, je suis et je resterais, Valerian d’Andressy, voleur en vérité mais dont le cœur n’est jamais mal agité.
Sous le coup, tout de même, je l’avoue, de ce diagnostic un peu tabou, je reste silencieux à regarder, le monde continuer de tourner. On irait à m’accuser, ainsi qu’il sera facile de le jouer, puisque les gens n’ont que de minuscules pensées. Mais je me fous de ma réputation, les langues seraient poisons, quand cela se verrait, Olympiane serait pointée de doigt pleins de préjugés. Et par ses paires et par des étrangers…

J’envisage le pire en vérité, mais je ne peux me contenter de croire que tout irait. Car cela ne serait pas le cas, ça n’irait pas. Quand cela se verrait, les gens parleraient et il fallait trouver un moyen de la protéger…j’en avais bien une idée…mais alors que je me perds dans mes pensées, j’entends mon nom être sangloté.
Sans permission, inquiet, j’ouvre la porte et franchit la séparation de grandes enjambées, la saisissant dans mes bras, comme un père ma foi, je la serre contre moi, la rassurant de quelques mots choisis, sans faire l’idiot cette fois-ci.

L’heure est un peu grave il faut l’avouer, mais au final, un enfant n’est jamais mal arrivé, enfin, si mais vous me comprenez. Pourquoi les larmes lui venaient ? Je la rassurais par ce calin mesuré et c’est Elena que je me mis à regarder.

-J’ai bien conscience que vous n’irait rien répéter, c’est un secret professionnel que vous avez. Mais, pouvez-vous jurer sur votre Dieu, que vous tiendrez ce secret ? De vous, je ne devrais pas douter, mais en vérité, j’ai plutôt confiance aux serments qu’aux restes des choses assurément. Ce n’est pas moi que je souhaite protéger, c’est Olympiane en vérité….

Je pouvais la vexer, mais je n’en avais rien à faire en vérité. Je ne connaissais pas Elena, cela n’encourageait pas, je le sais, mes idées de séduction avancée, mais cela ne m’importait pas. Tout ce que je souhaitais, c’est avoir un serment sur ce qui s’était dit et passé, et si les choses se savaient, avant que cela se voit ou que Pia ne l’ait décidé, alors, ce serait évident de qui aurait parlé.

Je ne dramatise pas, nous sommes en Ambrosia et au final, c’est ici que tout se sait et est joué, le monde entier le sait. Mieux vaut se prémunir d’entrée d’un risque que cela soit éventé…





Aller à la page : Précédent  1, 2

La maladie d'amour [PV Elena - Valerian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 2nd niveau de la cité-
Sauter vers: