AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: Rez-de chaussée

EVENT | Le Bal du Renouveau

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
avatar
Nemrod L'Envers
Maître espion
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 67
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Lun 2 Oct 2017 - 12:07
Pour vous, ce bal était une épreuve du feu. Vous y alliez avec votre pupille, et c’était le premier grand bal où elle allait devoir se comporter comme une vraie dame et on comme une bouseuse mal dégrossie. Ce qu’elle était encore un peu. Vous aviez passé des heures et des heures, à la forcer à retenir les visages et les noms, grâce à des photographies, vous lui aviez fait travailler les danses ambrosiennes, les danses Eskroises, les danses Raclusiennes, les danses Amethienne, en bref, vous aviez axé sa préparation pour qu’elle ne se ridiculise pas. Le gros avantage qu’elle avait, et vous aviez essayé de lui faire comprendre, c’était qu’elle était une princesse, déjà, et l’épousée du prince régent. Cela faisait beaucoup, c’était un rang assez haut pour qu’on ne l’importune pas trop… j’avais même trouvé le moyen de lui obtenir, si elle le voulait un siège particulier pour souligner son rang d’importance.

Pour votre part, vous étiez prêt depuis des années pour ce genre de manifestation… vous étiez paré d’un costume sombre, de la couleur des cendres, avec un masque assorti, en toute simplicité ! Et cette simplicité était faite pour faire ressortir la robe de votre cavalière, qui semblait nerveuse, même si elle arrivait à garder son sourire. Vous étiez fier d’elle. Vous saviez par avance qu’elle s’en sortirait très bien ! Vous la saviez prête ! Elle allait casser la baraque… enfin, dans le bon sens du terme. Vous restâtes silencieux avant de finalement entrer en vous faisant annoncer. Il fallait que son rang soit bien clair, aussi, vous fûtes content en entendant « Sa Majesté, Emily de Brez, princesse régente du royaume d’Eskr. » Au moins le titre avait été correctement respecté !

« Vous êtes une princesse. Ici, en termes de rang il n’y a que Nicolas et l’impératrice qui vous dépassent. Alors si vous ne vous souvenez pas d’un nom, personne ne vous le reprochera, parce que techniquement, ils s’inclineront devant vous et vous donnerons du « votre majesté ». Alors vous n’avez pas à avoir peur de cela. Contentez-vous e prendre un air grave et de faire un léger signe de tête quand on vous salut. Mais bon, vous n’aurez pas de soucis, vous avons suffisamment potassé… et comme ça vous cacherez au monde que vous restez encore un peu une pécore mal dégrossie… de toute façon, les Eskrois ne s’attendent pas à ce qu’une femme leur tiennent trop longtemps conversation… »

Vous lui sourîtes et vous l’entendîtes parer de s’uriner dessus de peur, et doucement, vous posâtes votre main libre sur celle qui vous tenait le bras et vous serrates doucement. Bin, voilà une bien bonne chose, elle avait peur, c’était censé, c’était raisonnable.

« Je préfère que vous ayez peur… car la peur garde éveillé, la peur garde l’esprit alerte. Elle nous fait rester vigilant et prudent. Et c’est préférable quand on entre dans un nid de serpents, non ? Et je ne serai pas loin si vous avez besoin de moi. Jamais loin. »

Oui, elle le savait, mais entendre qu’elle avait peur me rassurait. Elle ne serait pas insouciante.

« Avez-vous rempli votre carnet de bal ? M’y avez-vous gardé une place ? »
avatar
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t366-dignitaires-mereiphaine-d-argosme-dame-de-compagnie-imperiale#9416
Nationalité : Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages : 29
Date d'inscription : 16/09/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Mar 3 Oct 2017 - 8:41
La tenue  | « J’ai pris le partit de ne faire qu’en détail la tenue que je porte. La robe en elle-même possède quelques simplicités faciles. Une étoffe crème rehaussée par la présence d’un corsage travaillé. »
Spoiler:
 

« Le jeu a été de garder les couleurs faciles, sans les exploser, pour honorer l’empire de ses couleurs prédominantes et garder pour autant des saveurs d’Argosme, mes terres de possession et nullement d’adoption. Une veste souple aux même teintes permets de recouvrir mes bras nus et de compléter la tenue principale. Alors que ma coiffure et mon masque léger mettent un des points d’honneur à l’habillage. »
Spoiler:
 

« Invisible mais bien présent pour autant, une paire de talon en adéquation veille à finir l’habillage. »
Spoiler:
 

Le cavalier | « A défaut d’avoir un mari en vivant, j’ai un corsaire de frère parfaitement là. Aussi grand que roux, aussi souriant que barbu. Dans une tenue plus prononcé dans le soutient des couleurs marrons, il se trouve à mon flanc, sans râler de devoir quitter sa mer et ses océans chéris. Nous échangeons quelques mots amusés de nos discutions idiotes, appréciant au fond de ne pas avoir besoin d’un cavalier ou d’une cavalière. »

L’arrivée. |[i] « Délaissant à l’arrière le fiacre au blason familial frappé sur la porte, nous gravissons les marches encore parés de nos manteaux d’hiver. La neige tombe à gros flocons et avant de pénétrer le palais impériale, je jette un dernier coup d’œil sur les nuages épais. Ils ne semblent pas désirer s’arrêter, laissant le froid mordre mon visage…je trouve la chaleur intérieure avec un certain plaisir, mon frère m’aidant à retirer mon manteau, nous sommes annoncés simplement avant de nous glisser à travers la salle.

Entraînée par Euphérus, je le vois désirer aller saluer Nemrod l’Envers et c’est donc rapidement qu’il se retrouve face au militaire devant lequel je m’incline dans les règles de l’art, plus encore devant la princesse d’Eskr, ainsi que mon frère le fait. « C’est un honneur votre altesse. »




"Fati constantia victrix" (la constance triomphe de la fatalité"
avatar
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t35-grand-lilith-de-choi
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 2528
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Mar 3 Oct 2017 - 17:16
Baptiste nous regarde, tenant dans ses mains, un coussin où repose la tiare frontale réservé à mon prince de frère. Nous savons tous deux qu’il doit s’y plier, tout comme je me plie au port de la couronne impériale. Je ne la porte pas en désamour, ce n’est pas cela, mais la lourdeur de l’objet incombe toujours que je doive sacrifier les possibilités dans les atours de ma coiffure.
Enfermée dans une robe d’émeraude sombre, à corsage brun, j’inspire en toute confiance dans le choix de ma tenue. Autours de mon cou, le col vert d’un cuir fin, composant l’assemblage d’un haut dont la traîne poursuit légèrement le sol à mon arrière. Les manches se termine dans une forme béante alors que ce manteau/veste peut importe le terme, voir gilet, semble tenir en parti au col réunit par un rivet aux couleurs du cuivre. Le cuivre est après tout dans notre univers, d’une grande valeur.

Corsage enserrant ma taille et sa chemise verte, fermé par des rivets rappelant celui du col, il est composé d’un cuir brun travaillé de roues. Corsage qui enrobe la hauteur de mes hanches et qui cède sa place à un pantalon de cuir de même composition que le gilet.

-J’aurais du faire l’effort d’une robe tu ne crois pas ? Souriais-je à mon frère en prenant pas de lui placer la tiare impériale.

Mais dans ce monde d’homme j’impose mon style depuis toujours, sans faire parjure au monde ou aux Dieux, mais je suis reconnue pour dicter une certaine mode, et je n’ai jamais eu beaucoup de tendresse pour les robes. Sans vouloir me masculiniser, ce qui n’arrive pas au vue de l’importance que je garde à féminiser mes parures.
Quoi qu’il en soit, le cuir sur mes épaules se referment au niveau de mon ventre, permettant de former une fausse jupe, droite et sans chichi superflus formant le tout de la plus merveilleuse des façons. Des bottines à talons raisonnable dans la continuité de la vêture, je souris à mon frère encore.

-Je crois que Baptiste va finir par pleurer.

Le vieux majordome nous a vu grandir, il se tient près de nous et alors que de toute ma hauteur, j’observe mon frère, j’ai envie de rire. La complicité avec Nicolas me donne envie de rire, point le reste et j’inspire doucement. Anxieuse ? non. J’essaye de ne pas penser à tout potentiel désastre, soucieuse que le temps n’empire.

-Pardonnez moi votre altesse, mon prince, mais c’est de la nostalgie.

J’éprouve à l’égard du serviteur une réelle empathie,après tout, j’ai grandis avec lui, c’est comme un membre de ma famille. Nous voilà prêts.

Sur ma tête donc la couronne impériale, fin ouvrage de roue dentelée d’un or brun et d’ambre, ma chevelure complexement nattée en des milliers de petites nattes réunis elle aussi entre elle forment une coiffe parfaite alors que je pose sur mon visage, un simple loup de cuir émeraude et brun.

-Bien allons-y.

Parfait, allons-y. Les invités ou tous sont arrivés, le monde grouille au rez de chaussée et beaucoup attendent maintenant. Je suis impatiente ? Non, au contraire, je dirais que c’est un moment comme un autre. Les invités peuvent entendre que la musique s’arrête et qu’une voix s’éclaircit avant d’attirer l’attention par le son d’un instrument à souffle. Prononçant le classique sa Majesté Lilith de Choiseul, Impératrice de Vapeur, et le Prince son frère, Nicolas de Chosieul.

Voilà…nous apparaissons en haut des marches. Je pense alors.

-Au fait, j’ai fait invité Olympiane de Thiam. Elrich aurait souhaité cela…et je me suis dis que cela te ferait plaisir.

Je garde un visage impériale, doté d’un sourire simple, alors que nous pouvons encore parler de cela, descendant le long escalier pour peu à peu nous jeter dans la fausse aux lions. Passant au travers d’une foule séparées en deux et faisant révérence, et cela jusqu’aux trônes installés dans la salle du bal pour cet effet. J’essaye de ne chercher personne sous aucun masque et j’y parviens assez bien, jusqu’à parvenir à nos places. Me retournant vers l’assemblée, j’esquisse un sourire, nul doute que certaines silhouettes me font sourire, les fidèles à l’empire portent les couleurs du pays, toutes variantes de brun et marron.

-C’est pour moi, l’honneur le plus grand, de vous accueillir au sein du palais Impériale pour terminer une année riches d’épreuves, ainsi que les dieux l’ont désirés, nous offrant sous la coupole de leur bienveillance, milles instants de vie : difficiles, beaux, complexes, éprouvants, heureux… En disant ces mots je regarde certains personnages que je pense reconnaître de l’Empire, s’associant à ces termes. Quelques mots d’introduction suivent ces premiers là, et dans un discours rapides et simples, le bal peut réellement débuter…

Prenant place à coté de mon frère, les prétndants douvivent déjà à s’impatienter, et pour laisser le temps avant les premières danses, que j’ouvrirais avec Nicolas, il faut qu’ils se présentent désormais, un à un. Il paraîtrait que ce soir j’en choisis un…il paraît. Qui sait si c’est vrai ?


avatar
Nicolas De Choiseul
Prince héritier / Soldat de l'armée ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t319-les-dignitaires-nicolas-de-choiseul-soldat-de-l-armee-ambrosienne#7164
Nationalité : Ambrosien
Messages : 504
Date d'inscription : 28/06/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Mar 3 Oct 2017 - 19:41
Il est prêt, après de longue minutes passées à se faire martyriser les cheveux par Yvan , Nicolas se tourne vers sa sœur et Baptiste qui tient sur un coussin de velours sa tiare. Ce n’est pas qu’il n’aime pas l’objet, il est simple, sans trop de fioriture comme les aiment habituellement les bijoutiers, mais c’est ce qu’elle représente aux yeux de tous qui l’ennui. Depuis plusieurs nuits il dort mal, peu il en a l’habitude mais le manque de sommeil peut se percevoir pour quelqu’un qui le connait aussi bien que sa sœur. Il le cache mais la décision, s’il y en a une ce soir, ce dont il commence à douter, peut très bien avoir des répercussions pour l’un comme pour l’autre. Il a beau se dire que rien n’est encore joué, mais tout cela n’aide pas le prince à se détendre. Pourtant il a fière allure dans sa veste de pourpre et d’or cuivré qu’il porte par-dessus une chemise blanche. Son pantalon noir sobre renforce l’apparat du haut qui espère pourtant parvenir à se fondre parmi les autres, son désir ce soir est le même qu’auparavant, mettre en avant sa sœur et qu’on ne le remarque pas lui. A la main il tient son masque sobre comme le reste, d’un cuivre ouvragé sans trop l’être mais qui ne masquera pas grand-chose de son visage tout comme sa sœur. Son regard se pose sur Baptiste et il lui sourit, à croire que cet homme les aura suivit toute leurs vies pour assister aux évènements qui marquent leurs existences. Il se tourne pour admirer l’Impératrice à sa remarque et lui sourit tendrement avant de faire mine de réfléchir. Il s’incline pour l’aider à poser sur ses boucles disciplinées à grand peine par le coiffeur la tiare avant de lui rétorquer taquin.

« Et bien sans doute qu’on ne t’aurait pas reconnue en robe, mieux en rester à ton style de vêtement comme ça impossible de te rater ! » Il se redresse avant de lui sourire de nouveau fixant comme elle la majordome. « Il va falloir qu’on lui donne un mouchoir alors ! Mais si c’est l’émotion de te regarder il a grande raison, tu es sublime Lilith. »

Le compliment est sincère, sa sœur resplendit ce soir et il a voulu au moins lui transmettre ce que lui voit, une femme prête à s’engager de nouveau dans son destin avec toute sa force. Il l’imite, enfile le masque de cuivre au renfort de velours du côté du visage et laisse le soin à Baptiste de le nouer avant de tendre la main à sa sœur. L’heure d’entre une fois de plus dans l’antre des monstres est venue, et bien qu’il sache paraître il a toujours cette boule qui lui serre le ventre mais qu’il occulte. Ce soir il serait le bras de l’Impératrice, jusqu’à ce qu’elle en décide autrement. Il n’a pas vraiment d’appréhensions autres que celles qui lui coupent le sommeil depuis quelques nuits, pourtant il observe les visages et reste sur ses gardes. Une fois annoncés ils avancent, lui légèrement en retrait qu’on voit et admire l’Impératrice de vapeur à sa juste valeur. Ils s’arrêtent le temps d’une phrase qui fait hésiter Nicolas le temps d’une seconde, intériorisant la stupeur de la nouvelle pour n’en rien laisser montrer. Peut-être qu’elle aura elle sentit sa main trembler l’espace d’un instant avant qu’il ne se reprenne et ne lui réponde d’une voix basse et maitrisée.

« C’est très aimable à toi, Elrich aurait aimé la rencontrer j’en suis certain. »

Rien sur son propre plaisir à lui, c’est la soirée de sa sœur, il se l’est répété en boucle pour étouffer ses propres envies. Il aurait froncé les sourcils s’il n’imaginait pas d’autres raisons de l’invitation de son aînée et alors qu’ils fendent la foule il se retient de chercher le visage familier. Il accompagne sa sœur jusqu’à son siège mais avant qu’elle ne se retourne il cherche son regard et lui répond rapidement sans qu’un autre qu’elle puisse l’entendre parler.

« Lilith, pour l’amour d’Aernia, ne fait rien s’il te plaît. »

Un simple requête d’un frère que l’espace d’un instant à laisser voir sa vulnérabilité à sa sœur avant qu’il ne reprenne un visage neutre et se retourne face à la foule. Il attend la fin du discours, reste droit en attendant l’arrivée des prétendants, ne bougeant pas de sa place sans dévier du regard un instant des mouvements des gens. Il ne veut pas d’incidents et reste vigilant, ignorant délibérément son envie de parcourir les visages pour apercevoir celui d’Olympiane. Quelque part il espère sincèrement que sa sœur n’a pas prévu de « surprise » à son encontre, il n’est pas certain de pouvoir faire bonne figure si elle se mêle de ce qu’il lui a confié. Il reste de marbre, une statue aurait eu plus d’expression que lui à cet instant alors qu’il aide sa sœur à s’installer sur le trône pour prendre place à ses côtés un moment attendant l’instant de la première danse qu’ils ont décidé d'un commun accord d’exécuter ensemble.


avatar
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t245-dignitaires-valerian-d-andressy-comedien-gentleman-cambrioleur#4847
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 363
Date d'inscription : 11/04/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Ven 6 Oct 2017 - 18:46
Nul doute qu’elle est stressée et c’est un sourire tout à fait amusé, qui vient sur mes lèvres s’installer. Je n’ai aucune réponse à donner, seulement un air espiègle à partager, convenant parfaitement à notre complicité. Je pense que meilleur pupille, je n’aurais pu rêver, malgré ses quelques petits soucis de grossesse improvisée, mais cela n’est pas un tourment, c’est un cadeau des Dieux bienveillants. Ainsi j’ai choisis de l’envisager, car cela ne peut être autre qu’un cadeau de nos divinités.

La demoiselle à mon bras, je suis excité plus qu’il ne le faut, là, mais comment cela pourrait-il autrement, alors que je me sens si Valérian. Dans le jeu des masques dissimulés, voilà que tout est parfait,  et puis, il faut l’avouer, je me retrouve au sein du palais, pour un évènement de mon impératrice adulée.

-Vous voyez combien ils sont ? Il parait qu’ils sont cinquante environ, prétendants déclarés, qui espère qu’en cette soirée, la dame de ma pensée viennent à se proclamer ! !

Confident riant, à l’oreille de pupille en rouge flamboyant, je souris avidement. Combien sont-ils, tous prés et parés, à s’officiellement se déclarer ? Cinquante je viens de le déclamer, mais je ne suis pas loin de la vérité. Nobles et dignitaires de toutes lignées, n’ont rien à perdre à tenter, que ce soit le petit eskroi ou l’inconnu raclusien, voir l’illustre ambrosien, dans un défilement synchronisé, ils vont aller chacun se présenter et moi…moi…

Quand elle vient à parler, je ne dis rien et me tais, admirant avec fébrilité, sa tenue qui sied à montrer, toute sa tenue démesurée. La robe se promet, mais c’est un pantalon en vérité, dans un jeu presque parfait de style et de féminité. Je sais, je sais, je ne suis point mesuré, je suis fidèle à cette dame de pensée, la seule parvenant parfois à me faire culpabiliser d’être Lampré. Et dire qu’il y en a qui ont osé de coupable m’assigner, mais jamais JAMAIS Lampré ne toucherait à l’Impératrice tant aimé.

J’entends quelques vieux conservateurs à mon côté, remarquer qu’encore une fois ce n’est pas la jupe qu’elle ne saurait porter et mon regard vient sur eux se poser. Je ne vais rien dire sinon je pourrais m’emporter, mais il me coûte d’ainsi me taire en vérité ! pourtant je pense à pia qui n’a pas demander cela et je crois que c’est ce qui me retiens…je crois.

-Venez, il est temps de s’installer là où l’on pourra vraiment observer le cortège des prétendants s’annonçant séant. Cela risque de prendre un peu de temps.

Et tous devaient bien espérer pouvoir passer ! Car ils ne souhaitainent que se faire distinguer, remarquer et si je m’arrête pour m’attarder sur l’amusant déguisement d’un de la soirée, je regrette de ne point avoir Richard à porter pour lui montrer, la tenue de ce charmant blondinet qui avec affinité, porte ce qui peut le mieux caractériser Welton et Lampré.

Je me mis donc à la hauteur d’une robe fushia et d’une dame seule ma foi. Reconnaissable je l’étais, mais je souris en me demandant avec qui je me trouvais. Loin est de me douter que c’est Duval et Hélène en vérité, mais je leurs souris tout à fait charmer.

-Je ne saurais vous avouer, mesdames, laquelle de vous deux est plus en train de briller, noir et fushia…que de promesse dites-moi. Mais si votre tenue vous promets ambrosienne, de vous je pencherais raclusienne. Ainsi commençais-je des deux dames autours de moi, saluant le nabot aussi là, avec un air tout à fait charmant.

Qui aurait pu me faire croire qu’une Ministre se tenait là, et surtout une Hélène ma foi ! Mais je me permettais, ne pouvant deviner sous les si jolis masque placé, alors que la couleur de l’une me prometée des délicieuses contrées et l’autre une femme toute en charmante beauté.

-Ma jeune amie et moi-même, trouvions l’Impératrice si parfaite en étant elle-même. Non ? Qu’en dites-vous ? Et surtout…et bien…bavassons sur les prétendants qui vont se présenter, ça aura ma foi, le mérite de nous occuper ! Je paris que ce premier est Ambrosien, pleine de rouage sur son tissu perlé, je ne peux me tromper !


Lampré ou d'Andressy?
Charmant charmeurs, voleur de coeur, briseur de couche, l'on s'attarder pour un baiser de sa bouche. Mais est-il Valerian ou bien Lampré? Nul ne le sait séant, à vous de deviner
avatar
Alberic de Fremont
Héritier raclusien / pirate
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t383-pupille-de-fremont-alberic-pretendant
Nationalité : Raclusien / Amethien
Messages : 32
Date d'inscription : 03/10/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Ven 6 Oct 2017 - 20:23
En retard, c'était le constat définitif dans lequel se trouvait Alberic, en retard et repoussé à la porte du palais. Et ce qu'ils pouvaient être obtus ces gens là, pourtant il s'expliquait avec depuis une bonne dizaines de minutes mais non rien n'y faisait. Ils étaient obtus et bornés et persuadés d'être dans leur bon droits de lui interdire l'accès au bal. Pourtant il avait pour une fois une tenue appropriée à son "statut' ambrosien. Mais non, vu qu'il n'était pas arrivé à l'heure il ne pouvait pas entrer, surtout que l'Impératrice avait apparemment déjà fait la sienne. Il commençait à s 'énerver lentement mais surement, bien que soldats il pouvait comprendre qu'ils aient des ordres mais il devait bien y avoir une entrée de traverse pour éviter de se faire remarquer quand on arrivait en retard non ? Tout ça parce qu'il avait fait un détour au port pour s'assurer que ces fichu Ambrosien traitait son amante comme il le fallait.

En effet, pour une durée non encore définie, et éviter des frais astronomiques de mouillage, l'Imprévisible avait aujourd'hui été mis en carénage. C'était d'ailleurs pour cela qu'il avait emporté avec lui ses affaires, pour éviter de retourner à l'île des pupilles dans laquelle il patientait avec de moins en moins de patience justement. Il en avait assez de devoir s'expliquer mais au moment où il allait enfoncer son poing dans la face de celui des deux gardes qui en avait le plus besoin, à son sens, un page trottina vers eux. Ils avaient tout de même fait demander si il était envisageable qu'il puisse rejoindre les festivités et le jeune homme allait lui montrer comment se rendre dans la salle, sans passer par les portes d'annonces maintenant fermées. Il relâcha un peu la pression de ses épaules, sa tante ne lui aurait sans doute pas pardonné l'affront de ne pas être présent pour la soirée décisive de ses plans.

Al se trouva donc à suivre un jeune homme coincé dans une tenue relativement peu confortable d'après ses critères d'habilement. Lui même ne supportait pas trop de se faire enfermer dans des chemises et celles-ci disparaissaient d'ailleurs mystérieusement de ses épaules relativement souvent. Cependant ce soir il représentait sa cité, et bien qu'ils soient dix, il comptait bien mettre en avant les richesses des siens en avant. Au moins pour faire comme sa tante l'avait dit, même si épouser quelqu'un de trois fois son âge ne le tentait pas. Il exagérait bien sur, mais il doutait que l'Impératrice, si elle avait deux sous de jugeote, prenne quelqu'un de dix ans plus jeune qu'elle. Ce serait quelque peu étrange à ses yeux, et puis il doutait que son choix à lui se porte sur une personne bien que puissante, beaucoup trop portée dans la lumière. Il écrasa le cigare et rejoignit le groupe des neufs patientant avec eux comme s'il avait assisté à l'arrivée de la reine de soirée. Il parvint sans se démarquer de trop à l'apercevoir, souriant en la regardant. Une très belle femme, mais sous les masques celles-ci ne manquaient pas. D'ailleurs en parlant de cela il glissa le sien sur son visage, ouvragé mais atypique, il n'était que pour moitié à lui couvrir le visage, mais cela lui donnait un style bien unique, tout comme sa coiffure.
avatar
Estera Black
Ministre des armées
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t364-grande-estera-black-ministre-des-armees-terminee#8810
Nationalité : Ambroisienne
Messages : 286
Date d'inscription : 11/09/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Lun 9 Oct 2017 - 3:44
Un Bal des prétendants pour fêter le Renouveau. Le changement d'année allait se dérouler sous masque. Deux perspectives qui n'enchantaient guère la Ministre des Armées. Malheureusement, l'invitation Impériale lui avait été envoyée et il lui serait donc impossible de se soustraire à l'exercice. On ne pouvait refuser l'invitation de l'Impératrice de Vapeur.

Fatalité admise, Estera s'était empressée de donner des ordres à ses quelques serviteurs. En premier lieu, une convocation express avait été envoyée à l'un des plus grands couturiers d'Ambrosia. Pour l'évènement, il était primordial de porter une robe digne de ce nom. Une coiffeuse avait également été conviée. Tel l'officier qu'elle avait autrefois été, tout avait été minutieusement organisé. Son image et sa réputation étaient en jeu. Des rumeurs circulaient à son sujet à la Cour. Rumeurs qui avaient le don de l’horripiler. Nobles, bourgeois, dignitaire, tous étaient à ses yeux dignes de sa méfiance. Tous étaient suspects. Ils étaient d'ailleurs la raison de sa prise régulière de remèdes et de la présence de sa rapière à sa ceinture. Poison, ombre armée d'un poignard derrière un rideau, le danger pouvait venir de partout.

Puis le grand jour arriva. Habillée par sa domestique, la coiffure parfaite, la robe sans défaut , sa rapière d'apparat à la ceinture, elle se rendit jusqu'à la salle de Bal bien avant le début des réjouissances. Ainsi même si les Grands se laissaient habituellement désirés, Estera tenait à faire partie des premiers arrivés. Au bras d'Armand de Brignac un membre de son Ministère - jeune Comte beau et séduisant invité pour l'occasion et cavalier de circonstance - elle dut dès l'entrée et malgré son statut  se séparer de sa rapière, la confiant à un Garde Impérial en l'assassinant du regard. Pénétrant dans l'arène, ses yeux perçant à travers son loup qu'elle tenait d'une main, elle observa longuement les invités, soufflant du nez à chaque nouvelle annonce pompeuse.

Lorsqu'enfin l'Impératrice daigna se montrer, elle se tint au premier rang d'une des colonnes formées. La révérence protocolaire effectuée, elle récupéra une coupe de champagne. Observant les fines bulles elle fronça les sourcils et la tendit à son cavalier, avant de le tirer par le bras vers une silhouette qu’elle connaissait bien. Arrivant face à lui, elle enleva brièvement son loup. Bien inutilement, car l'ex-ministre devait déjà l’avoir reconnu. Souriant en coin à cette idée, elle porta son regard sur celle qui lui faisait office de cavalière.

" Votre majesté. " Dit-elle en effectuant l’usage. "Monsieur le Comte. Qu’il est plaisant de vous voir ici ce soir et surtout en aussi prestigieuse compagnie. Le Bal est-il plaisant à sa majesté ? "

Des salutations et une simple question histoire de faire la conversation. Estera avait fait le premier pas. Les réponses des intéressés décideraient sans doute de la poursuite ou non de la conversation. Le ballet incessant des prétendants se poursuivaient, en vain. La Ministre n'avait aucun doute sur le fait que le Bal ne donnerait absolument rien. L'Impératrice de Vapeur ne lui avait pas donné l'impression de vouloir réellement trouver un remplaçant à son défunt époux. Son deuil ne devait pas encore être terminé. Néanmoins, les désirs de l'Empire n'étaient pas forcément ceux de l’Impératrice et la situation géopolitique du Monde était très délicate.

Se tournant en direction de l'Impératrice Choiseul, elle sourit à nouveau en coin avant de reposer une question au Comte et à sa cavalière:

"Selon vous, à qui Sa Majesté offrira sa première danse ? "
avatar
Olympiane de Thiam
Violoniste
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t305-pupille-olympiane-de-thiam-musicienne http://monde2resine.fr.gd/
Nationalité : Amethienne
Messages : 1049
Date d'inscription : 02/06/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Lun 9 Oct 2017 - 23:46
Je partageais son regard et cela me détendis quelque peu. J'aimais notre complicité, j'aimais cette simplicité avec laquelle nous pouvions nous parler de tout et de rien. Je n'aurai pas rêvé mieux pour mon tuteur. Même si de nombreuses rumeurs couraient sur lui, je n'en faisais que peu attention. Je savais qu'il valait mieux que ce qu'on disait de lui.

Je l'écoutais me parler tout près de mon oreille et affichai alors un air surpris.

"Autant vraiment ?" je lui répondis alors. "Je n'aimerai pas être à sa place..."

C'était la vérité. Je n'aimais pas vraiment être le centre des attentions. Ma vie était simple et j'aspirai qu'elle le reste. Enfin, ça c'était avant... Elle l'était beaucoup moins à présent. Je soupirai rien qu'en y repensant. Les choses étaient entremêlés les unes aux autres sans réelle solution à tout ça. Et plus les jours passaient, plus je retardais l'échéance pour tout dire à Nicolas. Cela n'était pas bon. Mais je ne voyais pas comment entrer en contact avec lui sans alimenter plus encore les on-dit...

"Vous auriez dû vous présenter vous aussi non ?" dis-je à mon tuteur en riant légèrement.

Je le savais dévoué à sa chère Impératrice mais au final, c'était une véritable question. Il aurait pu lui aussi tenter sa chance après tout. Mais peut-être qu'il ne voulait pas aller jusque là. Je n'avais pas vraiment fait attention je l'avoue à son arrivée, plus concentrée sur les gens autour. J'avais néanmoins esquissé une révérence comme tout le monde. Mais lorsqu'elle parla, je me rendais compte à quel point sa beauté resplendissait. Plus encore que lors de notre entrevue. Sa tenue n'enlevait rien à sa féminité et je me trouvais totalement grossière comparé à elle. Je me demandais bien ce que Nicolas avait pu me trouver au final...

Mon tuteur me tira de mes pensées et je le suivis sans me faire presser. Je ne voulais pas trop m'éloigner de lui et me retrouver seule face aux requins qui composaient la foule. Évidemment, j'aurai dû me douter qu'il m'amènerait vers de belles femmes. Ah Valerian ne serait pas Valerian s'il ne se pavanait pas devant la gente féminine. J'en soupirai presque. Je faisais néanmoins une révérence en me présentant face à elles. Après tout je ne pouvais pas savoir qui se trouvait sous les masques. Et je voulais être la moins impolie possible. Je me postais par la suite à côté de mon cavalier, le laissant faire le coq et palabrer tout son saoul.

Alors qu'il discutait, je me mis à nouveau à regarder l'Impératrice. Mon regard glissa alors sur Nicolas. Je savais que c'était lui son cavalier, on l'avait clairement annoncé. Mais je m'étais interdite de regarder. Et là, posté en face, je ne pus m'en empêcher. Je soupirai en me disant que sa tenue lui allait à ravir. Et je ne pus m'empêcher de rougir en pensant à quel point j'aurai aimé lui défaire ses magnifiques boutons de veste et passer mes mains sous sa chemise...

Non Pia ! Ce n'est clairement pas le lieu ni le moment pour ce genre de choses !

Je repris finalement mes esprits, détournant les yeux en regardant le sol. Je me sentis si stupide de penser à cela. Après tout, je ne savais même pas s'il se souvenait de moi. Je n'ai peut-être été qu'une passade pour lui. Toutes les belles choses qu'il m'avait dit étaient peut-être destiné simplement à me séduire... Il était Prince et moi, et bien, une pupille sommes toutes semblables à toutes les autres. Je n'étais pas la première à être dans son lit et je ne serai surement pas la dernière...

La morosité me gagnait à mesure que j'y pensais. Je relevais ma tête en le regardant lui. Est-ce que cela valait vraiment le coup après tout de lui révéler mon état ? Je me posais tout à coup la question. J'étais partie du principe depuis le début que nous avions partagé quelque chose d'unique ensemble. Mais ce n'était peut-être pas le cas au final... Lorsque je le regardai, je revoyais les courbes et contours de son corps lors de nos nuits passées ensemble. Je me mis finalement en secouer la tête en souriant.

Mon regard se promena aux alentours et j'aperçus alors Emily accompagnée de son tuteur. Nemrod, l'oncle de Nicolas. Je me demandais si cela dérangeait si j'allais la saluer. Elle avait l'air bien entourée... Je me tournais vers Valerian qui discutait avec les deux belles femmes près de lui, n'ayant vraiment rien écouté à leur conversation. J'avouais que les cancans sur les prétendus prétendants de l'Impératrice ne m'intéressaient pas le moins du monde. Je raclai légèrement la gorge avant de m'adresser à lui.

"Valerian, vous croyez que ça serait mal vu si j'allais saluer Emi... Enfin je veux dire, la Princesse d'Eskr ?"

Il savait bien de qui je parlais, je lui avais déjà parlé d'elle lorsque je l'avais rencontré. Je lui avais dit à quel point nous nous étions bien entendus ensemble. Mais je me devais de respecter le protocole en ce lieu. Et je ne voulais pas faire de faux pas.


avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 128
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Mer 11 Oct 2017 - 21:16
Un sourire ne m’écorche pas le visage, Zenon ne comprends pas toujours tout, il est la seule personne qui me convienne à peu près ce soir, bien entendu que de ce seul fait, il recevra en premier les foudres, parce que…il faut le reconnaitre, il est le seul qui les reçoit sans me donner l’impression d’en faire un esclandre. Je comprends que je commence a presque trop l’apprécier, je suppose qu’il est loin de le comprendre !

Je préfère me dire qu’il est loin de le comprendre, parce qu’en vérité, je ne veux rien qu’il saisisse de ses atouts, pourtant, j’avoue, il me déclenche un véritable sourire, plus séduite qu’agacée et j’inspire un instant, en relevant mon visage, afin d’observer le petit monde.

-Et si je vous foudroie, vous et vous seul, c’est que vous accaparez mon monde monsieur le comte. Que de prétention.

Le compliment m’est passé au dessus. Inintéressant. Le reste par contre est plus intime que le reste et me plait tellement plus. Il n’imagine point combien je préfère le foudroyer du regard que de me minauder pour quelques mots bien poser. Je ne sais pas si je désavoue totalement nos échanges, ils me plaisent, et me conviennent. Et mon frère parait abasourdie. Ce qui est une sorte de perfection pour moi…

A son bras, nous parvenons à la salle, annoncez, quelques regards à peine, on me salut, on nous observe, point trop, il y a tant de visage dans cette assemblée, je me dégage enfin de ma famille, ma mère espère voir son frère et mes sœurs leurs cousins, Nemrod et Nicolas seront donc chouchoutés par les femelles de la famille, pour ma part, je ne me glisse qu’à ma place, savourant de détailler les costumes et lançant parfois des petites remarques à Zenon avant de me placer, non pas proche de l’estrade, mais pas trop loin, famille impériale quoi !

-Les roux sont les de Sourdan, marque familiale. La dame en noire à volumineuse poitrine, la ministre de l’Education. Le séducteur qui s’empresse…Andressy.

Avec une aisance fourbe, chaque détail devient évidence pour reconnaitre. De Voisin y passe, Zullheimer, d’autres ministres, d’autres noms, et cela, ajustant à chacun une petite pique que je partage seulement à Zenon. Je suis une mondaine, je les connais tous ! Pour autant, à la vision de l’Impératrice, ma pupille reste un instant figée.

Avant que Zenon n’ouvre la bouche, je lui sonne de se taire. La tenue est presque parfaite, les vieux conservateurs font la tronche mais je suis…voilà ce qui me manque et ce que ma cousine a : la force de paraître ainsi qu’elle le souhaite, arborant le pantalon, elle montre aux hommes qui le portera, les plus soumis ont tout intérêt à se mettre en avant. Mais attention, ce n’est que mon jugement, pour autant, je ne l’estime pas si faux que cela.

Elle a hérité de quelque chose de très sûr de nos ancêtres communs, que nous avons toutes deux mais qu’elle possède avec plus de force. Est-ce que je la déteste ? Je la méprise, je ne la déteste pas. Les nuances sont d’une subtilité n’est-ce pas ? Je m’incline bassement comme tous.

De son blabla, je ne retiens que peu de chose, ce n’est qu’un discours assez banale qui peut ravir les plus simples foules et je me saisis d’une coupe de champagne, les yeux rivés sur les premiers prétendants qui défilent. Chacun, tour à tour, ils s’inclinent devant sa gracieuse majesté Impériale qui leur répond qu’elle reconnait ses prétentions et qu’elle y prêtera attention dans un trémolo de voix répété est parfait, enclin à ne laisser rien transparaître pour personne.

-Je vous parierais qu’elle ne choisira personne ce soir, le coup monté est beau, presque parfait, ils se sont pressés comme des idiots inquiets, l’art de Choiseul. Ils mènent le monde par le bout du nez, et cela depuis des siècles et des siècles.

je murmure cela à Zenon, buvant un peu, à peine avant de le regarder un instant. Je réalise en cet instant aimer ne pas me cacher, et adorer qu’il me connaisse sous cet atour intime, alors je souris.

-Rapprochons-nous des de Sourdan…

Je lui fis signe de se glisser un peu vers eux, j’aurais peut-être dû aller saluer mon oncle, je lui proposerais bien une danse plus tard…


avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 30
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Ven 13 Oct 2017 - 23:54
Peu de chances que je vois d’un bon œil ce bal…. Des traditions foutues en l’air, à la limite, voilà ce qu’on pouvait en dire, mais bon, en quoi était-ce étonnant que des usurpateurs dénaturent tout ce qu’ils touchaient ! Je ne disais rien en particulier, je me contentais en général de faire une moue désapprobatrice. Et là, l’impératrice fit son entrée… en pantalon… quand je vous disais que cette usurpatrice envoyait valser toutes les traditions ? Un pantalon, pour une femme, à un bal… quelle… quelle indécence, déjà, et ensuite, quelle bêtise…. Je ne voyais pas d’autres mots pour décrire cela. Un bal avait quelque chose de solennel que diable ! Et si elle était une impératrice, elle devait bien être du genre à réfléchir un peu sur la anière dont elle s’habillait…. D’accord, vive le modernisme, Bla, Bla, Bla… mais au final, elle se fâchait avec la majeure partie des conservateurs. Et pire, elle affichait clairement qu’elle n’en avait strictement rien à faire ! Je grommelais intérieurement alors qu’elle paradait, s’amusant sans doute vraiment à la simple idée de se vautrer dans l’outrage. C’était comme cette relation avec cette femme, il y avait des années. Quelle honte, quel déshonneur… les De Choiseul se complaisaient-ils tant que cela dans la luxure et les horreurs. Au moins, mon ancêtre avait eu la décence de… de conserver certaines valeurs. Un seul faux pas. Un seul faux pas et ces parvenus arrogants avaient leurs précieuses petites fesses sur le trône… alors c’était ouvertement que je tordais du nez à cette tenue. Une fois qu’elle aurait compris l’intérêt politique de se lier à moi, je le lui rappellerai, je ferai en sorte qu’elle cesse ces simagrées de mauvais gouts. Qu’elle se contente de ne pas paraitre ridicule sur le trône, ce serait déjà un bel exploit. Que les De Choiseul restent dans leur laboratoire et laissent les hommes d’Etat penser à l’Etat.

Je m’inclinais quand même sur son passage, parce que j’étais un homme bien éduqué qui connaissait à la fois le protocole, les bonnes manières, et sa juste place. Oui, je savais où était ma place : sur le trône, avec les De Choiseul venant quémander un pardon impérial que je me serai alors permis de leur refuser avant de leur proposer la mort par pendaison en place publique, ou le bucher. L’avantage du bucher était le côté festif…. Pas autant que la roue, mais c’était déjà ça…. Oui, c’aurait moins solennel que la pendaison. Point trop de solennité pour des traitres à la couronne et des parjures. Il ne fallait pas exagérer ! On finissait toujours par avoir ce que l’on méritait. Et si le prince consort était décédé, sans que je puisse regretter que ce ne fut pas de ma main, je ne pouvais me dire que pour s’être mariée à cette catin, il méritait son sort. Avec moi ou contre moi. Point de neutralité. Et je savais quels étaient les seigneurs qui me vouaient la fidélité qui m’étaient due…

Enfin, le discours, bientôt débarrassé…. Et là , encore, des platitudes sans nom qui collaient bien avec son outrageante indécence. Et il allait falloir que l’on aille encore faire des courbettes avec les prétendants. Ce n’était jamais qu’une question de temps. Les Deux-Cîmes reprendraient le trône par le mariage ou par le sang, mais un jour ou l’autre, les usurpateurs seraient chassés jusqu’au dernier… enfin, plus vite je me serais plié à ces courbettes déshonorantes, plus vite ce serait réglé. Alors je me dirigeais pour m’incliner devant l’usurpatrice, et je lançais un « altesse » juste assez audible… je n’aurai pas pu lui donner de majesté sans paraitre faux. Mon seul plaisir en ce qui concernait cette histoire était le fait que j’estimais que ça allait devoir lui arracher la gorge que de l’entendre me dire qu’elle reconnaissait mes prétentions. Et je savais que ça ne lui ferait âs plaisir. Mais elle était trop faible pour l’assassinat, alors le seul moyen qu’elle aurait de faire taire cette voix dissidente, ce serait par le mariage, à un moment ou à un autre !

Une fois les propos entendus je me détournais sans réel intérêt pour ce qui se passait autour de moi et je retournais parmi la foule, saluant ceux que je reconnaissais sans mal. Notamment De Voisin qui fit une sorte de geste… c’était étrange…. On aurait dit une révérence mais…. Mais sans grâce ni charme, tellement raide que c’en était anormal… et je lançais même tout bas à un sympathisant difficilement manquable par sa tenue qu’il ne variait presque jamais. Du noir des chevilles au cou et toujours l’impression qu’il allait éclater sa tenue sous sa corpulence plus qu’adipeuse que toute cette mascarade me répugnait… allez, la danse et je fichais le camp. Elle n’annoncerait rien. C’était l’évidence même !
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: Rez-de chaussée-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur