AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 2nd niveau de la cité :: Le Moulin Rouge

[CLOS]« Un douloureux imprévu - Adrianne & Matilda »

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [CLOS]« Un douloureux imprévu - Adrianne & Matilda » Sam 7 Oct 2017 - 12:58
Une fois changée, Matilda avait, en effet, retrouvé une certaine sérénité, tant dans son allure que dans son attitude. Il n'y avait là plus rien de provoquant, et plus aucune trace de malheurs. Une simple jeune fille en tenue de nuit -chose qu'elle aurait toujours du être. Loin du monde de la nuit et de ses cruelles vérités, loin des hommes et loin des misères. Matilda, ça aurait pu être quelqu'un d'épanoui. De jolis yeux et un sourire ravissant, s'amusant de toutes les petites choses que peu de gens remarquent et qu'encore moins de gens apprécient. Une insouciance presque naïve, et des rêves pleins la tête -un esprit sain dans un corps sain vivant au jour le jour sans avoir peur du lendemain, et sans se préoccuper de la veille. Mais pour ça, il aurait fallu que Matilda ne soit pas Matilda. Dans une autre vie, peut-être ? Mais aujourd'hui, elle vivait au centre de la terre; elle en côtoyait la laideur et la tristesse, et son regard s'en imprégnait jusqu'à devenir sombre de lassitude. Un diamant à l'éclat mat -voilà ce qu'elle était. Il lui manquait la brillance de la joie de vivre, chose donnée à quelques rares élus nés dans de meilleurs conditions, et avec un peu plus de chance.

Petit à petit, Matilda se sentait trembler sous le poids de la fatigue. Au fur et en mesure que l'état de choc s'estompait, elle se sentait revenir à la réalité, prenant conscience de la douleur et de la fatigue. Elle avait beau être épuisée, elle savait qu'elle ne trouverait pas le sommeil. D'inlassables images lui revenaient en tête, défilant dans son esprit jusqu'à lui donner le tournis. Et puis, à l'occasion, un souvenir resurgissait de sa mémoire maudite. Une once de bonté dont elle se rappelait d'abord vaguement, puis avec de plus en plus de certitude. Elle se remémorait cette unique fois où l'on s'était porté à son secours. Quelqu'un l'avait aidée, une fois, empêchant le pire et lui redonnant espoir -chose rare par les temps qui courent.
Adrianne aussi, faisait preuve de bonté. Mais sa bonté n'était pas la même. Sa bonté était celle de la vengeance -un besoin de faire payer à celui qui a abusé de ce qui était à ses dispositions. Certaines limites étaient à ne pas franchir, et Adrianne en ressentait toute la colère -peut-être même plus que Matilda elle-même. Mais en attendant, elle n'avait personne à maudire, personne à faire payer. Personne dont elle pouvait ternir la réputation, et peut-être qu'il en était tant mieux ainsi. Enfin, c'est bien entendu une question de perspective... Mais Matilda, elle, qu'aurait-elle voulu ?
En attendant, la jeune fille resta debout. Bien qu'épuisée, elle ne voulait pas se recoucher. Pas pour le moment, tout du moins. Elle avait besoin de marcher, de se sentir libre de ses mouvements, même si ceux-ci lui faisaient plus de mal que de bien. Il faut croire que la douleur mentale l'emporte sur la douleur physique.

Alors qu'elle se laissait distraire par les rires de la salle du cabaret qui parvenaient jusqu'à ses oreilles, Matilda fut ramenée à la réalité par la remarque d'Adrianne. Elle voulait que la jeune fille vienne vivre ici, ne serait-ce que le temps d'arranger toute cette situation. Allez savoir comment la Diva comptait-elle s'y prendre pour retrouver l'homme à l'origine de tous ces tracas, mais elle était décidée à le faire. Encore une fois, elle semblait tenir à cette vengeance plus que Matilda elle-même...
« Je resterai ici...» souffla-t-elle d'un ton bas et bref, presque gêné d'une telle conversation. «... quelques temps. » ajouta-t-elle ensuite, avec une pointe de songe dans sa voix, comme si elle-même n'était pas franchement convaincue par ses paroles.
Matilda savait très bien qu'elle retournerait au bordel. Sa place y était, en quelques sortes. Elle n'y travaillait pas seulement; elle y avait monté une affaire qui avait beaucoup d'importance à ses yeux. Elle ne se confiait que rarement à Adrianne à ce sujet, mais ce trafic d'informations était vital pour elle. Peut-être avait-elle besoin d'avoir ce pouvoir entre ses mains; des responsabilités qui, bien que clandestines, étaient d'une importance certaine, et cela ne la laissait pas indifférente. Elle ne pouvait pas tout laisser partir en fumée à la suite d'un unique fâcheux incident. Elle s'était trop investie dans ce système pour s'en détacher comme un rouage défectueux -non, elle était le cœur de cette machine, et elle ne voulait pas la voir cesser de fonctionner. Pour une fois, Matilda était capitale -et Matilda aimait cela, sûrement plus qu'elle aimait sa propre personne.
avatar
Adrianne Langlois
Propriétaire du Moulin Rouge
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t354-peuple-adrianne-langlois-nouvelle-proprietaire-du-moulin-rouge http://monde2resine.fr.gd/
Nationalité : Ambrosia
Messages : 109
Date d'inscription : 05/09/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]« Un douloureux imprévu - Adrianne & Matilda » Mer 11 Oct 2017 - 4:23
Ce "quelques temps" sonnait dur aux oreilles d'Adrianne. Mais c'était visiblement le mieux qu'elle pourrait avoir de Matilda. Elle soupira alors voyant la jeune fille totalement épuisée mais refusant visiblement de dormir. Posant son verre sur la tablette elle s'approcha d'elle doucement, ne voulant pas la brusquer.

"Matilda ? Tu es sûre que tu ne veux pas essayer de te reposer un peu ma chérie ?" lui dit-elle alors.

La diva n'osait même pas la toucher de peur qu'elle se braque. Elle se rendit compte qu'elle lui avait peut-être fait peur avec ses accès de colère et se sentit bête. Elle se passa une nouvelle fois la main sur le visage de façon lasse. Elle commençait elle-même à sentir la fatigue qui la guettait. D'ordinaire, elle était soumise à la ferveur de la scène et des cris de la salle et ne le sentait pas. Mais avec cette situation tout était différent.

"Je... suis désolée si j'ai été brusque" fit-elle à la jeune fille. "Je n'aime pas qu'on te fasse du mal voilà tout."

Adrianne se tourna vers la fenêtre, regardant la neige au dehors et les rues éclairées par les lumières de la ville. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas vu autant de neige à Ambrosia. Cela la rendait quelque peu nostalgique.

"Crois ce que tu veux mais tu comptes pour moi. Plus que notre accord te pousse à le penser" fit-elle en baissant les yeux.

Quelqu'un toqua finalement à la porte et la diva autorisa à pénétrer lorsque Gustave s'annonça. Il referma la porte en lançant un regard derrière lui. Il ne semblait plus savoir quoi faire et l'on pouvait entendre le nom de Miss Cancan scandé dans la salle de spectacle. Adrianne soupira, sachant très bien ce qu'il venait lui dire. Elle jeta un coup d'oeil à Matilda avant de s'avancer vers le gardien.

"Madame..."
"Oui je sais, ils veulent que je vienne..."
"Certains sont même prêts à venir vous voir pour vous porter leurs hommages..." fit-il tout penaud.

La diva jeta un autre regard à la jeune fille qui se trouvait là. Elle était visiblement résignée. Si elle ne se jetait pas dans la fosse aux lions ils viendront tous défiler ici pour lui compter fleurette. Ce qu'elle ne voulait absolument pas. Tout du moins, pas ce soir. Ni tant que sa protégée serait là.

"Écoute Matilda, je vais aller montrer ma frimousse sinon ils ne nous lâcheront jamais la grappe" dit-elle en se pinçant l'arrête du nez. "Tu n'as qu'à prendre mon lit, je verrai bien comment faire demain. Je dormirai sur le sofa pour ce soir, ça ira très bien."

Adrianne commença alors à s'affairer en parlant à Matilda, prenant un costume ici, cherchant un peu de maquillage par là et laissant le soin à Gustave d'aller annoncer sa venue aux clients. L'appartement n'était pas très grand, enfin, comparé à celui qu'elle avait dans les beaux quartiers. Mais Matilda n'aurait jamais voulu aller là bas. C'était pour ça qu'elle lui avait proposé de loger ici au Moulin. Et elle ne comptait pas la laisser seule. Il allait juste falloir remanier un peu les lieux. Rien de bien grave.

"A moins que tu veuilles que je dorme avec toi ?" dit-elle à la jeune fille en venant devant elle. "N'hésites pas si c'est le cas, d'accord ?"

La diva finit de se pomponner et de revêtir l'image parfaite et séduisante de Miss Cancan, pleine de plumes et de strass. Il suffisait juste qu'elle aille se pavaner et tout roulerait tout seul. Elle avait l'habitude de ce genre de choses à force. Revenant alors devant Matilda, elle lui caressa la tête.

"Je reviens vite d'accord ?" lui dit-elle avant d'imprimer un baiser sur son front. "Si tu as besoin de quelque chose n'hésites pas à demander à Gustave. J'y vais où ils vont démolir mon précieux Moulin" fit-elle en faisant un clin d'oeil à Matilda.

Adrianne sortit alors de l'appartement, prête à montrer Miss Cancan aux yeux de la nuit. Elle avait revêtu son plus beau sourire, ne laissant rien paraitre du trouble qui l'animait et de ce qu'il venait de se passer en coulisse. Mais elle ne perdait pas de vue son objectif. Et on entendit une grande clameur lorsqu'elle arriva sur scène et se mêla enfin à la foule.


Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 2nd niveau de la cité :: Le Moulin Rouge-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur