AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: 2nd étage

La famille, il n'y a que cela de vrai, non? [les de Choiseul]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 157
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: La famille, il n'y a que cela de vrai, non? [les de Choiseul] Mer 2 Mai 2018 - 19:12
-Les hommes de notre sang sont pires que les commères de la cour, dites-moi ! Déclarais-je avec un large sourire après les assauts de Nicolas, non que je les prennes mal, disons que je n’ai pas envie d’y répondre et c’est avec cet réponse que j’écourte mes propres réponses. Pour autant, Lilith et sa remarque, puis notre oncle, je finis par hausser les yeux au ciel, sincèrement…fort heureusement qu’il ne sera jamais au courant de ce repas, et je suis bien heureuse, cela m’évitera de supporter ses stupidités sans nom !

Pourtant, la réplique de mon oncle, qui s’obstine à appeler ma cousine, grenouille, me fait hausser les sourcils de surprise ! Oui, de surprise et je le dévisage un instant.

-Oh mon oncle, vous êtes à l’habitude plus perspicace, il a l’avantage du patronyme de la noblesse, vous savez tous que je ne cracherais pas dessus, puisque maman a abdiquer ses titres. J’offre un sourire à ma mère qui me dévisage avant de soupirer, oui, il est certain que je n’ai pas été seule de mes sœurs à faire souvent cette remarque, mais sans que cela ne porte au conflit, je souris. Mais j’aime m’appeler Clark, quoi que l’on croit.

Une vérité. J’avais voulu la noblesse et j’avais épousé le marquis. Aujourd’hui, j’aime le nom de mon père, car j’ai l’héritage et la richesse qui va avec. Alors, que dire de plus que…taisez-vous ?

Je suis bien aise de voir les paroles déviées, au tours de Nicolas, et d’un potentiel mariage, de beaux partis et tout ce qui va avec non sans me chambrer au passage. Nemrod est parfois … non, mieux vaut ne rien dire.

-La fille ainée du Duc de Lornel, Isabeau de Lornel ? Je l’ai invité à un dîner, vive d’esprit, charmante, éduquée parfaitement, mais je lui préfère Leah Gorne, la raclusienne, plus perspicace sur le monde. J’ai eu le loisir de les avoir à dîner. J’aurais pensé que les de Claire auraient tenté de proposer leurs filles, certes, elle a une vilaine tâche de naissance sur le cou, mais c’est une Ambrosienne. Un argument qui ne déplait pas à ce que j’ai entendu.

Oui, il m’arrive parfois de confier le ressenti des gens que je convie aux dîners, sans même mentir, ou dissimulé, cela peut être utile, peu m’importe, en tous les cas, j’observe Nicolas.

-Avez-vous hâte cousin, de voir votre mariage être arrangé par notre oncle ? Je crois qu’il apprécie être un entremetteur.

Une taquinerie sans fondement pour le titiller un peu.


avatar
Nicolas De Choiseul
Prince héritier / Soldat de l'armée ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t319-les-dignitaires-nicolas-de-choiseul-soldat-de-l-armee-ambrosienne#7164
Nationalité : Ambrosien
Messages : 516
Date d'inscription : 28/06/2017
MessageSujet: Re: La famille, il n'y a que cela de vrai, non? [les de Choiseul] Jeu 3 Mai 2018 - 22:36
L'attention d'une de ses nièce sauva Nicolas de la déconvenue de recracher une boisson quand son oncle s'adressa à lui. Seigneur, qu'Aernia lui donne la force de tenir bon, la nuit avait été longue, ou courte. Il sourit à la jeune fille qui s'amusait à lui faire faire des grimaces. Il avait bien entendu sa cousine esquiver les questions, il devait se montrer moitié moins si habile pour s'en sortir à son tour. Saississant les mains de l'artiste qui tentait de le faire rire il leva le regard vers son oncle, camouflant la solitude écrasante, alors même qu'entouré des siens il aurait du se sentir... Il sourit à son tour et tout en reportant de nouveau son regard sur l'enfant lui baisa doucement les doigts avant de la libérer si elle le voulait.

« Voyons mon oncle, à vous entendre j'aurais fuit une bataille face à une armée de jeune femme, je ne me rappelle pas pareil rassemblement. » Et mes yeux étaient accaparés par une robe rouge et des yeux de biche que je n'ai même pas pu salué pensa t il pour lui même. « Et si telle demande avait réellement lieu j'y apporterais toute l'attention qu'elle requiert soyez en certain. » Est ce que la douleur peut se lire dans son regard à cet instant ? L'enfant lève une main pour la poser sur sa joue et il lui sourit et embrasse le front de la petite avant de se tourner vers les assiettes qui arrivent. La faim l'a lui, désespérément désertée, pourtant il reprend doucement. « Je n'ai point vu cette demoiselle, j'avoue que la soirée reste floue à mes pensées aujourd'hui, mais quel oeil de lynx pour vous être assuré que cette malheureuse n'ait pas pu m'épingler à son tableau de chasse oups de danse ! »

Il se tourna vers sa cousine, tentant un clin d'oeil pour tenter de faire front commun contre l’instigateur des interrogatoires et entremetteur divers.

« J'avoue moi que je me demande plus qui sera la future Madame de l'Envers, ma chère cousine, avez vous entendu quelque choses croustillantes à ce sujet ? Il me semble avoir vu plusieurs de ces dames vous dévorer du regard mon oncle, méfiez vous que ce ne soit pas votre mariage que vous soiyez en train de sceller. »

Il se saisit d'un verre et leva l'enfant pour l'installer sur ses genoux et lui tendit un verre d'eau identique au sien alors qu'il portait un toast en ce début de repas.

« A la prochaine tante par alliance que nous pourrons taquiner ! » La petite se mit à rire et leva le verre pour le faire tinter au sien. Plus sérieusement il reprit sans sous entendu aucuns.
« Dans mon cas mon oncle, il me faudra attendre le choix de son Altesse Impériale, qui réduira du même fait les miens. » Il était réaliste, les chances d'amener un mariage secondaire Amethien étaient aujourd'hui presque nul..... Avec les récents événements et déclarations en tout cas ...



THEMES
&
avatar
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t35-grand-lilith-de-choi
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 2781
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Re: La famille, il n'y a que cela de vrai, non? [les de Choiseul] Sam 5 Mai 2018 - 15:45
Je secoue la tête, je n’ai pas l’art de la parole très éloquent durant ce repas, mais je crois aimer regarder ce qu’il se passe, plus que d’y participer, comme une matriarche bienveillante, adorant les siens. Mais je ne vais pas mentir, j’aimerais pouvoir être assez vieille pour observer des générations des miens en train de s’agiter, parler, rire…parfois je me dis que je pourrais y parvenir, d’autre j’ai conscience que l’assassinat, l’empilement ou quoi que ce soit d’autres est envisageable. Non que cela me réjouisse, mais j’ai l’évidence en tête. Ainsi donc je commence à déjeuner, non sans sourire magnifiquement.

J’ai besoin de ma famille, je crois que je ne sais pas faire sans, mon oncle est un soutient remarquable, et je voudrais apprendre à mon frère à devenir un soutient. Qui sait, si j’ai un enfant un jour, il aura besoin d’un oncle tout aussi parfait. Mon cœur se serre à l’idée, je ne sais pas où va Nicolas, il n’aime que peu les choses du royaume et il ne vient pas énormément à mon encontre pour me convaincre de l’inverse. Je connais sa crainte, mais je voudrais…juste…pouvoir me sentir soutenue. Oh, il me soutient, mais il ne plonge pas dans l’immense bassin complexe…peut-être que j’ai bien trop idéalisé les possibles en sa compagnie….je n’en sais rien.

Si Amélia est taquinée, le mariage de Nicolas et les possibles est aussi abordé, le ton joyeux n’est que façade à mon sens, c’est un point que je n’aime pas. Cela me rappelle que je devrais lui choisir une demoiselle qui en vaut la peine et qui nous sera utile. Mais je manque de m’étouffer quand mon frère parle de marier notre oncle et il me prend un fou rire que je ne peux contrôler, les larmes aux yeux, je repense à la vieille comtesse de Logre, Ambrosienne riche et veuve, qui lui a couru tant d’année après. Je me souviens de cette femme trop fardée, entreprenante, et qui est même venue au début de mon règne, me faire comprendre qu’elle ne serait pas contre.

-Pardon…pardon. Mais je n’y arrive pas. Je repensais à la comtesse de Logre et…oh mon Dieu… Je pleure encore de rire, et je dois paraître folle à cette famille mais ma tante me soutient et s’enthousiasme.

-Oh oui Clarence de Logre ! Mais…si.

-Elle avait essayé de coincer notre oncle, elle était…folle de lui et espérer vraiment fournir une dot monumentale pour qu’on s’y intéresse. Je suis désolé d’ainsi me moquer, mais je…je me souviens de toutes ses tentatives et entourloupes, rien ne la décourageait.

Le souvenir est savoureux de bétise mais il me fait sourire et je reprends enfin mon souffle, en inspirant longuement et buvant un peu de jus de fruit.

-Mon frère, il est vrai que ton mariage se devra d’apporter une utilité à la cour, tu le sais, je le sais, et au fond, j’ai bon espoir que l’arrangement t’apportera une personne qui te surprendra autant que m’a surpris Elrich. C’était un homme très bon et bienveillant au-delà du possible.

Je souris en repensant au défunt époux, et mon cœur se serre, il aurait été ravi de ce déjeuner, bien que plus retenu sur le repas et les quantités, voir même la gourmandise, mais il en aurait été ravi. Il aurait fait un père excellent un peu gâteux même….mais il a été une chance pour moi. Malgré ses secrets avec son frère…bien entendu.


avatar
Nemrod L'Envers
Maître espion
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 94
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: La famille, il n'y a que cela de vrai, non? [les de Choiseul] Jeu 17 Mai 2018 - 8:08
En famille, tout le monde y passait, même vous… mais ce n’était pas une mauvaise chose. En effet, il y avait une chose de certaine, cela détendait toute la famille. Et voir Nicola prendre part à tout cela était un ravissement… ah, gamin… si seulement il savait à quel point vous l’aimiez comme s’il était votre fils… vous aviez tellement de bons souvenirs avec lui… mais bon, il fallait croire que l’âge éloignait les proches… vous auriez aimé avoir une vraie discussion, une discussion profonde avec lui, dans la mesure où il aurait sans doute du mal à comprendre ce à quoi vous aviez essayé de le préparer. Pour lui ouvrir les yeux sur des mondes derrière les mondes, où il aurait son rôle, sa place… mais vous saviez aussi une chose simple : ce petit avait un grand avenir si jamais il voulait bien s’intéresser aux arcanes secrètes du pouvoir… et pour cela, il n’avait pas besoin d’être sur le devant de la scène.

Concernant les mariages, vous ne vous faisiez pas d’illusion : vous étiez vieux, certes, mais vous étiez encore un bon parti, très bon, même, en tant que premier conseiller impérial, vous aviez de l’influence… et du coup, cela ne vous étonnerait même pas que l’on vous trouve un parti relativement jeune, cela ne vous semblait pas saugrenu, mais vous saviez que pour apaiser les tensions que causeraient forcément le mariage de votre nièce, vous vous doutiez que vous y passeriez, et ce, quel que ce soit son choix en la matière… mais cela pourrait très bien se montrer profitable. Pas forcément sur un plan amoureux, mais ne disait ton pas que les meilleurs mariages se baisaient sur une amitié solide ?  En somme, l’amour n’était pas nécessairement obligatoire…

Mais bon, puisqu’on parlait de vous, vous sourîtes tout en faisant mine de lancer un regard noir à certaines personnes, notamment lilith qui parlait de Clarence de Logre... une sacrée plaie, celle-là… heureusement elle avait fini par se lasser de vos feint de non-recevoir… c’était bien la moindre des choses… elle s’était accrochée à vos basque comme une moule à un rocher… elle avait même tenté de faire croire que vous l’aviez engrossée…. Fort heureusement le stratagème n’avait pas pris… oui, heureusement… quelle horreur. Tout le monde ne pouvait pas avoir votre chance, d’avoir trouvé par deux fois, une certains tranquillité d’esprit au sein des bras d’une dulcinée, certes, un seul mariage, mais dans les deux cas, de belles complicités et de beaux moments de passés, de belles amitiés, un bel amour… ah… ça vous rendrait nostalgique tout ça.

« Je l’espère pour lui, Lilith, je l’espère… a vraie dire tu as eu la chance de trouver un homme d’exception…. C’était un homme bien, et sans reproches… un modèle de vertu. »

Vous lui sourîtes, comprenait-elle que vous tâcliez son amant d’il y avait peu de temps, le prieur Everard Zullheimer, dans tout cela, au juste ? Possible, ou pas… dans tous les cas, vous n’alliez pas plus que cela insister sur le sujet, vous préfériez vous laisser aller à prendre votre verre, plein d’un jus de fruit et lever celui-ci.

« Aux disparus, puissent-ils veiller sur nous et se reposer ! »

Puis vous bûtes votre verre d’une traite, non sans rajouter, alors à l’attention de Nicolas.

« Sinon, tu as toujours la possibilité de t’intéresser à la fille Beauregard… ce serait un bon moyen de se rapprocher d’eux en toute discrétion… et puis, elle m’a l’air moins vicieuse que son frère, et elle et considérée comme une beauté… à raison, de ce que j’ai vu… »


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La famille, il n'y a que cela de vrai, non? [les de Choiseul]
Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: 2nd étage-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur