Les Chroniques d'AmbrosiaConnexion

[CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond]

Partagez
Sujet: Re: [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] - Page 3 1545043444-icon-minipostedDim 14 Oct 2018 - 22:48
Avais-je un peu d’estime pour cet homme ? non, en vérité, je ne parvenais pas à en avoir. Quelque chose manquait de son côté, quelque chose, mais je ne savais dire quoi. Peu importait, je tentais ce que je pensais juste. Mes alliés comme mes ennemis parleraient, mais au final, tout cela n’était que nécessaire. Enfin, c’était évident, mais peut-être pas pour tous. J’aurais aimé narrer combien sa famille finirait par s’éteindre jusqu’à ce que le souci de sa légitimité ne soit plus, mais cela n’arriverait pas, car je ne présumais pas de la finalité. Je savais simplement que les choses étaient ainsi pour une bonne raison et que ce n’était pas au de Choiseul de s’en vouloir.

Nous parlions des jeux et je souriais. Le hasard serait ce qu’il serait, qui sait si de Lascelle ne mettrait pas à mal Raimond, ou inversement. En vérité, j’avais bon espoir que de Lascelle finisse par vaincre. Cela n’aurait pas fait de mal à Raimond Beauregard, mais peu importe là encore. Je ne prenais pas mal son avis de se concentrer sur une chose, car je ne m’estimais pas dans cette optique désormais. Je m’occupais de l’Empire avant tout. Et s’il avait tenté une manœuvre pour m’enseigner une chose, je ne la retenais pas. Manque d’envie.

Il s’y connaissait visiblement sur le sujet de la rapière, là encore peu m’importait. Je pouvais me défendre malgré les détails qu’il donnait et ce n’était pour autant pas, j’en avais conscience, parfait. En vérité, j’étais lucide, en cas de problème, hormis la fuite…il ne fallait pas croire que ce genre de chose fonctionnerait en étant pas habituée aux forcenés.

« Les gens croient un peu ce qu’ils veulent et diabolisent aisément ceux qu’ils ne connaissent pas. C’est le propre du monde. » Une manière de dire que je ne le prenais pas qu’ainsi. Je le pensais personnellement malin mais peu comploteur, ou en tous cas, je ne l’imaginais pas s’acoquiner pour des histoires de cour. Mais je le savais, ou je le pensais, plus élégant que cela, du genre à faire un coup d’état net et propre ou d’assiéger la ville pour reprendre ses droits…

Ma lignée les avait, selon les pensées, diabolisé. Mais dans un sens, c’était le propre du jeu, tout comme je pensais que cela venait point directement de nous. Allez savoir au fond…Il m’arracha un sourire amusé, avec sa plaisanterie.

« Les courtisans aiment …. » Je cherchais le mot. « La surenchère…cela leur donne une impression de grandeur, ou de pouvoir. Cette faculté à colporter et être cru…il y a des tas de choses qui se disent, et j’ai même parfois vent de certaine me concernant, mais c’est … coutumier. »

Oh pas toujours élégante les rumeurs, elles pouvaient mal finir pour les colporteurs. Selon la gravité. Mais c’était franchement une chose si habituelle que je n’en faisais cas qu’en cas de gravité…peu souvent donc.



[CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] - Page 3 SeN42bM
Sujet: Re: [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] - Page 3 1545043444-icon-minipostedJeu 25 Oct 2018 - 10:00
Les choses se passaient de manière moins pire que ce que j’avais imaginé… je lui fis un sourire aimable, poli, mais très correct alors que nous continuions à discuter des jeux. Oh, je ne me faisais pas d’illusion sur le sujet : monsieur de Lascelle, aussi âgé qu’il soit eu remporté par plusieurs fois ce genre d’épreuves et je ne doutais pas qu’une expérience supérieure avait su surpasser la fougue et l’énergie de la jeunesse… je lui fis un sourire avant de finalement me dire que bon, je n’avais pas l’intention de perdre. Donc je gagnerai. Tout était aussi simple que cela, quoique cela puisse paraitre assez paradoxal et simpliste. Je lui fis un sourire e avant de finalement reprendre sur autre chose, sur les mœurs de la cour. Et elle avait un avis relativement éclairé… je prenais ses paroles d’un signe de tête approbateur. La cour aurait diabolisé le moindre de mes actes si j’avais croisé le fer avec l’impératrice. Mais je l’étais suffisamment déjà. Ce que les de Choiseul oubliaient c’était qu’il n’y aurait peu eu d’empire sans ma famille. Les de Choiseul avaient peut-être modernisé la capitale et une partie de l’empire, mais ils avaient usurpé un pouvoir qui avait déjà fait le plus difficile : unifier les royaumes sous une seule couronne, réussir à composer avec les individualités jusqu’à créer une unité réelle. Et ça, tous l’oubliaient.

« Et cela reste plus simple de considérer que certains sont des tyrans malfaisants que des personnes ayant fait selon leurs capacités. Ça arrange tout le monde. »

Enfin, non, pas tout le monde. Mais certains en avaient particulièrement profité, comme les de Choiseul, pour asseoir leur autorité… enfin bref, il ne fallait pas retourner dans ce genre de débats plus houleux, ou on allait retourner dans les travers précédents… je lui fis un sourire plus posé alors qu’elle reprenait sur les courtisans. Je comprenais son point de vue, et je le partageais assez. Je me savais assez piètre comploteur pour apprécier les jeux de la cour…

« Je dois avouer que je ne comprends pas certaines manies de la cour. Quel intérêt y aurait-il à chercher à gagner les faveurs du trône, puisque le trône pense avant tout au peuple ? »

Oui, bon, d’accord, je n’étais pas réellement sincère sur le sujet. Je doutais que le trône privilégie toujours le peuple, mais il fallait contenter toutes les couches de la société… et parfois, accorder des faveurs à certains nobles permettaient de calmer le jeu pour continuer un grand œuvre. Une des nombreuses leçons de ma mère, il fallait le reconnaitre. Toutefois, j’étais d’un avis un peu moins tranché qu’elle. Je pensais davantage que les nobles par le sang, méritait l’attention du souverain. Les dédaigner un peu trop serait renier la légitimité de son propre sang…

« Enfin, je suppose que ce n’est pas un problème dont j’ai à me soucier. Je n’ai qu’à laisser ça à ceux qui doivent y faire face. L’avantage de ma position… »
Sujet: Re: [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] - Page 3 1545043444-icon-minipostedLun 12 Nov 2018 - 10:49
Nous avions réussi à nous tenir, l’un comme l’autre, dans une politesse de surface. Je supposais qu’il ne m’appréciait pas plus que je ne l’appréciais. En vérité, je ne l’aimais pas, il ne m’aimait pas, mais nous faisions comme si. Discuter de tout et de rien n’était pas chose aisée, le pire, en vérité, c’est que j’espérais que de Lascelle l’écraserait encore une fois, magnifiquement et superbement. J’avais confiance dans le comte, et je me disais que je pourrais l’encourager à la victoire avec un peu plus d’argent à la clé. A moins que je ne demande à Amélia de se débrouiller sur la situation. Ma cousine n’apprécierait pas, l’idée me fit sourire intérieurement.

Nous parlions de la cour, et de famille respective, sa réponse me laissa un instant pensive, il avait tout à fait raison. Je hochais la tête et soufflais.

« Vous avez parfaitement raison. Le monde s’arrange de ce qui l’arrange, mais les choses sont ainsi faites. » J’avais parfaitement compris ce qu’il voulait dire, mais c’était ainsi. La vie continuait, l’important était l’évolution des choses, dans le bon sens. Enfin, le bon sens, dans une direction qui n’allait pas à l’encontre du peuple, les Dieux avaient ainsi mis entre des mains précises l’avenir de ses croyants, et c’était le seul but de régner, pour ma part et pour ma famille en tous les cas.

Quant au sujet des courtisans…

« Le trône ne pense pas qu’au peuple et les courtisans le savent parfaitement. Je dirais plutôt que le trône pense à l’intérêt du plus grand nombre, d’abord, sans omettre les minorités. Les courtisans savent parfaitement qu’ils peuvent ainsi grapiller quelques petites choses. Et puis, vous êtes…un assez haut dignitaire pour savoir qu’offrir quelques faveurs à un noble permet de maintenir un jeu calme. Ne me dites pas qu’on ne vous l’a jamais appris ? »

Ce serait bien malheureux pour le potentiel qui suivrait.

« Ce n’est pas parce que vous n’y faites pas face pour l’instant, qu’il n’est pas intéressant de converser avec vous sur le sujet. Voyez-vous, vous prétendez à la place de Prince Consort, même si j’adorais avec un amour particulier Elrich…il lui manquait cette façon de parler et de converser sur ces sujets là. Il me plait beaucoup d’ainsi échanger en votre compagnie, je trouve que cela vous apporte un grand plus. »

Je ne voulais pas lui donner de faux espoir, en vérité, je l’appréciais pour cette opposition houleuse que nous avions, mais que nous maintenions, ce n’était point du masochisme, seulement j’appréciais. Peut-être car tout le monde avait plus l’habituder d’abonder tout simplement en mon sens, sans chercher à débattre, enfin, je ne parlais que des courtisans coutumiers, pas de mon oncle, par exemple ou encore d’Everard…


[CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] - Page 3 SeN42bM
Sujet: Re: [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] - Page 3 1545043444-icon-minipostedLun 19 Nov 2018 - 11:49
In fine, au cours de cet entretien avec la pseudo-impératrice, je pensais avoir vu tout ce qu’il y avait à comprendre de sa personnalité. Et si je ne pouvais pas la reconnaitre comme étant une légitime suzeraine ambrosienne, je pouvais au moins reconnaitre qu’elle méritait un minimum de respect… nous ne serions jamais alliés, c’était une certitude. Toutefois, cela ne m’empêchait pas de la respecter pour ce qu’elle était. Je restais un moment sans rien dire avant de finalement sourire poliment, comprenant sa vision des choses. Toutefois, je ne la partageais pas entièrement. Et ce fut pour cette raison que je m’autorisais à lui partager mon avis.

« On m’a appris beaucoup de choses, mais la première serait de ne pas faire de favoritisme envers ceux qui sollicitent des faveurs. La féauté, à Eskr est bien plus marquée à Eskr qu’ici… c’est d’ailleurs ce que je trouve dommage. Les courtisans sont déplacés dans la mesure où ils refusent de se tenir à ce qu’ils sont… si chacun connaissait sa place ici-bas, alors tout serait beaucoup plus simple. Donc autant faire en sorte de le leur apprendre. C’est ce que disait toujours mon percepteur ! »

Oui, voilà. Mais bon, ce n’était pas ce qu’il y avait de plus facile à faire, bien sûr. Je le savais. Mais qu’elle ne sous-estime pas mon éducation en la matière. J’avais eu les meilleurs professeurs du royaume pour m’enseigner la gestion d’un tel domaine… mais bon, bien sûr, je ne le mentionnais pas ouvertement. Ç’aurait été peut-être un peu déplacé, et nous n’en étions pas à nous faire des confidences. Respecter ne signifiait pas apprécier ou d’autres termes du genre… je restais sans rien dire avant de finalement lui sourire, alors qu’elle se confiait sur son ancien mari… oui, je voyais ce qu’elle voulait dire, et je ne pouvais pas espérer mieux que de faire un mariage tout aussi heureux… mais le seul mariage heureux faisable serait celui nous ramenant sur le trône.

« Je vous remercie et je reconnais que votre conversation est non dénuée d’un certain agrément, je dois le reconnaitre. Très certainement parce que nous ne sommes pas d’accord… cela rend les débats plus intéressants car contradictoires… »

Je portais à ma veste une main assurée et je sortais une petite lame. Un couteau émoussé en réalité, qui avait un point symbolique. Il était frappé sur la lame d’un côté du sceau des Deux-Cimes et de l’autre, du Sceau des Beauregards… une bonne manière de me présenter, puis, je tendais l’arme vers elle, garde en avant, pour la lui proposer.

« Il y a une tradition par chez moi. L’idée qu’un ennemi que l’on respecte vaut plus qu’un ami que l’on apprécie. Un ami peut vous trahir. Pas un ennemi. Aussi, dans ce genre de situation, il est de coutume d’offrir de l’argent contre de l’argent. Un couteau d’argent comme celui-ci contre un autre objet d’argent ou une roue d’argent. C’est une manière d’offrir son respect. Nous ne sommes pas faits pour nous entendre et je crains que nous ne trouvions jamais de notre génération une réelle entente complète. Toutefois, je vous respecte. Pas en tant que dirigeante, c’est hélas pour le moment hors de mes capacités. Les Dieux savent que les raisons logiques existent. Toutefois, cela ne nous empêche pas de nous respecter. »

J’attendais donc qu’elle prenne le couteau en argent et ensuite j’ouvrais ma paume, attendant son retour en la matière.
Sujet: Re: [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] - Page 3 1545043444-icon-minipostedMar 11 Déc 2018 - 16:54
Je vous avoue bien volontiers que je ne suis pas certaine de la manière dont je dois juger Raimond Beauregard. Prince déchu et fier, il garde, il me semble, une sorte de clairvoyance qui peut le rendre intéressant. Peut-être que s’il n’avait pas été de sa lignée déchue, je l’aurais volontiers fait rentrer un cercle privé de conseiller, voir, il aurait été un nom potentiel pour un ministère de commerce, mais nous savons tous que nos lignées ne seront jamais plus qu’éventuellement courtoises. Quoi qu’il en soit, je parvenais à l’apprécier à grandes doses de retenue. Je souris à ses propos sur Eskr et je cherchais un instant comment répondre. Il était évident que les eskrois n’étaient pas mieux lotis avec leurs querelles incessantes et coutumières !

« Si chacun saisissait son rôle et sa place, il est évident que tout serait bien plus simple. Effectivement. »

Nul sous-entendu dans mes propos, j’étais simplement d’accord sur ses détails. Quoi qu’il en soit, j’étais réellement surprise de la façon dont nous pouvions réussir à parler sans partir dans l’opposition, tout n’était pas perdu, enfin, tout n’était pas tout à fait gagné non plus. Parce que rien ne le serait jamais sans l’extinction totale et absolue d’une des lignées, c’était l’évidence. Je n’étais pas défaitiste, mais réaliste.

J’inclinais la tête légèrement.

« Exactement. » Oui, j’affirmais que nos discussions étaient plaisantes, peut-être plus intéressantes que celles que je pouvais avoir avec une personnalité trop disposée à vouloir me plaire. Ce n’était pas désagréable, même si, ne le cachons pas, il m’agaçait rapidement. Probablement cette façon hautaine de se présenter ou de paraître. Je fus néanmoins touchée et surprise par la suite et cela s’afficha sur mon visage.

Je prenais la lame avec beaucoup de respect, et je ne dissimulais pas le fait que j’appréciais le geste. Oui, il fallait le reconnaitre. Parce que c’était tout de même réaliste et de ce fait, j’appréciais, plus que tout autre chose. De ce fait, je prenais un instant, je n’avais pas spécialement de roue d’argent sur moi, vous imaginez bien que l’impératrice ne se baladait pas avec cela.

Je glissais mes doigts à l’arrière de mon crâne et je détachais une épingle de cheveux en argent qui tenait mon chignon, et je la déposais dans sa main. Je retenais son geste comme quelque chose de très important dont on parlerait probablement dans les secrets d’histoire. Cela me fit sourire, en partie, parce que bon, fallait pas non plus déconner.

En tous les cas, je le remercier de sa franchise et clairement de son franc parler, disons que c’était des détails que j’appréciais, finalement, il aurait effectivement pu faire un excellent prince consort avec lequel les échanges auraient été houleux. En tous les cas, la suite de l’entretient se déroula de la même manière, mais nous avions une chose claire entre nous en plus, nous nous « respections » malgré nos désaccords historiques et familiaux.


[CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] - Page 3 SeN42bM
Sujet: Re: [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] - Page 3 1545043444-icon-minipostedSam 15 Déc 2018 - 11:37
La conversation avait atteint ce que j’aurai appelé une sorte de point culminant, cet échange était éminemment symbolique, bien sûr, et c’était d’autant plus important que c’était sans doute la concession la plus importante vis-à-vis du trône de vapeur depuis l’usurpation de celui-ci. Je lui faisais un sourire avant de finalement tendre la main, attendant de savoir exactement ce qu’elle pouvait bien donner en retour. Je ne m’attendais pas à la voir sortir une roue d’argent, une souveraine avec son argent, ce serait quelque chose de presque déplacé, et je lui accordais bien cela, aussi souris-je quand elle défi une partie de sa coiffure sophistiquée pour me fournir une simple épingle à cheveux en argent, je la prenais délicatement et j’eus un geste d’inclinaison du buste en remerciement alors que, tout en politesse. Le geste était presque… presque choquant, en fait, quand j’y pensais… toutefois je n’étais pas homme à refuser un cadeau, surtout quand il était donné avec une grande symbolique.

« Votre altesse… »

Oui, je ne la remerciais pas, il s‘agissait d’un échange, après tout, et non d’un cadeau. Je me tus et je la regardais droit dans les yeux, avec un mélange de respect réale envers la personne, et, malgré tout, un peu de réprobation devant le geste presque choquant qu’elle avait fait pour cela. Toutefois, je ne fis aucun commentaire, cela ne devait pas se permettre ! Je lui fis un sourire ava, bien que cela non plus ne soit pas des plus protocolaires, non plus, cela dit. Je lui fis un sourire avant de finalement prendre l’épingle d’argent, et faute de pouvoir en affiché pleinement le sceau, ceci étant une véritable trahison de ce en quoi je croyais que de l’arborer, je fis quand même un geste en ce sens en fichant celle-ci dans mon pourpoint sous ma veste, le faisant ostensiblement de sorte à ce qu’elle voit que je ne faisais pas peu de cas de son argent contre le mien. Dans le même ordre et pour les mêmes raisons que j’avais porté son épingle quoique de manière dissimulée…

La discussion se déroula, in fine sous d’excellents auspices, bien sûr. Cette petite démonstration de respect n’était pas vaine, j’avais été sincère et aux vues des discussions suivantes, c’était réciproque. Enfin, quand vint l’heure de nous séparer, je ne pus le faire qu’avec une sensation de réussite au cœur, même si cette réussite était particulièrement relative. La discussion avait été tantôt houleuse, tantôt posée, souvent conflictuelle mais fort peu souvent vaine, et sans dire que nous serions d’excellents amis à l’avenir, je pensais mieux avoir compris la place et la pensée de l’usurpatrice. Oui, elle le resterait. Pour moi.
Quand je la quittais, j’avais un certain espoir que nous aurions d’autres discussion de ce genre, des confrontations non physiques mais spirituelles et intellectuelles, politiques ou sociales. C’était éminemment intéressant.
Au final, nous y avions tous deux gagnés.


[CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] - Page 3 Sl9nLZE
Sujet: Re: [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] [CLOS]Au dessus d'Ambrosia [Raimond] - Page 3 1545043444-icon-miniposted
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum