AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 4 ème niveau de la cité

Chapitre 8 : Prise de fonctions

avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 80
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Chapitre 8 : Prise de fonctions Ven 9 Nov 2018 - 19:33
Quand le seigneur Raimond Deux-Cimes avait reçu l’information comme quoi son agresseuse allait faire amende honorable auprès de lui en lui servant de garde du corps, il avait espéré que c’était une vaste blague. Et il avait raison. Voilà ce que pensait mon majordome. Il trouvait l’idée ridicule. Aussi, il n’y avait pas prêté attention, jusqu’à ce qu’on l’informe qu’elle serait mise à disposition du jeune seigneur, il avait commencé à paniquer un peu et à tout organiser pour sa venue, notamment pour faire libérer la chambre de domestique à côté de celle du maitre, d’une part, puis ensuite, ça avait été la croix et la bannière pour réussir à lui trouver une livrée correcte. Hors de question qu’elle serve un deux-cimes avec l’uniforme des de Choiseul… oh le cauchemar…. Enfin, heureusement, tout avait été prêt avant qu’elle n’arrive. Je n’employais pas d’incompétents !

Ce fut lui qui l’accueillit, homme de haute stature et avec un certain charisme, qui lui fit pénétrer le domaine par l’entrée de service, bien sûr, pour ensuite la conduire vers une petite salle où l’attendait son nouvel uniforme.

« Je vous prie de vous changer rapidement. Le jeune seigneur n’apprécie ni les fainéants, ni les lambins. Je vous conseille de n’être ni l’un ni l’autre. »

Il la planta là pendant dix minutes montre en main avant d’entrer sans se gêner pour venir la chercher, fini ou pas fini, lui signifiant que toute récrimination devrait être faite au jeune seigneur en personne. Puis il lui dit de le suivre et ne l’attendit pas, remontant les couloirs jusqu’à arriver à un petit bureau, lui signifiant de toquer et d’attendre ici. Fort heureusement pour elle, je ne la fis pas attendre. Dès que j’entendis toquer, je lançais d’une voix forte.

« Entrez. »

Je ne levais pas les yeux de ma correspondance en cours de rédaction.

« Bonjour…. Comment suis-je supposé vous appeler ? Qu’importe. Je suppose que vous savez ce qui est attendu de vous ? Ou ai-je besoin d’apporter des précisions sur un pont en particulier ? »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 4 ème niveau de la cité-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs