Le Deal du moment :
Abonnement 12 mois Nintendo Switch Online
Voir le deal
15.99 €

Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
159
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Lun 2 Mar 2020 - 18:16

L’ennui de la garde serait tout aussi bien que cette absence de productivité complète. Non content de perdre le temps du seigneur, j’avais perdu le mien aussi. Mais bon, il y avait d’autres choses à déterminer ensemble. De petites choses peu déplaisantes. Je restais sans rien dire alors que je la laissais parler. Oui, je savais très bien que Vadim devrait passer. Rien qu’à l’état des lieux... J’avais vu l’intérieur du nobliau, sa maisonnée ne faisait pas aussi impeccable, et ses propositions pas aussi intéressantes qu’autrefois. Et puis le maigre verre de Brandy, un brandy de mauvaise qualité qui plus était... c’était une sacrée bêtise… je restais un moment avant de finalement lui dire.

« Il a tout perdu et est ruiné, mais toutes les affaires ne sont pas d’argent et d’or. J’ai obtenu ce que je voulais et c’est tout ce que je demandais. Au final, tout est parfait ! »

Je souris l’air carnassier. Les affaires financières avaient été une perte de temps. Mais j’avais beaucoup gagné sur d’autres plans. Je savais parfaitement que ce serait majoritairement une perte de temps.

« Je vous sais gré de votre avis… éclairé…. Maintenant nous allons passer voir Vadim… j’ai entraperçu quelques petites choses qui m’intéressent chez lui, notamment en matière d’art. une magnifique statue en marbre représentant supposément Neiman une véritable merveille ! Et j’aimerai beaucoup qu’il me mette de côté cette pièce entre autres. Toujours pareil, restez silencieuse, sur place, et observez. Mais cette fois, je tiens à ce que vous soyez sur mes talons en permanence et que vous ayez l’air dangereuse. Vraiment, je veux dire. pas comme d’habitude. »

Je voulais dire… disons qu’elle ne faisait pas forcément dangereuse, d’autant qu’elle était prisonnière de ses codes et de ses allégeances. Je ne pourrais jamais l’employer comme tueuse, par exemple. Pas parce qu’elle refuserait mais parce qu’elle était agnelle une fois qu’elle n’avait plus la sacrosainte protection de la fonction… je souris, un brin mauvais. Ainsi allaient les choses…

« Y a-t-il un problème avec ça ? »


Chapitre 8 : Prise de fonctions - Page 3 BiYb2et
Constance Jane Enverse
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
100
Date d'inscription :
27/03/2018
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
le Mar 17 Mar 2020 - 15:53
Il te parut énigmatique, qu’avait-il obtenu ? Tu te le demandais, tu n’étais pas du genre à affabuler sur les choses, ni même imaginer je ne sais quoi, tu te contentas d’entendre, sans que cela ne te fasse rien éprouver. Comme un charognard sur les restes, il te parla d’aller voir l’Usurier, tu te sentis bien plus indispensable pour le coup, car les bas cercles n’étaient en rien sécuritaire pour un homme de son rang. Vadim avait une réputation mauvaise, il était un usurier, et de ce fait, il était un profiteur. On le surnommait Le Rat, car il en avait l’air de vermine et l’intelligence, tu hochas donc la tête, pour le coup, tu te sentirais utile. Toutefois sa phrase te fit hausser un sourcil et tu le dévisageas. Tu n’avais pas l’air dangereuse ? Pourtant, tu n’avais pas non plus l’air d’une fille charmante.

« Ne vous en faites pas, l’air ou pas, je suis dangereuse. Il n’y a aucun problème, je suis à votre service et de ce fait, je n’ai qu’à obéir. »

C’était une vérité. Tu gardas un peu le silence, alors que tu sentais la voiture qui descendait, parvenir au cercle qui les intéressait mettrez du temps, donc, tu restas en partie silencieuse, pas entièrement, vous fîtes une sommaire conversation, jusqu’à parvenir à la ruelle où se trouvait Vadim. L’enseigne était flambante comme le magasin en lui-même, attenant à un large entrepôt qui était en train de décharger des caisses, la vitrine de l’établissement scintillait, affichant un buste en marbre d’un écrivain, un tableau datant d’une autre époque, et quelques belles autres pièces ! Pour plus de sécurité tu sortis en premier, ton air en disait long et Vadim qui donnait des ordres t’observa sortir du carosse avant de réaliser qui était l’hôte, il s’avança mais ne brisa pas la distance de sécurité…

Dans un phrasé faussement distingué, il s’adressa au prince et tu gardas un œil sur lui avec excès il l’invita à son bureau et tu suivis…


Chapitre 8 : Prise de fonctions - Page 3 WBJgyXq
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
159
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Ven 20 Mar 2020 - 23:06
Bon, apparemment elle ne comprenait pas. Enfin, ce n’était pas trop grave. je ne pouvais pas ne pas sentir un peu comme avec un boulet au pied parfois. Elle ne comprenait pas grand-chose, ou du moins, elle ne comprenait pas grand-chose à ce que je lui demandais. Elle se trouvait redoutable et dangereuse comme ça ? je n’y croyais pas trop. Enfin, je supposais qu’en attendre autant de sa part était trop. Je restais sans rien dire et je soupirais, juste, pour qu’elle comprenne bien mon geste. Enfin, c’était sans importance. Je regardais la jeune femme avec un air un peu déçu. Enfin, ce n’était pas forcément une mauvaise chose… je restais sans rien dire avant de finalement sentir le fiacre ralentir, nous arrivions. Bon, allez, je devrais bien faire en sorte de me débrouiller sans trop compter sur elle. je descendais du fiacre avec elle alors que les gens s’affairaient autour. Enfin, ce n’était pas grave. je regardais alentour avant de finalement voir Vadim qui s’avança, mais resta prudent.

Il commença avec ses ronds de jambes et je le reprenais au vol Vadim pour qu’il se montre moins obséquieux. Au fait. Je lui avais demandé – pour ne pas dire ordonné – d’acquérir certaines pièces pour moi et aussi, je comptais faire une petite « commande » pour ses prochaines saisies, tout simplement. Enfin, ce n’était pas plus intéressant. Vadim semblait regarder souvent la garde du coin de l’œil. Enfin, je ne voyais pas de problème à cette idée, mais je ne comprenais même pas en quoi, elle n’avait rien d’impressionnante et elle ne faisait pas forcément dangereuse. Enfin bref, Vadim m’invita dans son bureau et je l’y suivis, fermant ostensiblement la porte au nez de la garde. Laissant entendre que je préférais que mes affaires restent mes affaires. Je restais donc seul avec Vadim pour discuter, mais la discussion fut brève et tellement peut productive que je sortais avec fracas en lançant sans même la regarder à Constance.

« On rentre. »

Je marchais d’un pas vif vers le fiacre et je remontais dedans.

« Et dépêches-toi ! »

Oui, j’en oubliais même les politesses. Ce petit enfoiré de Vadim ne me serait d’aucune utilité. Je serrais les poings. j’avais la sale impression d’avoir été eu… et cela me mettait hors de moi. Je donnais un coup de poing dans la portière de fiacre. Il mériterait d’être pendu, cette crapule infâme ! 



Chapitre 8 : Prise de fonctions - Page 3 BiYb2et
Constance Jane Enverse
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
100
Date d'inscription :
27/03/2018
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
le Jeu 9 Avr 2020 - 19:53
Tu n’avais pas envie de savoir ce qui agaçait le prince, quand il te tutoya tu concédas à ne pas chercher la raison. Parce que cet homme était de ce genre à s’agacer sur ceux qui ne lui avait rien fait. Ainsi tu te dépêchas, attendant le moment où sa mauvaise humeur te retomberait dessus. Tu avais avisé, dans ton fort intérieur, que l’on ne t’y reprendrait plus, à sauver cet homme, si prochaine fois il y avait, tu … oui non, tu le sauverais. Car sa mort pourrait sonner la cloche d’une affaire désagréable pour celle qui était ta cousine. Et puis, tu n’avais que faire de le détester ou pas. En t’installant dans le fiacre, tu gardas le silence, hésitant à lui demander ce qu’il se passait. Il allait probablement t’envoyer sur les roses mais c’était peut-être mieux que le laisser mariner dans son jus.

« Cela ne s’est pas déroulée comme vous l’escomptiez ? »

Le fiacre remuait à un rythme plaisant, rentrer chez le sieur Beauregard prendrait un petit moment, la demeure n’était pas à ce niveau. Le silence ne te dérangeait pas, pourquoi avais-tu donc chercher à converser ? Peut-être par politesse, même si cela pouvait aussi être vu comme intrusif. Tu ne soupiras pas mais dans ton fort intérieur, si. Tu te demandais pourquoi Beauregard faisait cette tête. Vadim t’avait trop regardé, mais tu ignorais pourquoi, tu avais eu l’air mauvaise et revêche, de quoi l’intriguer peut-être. Tu ne voulais pas lui dire que t’avoir fermé la porte au nez avait été idiot, c’était son problème, s’il ne saisissait pas que ton travail dépendait de sa volonté à t’avoir à son flanc, ce n’était pas tout à fait ton problème. En tous les cas, tu attendais qu’il s’exprime, à moins qu’il ne refuse de le faire, pour dieu sait quelle raison !


Chapitre 8 : Prise de fonctions - Page 3 WBJgyXq
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
159
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Sam 11 Avr 2020 - 14:04
Je la regardais alors qu’elle me parlait. Pour me demander une évidence. Je restais sans rien dire et je lui jetais un regard un peu surpris quand même./ désolé de le formuler ainsi mais comme génie, elle se posait là, définitivement au moins, cela confirmait que l’on n’élevait pas les gardes pour leur finesse d’esprit. D’accord, elle était potable à la rapière – parce que j’étais gentil – mais il ne fallait pas exagérer non plus… enfin bref, je haussais les épaules et je prenais sur moi pour ne pas l’envoyer valser comme elle l’aurait mérité.

« Bien sur que non, cela ne s’est pas bien passé, à quoi d’autres aurais-je dû m’attendre ? Cet homme est une ordure finie. Enfin, j’aurai essayé. »

Je restais sans rien dire avant de finalement la regarder et esquisser un sourire poli avant de lui demander, pour changer de sujet vers une distraction moins désagréable.

« Êtes-vous habile au maniement des armes anciennes ? Je parle des armes avant que la poudre ne soit omniprésente. Mon père m’a appris à utiliser une arme ancienne, une arme de chasse qu’on utilisait dans le sud d’Eskr…. C’est une arme capable de perforer un plastron, et sans aucun bruit. Pas de bruit de coup de feu, non, juste une porte d’environ quoi… quarante mètres… c’est pas mal. Idem, avez-vous déjà pratiqué l’arc long ; je ne parle pas des armes de cavalerie, les petits arcs, mais las vrais grands arcs de Lornell ? C’est une tradition par chez nous. »

Oui, il s’agissait de bons moyens de se détendre et de se changer les idées. Tout simplement. Je restais un moment sans rien dire avant de finalement hausser les épaules et la regarder et de lui dire, sur un ton qui signifiait que je ne pensais pas vraiment à lui laisser le choix.

« Moi ça me détendra. Et vous participerez. Vous y voyez un inconvénient ? »


Chapitre 8 : Prise de fonctions - Page 3 BiYb2et
Constance Jane Enverse
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
100
Date d'inscription :
27/03/2018
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
le Ven 1 Mai 2020 - 20:37
Tu faisais la conversation, histoire de le voir s’encourager à faire autre chose que la tronche. Mais tu te doutais parfaitement que ça n’allait pas aller au mieux. Il déversa rapidement sa bile, agacé, en même temps, il faisait des évidences. Un usurier se fichait du rang que l’on occupait, il ne craignait à la rigueur que la justice, et encore. Tu haussas seulement un sourcil en le regardant et puis tu te fichas de le regarder. Il changea de sujet, tant pis, cela ne t’importait pas réellement, il parla des anciennes armes. Tu avais été formé à des armes de garde, pas ce genre de chose, toutefois, il ne t’indiqua pas clairement ce que vous alliez faire.

« Je ne vois aucun inconvénient, même si je n’ai pas saisis où  nous allons. Je ne manie pas les armes dont vous me parlez, hormis l’arc mais j’apprends vite et je comprends bien mieux le fonctionnement d’une arme que le caractère d’une personne, donc, je ne vois aucun inconvénient à participer. »

Tes paroles furent simples, plutôt abrupte, tu avais la sensation qu’il te prenait pour une idiote, mais cela ne te dérangeait pas, ce n’est pas parce que tu n’avais pas sa culture que tu étais une imbécile. Quand bien même ton savoir était différent du sien et se composait de choses moins élégantes. Peu importait.

« Je suis curieuse de voir tout cela de plus prêt. »

Tu espérais qu’il n’allait pas te laisser dans le flou. Tu observas par la fenêtre du carrosse la ville qui défilée. Cela pouvait s’avérer agréable, et cela te plaisait cette découverte. Parce que même si c’était pour sa propre détente, il fallait avouer que tu ne dépréciais pas de voir ce que tout cela pouvait donner. Autant le dire, cela t’enthousiasmait quelque peu. Et tu eus un bref sourire, ce qui n'était pas dans tes habitudes!


Chapitre 8 : Prise de fonctions - Page 3 WBJgyXq
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
159
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Dim 23 Aoû 2020 - 9:31

La proposition que je lui faisais était relativement agréable, non ? Moi j’avais besoin de me détendre et elle serait une adversaire sans doute fort peu difficile à vaincre et j’avouais que la victoire facile serait plutôt pratique. Je lui fis un sourire avant de finalement opiner du chef à ses propos. Je savais très bien que de toute façon elle n’aurait pas refusé. Parce que la connaissance était une arme. Mais je ne m’attendais pas à voir dans sa prunelle une telle envie de savoir et dé e découvrir. Et cela me plut, toute proportion gardée, du moins. Innommable ! Elle sourit même. Eh bien. c’était inattendu. Pas inespéré ceci dit puisque je n’attendais pas grand-chose de sa part.

« Vous verrez, cela s’apprend très vite. C’est le genre d’instrument qui demande peu de temps pour comprendre, un peu plus de temps pour maitriser, et juste beaucoup d’entrainement pour exceller. Mais bon, vous êtes une escrimeuse plutôt habile, vous avez été formée aux armes, alors vous devriez pouvoir maitriser rapidement. »

Je me murais dans le silence. Et nous sortîmes de la ville avant de nous arrêter vers une sorte de propriété fermée par un haut mur de pierre dépassant les deux mètres. C’était un lieu qui semblait très austère pourtant le portail était ouvert en grand et homme attendait. Bien vêtu. Je descendis du fiacre et je fis descendre la garde. Enfin, je m’adressais au valet de porte.

« Bonjour. Je suis venu pratiquer.

« Mais bien sûr, monsieur ! Je vous en prie. Madame participe ou regardera ? »

Je n’hésitais pas en disant qu’elle allait participer et le valet nous céda le pas et nous pûmes entrer dans les lieux où je fus débarrassé de ma veste pour rester en simple pourpoint remonté aux coudes. Puis, j’enfilais le gant que l’on me fournissait. Un long canon d’avant-bras en cuir souple et renforcé qui couvrait tout l’avant-bras pour le bras droit, et un gant ne couvrant que l’index, l’annulaire et le majeur pour la main gauche. Je resserrais les courroies de celui-ci pour qu’il ne bouge pas, qu’il colle presque à la peau et je lançais alors à Constance derrière le paravent nous séparant.

« C’est bon, vous êtes prête ? »

Je me dirigeais vers la sortie le long de la pièce. Ladite ouverture menait vers une sorte de jardin ombragé aux hauts murs gardant le lieu dans une ombre permanente bienvenue. Un plancher extérieur s’arrêtait au bout de deux ou trois mètres et ensuite une lieu de terre battue était conservé intact. Des marqueurs sur les côtés indiquaient les distances par rapport à la cible du fond. Je prenais deux arcs détendus pour le moment et j’en tendais un à la garde. Le long morceau de bois travaillé était plus haut que moi et plus haut qu’elle.

« Tenez et faites comme moi. »

Je plaçais la base de l’arc dans une encoche du sol et j’y mettais tout mon poids pour plier un peu le long objet afin d’installer le petit anneau de la corde dans l’encoche de l’autre côté de l’arc pour le maintenir sous tension. Je l’aidais alors si elle en avait besoin, puis je lui expliquais.

« L’arc long demande peau ou de force physique. Mais avec une telle arme, vous pouvez tirer à une distance de 400 pas de manière précise. La cible est à une distance de 250 pas, ce qui est presque moitié moins. c’est faisable je pense pour vous. Si vous avez une bonne vue, cela va de soi. L’arc demande une forte tension, comme pour un arc à double courbure. Mais vous avez une bonne condition physique, ça devrait aller. Je vous montre la posture et tire, puis seulement vous m’imiter. D’accord ? »

Je commençais, me mettant de profil, les jambes écartées, bien ancrées dans le sol. Je tendais l’arc en utilisant les muscles de mon dos et de mes bras, bloquais l’empennage de la flèche presque au contact de ma joue. J’ajustais la distance. Et je lâchais ma flèche, qui, une fois décochée, fit une courbe gracieuse pour se planter, certes non dans le centre mais dans l’anneau intérieur ce qui n’était pas mal.

« Vous sentez-vous de faire de même ? Pour bander l’arc, d’abord le dos, puis les épaules, et enfin les bras. Tout le buste travail.»


Chapitre 8 : Prise de fonctions - Page 3 BiYb2et
Constance Jane Enverse
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
100
Date d'inscription :
27/03/2018
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
le Sam 12 Sep 2020 - 16:54
A vaincre sans péril, l’on triomphe sans gloire…Tu ne faisais pas cela pour une quelconque victoire mais il était le genre à apprécier de vaincre, simplement. C’était son truc, il était condescendant et cela se sentait en lui. Mais tu t’en fichais, la découverte était plus intéressante que le reste, alors forcément…Enfin ,il n’y avait rien à gagner ici en l’occurrence. Il te fit un compliment, ce qui te tira simplement un remerciement consistant à un hochement de tête, cela sonnait peut-être un peu comme une affirmation…mais ce n’était pas important. Les deux convenaient. Tu suivis le Seigneur Beauregard, sans un mot. Vous aviez quitté Ambrosia en elle-même pour pratiquer à l’extérieur, cela te permettait de voir encore un peu la ville de loin, tu aimais la voir de loin.

Tu signifias être prête, avec un peu d’aide de la jeune femme qui était là et tu sortis, sans faire grand cas des choses, ce n’était pas agréable à porter mais ce n’était pas non plus agaçant. Tu restais assez stoïque désormais, concentrée sur les choses à faire ou voir. Tu obéis au Prince, toujours sans chercher. Bonne observatrice et élève studieuse, tu apprécias le poids de l’arc, cela ne t’était pas foncièrement inconnu mais tu n’avais pas l’expertise. Les armes étaient plus compréhensible que les gens, tu ne doutais pas de savoir l’utiliser rapidement. Tu fis donc ce qu’il fit, sans aide et tu attendis, hochant la tête à la fin de son explication. Il était plutôt bon professeur et surtout clair dans ses paroles, ce qui était tout à fait convenable. Tu hochas la tête, sans un mot.

Prenant grand soin de reproduire sa posture, il te fallut quelques instants pour être satisfaite. L’arc placé, ton corps aussi, tu pris ton temps avant de bander l’arc. C’était rude, mais pas infaisable, concentrée et sur de toi, tu relevas l’objet et…la flèche parti, t’égratignant la joue au passage, et se planta au pied de la cible. Tu fis une moue, le sang perlant un peu à ta joue sans que cela te préoccupe réellement.

« C’est médiocre je sais. »

Tu préféras couper la parole plutôt que de le laisser souligner le fait de prime abord.


Chapitre 8 : Prise de fonctions - Page 3 WBJgyXq
Raimond Beauregard
Nationalité :
Eskrois
Messages :
159
Date d'inscription :
29/08/2017
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
le Mar 13 Oct 2020 - 15:58
L’arc long était une discipline sportive qui demandait beaucoup d’efforts, un dos et des reins solides, ainsi que de bons bras. Cela demandait aussi un bon sens de l’équilibre, et du coup une bonne puissance équilibrée dans les jambes. En somme, c’était un sport complet. Donc dans cas-là, il était excellent pour le corps. Je la regardais se placer et je lui donnais quelques conseils pour mieux placer son corps. Je la regardais se mettre en position, bander l’arc avant de respirer et décocher. La flèche siffla et partit sur le côté, dans un premier temps, légèrement et manquant de puissance, s’abima au pied de la cible…

« Non, ce n’était pas médiocre. Cela manquait de puissance, de trajectoire, et de recul. La cible est à une distance honorable qui fait que sur des parcours classiques avec une cible plus petite, elle se serait fichée dans l’anneau noir à cause de la légère déviation. Ce qui en aurait fait un tir, pas excellent, mais bon. Seulement la cible est plus loin que la normale pour une raison assez simple : qui peut le plus peut le moins. en outre, contrairement à un pistolet ou une arquebuse, la vitesse de la flèche n’est pas assez grande pour compenser la chute, mais c’est normal et c’est valable pour tout le monde. Donc il faut viser un peu plus haut. Le reste est une question d’habitude. Certains mettent des repères sur leur arc pour viser, mais je déconseille. Cela rend fainéant. »

Je regardais la ligne sanglante sous son œil, barrant sa pommette.

« Allez faire soigner cette plaie. Ensuite nous recommencerons. Nous repartirons quand vous saurez tirer une flèche correcte. Je me dis que l’exercice peut être agréable. »

Je lui fis un sourire entendu et, l’attendant, je prenais une autre flèche, je bandais avec le dos, puis le bras. Je prenais le temps d’inspirer, puis d’expirer avant de décocher la flèche qui vint se planter à la limite entre le cercle noir et le cercle rouge. Bien, pas mal. Je tirais encore deux autres flèches avant de finalement la voir revenir.

« Ah, très bien, recommencez, mais cette fois, suivez mes conseils. »

Je la laissais prendre position avant de rectifier la myriade de détails qui faisaient la différence, la touchant pour ce aire et venant même me caler derrière elle, pour poser mes mains sur les siennes.
Complètement sans gêne, je le savais très bien. je la guidais avant de l’accompagner jusqu’au moment où elle décocha la flèche, qui atteint le cercle noir.

« Tenez, vous voyez ? »


Chapitre 8 : Prise de fonctions - Page 3 BiYb2et
Constance Jane Enverse
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
100
Date d'inscription :
27/03/2018
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
le Ven 6 Nov 2020 - 5:41
Tu n’aimais pas forcément cet homme mais tu devais reconnaître qu’il était pédagogue, ça, c’était une réalité bien présente et à défaut de le trouver réellement agréable, tu te disais que tu pouvais distinguer clairement que c’était un bon professeur. Pour le reste, c’était un con fini. Voilà tout. Il te fallu peu de temps pour te faire soigner et revenir, on t’avait nettoyer la plaie et laissé le tout à l’air libre, cela ne laisserait aucune marque, quand bien même, les marques ne te dérangeaient nullement.

Quand tu revins, tu recommenças et le Seigneur Beauregard te toucha et se positionna. Tu aurais été une dame de la noblesse, il aurait été probable que tu rougisses un peu, toutefois, tout te laissa de marbre : ton esprit n’était concentré qu’à la cible et aux conseils, de toi-même, tu t’arrangeas quelque peu dans la position. Des regards extérieurs auraient pu être du genre à dire que tout cela était inconvenant, tu t’en foutais, ce n’était rien de plus que du tir à l’arc. Et cela, c’était clair pour toi.

Tu visas, tiras et tu dévisageas le résultat. Imperturbable, tu lâchas.

« Je commence à mieux comprendre, merci Monseigneur. »

Tu jaugeas quelques instants ton résultat, bien, c’était mieux, consciente de devoir faire mieux, tu recommenças, doucement, lentement, prenant ton temps avant de tirer une nouvelle fois, un rien de mieux que la précédente, pas encore assez à ton goût, tu recommenças donc une troisième fois et cette fois, ce fut…presque parfait.

« J’ai l’impression de prendre connaissance de muscle dont j’ignorais l’existence… »

Elle fit un mouvement ou deux d’épaule, bien consciente des muscles différents qui avaient été utilisé pour le tir, c’était tout simplement surprenant, enfin, pas tant que cela, mais c’était une façon de parler, comme une autre…


Chapitre 8 : Prise de fonctions - Page 3 WBJgyXq
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum