Valerian d'Andressy
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
495
Date d'inscription :
11/04/2017
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
le Mar 1 Oct 2019 - 21:03
Je ne cessais de penser à la demoiselle agaçante qui me courait après. Enfin, elle courrait après Ambroise, mais Ambroise et moi n’étions qu’une seule et même personne, de ce fait, il était difficile de dire qu’elle ne me courrait pas après. Au fond, elle courait après mon alter égo, qui était peut-être moi et j’ignorais réellement quel était le masque que je portais. Celui de Valérian, ou bien d’Ambroise ? Je ne sais plus. J’ignorais ce que les fruits de mes propos avaient apporté à Richard Welton, ses suspicions logiques entravées pourtant beaucoup et réduisait ses actions. Bon, j’étais un voleur et en prime, son ennemi mortel, mais hélas, j’étais aussi un homme dévoué à sa nation. J’avais écouté les conseils du Comte, et je m’étais plutôt tenu sage, sauf en ce qui concernait Madame Clark, ah diable, dire que je me doutais que ce de Lascelle avait ce joyau mais que je n’avais pas pris la peine de vérifier mes hésitations…bon, cela n’aurait été qu’un joyau de plus à ma gourmandise, ce qui n’était pas nécessaire, je ne volais pas un bon ambrosien.

Je volais ceux qui méritaient que cela se produise, bien entendu, cela sous entendait que j’étais bien le seul juge dans l’affaire et c’était quelque chose de terrible. Mais bon, c’était ainsi. Ce soir, pourtant, je ne volais pas. Je flânais, les rues ambrosiennes se calmaient peu à peu et j’étais Valérian, le fauché, le sans argent, le coureur de jupe et le parsemeur de semence, faiseur d’enfant, si seulement…je marchais, une main dans ma poche, nullement ivre, nullement fantasque, je réfléchissais. Et je réfléchissais à cette fille que je n’avais pas revue pour ne pas tenter le diable. Ambrose ne pouvait pas jouer avec elle, nous n’en avions pas envie, Valérian n’était qu’un homme indécent nullement à sa hauteur. Je m’entichais peut-être, qui sait, elle me repoussait et vous savez ce que l’esprit masculin pouvait avoir comme hobbies quand on le repoussait. Il cherchait, l’autre, celle qui faisait le rejet…ce n’était que cela, j’en étais lucide,mais de là à me retenir…

Je n’avais aucune idée de la manière de la retrouver, seul Ambrose en avait, je ne connaissais pas son travail, son nom, je savais qu’elle me pourchassait et qu’elle posait d’excellente question, je ne minimisais pas ses possibles, cela eut été outrageant. Qui sait ce qui pourrait arriver de toutes façons. Je marchais ce soir, mais je n’étais pas tout à fait Valérian, mon visage était grave, mon visage était soucieux, je n’avais pas envie de rire ou de sourire. De jouer les extravagants, de faire des mouvements furieux, de m’agiter. Il était tôt dans la soirée, le soleil se couchait, j’aurais peut-être dû me rendre au temple, prier Aernia, mais la ville était pour moi tout un temple, bien entendu, je ne pouvais pas déposer les roues que je pensais déposer au temple, dans la ville. Il fallait que je m’y rende. Une odeur attira mes flagorneries et je réalisais que mon étage de ballade était celui où Monsieur Valentin avait décidé de s’établir ce soir.

Un sourire me gagna et je m’approchais, c’était bientôt l’heure du repas et je n’aurais pas dit non à cette odeur d’épice qui se dégageait, je me rapprochais. Il n’y avait rien de plus simple qu’une soupe, même si elle venait de Monsieur Valentin, son prix n’était pas excessif et je remuais l’argent dans ma poche, n’hésitant pas réellement. L’homme servit quelqu’un et me sourit, me sortant son petit baratin, je sortais une roue d’or, hésitant, avant de la glisser discrètement dans la paume de sa main.

« Nourrissez qui se présentera ce soir, pas la peine de me faire remarquer...Quant à moi, j’aimerais bien celle qui sent les épices. »

Monsieur Valentin tenta de parler, oh, c’était un jour de paye, je pourrais officiellement toujours me débrouiller, nous étions à un étage pauvre et forcément…forcément, je prenais mon bol et allait m’asseoir pas loin, une bon bout de pain et j’allais dès lors dévisager les ventres qui seraient pleins, avec une certaine satisfaction… Le maître de la soupe se chargeant d'attirer les silhouettes pour offrir le repas et moi je mangeais, en silence. Il m'avait servit en conséquence, j'avais faim, le reste peu importait, pourtant je relevais mes yeux et je vis la jolie silhouette à laquelle je pensais pas mal ces derniers temps. Ma bouche pleine et la bouche grasse, je restais un instant à la regarder, un sourire aux joues épaisses, je la saluais d'un geste de la main et reprenais mon repas.


Les ventres seront pleins ce soir [Saraid] UnGAqdE
Saraid Aisling
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
50
Date d'inscription :
21/08/2017
Saraid Aisling
Maîtresse Fauconnier
le Mer 2 Oct 2019 - 9:54
Courage, ma fille, courage ! J’allais finir par l’avoir, ce Lampré ! Il fallait reconnaitre qu’il était habile… mais par tous les dieux, à chaque fois, j’étais à ça ! Il ne me manquait jamais grand-chose et plus le temps passait, plus cela me rendait furieuse. Cela me donnait l’impression d’être la cible d’un mauvais jeu, comme s’il cherchait à m’humilier chaque fois un peu plus… mais c’était certain, j’allais l’attraper. D’autant que j’avais récupéré de nouvelles bolas. J’avais dû me saigner aux quatre veines pour les acheter, mais ceux-là avaient de nouveaux fils, plus fins, qui n’étaient pas des lanières de cuir, mais une sorte de maillage d’acier avec des boules de plomb… j’avais dû donner tout l’argent que j’avais de côté… du coup, c’était… comment dire… la dèche… du coup, j’avouais volontiers que j’avais le ventre qui grondait régulièrement depuis quatre jours. Je n’avais pas vraiment pu manger depuis. Mais bon, c’était le prix à payer. Et parce que je l’avais payé avec mes économies. Je l’aurais la prochaine fois ! Forcément.
Mais j’avais faim… c’était de moins en moins supportable…

Je fouillais les poches de mon pantalon une nouvelle fois, comme à la recherche d’une pièce qui m’avait échappée, mais pas une seule roue, même de cuivre, n’y trainait…. Et il allait vite falloir que je trouve une autre idée pour me faire un peu d’argent. Enfin, une idée digne. Parce qu’il était hors de question que je fasse payer des gens pour me passer dessus. J’avais ma petite fierté et je n’en démordrais pas. Je regardais un peu alentour, cherchant une bonne idée quand j’entendis quelqu’un dire à un compagnon alors qu’ils buvaient une sorte de grand bol de soupe épais.

« Mais si je te dis, c’est gratuit ! Ils ont dit qu’il y avait un donateur qui avait donné de quoi faire manger gratuitement tous ceux qui voudront ! »

Je m’arrêtais, interloquée, avant de finalement me dire que je ferais bien d’aller jeter un œil… même si je n’aimais pas du tout l’idée de ne pas payer… ça me donnait l’impression de devoir quelque chose à un inconnu et qu’il pourrait réclamer son dû… mais j’avais trop faim. Ce n’était pas comme si j’avais le choix. Quatre jours sans manger, c’était trop pour moi… je frissonnais avant de finalement aller faire la queue.
Quand enfin j’eus mon bol de soupe, je n’étais pas fière de moi. Mais ventre qui cirait famine n’avait pas d’oreilles… alors je cherchais un coin tranquille pour m’asseoir, pour éviter d’être par terre, et commencer à boire ma soupe lentement. Elle était épaisse, et il y avait de bien bonnes choses dedans. Je la buvais lentement pour savourer, même si je désirais l’engloutir tout d’un coup. D’abord, cela n’aurait pas été très féminin, et en plus, je ne savais pas quand je pourrais à nouveau manger…
En tout cas, elle était rudement bonne et même si nous étions en été, j’appréciais le contact de la chaleur du bol de soupe contre mes doigts… ça avait un côté particulièrement rassurant.

Je regardais un peu alentour et je vis cet acteur, là… qui avait une réputation de débauché notoire à la limite de l’impiété, et qui s’était montré, certes, aimable, mais particulièrement déplacé. Toutefois, comme il m’avait évité des ennuis… je me disais que c’était une bonne idée d’aller le voir. Au fond, s’il m’avait fait signe, c’était pour ça, non ? Je reprenais mon bol et je me déplaçais pour m’approcher de lui et m’asseoir à ses côtés, quoiqu’en restant à une distance raisonnable et courtoise.

« Bonjour monsieur… »

Je ne lui demandais pas s’il était venu profiter de la soupe gratuite. D’abord parce que ça serait fort impoli, mais en plus, parce que je me disais qu’ainsi je risquais de me trahir…

« Comment allez-vous ? »


Les ventres seront pleins ce soir [Saraid] ON7IntS
Valerian d'Andressy
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
495
Date d'inscription :
11/04/2017
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
le Lun 4 Nov 2019 - 18:15
J'avias été poli, banalement, parce que je n'allais pas l'ignorer, il n'était pas question que Valérian d'Andressy, vicomte fauché, ignore les donzelles de sa connaissance ! Bien que celle-ci, je l'aurais volontiers délaissé pour m'éviter une de ces étranges réactions hostiles : Elle ne voulait que capturer Lampré et se préserver de toutes indécences,une pudique  excessive ! Andresssy n'était pas du genre galant, en tous cas, je n'en avais pas l'énergie, j'étais fatigué et lasse, ainsi donc, je la voyais se rapprocher et me saluer. Je ne pus cacher ma stupeur, regardant un peu si elle ne s'adressait point à un autre et je déglutissais alors.

« Bonsoir Mademoiselle. Et bien mon ventre se remplit avec cette gamelle, voilà donc un bienheureux dîner que je ne pensais pas mangé. La gratuité a cela de merveilleux, elle remplit les estomac des hommes au ventre creux. »

Trop fatigué, j'endossais le rôle de Valérian, fauché et désabusé, je n'avais pas l'âme de frasque et de bétise, préférant rester calme et sans surprise, je ne la décevrais pas, parce qu'elle n'attendait rien de moi et que cela me convenait tout à fait. Je ramenais une cuillère à mes lèvres et je demandais avant de l'ingurgiter.

« Et vous même ? »

Je ne saurais dire si le mécanisme se faisait tout seul, mais mon corps se laissait aller, dénouant les épaules pour faire venir un poid lourd dessus, j'étais claqué, je ne pouvais le nier, mais je savais d'habitude dissimulé ce genre de chose, ainsi, j'avalais mon repas avec la satisfaction de l'homme affamé.

« Je n'aurais pas pensé vous recroiser. »

Lui avouais-je alors.


Les ventres seront pleins ce soir [Saraid] UnGAqdE
Saraid Aisling
Nationalité :
Raclusienne
Messages :
50
Date d'inscription :
21/08/2017
Saraid Aisling
Maîtresse Fauconnier
le Ven 22 Nov 2019 - 20:01
Je me contentais de hausser les épaules. Trouvant l’acteur un brin trop expansif à mon gout. Non qu’il n’ait pas des côtés appréciables, mais se plaindre comme ça, je trouvais quand même ça gonflé… enfin, pour ce que j’en savais. C’était un homme, il n’avait pas à se plaindre. Un homme, ça devait subir, stoïque, dans une figure héroïque du sacrifice, d’une certaine manière… ça ne devait pas se montrer carpette. Attention, je ne disais pas qu’il fallait qu’un homme soit fort et dur. Je connaissais quelqu’un qui avait un mari comme ça. Et je ne comptais pas combien de fois cette femme était venue me voir pour que je l’aide à dissimuler son œil au beurre noir ou un bleu au visage. Mais…. Disons qu’il y avait un minimum pour être un homme et non une parodie d’homme. Et un homme, un vrai, ne s’apitoyait pas sur sons sort. C’était la base !
Enfin bref. Je faisais mine de rien et je haussais les épaules.

« Oh moi, je suis en vie, j’ai mon travail, donc ça va ! »

Oui, moi, je ne m’appesantissais pas. Je préférais éviter. Ma tristesse et mes malheurs, c’était pour moi. Et si je ne voulais pas les partager, alors c’était mon droit le plus strict ! quant à ses propos suivants, j’arrondissais un peu mon regard.

« Quoi ? Vous l’espériez suffisamment pour y penser ? »

Pour être honnête, l’acteur, je n’avais pas beaucoup pensé à lui ces derniers temps. J’avais, pour ainsi dire, autre chose à faire. Mais c’était flatteur, sans doute, s’il avait pensé à moi… enfin bref, je restais silencieux avant de finalement hausser les épaules et lui sourire doucement.

« A titre personnel j’évite de penser à qui je vais croiser qui je ne vais pas croiser. Je laisse aux Dieux de décider cela, et advienne que pourra. Vous ne pensez pas ? »


Les ventres seront pleins ce soir [Saraid] ON7IntS
Valerian d'Andressy
Nationalité :
Ambrosienne
Messages :
495
Date d'inscription :
11/04/2017
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
le Sam 21 Déc 2019 - 7:13
« Non, pas réellement. »

Elle avait le don, en quelque sorte, de vous rappeler combien elle n’avait besoin de rien, voir de personne. Non que j’eusse envie qu’elle ait besoin de quoi que ce soit venant de moi, mais j’aurais été une chèvre qu’elle m’aurait sans doute bien plus parler. Je pouvais saisir les raisons, une gamine, seule, elle devait avoir des « barrières ». Cela ne me dérangeait pas, parce que je souriais simplement à ses propos, je n’avais aucune envie d’avoir affaire à cette gamine trop de temps, je l’avais déjà assez au cul avec Lampré en vérité. Comme elle me faisait comprendre que les tentatives de discussion étaient vaines, je hochais la tête.

« Tout à fait. »

Ce fut une réponse gratifiée d’un sourire, que je lui offrais avec un certain plaisir, allais-je tenter autre chose, ou bien tout cela, était largement suffisant. Je penchais pour la seconde solution, je n’étais pas d’humeur trop volubile et j’avais assez mangé pour ne pas m’agiter. Elle avait le don de faire cesser les agitations d’Andressy, un exploit sommes toutes, non ?

Je me relevais, en poussant un grand soupire d’aise.

« Bonne fin de journée et soirée Mademoiselle. »

Voilà qui était plus aisé, elle avait eu la courtoisie de venir échanger quelques mots, mais cela suffisait. Peut-être étais-je de mauvaise humeur, ce genre de chose pouvait largement arriver, mais je n’étais pas totalement idiot et je savais quand mes tentatives de conversation se soldaient mal. J’allais ramener le bol au chariot et je sortais une cigarette de mon vieil étui fatigué, tout élimé, histoire de finir ce repas comme il se devait, peut-être irais-je scruter une certaine vue, j’en avais pour dix minutes pour arriver au balcon de plaisance qui m’intéressait, histoire de bien finir ma journée…


Les ventres seront pleins ce soir [Saraid] UnGAqdE
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum