AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: Préface Ambrosienne :: Bibliothèque ambrosiennne :: Subventions ambrosiennes

Panthéon divin

avatar
Aernia
La Grande Conceptrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 237
Date d'inscription : 12/04/2016
MessageSujet: Panthéon divin Dim 14 Aoû 2016 - 8:31
Les divinités



Les divinités bénéfiques


Le continent vénère un seul et même panthéon de dieu, chaque dieu ayant ses préceptes, son église. Sous forme de chapelle, ou de grand temple avec, en son sein, une alcôve par dieu majeur. Toutefois, chaque nation a tendance à privilégier un dieu ou un autre parmi les majeurs, par exemple, Ambroisie vénère, tout particulièrement, Aernia, la grande conceptrice et la première des divinités. Voici une liste des divinités majeures. Ces divinités fonctionnent souvent par trois, comme si chacune avait deux autres facettes.

La première trinité concerne les trois primordiaux, Aernia, Soarnial, et l’Innommable :
Soarnial, l’Illuminateur, seigneur des astres et du paradis.
Aernia, la Grande Conceptrice, créatrice du monde et de tout ce qu’il renferme.
L’Innommable, le Destructeur, abominant toute création (n’en fait plus partie depuis la création de la cabale contre les dieux).

La trinité populaire, au cœur des préoccupations du peuple, avec Meira, Helia, Natos :
Meira, la Mère, cœur de la famille.
Helia, la Météorologue, gérant la pluie, le beau temps, les vents, en somme, les bienfaits et malheurs venus du ciel.
Natos, le Moissonneur, faisant pousser moissons, arbres, gardien des terres, et protecteur des agriculteurs.

La trinité de la loi avec Taren, Neiman, et Siroc :
Taren, le Juge, rendant justice.
Neiman, le Souverain, éditeur de la loi.
Siroc, le Bourreau, chargé de l’application des peines.

La trinité guerrière avec Heraï, Kirya, et Metil :
Heraï, le Guerroyeur, menant au combat les guerriers.
Kirya, La Stratège, guidant les généraux sur le chemin de la victoire.
Metil, le Compatissant, offrant repos et soins aux guerriers blessés.

La trinité mercantile avec Timan, Hyram, et Taelle :
Timan, le Marchand, gérant les transactions commerciales.
Hyram, le Pèlerin, protégeant et accompagnant les voyageurs.
Taelle, L’Argentière, qui est la détentrice des métaux précieux.

La trinité artistique avec Karos, Roya, et Jatren :
Karos, l’Adonis, modèle et inspiration de la beauté.
Roya, la Sculpteuse, inspirant les artistes en tout genre.
Jatren, le Poète, inspirant les mots et les lettres.

La trinité de la mort avec Mirai, Barod, et Sarkemos :
Mirai, la faucheuse, désignant ceux qui doivent mourir de ceux qui doivent vivre, mais n’épargnant, au final, personne.
Barod, le guide, emmenant les morts depuis leur demeure terrestre jusqu’au paradis.
Sarkemos, le gardien, veillant sur le repos des morts.

La trinité des eaux avec Ria, Thorgen, et Mnora :
Ria, l’Orageuse, maitresse des vagues et des vents marins
Thorgen, l’Ecumeur, protecteur des marins et corsaires de toutes sortes
Mnora, l’Hydréenne, maitresses de toutes les étendues d’eaux.

La trinité de la volonté avec Pohn, Kay, et Yoth :
Pohn, l’Imprévisible, régissant le hasard et les aléas
Kay, le Résolu, soutenant les déterminés
Yoth, l’équilibriste, définissant le bien et le mal



La Cabale


L’innommable, pour détruire tout ce qui est, a créé sa propre cabale, qu’il ne convient pas d’honorer, mais de redouter, seules certaines sectes malsaines l'honore vraiment.

Pour s’opposer à la trinité populaire, il pervertit Tsoham, devenant l’Infécond.
Pour s’opposer à la trinité de la loi, il pervertit Ekhet, devenant le Menteur.
Pour s’opposer à la trinité guerrière, il pervertit Mesoï, devenant la Sanguinaire.
Pour s’opposer à la trinité mercantile, il pervertit Tum, devenant le Voleur.
Pour s’opposer à la trinité artistique, il pervertit Fyel, devenant le Luxurieux
Pour s’opposer à la trinité de la mort, il pervertit Syhn, devenant la Mangeuse d’Âme.
Pour s’opposer à la Trinité des eaux, il pervertit Horna, devenant la Noyée.
Pour s’opposer à la Trinité de la volonté, il pervertit Om, devenant le Traitre.

Ameth


Ameth est un dieu à part qui n’a pas vraiment de place, car seul le protectorat d’Ameth l’incorpore à ses textes sacrés.
Selon eux, pour lutter contre la cabale crée par l’innommable, Aernia, la Grande Conceptrice, subtilisa l’essence de chaque dieu pour créer un nouveau dieu, qui serait à la fois impliqué à tous, les niveaux, mais en même temps, qui soit hors de toute structure. Ameth, dénommé par Aernia elle-même le Justelame, devrait lutter pour défaire cette cabale lors de l’Ultime Combat,  l’Ultime Bataille, l’Instant de la Fin.
En cas de victoire, lui aurait-elle promis, il prendrait place dans la trinité primordiale, remplaçant l’Innommable, banni pour avoir créé cette cabale.
avatar
Aernia
La Grande Conceptrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 237
Date d'inscription : 12/04/2016
MessageSujet: Re: Panthéon divin Dim 5 Mar 2017 - 21:33
La religion dans le monde d’Ambrosia


Ambrosia, comme ses voisins, est un pays lourdement marqué par la religion, elle est omniprésente et est dans tous les cœurs. C’est un des principaux piliers de la société et y déroger serait chercher à s’exclure, à se faire stigmatiser, voire à vouloir être sévèrement sanctionné pour cela. La vie quotidienne est bercée par le les prières, les offices, et autres manifestation de culte.

Le culte dans le quotidien


Les Grâces : Comme son nom l’indique, il s’agit de rendre grâce aux dieux pour les remercier de vivre, de manger, d’être en famille, etc. Il s’agit d’une prière souvent présente une fois dans la journée au moins, généralement au souper, quand toute la famille. Les paroles sont simples. Généralement, il s’agit juste de trouver un bienfait par divinité et l’en remercier. Mais généralement, hors les grands repas de fête et de réunion de famille étendu, ou d’occasions très solennelles, il s’agit plus de réciter un remerciement pour la trinité primordiale :

« Merci Soarnial d’être notre lumière et Aernia de nous offrir notre pain. »

L’office : Il est mal vu de ne pas assister à une voir deux offices par semaine, il s’agit de moments de réunion au sein de la communauté dirigée par un prêtre ou une prêtresse pour prier ensemble, pour porter les demandes collectives aux Dieux en général, et à sa divinité tutélaire en particulier. L’office dure en général environ une grosse demi-heure et contient, outre des chants spécifiques selon la divinité et des prières orales, un discours, ou sermon, du prêtre ou de la prêtresse.
Les seuls offices de la semaine qui sont plus long sont celles dédiées à Ameth qui durent très facilement une heure, notamment à cause des grands moments de silence rituels.

Le grand office : Il s’agit d’un office particulier qui se déroule le dimanche au crépuscule et qui dure en moyenne une heure et demie et qui est général suivie d’un grand repas paroissial où les plus dévots partagent un repas, chacun amenant quelque chose, sur les marches du temple. Cette coutume post-office est surtout connue chez le peuple et la basse extraction en générale. Il n’est pas rare que les orphelinats y soient invités, d’ailleurs, au point qu’au final, cela devienne presque une œuvre de charité intéressant certains hauts placés.

Les offrandes : Il est chose courante de faire une offrande aux dieux au moins une fois par semaine. Certains offrent leur temps, d’autre leur argent, d’autres encore des objets fabriqués eux-mêmes, ou de la nourriture. C’est selon le dieu et la personne.

Les mariages : Les mariages sont célébrés dans le temple de Meira, il s’agit d’une union devant les dieux qui prend la forme d’un simple office puis la signature de registres. C’est aussi devant Meira que l’o demande le divorce. Toutefois, divorcer n’est pas quelque chose d’anodin, et la procédure est longue et pénible, d’autant qu’il y a aussi un temps de repentance pour avoir brisé un serment devant les Dieux. Le reste de la procédure est purement civile et le partage des biens varie selon les cas.
La cérémonie de mariage est forcément publique.

Bénédiction d’enfants : La bénédiction d’un enfant est une simple prière en présence d’un prêtre de Meira ou d’Aernia pour présenter l’enfant aux dieux.  Cette prière peut aussi prendre la forme d’un office, mais la cérémonie reste libre quant au fait que ce soit privé ou public.

Les décès : Les décès prennent la forme d’une cérémonie publique dans le temple la trinité de la mort local. Il s’agit d’une procession depuis le domicile jusqu’au temple, suivie d’un office qui est conclu par la crémation publique ou privée. Sauf cas exceptionnels, c’est un trio de prêtres/prêtresses qui officie, un pour chaque divinité de la mort.

Les fêtes religieuses

Il est bon de noter que toutes les fêtes honorent tous les dieux, toutefois, il y en a, selon les évènements, de plus mis à l’honneur que d’autres. Il s’agit des principaux jours non fériés de l’année.

Date de couronnement de l’actuel empereur/impératrice : Ici, il s’agit majoritairement de la trinité de la loi qui est honorée ; et à elle, est rajouté Aernia en Ambrosia, étant donné sa forte affinité avec la famille royale. C’est la fête qui a le plus grand côté non-religieux, car c’est chaque empereur/impératrice qui décide du contenu des festivités. Un grand banquet est souvent organisé aux frais du trône et qui est ouvert à tous, surtout aux plus nécessiteux.

Fête des morts :La « fête » dure un jour et une nuit précisément, il s’agit de remercier Sarkemos d’avoir accueilli les morts récents aussi de prier pour les morts qui sont sur le chemin, avec Barod. Il y a un log office pendant le jour, où sont nommé les morts qui ont fait Ambrosia, et les morts de l’année selon le cercle où vous vous trouvez. Enfin, pour la nuit, il est courant d’illuminer les fenêtres et autres ouvertures avec de petites bougies qui brule en mémoire des morts toute la nuit.

Fête des moissons : Ici, c’est la trinité populaire qui a la part belle, il s’agit d’une fête de trois jours pendant laquelle on célèbre la fin des moissons et le début des vendanges, c’est une fête de repos qui conclue la grosse saison des travaux agricoles et qui permet à tous de se reposer ensemble autour de grands feux de joie et où les chants et la danse font belle part. C’est aussi la période annuelle des grosses offrandes aux dieux pour les remercier de l’année écoulée.

Fête d’Aernia : La fête nationale officielle d’Ambrosia, il s’agit d’une période de trois jours qui sont dédiés à la création, à l’intelligence. Ici, nombreux sont les grands concours d’invention, et c’est aussi le jour où l’on met en avant le progrès, la nouveauté, l’ingéniosité, quel que soit le domaine, c’est-à-dire, depuis la conception d’une miche de pain à une nouvelle machine en passant par un traité de philosophie. C’est aussi à cette date que le trône reconnait les nouveaux Grands, nommé, quand il y en a !

Mériminales : Il s’agit d’une fête internationale qui dure aussi trois jours. Elle rassemble tous les peuples car elle est là pour rappeler le pacte entre les quatre factions, il s’agit ici de célébrer majoritairement la trinité guerrière pas quant à leur côté belliqueux, mais dans leur soif de paix, et la trinité mercantile, qui unit aussi, à sa manière, les quatre nations.

Fête de la marée : Pour fêter le dégel des eaux plus au nord d’Ambrosia, on fête la trinité des eaux, car cela signifie que les voies de commerce vers les sones les plus au nord du monde sont ouvertes. Cette fête est aussi une fête de renouveau, annonçant la fin véritable de l’hiver, d’où son succès. On l’appelle aussi parfois, dans les régions loin des eaux la fête des fleurs.

Date de naissance du membre actuel de la lignée : Fête purement Amethienne, elle dure une semaine complète où tous se tournent vers la prière en y délaissant toute tache inutile à la communauté. C’est une manière de remercier Ameth d’avoir accordé son fils et ses descendant pour commander au protectorat. C’est aussi la période pendant laquelle les moines Amethiens font leurs vœux et que les serviteurs d’Ameth sont nommés.

Les particularités de chaque trinité

Pour la suite, un point est à retenir :  le concept d’offrande est un peu particulier, c’est le geste d’offrir et ce que l’on offre qui importe. Il a été depuis longtemps admis qu’une fois offert, il s’agissait pour les prêtres de redonner ce dont ils n’avaient pas spécifiquement besoin, à ceux à qui cela servirait mieux, à commencer par les miséreux.

Trinité primordiale : La trinité primordiale est vraiment vénérée par tous qu’importe le reste des croyances, car elle représente le sommet de toute la pyramide divine. Les offrandes sont variés, mais Aernia a une préférence pour les objets fabriqués soi-même, quels qu’ils soit.

Trinité populaire : La trinité la plus simple dans la mesure où chacun donne ce qu’il veut et ce qu’il peut, depuis le temps jusqu’à des aliments en tout genre. Mais en général, il s’agit de biens de première nécessité comme du lait, des œufs.

Trinité de la loi : La trinité de la loi est particulière dans la mesure où ils ne peuvent pas se permettre d’être « corrompus, » ce sont donc les prêtres qui réquisitionnent le strict nécessaire plutôt que d’accepter des offrandes. Les prêtres réquisitionnent sous forme d’impôt et offrent au nom du peuple.

Trinité guerrière : La trinité guerrière est une offrande spécifiquement en terme de temps ou d’objets nécessaires à la bonne marche des choses dans les cliniques et hôpitaux, pour aider, Metil dans sa tâche. Il n’est pas rare qu’il y ait un gala de charité en guise d’offrande collective, aussi. Les artisans peuvent aussi faire don d’armes et autres pour les soldats, comme offrande.

Trinité mercantile : La trinité mercantile, comme vous vous en doutez, n’accepte des offrandes uniquement en roues sonnantes et trébuchantes. Mais il est reconnu que donner un généreux pourboire à un guide agréé par un temple est aussi une forme d’offrande au pèlerin.

Trinité artistique : La trinité artistique s’adore notamment au travers du simple fait de vendre ou d’acheter sur le marché de l’art, où de jouer les mécènes envers un artiste. On peut aussi faire offrande en créant, tout simplement.

Trinité de la mort : La trinité de la mort n’a d’offrandes qu’à la mort d’une personne comme si elle payait pour que l’on s’occupe bien du défunt, c’est souvent, d’ailleurs la seule interaction avec la fête des morts où les croyants sont en masse dans le temple de la trinité de la mort.

Trinité des eaux : La trinité des eaux est simple à contenter, il suffit d’offrir à la mer des denrées ou des biens pour apaiser les eaux, tout bêtement. Généralement, il s’agit de biens qui s’abiment dans l’eau, puisque le principal est de donner.

Trinité de la volonté : La trinité de la volonté prend une taxe sur tous les paris, sur tous les types de jeu d’argent, en plus des offrandes que l’on doit faire, il est souvent question d’aider en donnant volontairement son temps.

Incroyance et hérésie

Il y a deux crimes majeurs, plus graves que n’importe quels autres, c’est-à-dire l’incroyance et l’hérésie. Pour le premier, il s’agit de ne pas croire, pour l’autre, il s’agit de croire autre chose que les différentes trinités…

L’impiété est un crime qui peut amener à la mort si la personne ne revient pas sur le droit chemin, il s’agit de la meilleure manière de se faire mettre à l’écart de la société, et rester sur le banc des parias. Ne pas croire signifie que vous refusez les lois de la société et que vous ne voulez pas en faire partie, aussi, même si vous êtes le meilleur dans votre branche, vous serez rejetés et on ira voir la concurrence, tout simplement ! Et on ne parle même pas des jets de pierre en pleine rue et autres joyeusetés !
Et si jamais les prêtres d’Ameth s’intéressent à vous, vous avez intérêt à leur plaire, car sinon, cela signifie clairement l’échafaud !

L’hérésie est beaucoup plus grave, c’est le seul cas où la torture est justifiée. Si une personne se trouve ne serait-ce que soupçonnée d’impiété, d’hérésie, elle sera torturée et gardée en vie jusqu’au bucher où elle sera brulée vive.
Dû à la relation particulière entre Ameth et l’innommable, les prêtres d’Ameth se sont chargés de cela, la chasse à l’hérétique, c’est leur spécialité et leur mission unanimement reconnue. Il n’y a pas de pires ennemis des serviteurs de l’innommable et de sa cabale que les prêtres d’Ameth, au point qu’ils ont tendance à mélanger les incroyants et les hérétiques et tout mettre dans le même panier.


La religion Amethienne

Le protectorat d’Ameth voit la foi d’une manière légèrement différente. Une manière qui ne repense pas le fonctionnement général, qui ne remet pas en cause les autres dieux, mais qui cause de légères différences… ainsi, pour eux, toute dévotion passe par Ameth. Il estime qu’Ameth étant le seul valable pour l’avenir de ce monde, il passe avant même la trinité primordiale. Plus encore, ils estiment que c’est en priant le représentant de la lignée d’Ameth qu’ils prient Ameth et par extension, qu’ils prient les autres dieux. Ils ne les nient pas, ils voient juste les choses différemment.

Ainsi pour eux, offrir des produits de la terre à Ameth, voir de la terre elle-même, suffit à contenter tous les Dieux, au même titre que les paroles du représentant de la Lignée d’Ameth sont paroles divines, y obéir revient à servir les dieux en tant que privilégiés… ils ne dénigrent pas les autres, mais refusent de comprendre pourquoi leur préférence ne va pas à Ameth également. Ils peuvent, en conséquences, se sentir un brin supérieur aux autres au niveau religieux.

Leur culte est très exigeant et un temps d’office d’au moins une heure est consacrée à leur culte une fois par jour, au même titre que les offices hebdomadaires durent entre deux et trois heures. Il s’agit de grosses contraintes mais qui sont énormément gratifiées. Et en louper un, ne serait-ce qu’une fois, est rarement oublié, au point que leurs rangs soient moins bondés que ceux des autres dieux.

On les dit fanatiques, ce n’est pas pour rien !
avatar
Aernia
La Grande Conceptrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 237
Date d'inscription : 12/04/2016
MessageSujet: Re: Panthéon divin Mer 28 Juin 2017 - 19:27
La Cabale (kabbale) : précisions


Faire partie de la kabbale ne signifie pas être incroyant, au contraire, c'est croire aux élus. Si vous êtes un impie comme le nomme la société Ambrosienne, vous serez un serviteur de ces élus de l'Innommable. Loin d'être seulement la réunion de personne désabusée, comme par exemple, une personne homosexuelle qui pourrait se tourner par dépit vers la kabbale, parce que la société rejette ses préférences, il faudra être un véritable croyant. Ce n'est que la force de la foi et de l'acceptation entière des parts sombres de  cette croyance que l'on peut être un serviteur.
On ne devient pas impie sans être initié, ou alors, on peut l'être tout seul dans son coin et encore.

Devenir un impie signifie avoir quelqu'un qui vous a initié, et probablement la seule personne dont vous connaîtrez le nom. Les impies se connaissent peu entre eux, ils connaissent les rumeurs des endroits où ils peuvent se retrouver et assister à des cérémonies masquées en hommage à leur dieu, dans des endroits hautement secrets, divulgués par les petites mains du grand prêtre de l'Ordre.

Parfois pour prouver son adoration, pour simplement suivre un rituel de passage, ou encore, par conviction, le serviteur peut se faire marquer d'un poinçon de la kabbale dissimulé quelque part sur le corps.
Les Elus sont le plus souvent aussi, vénérés par le biais de petites idoles grossières.
Bien entendu tout ceci ne peut être su par un non initié, un traqueur d'impie cependant aura quelques une de ces connaissances.

Résumé :

Ce que tout le monde peut savoir :
- Les impies vénèrent l’innommable et la cabale.
- N’importe qui pourrait être un impie

Ce que les initiés savent :
- Nul ne connait d’autre nom et visage que celui de son initiateur et des personnes qu’il/elle a lui/elle-même initié.
- Certaines personnes prouvent leur foi avec un poinçon de la kabbale quelque part sur leur corps.
- De petites statuettes généralement grossières en simple bois servent d’idole de manière récurrente. Elles sont toutes taillées par leur possesseur.
- Les réunions ont lieu la nuit, généralement bien après minuit et se finissent aux premières lueurs de l’aube.
- Certaines cérémonies requièrent du sang, que ce soit d’un tiers ou d’un participant.
- Seuls les serviteurs appellent les dieux de la cabale: les élus.

Ce que les traqueurs d’impie peuvent savoir :
- Certains impies avaient sur eux ou dans leurs possessions des idoles grossièrement taillées.
- Certaines cérémonies requièrent du sang (humain ou animal).
- On peut difficilement re !onter un r »seau d’impiété à cause de l’anonymat.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: Préface Ambrosienne :: Bibliothèque ambrosiennne :: Subventions ambrosiennes-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur